L'ASTRÉE, Honoré d'UrféFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On a, de nos jours, trop tendance à négliger les grands romans des xvie et xviie siècles. On se fie à Cervantès pour repousser les romans de chevalerie, on croit sur parole les Scarron, Sorel et autres Furetière, qui parodient les auteurs d'Amadis, de L'Astrée et du Grand Cyrus, en ignorant trop souvent que tous ces gros ouvrages ont fait l'objet d'un véritable culte. Le succès de L'Astrée, par exemple, ne s'éteignit vraiment qu'en 1761, lorsque Rousseau remplaça Honoré d'Urfé avec La Nouvelle Héloïse.

La venue de L'Astrée sur la scène littéraire n'est pas surprenante. On aime alors les romans d'aventure : tout le monde – à commencer par Henri IV – a lu Amadis de Gaule dans la version de Montalvo (1508), en espagnol ou en traduction française ; La Jérusalem délivrée du Tasse (1581) et le Roland furieux de l'Arioste (1532) sont dans toutes les têtes. On adore aussi les romans sentimentaux antiques d'origine savante, en particulier l'Histoire éthiopique, ou les Amours de Théagène et Chariclée d'Héliodore de Sicile (iiie siècle apr. J.-C.), dans lequel une jeune fille non mariée et vertueuse subit toutes les embûches d'un amour maintes fois contrarié. Enfin, l'Italie et ses bergers fidèles (G. B. Guarini, Il Pastor fido, 1602) ravissent les esprits en proposant un idéal de paix et d'amour, fondé sur une nature domestiquée. Tout est donc prêt pour que naisse, dans une France accédant à un repos précaire après les guerres de religion, un texte qui raconte d'« aventureuses et fortunées amours ».

Honoré d'Urfé (1567-1625) est un catholique et un aristocrate du Forez, un ancien ligueur réfugié en Savoie, un combattant remarqué contre Henri IV avant d'être pardonné par le premier des Bourbons. Cet ami de François de Sales est lui aussi un admirateur des romans espagnols et italiens, de la Diana de J. de Montemayor (1561), de l'Arcadia de J. Sannazaro (1504), ou de L'Arcadia de Lope de Vega (1598). Il publie en 1607 le premier volume de L'Astré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  L'ASTRÉE, Honoré d'Urfé  » est également traité dans :

LES AMOURS D'ASTRÉE ET DE CÉLADON (É. Rohmer)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 995 mots

Dès le premier regard, on perçoit que l'intrigue qu'Éric Rohmer a retenue des quelque cinq mille pages de L'Astrée (1607-1628), le célèbre roman pastoral d'Honoré d'Urfé, ressemble à s'y méprendre à une quintessence des « Contes moraux », des « Comédies et proverbes » et des « Contes des quatre saisons ». Dans un pays […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-amours-d-astree-et-de-celadon/#i_29887

PRÉCIOSITÉ

  • Écrit par 
  • Roger LATHUILLÈRE
  •  • 2 980 mots

Dans le chapitre « Le vrai visage de la préciosité »  : […] C'est dans le domaine français qu'il faut chercher les origines de la préciosité. L'Astrée s'impose d'abord ; elle a plu aux précieuses pour de multiples raisons : culte de l'honnête amitié, primauté de la femme, débats et cours d'amour, courtoisie des conversations, galanterie des échanges de lettres, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/preciosite/#i_29887

URFÉ HONORÉ D' (1557-1625)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 567 mots

Il laisse inachevé le livre qui l'a rendu célèbre, L'Astrée, dont la première partie avait paru en 1607. Roman pastoral, roman d'aventure, roman psychologique, cette longue épopée amoureuse raconte peut-être, comme l'a prétendu d'Urfé lui-même, son amour pour sa belle-sœur Diane. Les très complexes aventures du berger Céladon et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honore-d-urfe/#i_29887

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « L'ASTRÉE, Honoré d'Urfé - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-astree/