PICARESQUE ROMAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On qualifie ordinairement de picaresques un ensemble de romans espagnols qui, sous forme autobiographique, racontent les aventures d'un personnage de basse extraction (le pícaro), sans métier, serviteur aux nombreux maîtres, volontiers vagabond, voleur ou mendiant. Le genre s'ouvre en 1554 par un chef-d'œuvre anonyme : la Vie de Lazarillo de Tormes. Il atteint son sommet dans la Vie de Guzman d'Alfarache de Mateo Alemán (première partie : 1599 ; deuxième partie : 1604). Par la suite, de nombreux romans se publient en Espagne, qui ont un pícaro pour héros.

Cette littérature a donné lieu hors d'Espagne à de nombreuses imitations : en Allemagne, le Simplicius Simplicissimus, de Grimmelshausen (1668) ; en France, Gil Blas, de Lesage (1715-1735) ; en Angleterre, Moll Flanders de De Foe (1722) et Tom Jones de Fielding (1749) ; au Mexique, El Periquillo Sarniento (1830), de Fernández Lizardi.

Aussi bien en Espagne qu'à l'étranger, l'appellation « picaresque » est souvent le produit d'une généralisation abusive, dont l'effet est d'obscurcir les caractères intrinsèques d'un genre restreint à un nombre limité d'ouvrages, tous fondés sur une représentation singulièrement problématique du destin moral de l'homme.

La condition du pícaro

Un roman picaresque ne se confond avec aucun de ces livres de « gueuserie », dont l'Europe fut friande au xvie siècle et qui dépeignent sous des traits facétieux les mœurs d'une pègre errante et mendiante. Dès qu'il surgit avec la Vie de Lazarillo, le pícaro transcende l'anecdote « truandière » et s'insère dans une mentalité spécifique : celle d'une Espagne qui, de plus en plus figée dans ses structures seigneuriales agraires, refuse de s'intégrer au modèle mercantiliste européen. L'écrasement, en 1521, de la révolte des cités de Castille avait compromis l'essor d'une bourgeoisie naissante et consacré le mépris du négoce et de l'esprit de lucre. Le modèle dominant est désormais celui de l'hidalgo, vieux chrétien au lignage sans tache, qui ne travaille pas de ses mains et érige l'honneur (honra) en patrimoine moral. C'est à lui que s'oppose le pícaro, qui n'est rien d'autre qu'un hidalgo à rebours ; son premier soin est de dévoiler sa naissance ignoble (il n'y a dans son lignage que larrons, escrocs, juifs et prostituées), déterminante à l'endroit d'un « antihonneur » qui conditionne son comportement. L'hypothèse du récit picaresque (sous sa forme originelle) est que le sang, selon ce qu'il est, incline à bien faire ou à méfaire. Mais les romans picaresques ne retiennent cette hypothèse radicale qu'à seule fin de la mettre en discussion : un homme mal né serait-il condamné d'avance, quoi qu'il pense ou qu'il fasse ?

Or, quelle voie s'offre au pícaro qui, de par ses origines, est issu d'un milieu où l'on ne vit, bien ou mal, que d'expédients, sinon de se consacrer à toutes sortes d'activités marginales, toujours liées à l'argent ? Il se fera valet, portefaix, marmiton, mendiant ou, dans le meilleur des cas, financier, c'est-à-dire, dans la mentalité de l'époque, escroc. Dans un monde où seule la terre fournit au paysan ou au seigneur un revenu naturel et honnête, parce que non usuraire, toute activité de négoce, quelle qu'en soit la nature (le travail est une marchandise, au même titre, paradoxalement, que la mendicité), sera réputée douteuse du fait que le profit ne saurait s'obtenir qu'au détriment du prochain, si bien que le pícaro, exposant d'une mentalité hostile au mercantilisme, dont il est aussi victime, pourrait bien n'être qu'un bourgeois manqué. Le propre du récit picaresque est que la hantise de la quotidienne subsistance s'amalgame dans le personnage à son « antihonneur » héréditaire, et de cet amalgame naît une problématique conférant au récit sa signification.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'U.E.R. de lettres de l'université de Limoges

Classification

Autres références

«  PICARESQUE ROMAN  » est également traité dans :

ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615)

  • Écrit par 
  • Edmond CROS
  •  • 1 568 mots

Dans le chapitre « L'empire de la rhétorique »  : […] Le Livre du Gueux doit tout à l'art de l'éloquence, qui se présente ainsi comme une des sources du roman moderne. Ce n'est pas sans raison que Mateo Alemán présente son héros sous les traits d'un « excellent étudiant en latin, en rhétorique et en grec », justifiant ainsi le choix de son cadre autobiographique, détail capital sur le plan de la recherche de la vraisemblance. Certes, cette recherche […] Lire la suite

