DIRECTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Directoire a duré à peine plus de quatre ans (26 octobre 1795 – 10 novembre 1799) : brève période dans la vie d'un homme, dans celle d'un peuple. Entre la Convention et l'époque napoléonienne, le Directoire est souvent présenté comme une transition : liquidation des espoirs révolutionnaires, préparation du pouvoir personnel. Il faut se garder pourtant de l'illusion historique qui juge une époque par rapport à un avenir, aujourd'hui connu, mais dont elle ne savait rien : il faut considérer le Directoire en lui-même, c'est dans la perspective de la fin de 1795 que l'on doit se placer pour essayer de comprendre la France et les Français face à leur avenir immédiat. De ce point de vue, le régime qui s'instaure est essentiellement une tentative pour stabiliser et consolider la situation du moment, pour remettre un peu d'ordre, et un ordre durable, après six ans et demi de révolution. C'était, à vrai dire, la seconde tentative de ce genre. Mais la première – la Constitution de 1791 – s'était soldée rapidement par un échec. Après la révolution du 10 août 1792, il avait fallu en venir à un régime d'exception, nécessité par la guerre, extérieure et intérieure. Mais, en 1795, après la pacification de l'Ouest, après la dislocation de la coalition ennemie, le moment paraît venu de revenir à un régime normal, défini par un ensemble de lois votées par la Convention finissante (la Constitution de l'an III et les décrets annexes). Par réaction contre les trois années précédentes, pour écarter les contraintes subies, on essaye d'organiser une république modérée et libérale, avec le souci de la rendre acceptable pour tous les Français.

Situation territoriale et démographique

La France de 1795 est plus grande que celle de 1789. Aux acquisitions qui datent déjà de quelques années (Avignon, la Savoie, Nice, les anciennes enclaves allemandes, l'évêché de Bâle devenu département du Mont-Terrible) viennent de s'ajouter les ex-Pays-Bas autrichiens, occupés depuis 1794 et incorporés à la République française par la loi du 1er octobre 1795 : quelque 580 000 km2 dans les « limites constitutionnelles ». Le territoire national est libre de toute présence étrangère, à l'exception de la Corse que les Anglais n'évacueront qu'en 1796. Bien plus, les troupes françaises occupent, outre quelques hautes vallées piémontaises, la majeure partie de la rive gauche du Rhin, dont certains dirigeants envisagent l'annexion, lorsqu'une paix victorieuse aura été signée avec l'Autriche et l'Empire : agrandissements qui accroissent sensiblement la part des populations non francophones.

La République compte environ 32 millions d'habitants, dont 28 millions sur le territoire de l'ancien royaume. C'est dire que le bilan démographique des six dernières années, malgré l'émigration, malgré la guerre et la Terreur, malgré le « creux » de 1795, est positif, avec des taux, pour 1 000, de 34,5 (natalité), 32 (mortalité), 10 (nuptialité). La population est donc nombreuse, et jeune : 11,5 millions de Français ont moins de dix-neuf ans, 14 millions ont entre vingt et soixante-quatre ans. Enfin, elle est en grande majorité rurale, dense surtout au nord de la Loire : le chiffre de la population urbaine n'est guère que de 5 millions d'habitants, répartis dans trois grandes agglomérations de plus de 100 000 âmes (Paris 640 000), dans quelques centres d'importance moyenne (Toulouse 60 000, Strasbourg 50 000) et dans de nombreuses petites villes.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification

Autres références

«  DIRECTOIRE  » est également traité dans :

ABOUKIR BATAILLE D' (1er août 1798)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 503 mots
  •  • 1 média

Appelée bataille du Nil par les Anglais, cette bataille est l'une des grandes victoires de l'amiral Nelson. Elle oppose le 1 er  août 1798 les flottes française et britannique dans la rade d'Aboukir, à proximité d'Alexandrie, en Égypte. En février 1798, le général Bonaparte, dont les ambitions inquiètent, convainc sans peine les membres du Directoire de l'utilité d'une invasion de l'Égypte afin de […] Lire la suite

