SCUDÉRY GEORGES DE (1601-1667)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il n'est pas seulement le frère (et le collaborateur) de Madeleine, ou le matamore des lettres qu'on s'est plu à ridiculiser : c'est aussi un poète et un dramaturge apprécié de ses contemporains. Il quitte en 1630 une carrière militaire illustrée par cette retraite au pas de Suse qu'il vantera toute sa vie comme un exploit (sans être d'ailleurs, semble-t-il, démenti à l'époque), pour se fixer à Paris et devenir homme de lettres. Il publie en 1631 un recueil de poèmes, fortement marqué par l'influence de Théophile, à qui il témoigne une admiration courageuse (Ode de la tempeste), et celle de Marino (La Belle Affligée, La Nymphe endormie...). Familier de l'hôtel de Rambouillet, il collabore à la Guirlande de Julie et écrit de nombreux vers galants. Dès 1630, il a fait représenter sa première pièce, Ligdamon et Lidias, tragédie tirée de L'Astrée ; quinze autres suivront : d'abord des tragi-comédies fort irrégulières et quelques comédies (en particulier La Comédie des comédiens qui, comme quelques années plus tard L'Illusion comique, comprend une pièce à l'intérieur de la pièce), puis des tragédies (La Mort de César, 1635, et Didon, 1636). C'est Scudéry qui lance la querelle du Cid avec ses Observations sur le Cid, dans lesquelles il discute la pièce de Corneille à coups de citations d'Aristote et d'autres théoriciens ; c'est lui encore qui, l'année suivante, est l'auteur d'une tentative malheureuse (L'Amour tyrannique) pour faire mieux que Corneille sur le même sujet. Son théâtre lui a jusque-là valu de gros succès (en raison surtout de son art de la mise en scène) ; mais, en dépit de l'estime des doctes, en dépit de ses efforts pour s'adapter aux goûts nouveaux, en dépit du triomphe remporté par l'une des deux pièces qu'il tire d'un des romans de sa sœur, Ibrahim, le public le boude de plus en plus : il abandonne le théâtre en 1643. Il rejoint d'ailleurs, cette année-là, la Provence en compagnie de Mlle de Scudéry, car il vient d'être nommé gouver [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  SCUDÉRY GEORGES DE (1601-1667)  » est également traité dans :

LE CID, Pierre Corneille - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 274 mots

D'abord joué en janvier 1637 sous la bannière de la tragi-comédie, Le Cid de Pierre Corneille (1606-1684) connaît immédiatement un grand succès au théâtre du Marais. La « Querelle du Cid  » s'ouvre quelques semaines après la première représentation, en avril 1637, avec les Observations sur « Le Cid » du dramaturge et académicien Georges de Scudéry (1601-1667), et se poursuit jusqu'en 1660. Corne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-cid-pierre-corneille/#i_46404

PLAGIAT

  • Écrit par 
  • Hélène MAUREL-INDART
  •  • 5 722 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une notion à géométrie variable »  : […] Étymologiquement, le terme plagiat vient du grec plagios , « oblique », « rusé ». Cependant, le plagiaire ( plagiarius ), dans la Rome antique, désignait un voleur non pas de mots mais d’esclaves ou d’enfants destinés à l’esclavage. Le plagiaire était condamné au fouet par la loi Fabia de plagiariis . On a cru à tort qu’il existait dès l’Antiquité une loi qui protégeait les auteurs. Or aucune légi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plagiat/#i_46404

SCUDÉRY MADELEINE DE (1607-1701)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 352 mots

Née au Havre, orpheline, Madeleine de Scudéry reçoit une éducation d'une solidité rare pour son sexe, qui contrebalance son goût précoce des romans, et elle se fixe à Paris. Sa laideur lui ôte l'espoir de s'y marier, mais son esprit et l'agrément de sa conversation lui ouvrent l'hôtel de Rambouillet. Elle se lie avec Mlle Paulet et avec Montausier, Chapelain, Conrart, Ménage, Godeau. Bientôt « Sap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madeleine-de-scudery/#i_46404

Pour citer l’article

Bernard CROQUETTE, « SCUDÉRY GEORGES DE - (1601-1667) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-scudery/