ARGOT

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAUD
  •  • 4 119 mots

Dans le chapitre « La cour des Miracles »  : […] Le gueux, ou mendiant professionnel, est un type traditionnel de la littérature. On le trouve chez tous les conteurs du xvi e  siècle : les Récréations de Bonaventure Des Périers, les Propos rustiques de Noël du Fail, Le Moyen de parvenir de Béroalde de Verville, et surtout dans Les Sérées de Guillaume Bouchet (1584), qui non seulement met en scène des gueux, mais nous donne en appendice un gloss […] Lire la suite

LES AVENTURES DE SIMPLICISSIMUS, H. J. C. von Grimmelshausen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Romain JOBEZ
  •  • 1 118 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'illusion à la rédemption »  : […] Le roman fut rapidement augmenté d'un sixième livre qui reprend tout aussi plaisamment le thème de la vanité de toutes choses ici-bas. On y rencontre ainsi le personnage de la cantinière Courasche qui inspira à Bertolt Brecht le personnage en titre de sa pièce Mère Courage . À travers cette figure et celle de Simplex, Grimmelshausen nous laisse un précieux témoignage sur la condition militaire pen […] Lire la suite

BURLA, littérature

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 514 mots

Le terme espagnol burla désigne aussi bien la moquerie que la tromperie. Sur le plan littéraire, il est employé pour caractériser de façon large toute la matière facétieuse issue de la mise en œuvre de ces deux ressorts, matière longtemps indispensable pour la structuration d'une intrigue, hors des domaines nobles de la comédie héroïque et de la fiction idéaliste. Il s'agit d'un concept clé pour […] Lire la suite

CERVANTÈS, 450 ANS APRÈS

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 462 mots

En 1997, l'Espagne a célébré avec éclat le quatre cent cinquantième anniversaire de la naissance de Miguel de Cervantès, le 29 septembre (?) 1547, à Alcalá de Henares (Castille). Une exposition, dans cette ville, a évoqué « Cervantès et le monde cervantin dans l'imagination romantique ». La vénération des Espagnols pour leur « évangile » a donné lieu à une manifestation originale : la lecture pub […] Lire la suite

LA CLOCHE D'ISLANDE, Halldor Kiljan Laxness - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 666 mots

Il n'est pas d'Islandais qui ne tienne La Cloche d'Islande (1943-1946), du Prix Nobel islandais Halldór Kiljan Laxness (1902-1998), pour le maître livre qui ait jamais été écrit dans sa langue, pourtant riche de chefs-d'œuvre de toutes sortes depuis le Moyen Âge. Au-delà des réactions sentimentales ou patriotiques, il s'agit aussi d'un des grands textes picaresques de notre temps. […] Lire la suite

DON QUICHOTTE (M. de Cervantès) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 1 324 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Don Quichotte, héros de l'absolu »  : […] Conçu comme « une invective contre les livres de chevalerie », ce livre prit des proportions qui n'avaient sans doute pas été prévues par son auteur. Les « trois sorties » du chevalier sont bâties sur le même schéma : départ, aventures, retour au point de départ. Cette structure s'ouvre largement aux digressions, aux actions qui viennent se greffer sur le récit principal ou aux interpolations div […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman picaresque »  : […] L'archiprêtre et La Célestine préludent à ce nouveau genre littéraire, d'un schéma rigoureux, dont le modèle est fourni par le Lazarillo de Tormes (premières éditions connues : 1554). L'un des chefs-d'œuvre en est le Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, dont le succès en Espagne et à l'étranger, surtout en Angleterre, fut énorme. Un autre, le Buscón de Quevedo, sans doute le plus outrancier, celu […] Lire la suite

ESPINEL VICENTE (1550-1624)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 526 mots

Écrivain espagnol né à Ronda, Espinel veut, après avoir fait ses études à Salamanque, partir pour l'Amérique : la peste empêche la flotte d'appareiller. À Valladolid, il est au service du comte de Lemos. N'ayant pas réussi à s'enrôler dans une nouvelle expédition militaire, il séjourne à Séville où il se mêle aux milieux interlopes. Comme il vogue pour l'Italie, il est fait prisonnier par les pira […] Lire la suite

FIELDING HENRY (1707-1754)

  • Écrit par 
  • Alexandre MAUROCORDATO
  •  • 2 016 mots

Dans le chapitre « Panorama de l'œuvre »  : […] Les quatre titres qu'on vient de citer résument l'essentiel du génie de Fielding, dont l'invention romanesque est la seule qui ait résisté à l'épreuve du temps. Il a pourtant beaucoup écrit. Il reste de ses griffonnages tout un faisceau d'œuvres en prose et en vers réunies, en 1743, dans les trois volumes des Miscellanies  : poèmes sans grande originalité ; essais, fragments de dialogues. Le Jour […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice MOLHO, « PICARESQUE ROMAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-picaresque/