ANTRAIGUES EMMANUEL DE LAUNAY comte d' (1754-1812)

  • Écrit par 
  • Ghislain de DIESBACH
  •  • 529 mots

Revenu de bien des choses, de l'Orient où il s'est aventuré, des voyages en montgolfières et surtout des idées républicaines qu'il avait naguère adoptées, le comte d'Antraigues, dès 1789, abandonne les principes qu'il a exposés l'année précédente dans son Mémoire sur les états généraux , grâce auquel il est devenu célèbre en quelques semaines. Cet ennemi de la Cour se transforme en champion d'une […] Lire la suite

ASSIGNATS

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 491 mots
  •  • 1 média

Le 2 novembre 1789, l'Assemblée constituante décide que les biens du clergé seront « mis à la disposition de la nation » pour rembourser la dette de l'État. Mais il est nécessaire de mobiliser ce capital évalué à quelque trois milliards de livres. Le 19 décembre, l'Assemblée crée une Caisse de l'extraordinaire chargée d'aliéner les biens du clergé. En attendant la vente, la Caisse émettra des assi […] Lire la suite

AUGEREAU CHARLES PIERRE FRANÇOIS (1757-1816) maréchal d'Empire (1804) duc de Castiglione (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 320 mots

L'un des seuls Parisiens d'origine parmi les généraux de la Révolution et de l'Empire. Fils d'un domestique et d'une fruitière, Augereau s'engage à dix-sept ans, puis passe dans l'armée napolitaine. En 1790, il rentre de Naples où il avait fini par devenir maître d'armes, et s'engage comme volontaire. Général de division en 1793, envoyé à l'armée d'Italie en fin 1795, il entre alors dans la légend […] Lire la suite

BABOUVISME

  • Écrit par 
  • Albert SOBOUL
  •  • 4 032 mots

Dans le chapitre « La conjuration des Égaux »  : […] Le babouvisme ne saurait se définir seulement comme un système idéologique. Il fut aussi une pratique politique. La « conjuration des Égaux » constitue la première tentative pour faire entrer le communisme dans la réalité sociale. Au cours de l'hiver de l'an IV (1795-1796), au spectacle de l'effroyable misère qui accable le peuple et de l'incapacité gouvernementale, Babeuf, bientôt réduit à la cl […] Lire la suite

BARRAS PAUL comte de (1755-1829)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 680 mots

Issu d'une famille provençale noble, Barras entre dans l'armée à seize ans, fait campagne aux Indes puis sous les ordres de Suffren, et donne sa démission à la fin de la guerre d'Indépendance. Suivent quelques années plus indolentes qu'actives, d'où il émerge inopinément comme député du Var à la Convention. Il y siège à la Montagne, vote la mort de Louis XVI, est envoyé dans le Midi pour une missi […] Lire la suite

BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

  • Écrit par 
  • Raymond FERRETTI
  •  • 5 307 mots
  •  • 2 médias

Une chambre ou deux ? Monocamérisme ou bicamérisme ? Telle est la question que bon nombre de constituants se sont posés lorsqu'il s'est agi de mettre en place un Parlement. La tradition fait pencher la balance du côté du bicamérisme ou bicaméralisme puisque le Parlement anglais, la référence de tous les Parlements, est composé de deux assemblées : la Chambre des communes et la Chambre des lo […] Lire la suite

BIENS NATIONAUX

  • Écrit par 
  • Pierre DUPARC
  •  • 962 mots

Les propriétés de l'Église et des contre-révolutionnaires qui ont été saisies, nationalisées et vendues lors de la Révolution française forment les biens nationaux. La nature et l'importance de ces biens sont variables comme le sont les motifs de l'opération. En témoigne la série des lois et décrets qui régissent les biens nationaux. Une littérature abondante s'est attachée à éclairer cette questi […] Lire la suite

