LE ROMAN BOURGEOIS, Antoine FuretièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Ne l'appelez plus roman, et il ne vous choquera point, en qualité de récit d'aventures particulières » (Avertissement de la seconde partie du Roman bourgeois). Antoine Furetière (1619-1688), bon artisan des lettres, académicien depuis 1662 et fameux pour sa virtuosité burlesque, entend bien rompre avec les romans comme L'Astrée pour produire un nouveau fabuleux, fait cette fois d'éléments mêlés, voire disjoints. Son Roman bourgeois, ouvrage comique, qu'il publie en 1666 et qui sera un échec de librairie, semble ainsi poursuivre la veine burlesque de Paul Scarron et de Charles Sorel, puisqu'il s'agit de faire rire à propos de ridicules en abaissant les personnages et les situations. Mais dans le texte de cet artisan qui se présente en véritable « auteur », propriétaire de son ouvrage à bien des titres, on trouve aussi la revendication que le nouveau roman peut être fondé non plus sur la parodie, mais sur l'observation précise des comportements particuliers : « Je vous raconterai sincèrement et avec fidélité plusieurs historiettes ou galanteries arrivées entre des personnes qui ne seront ni héros ni héroïnes, qui ne dresseront point d'armées, ni ne renverseront point de royaumes, mais qui seront de ces bonnes gens de médiocre condition, qui vont tout doucement leur grand chemin, dont les uns seront beaux et les autres laids, les uns sages et les autres sots ; et ceux-ci ont bien la mine de composer le plus grand nombre. »

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LE ROMAN BOURGEOIS, Antoine Furetière  » est également traité dans :

FURETIÈRE ANTOINE (1619-1688)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 373 mots

Ayant fait d'excellentes études, Furetière, fils d'un clerc d'avoué, entreprit d'abord une carrière d'homme de loi, mais il abandonna bientôt sa charge pour entrer dans les ordres et obtenir des bénéfices qui lui permirent de donner libre cours à sa vocation littéraire. Après trois livres de vers comiques et satiriques, où il se montrait un adversaire résolu de la préciosité, Furetière publia la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-furetiere/#i_28819

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « LE ROMAN BOURGEOIS, Antoine Furetière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-roman-bourgeois/