AULNOY MARIE CATHERINE LE JUMEL DE BARNEVILLE baronne d' (1650-1705)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De bonne famille normande, Marie Catherine Le Jumel de Barneville est l'un des personnages les plus inquiétants et les plus contradictoires du siècle de Louis XIV. Conteuse raffinée, mais aventurière mêlée à deux reprises à une affaire de meurtre, elle épousa à quinze ans François de La Motte, baron d'Aulnoy, assez triste personnage, par surcroît trois fois plus âgé qu'elle. Elle tenta de s'en débarrasser avec l'aide de sa mère et de deux gentilshommes, vraisemblablement leurs amants, en l'accusant de lèse-majesté. Mais le procès tourna à sa confusion et les deux gentilshommes payèrent de leur tête la fausse accusation. Ce n'est là qu'un épisode d'une vie agitée, pleine de voyages plus ou moins forcés, d'affaires louches et de retraites pieuses.

Elle débuta avec éclat dans les lettres par un roman pathétique et romanesque, Histoire d'Hippolyte comte de Douglas (1690). Autres succès retentissants : ses Mémoires de la cour d'Espagne (1690) et sa Relation du voyage en Espagne (1691), où l'on trouve le conte de fées qui donne le coup d'envoi à la « mode des contes de fées » qui fera fureur jusqu'aux dernières années du siècle : l'« Histoire de Mira », qui reprend le thème de Mélusine.

Entre 1696 et 1699, elle publia huit volumes de contes de fées (Contes de fées, Nouveaux Contes de fées ou Les Fées à la mode) qui contiennent des récits justement célèbres : « Gracieuse et Percinet », « L'Oiseau bleu », « La Belle aux cheveux d'or », « Le Prince lutin » « L'Oranger et l'Abeille », « Le Rameau d'or ». Ce sont des contes mondains, salonniers, souvent précieux. La narratrice se livre à une sorte de surenchère en matière de féerie. La gourmandise, le sentiment, les métamorphoses y tiennent une grande place. Mais cette surabondance est souvent rachetée par le plaisir de raconter que manifeste la narratrice : un naturel plein de désinvolture, un réalisme parfois surprenant, une cruauté railleuse. Plus rarement, elle sait écouter, noter ou reconstituer la simplicité des formulettes populaires, par exemple celle-ci, peut-être authentique ou en tout cas bien imitée :

  Oiseau bleu, couleur du temps

  Vole à moi promptement.

—  Marc SORIANO

Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification


Autres références

«  AULNOY MARIE CATHERINE LE JUMEL DE BARNEVILLE baronne d' (1650-1705)  » est également traité dans :

CONTES DE FÉES, Madame d'Aulnoy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 226 mots

La comtesse d'Aulnoy (Marie Catherine Le Jumel de Barneville, baronne d'Aulnoy, 1650-1705) est surtout connue, au xviie siècle, pour le scandale énorme dont elle a été l'objet. Elle fut en effet convaincue, en 1669, d'avoir dénoncé à tort son mari, le baron d'Aulnoy, pour avoir tenu des propos outrageants contre le roi. Cette calomnie, qu'elle et sa m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-fees-madame-d-aulnoy/#i_6620

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « AULNOY MARIE CATHERINE LE JUMEL DE BARNEVILLE baronne d' (1650-1705) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aulnoy-marie-catherine-le-jumel-de-barneville-baronne-d/