BUONARROTI PHILIPPE (1761-1837)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 587 mots

Né à Pise d'une noble famille toscane justement fière d'avoir donné au monde Michel-Ange, Philippe Buonarroti fait à l'université de Pise de bonnes études littéraires et juridiques. Fervent admirateur de Rousseau, il publie un journal, Gazetta universale , ce qui le fait attentivement surveiller par la police toscane. Franc-maçon, il est affilié aux Illuminés de Bavière (dont les options rationali […] Lire la suite

CADOUDAL GEORGES (1771-1804)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 1 132 mots

Georges Cadoudal est une figure de la chouannerie, à laquelle il a donné une image d'intransigeance et de forte conviction religieuse, finalement consacrée par l'exécution, en place publique, pour complot contre le Premier consul. L'itinéraire politique de ce chouan emblématique s'est bâti contre la Révolution, dans l'Ouest, où les conflits autour de la religion ont été particulièrement vifs. Né à […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20 avril 2022 France. Condamnation d'anciens dirigeants de Wendel pour « fraude fiscale ».

L’ancien président du directoire de Wendel, Jean-Bernard Lafonta, considéré comme « instigateur » de la fraude, est condamné à quatre ans de prison avec sursis et à une amende. Ernest-Antoine Seillière, alors président non exécutif de Wendel, est condamné à trois ans de prison avec sursis et à la même amende. En 2021, les prévenus, à l’exception d’un seul, avaient conclu une transaction avec l’administration fiscale qui ramenait la majoration de l’impôt dû à 40 % au lieu de 80 %. […] Lire la suite

11-26 avril 2019 France. Reconnaissance de la responsabilité de Monsanto dans une intoxication.

Le 26, les actionnaires du groupe chimique allemand Bayer réunis en assemblée générale à Bonn refusent de donner quitus pour l’exercice 2018 au directoire du groupe dirigé par Werner Baumann qui est accusé d’avoir sous-estimé les risques du rachat de Monsanto en juin 2018. Les deux jugements rendus à l’encontre de Monsanto aux États-Unis en août 2018 et mars 2019 ont provoqué une chute de 38 p. […] Lire la suite

5 juillet 2018 Allemagne. Démission du président de ThyssenKrupp.

Le président du directoire du conglomérat ThyssenKrupp, Heinrich Hiesinger, présente sa démission, sous la pression de certains fonds d’actionnaires. Nommé en 2011, Heinrich Hiesinger est parvenu à restructurer le groupe qui se trouvait alors en difficulté financière. Il a notamment fusionné les activités de divers groupes sidérurgiques de la Ruhr avec le géant indien Tata au sein de ThyssenKrupp Steel Europe. […] Lire la suite

14-28 avril 2017 Suisse. Polémique relative aux bonus des dirigeants de Crédit suisse.

 100 du montant des bonus qu’elle envisageait de distribuer à son directoire pour l’exercice 2016, ainsi que le gel de la rémunération de son conseil d’administration. En 2015 et 2016, la banque a enregistré des pertes, respectivement de 2,9 et 2,7 milliards de francs suisses. L’initiative populaire « contre les rémunérations abusives » adoptée en mars 2013 donne plus de pouvoirs aux actionnaires pour décider des rémunérations dans les entreprises cotées. […] Lire la suite

18-27 septembre 2015 États-Unis – Allemagne. Dénonciation d’une fraude industrielle commise par Volkswagen.

Le 23, le président du directoire de VW, Martin Winterkorn, présente sa démission. Le 25, le conseil de surveillance de VW le remplace par Matthias Müller, jusque-là patron de Porsche. Le 27, le parquet de Brunswick (Basse-Saxe) ouvre une information judiciaire pour fraude contre Martin Winterkorn.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel EUDE, « DIRECTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/directoire/