ITALIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Péninsule méditerranéenne, fortement ancrée au monde alpin, l'Italie est un pont naturel entre l'Orient et l'Occident, et participe au destin de ces deux mondes. Seule région occidentale vraiment marquée par les civilisations méditerranéennes antiques, elle a continué au haut Moyen Âge à transmettre à ses voisins les impulsions venues d'Orient, avant de conquérir à son avantage des postes avancés en Méditerranée orientale. Ce courant ininterrompu qu'elle reçoit, puis suscite, la maintient longtemps dans l'orbite des empires byzantin et musulman, dont la domination s'étend, plusieurs siècles durant, sur certaines de ses régions ; il la place au premier rang des pays d'Occident, lors du renouveau économique des xe et xie siècles. Établissant des comptoirs dans toute l'Europe et la Méditerranée, gagnant les extrémités du monde connu, les Italiens, par leur richesse et leurs techniques avancées, dominent l'économie du bas Moyen Âge.

Italie : drapeau

Dessin : Italie : drapeau

Italie (1796 ; version actuelle 1946). On trouve l'origine des couleurs de ce drapeau dans l'uniforme de la milice urbaine de Milan, surnommée « les petits navets » du fait de son costume blanc et vert agrémenté d'accessoires rouges. En 1796, la nouvelle Garde nationale républicaine... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Mais la multiplicité des grands centres urbains qui deviennent des communes autonomes, embryons de futures principautés, les souvenirs antiques imprégnant une idéologie impériale plusieurs fois rénovée, la présence enfin du Saint-Siège, puissance spirituelle et temporelle à la fois, empêchent l'Italie de rester politiquement unie. L'histoire de l'Italie revient, en fait, à l'histoire, multiple, des Italiens. Seul le Sud, plus profondément orientalisé, garde une cohésion politique, qui, à la fin du Moyen Âge, se perpétue sous des dominations étrangères. Exploité par les Toscans et les Vénitiens, il est ravalé au rang de pays colonial, et le restera longtemps.

Il faudra attendre 1870 pour que soit achevée la construction de l'unité nationale. Du xvie au xixe siècle, la péninsule demeure à l'écart des grands États européens. Son sol et son climat ne sont pas favorables aux spéculations industrielles ; la prépondérance atlantique la met en marge des grands courants économiques ; la précocité du phénomène urbain la prédispose au « campanilisme » et à l'émiettement politique. Elle demeure adonnée à une civilisation de qualité, et non de masse, et elle subit, par cycles successifs, l'hégémonie des puissances qui imposent leur prépondérance à l'Europe : la France des Valois, jusqu'au milieu du xvie siècle, puis l'Espagne, jusqu'à l'aube du xviiie siècle ; l'Autriche enfin, jusqu'en 1796. L'ère des Lumières façonne des élites qui adhèrent au despotisme éclairé, puis acceptent les innovations de la « grande nation » française du Directoire et de l'Empire. L'insertion de l'Italie dans le système napoléonien lui apporte les grandes acquisitions de la Révolution de 1789 et, à travers une réorganisation territoriale dictée par Paris, elle permet une première expérience de vie commune ; elle enracine la conscience, puis la revendication de la nationalité. La Restauration de 1815 ramène l'Ancien Régime, mais l'action de la génération du Risorgimento érode lentement l'absolutisme. La politique romantique des complots et des révolutions, de 1821 à 1848, l'idéalisme de Mazzini le cèdent au réalisme de la bourgeoisie modérée, au juste milieu libéral, au dynamisme économique. Le Piémont de Cavour incarne l'espérance des Italiens. Il trouve, contre l'Autriche, pour « diplomatiser la Révolution », le concours militaire de Napoléon III. Mais le chemin est malaisé, de la proclamation du royaume d'Italie, en 1861, à la « Rome capitale », de 1870. Le premier demi-siècle de la monarchie unitaire dissimule mal le retard des structures socio-économiques, la pauvreté des masses, la coupure entre le Nord et le Midi. L'Italie connaît une succession de crises aiguës et de vastes ambitions. Son désir d'être une grande puissance n'est pas à la mesure de ses moyens. La faveur des foules va des empiristes, héritiers de Cavour, comme Depretis ou Giolitti, aux condottieri providentiels : Garibaldi, Crispi, Mussolini. Éveillé tardivement, après 1898, [...]

