LETTRES DE LA RELIGIEUSE PORTUGAISE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une portugaise, écrit Mme de Sévigné (1671), est une lettre « tendre », pleine d'une « folie, une passion que rien ne peut excuser que l'amour même ». C'est assez dire le succès du mince recueil publié deux ans plus tôt sous le titre de Lettres portugaises traduites en français, imitées par la suite et augmentées de Réponses ou de Nouvelles Lettres qui ne pouvaient égaler ce chef-d'œuvre. On ne sut à qui l'attribuer, l'anonymat de son auteur favorisant jusqu'à nos jours de fascinantes spéculations. L'épistolière se donne pour une religieuse séduite puis abandonnée par un officier français (Chamilly, ont dit les contemporains) en campagne au Portugal. Il fallut attendre la « note Boissonnade » (Journal de l'Empire, 5 janv. 1810) pour apporter à ceux qui ne doutaient pas de l'authenticité des Lettres une caution historique : « Mariane Alcoforado, religieuse à Beja, entre l'Estramadure et l'Andalousie », était désignée pour la première fois comme celle qui les avait écrites. Il ne restait plus qu'à la retrouver ; on s'y employa, particulièrement au Portugal, où les Lettres furent remises en leur langue et annexées au patrimoine national : « Parce qu'elles représentent une des manifestations les plus véhémentes de l'amour portugais, elles appartiennent, lit-on dans un moderne Panorama de la littérature portugaise (Lisbonne, 1958), par le sentiment sinon par la langue, à notre littérature. » Il est vrai qu'une certaine Maria Ana Alcoforado vécut à Beja de 1640 à 1723 et prit le voile vers ses douze ans ; mais elle importe, au fond, assez peu aux amoureux de la religieuse portugaise : Dominique Aury a même fait remarquer (Lectures pour tous, 1958) qu'elle pourrait bien leur paraître trop âgée — vingt-six, vingt-sept ans — pour écrire : « J'étais jeune, j'étais crédule... »

Cependant, il s'est trouvé très tôt des gens pour accorder toute la paternité de l'œuvre au traducteur : Gabriel-Joseph de Lavergne, vicomte de Guilleragues (1628-1685), diplomate et écrivain, familier des salons où paraissai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LETTRES DE LA RELIGIEUSE PORTUGAISE  » est également traité dans :

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman épistolaire »  : […] que les romans incluent des lettres, mais la naissance du roman par lettres proprement dit peut être datée de 1669, avec les Lettres de la religieuse portugaise ; soit un siècle après les premiers « secrétaires » et un siècle et demi après le traité d'Érasme : il fallait un art de la lettre solidement constitué et un public mondain rompu à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_89794

PASSION

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 6 821 mots

Dans le chapitre « Le paradoxe des lettres d'amour »  : […] Situons par rapport à cette tradition le paradoxe que constituent les lettres d'amour. « Il me semble que je fais le plus grand tort du monde aux sentiments de mon cœur, de tâcher de vous les faire connaître en les écrivant », dit en commençant la Religieuse portugaise. L'écriture ne peut qu'apparaître superflue, voire déplacée, lorsqu'il s'agit d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/passion/#i_89794

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Albert-Alain BOURDON, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • François GUICHARD, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 046 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Restauration et siècle des Lumières »  : […] En même temps, une littérature romanesque et sentimentale se dessine, à laquelle les femmes contribuent, les religieuses notamment ; sous leur plume se lisent de timides mais poignantes protestations contre la réclusion des femmes. Les Lettres portugaises de sœur Mariana Alcoforado, bien qu'elles soient apocryphes, manifestent cette tendance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_89794

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « LETTRES DE LA RELIGIEUSE PORTUGAISE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettres-de-la-religieuse-portugaise/