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Photographie : Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Promoteur infatigable du Risorgimento (c'est-à-dire la «résurrection»), Giuseppe Mazzini (1805-1872) fut le grand inspirateur du patriotisme italien et de l'idée d'unification, s'attachant à leur donner l'aspect moral et religieux résumé dans son mot d'ordre : «Dieu et le peuple». 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages

Médias de l’article

Italie : drapeau

Italie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

500 à 600. Reconquêtes

500 à 600. Reconquêtes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 42 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : professeur honoraire à l'université de Genève
  • : maître assistant à l'université de Paris-I
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

18-31 août 2015 Union européenne. Crise migratoire.

Sur les quarante mille demandeurs d’asile hébergés en Italie et en Grèce, dont la Commission avait demandé, en mai, la répartition au sein de l’Union, seuls trente-deux mille deux cent cinquante ont été pris en charge – dont la moitié par l’Allemagne et la France. Les deux dirigeants préconisent une aide accrue aux pays frontaliers des zones de guerre – Turquie, Liban, Jordanie – qui accueillent de nombreux exilés, ainsi que l’ouverture de centres d’accueil en Italie et en Grèce, destinés à trier les migrants. […] Lire la suite

2-30 mai 1986 U.R.S.S. Suites de l'accident de Tchernobyl

et en Italie, les chefs d'État et de gouvernement des sept pays industrialisés, réunis au sommet de Tōkyō, abordent le problème de la sécurité nucléaire. Le 12, un nouveau bilan de la catastrophe fait état de six morts (auxquels il faut ajouter deux personnes décédées au moment de l'accident) et de trente-cinq brûlés et irradiés dans un état grave. […] Lire la suite

13 avril 1986 Italie. Visite du pape Jean-Paul II à la synagogue de Rome

Jean-Paul II se rend à la synagogue de Rome, située non loin du Vatican, de l'autre côté du Tibre. C'est la première fois dans l'histoire du Vatican qu'un pape accomplit ce geste. Accueilli par Giacomo Saban, président de l'Union israélite de Rome, puis par le grand rabbin Elio Toaff, Jean-Paul II, après la lecture en italien et en hébreu d'un passage du Livre de la Genèse, répond à l'allocution du grand rabbin. […] Lire la suite

23 octobre - 3 novembre 1983 Liban. Attentat à Beyrouth contre les soldats américains et français de la force multinationale

À son retour à Paris, il confirme que « la France reste et restera fidèle à son histoire et à ses engagements ». Le 26, le vice-président américain George Bush effectue à son tour une courte visite à Beyrouth. Le 27, les ministres des Affaires étrangères des quatre pays associés au sein de la force multinationale (États-Unis, France, Grande-Bretagne et Italie) se réunissent au château de La Celle-Saint-Cloud, près de Paris. […] Lire la suite

4-12 août 1983 Italie. Premier gouvernement de coalition à direction socialiste

Le 4, Bettino Craxi, secrétaire général du P.S.I., constitue, pour la première fois dans l'histoire de la République italienne, un gouvernement présidé par un socialiste. Mais, seize des vingt-neuf membres qui le composent, dont deux anciens présidents du Conseil : Giulio Andreotti (Affaires étrangères) et Arnaldo Forlani, vice-président du Conseil), appartiennent à la Démocratie chrétienne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BALARD, Paul GUICHONNET, Jean-Marie MARTIN, Jean-Louis MIÈGE, Paul PETIT, « ITALIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/