ABSOLUTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme tous les concepts à plusieurs dimensions (ici politique, historique, juridique, doctrinal), le concept d'absolutisme est assez flou. Son étude présente trois sortes de difficultés portant sur l'objet lui-même.

La première difficulté tient à ce que l'on désigne généralement par ce terme des doctrines, ou un corps de doctrines. Or une analyse même sommaire montre à quel point ces doctrines sont faibles, mal fondées, sauf celle de Hobbes. Il semble bien que l'absolutisme soit beaucoup plus une pratique de gouvernement, donnant naissance à ce que l'on peut à la rigueur appeler doctrine, et qu'il vaudrait mieux considérer comme l'idéologie d'un groupe dirigeant. Il s'agit d'une pratique bien plus que d'une structure ou d'un système. Il peut y avoir absolutisme sous une forme monarchique, mais aussi sous d'autres formes. Ce n'est pas simplement l'absence de limite dans les structures constitutionnelles qui le caractérise.

La deuxième difficulté tient à ce que l'on restreint généralement l'application de ce terme à la monarchie occidentale pour une période discutée.

Personne ne doute que le xviie siècle français soit caractérisé par l'absolutisme monarchique. Mais, en Angleterre, malgré les prétentions royales, c'est plutôt un échec. Par ailleurs, les historiens sont partagés en ce qui concerne le xvie siècle : certes, la monarchie espagnole du xvie siècle est absolutiste. Mais on peut hésiter en ce qui concerne la France. Mesnard considère que la « monarchie royale » au xvie siècle français ne peut être qualifiée d'absolutiste. Et en ce qui concerne le xviiie siècle, nous trouvons le qualificatif de « despotisme éclairé », mais une majorité d'historiens estime que l'on avait raison d'employer parfois au xviiie siècle le terme d'« absolutisme éclairé », et qu'il faut ranger cette forme de gouvernement dans le cadre de l'absolutisme.

La troisième difficulté est encore plus délicate. Il s'agit de savoir si ce concept doit être réservé pour la période historique où le gouvernement est habituellement qualifié ainsi, ou s'il peut être étendu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bordeaux-I, membre de l'Académie de Bordeaux

Classification


Autres références

«  ABSOLUTISME  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 061 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La révolution de 1848 »  : […] Le néo-absolutisme : avec l'aide de l'armée et de la police, Schwarzenberg établit en effet un régime tel qu'il n'avait jamais existé dans la monarchie. Les vieilles institutions locales ayant été abolies, le gouvernement central ne rencontra plus aucun obstacle. Ce néo-absolutisme dont avait rêvé Joseph II fut réalisé par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_1220

BODIN JEAN (1529-1596)

  • Écrit par 
  • Pierre MESNARD
  •  • 4 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théoricien de la monarchie absolue ? »  : […] Historiquement, cette thèse a d'abord été soutenue, et le fait est assez curieux, par les propres théoriciens de l'absolutisme. José Antonio Maravall a excellemment montré que toute la philosophie politique espagnole du xviie siècle n'est qu'un long duel entre l'influence de Bodin et celle de Machiavel. Par un jeu singulier de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bodin/#i_1220

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 925 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un absolutisme antimachiavélique »  : […] politique ; à peine eut-il, en d'assez rares circonstances, l'occasion de conseiller le roi. Il serait donc erroné de lui imputer – en dehors de l'affaire gallicane – un grand rôle politique. En revanche, il fait, en ce domaine, figure de théoricien, et sa Politique reste l'un des ouvrages les plus représentatifs de l'absolutisme français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-benigne-bossuet/#i_1220

BOURBONS

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 6 452 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de la légitimité »  : […] culmine à Dieu dans l'ordre surnaturel et à la personne royale dans la société terrestre. Monarchie absolue ne signifie d'ailleurs pas despotisme. Bien au contraire. La France possède une « monarchie royale » où le souverain n'a pas la propriété des biens ni des personnes de ses sujets, à l'inverse des pays d'Orient soumis à la tyrannie des « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourbons/#i_1220

DESPOTISME ÉCLAIRÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques CHEVALLIER
  •  • 4 472 mots
  •  • 2 médias

siècle, l'expression de « despotisme éclairé » est maintenant consacrée. Celle d'«  absolutisme éclairé », comme divers auteurs l'ont fait remarquer, eût été sans doute préférable pour désigner le système de gouvernement, dans sa théorie et sa pratique, qui connut un tel succès – faut-il dire de mode ? – au cours de la seconde moitié du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire/#i_1220

FANATISME

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 351 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du fanatisme des autres à l'« Encyclopédie » »  : […] L'ironie des choses a voulu qu'un des premiers à parler sur un ton méprisant du fanatisme fût Bossuet, un des plus zélés protagonistes de l'absolutisme religieux. Dans l'Oraison funèbre de la reine d'Angleterre, il stigmatise les quakers, « gens fanatiques, qui croient que toutes leurs rêveries leur sont inspirées ». De même dira-t-il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fanatisme/#i_1220

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 585 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la monarchie tempérée à la monarchie absolue »  : […] e siècle, il existe des contrepoids à l'autorité royale : états généraux, états particuliers, parlements ; la monarchie est ainsi « tempérée ». À partir du xviie siècle, et cela tant par une évolution naturelle que sous l'influence de l'opinion publique (la bourgeoisie surtout) lassée des désordres des époques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-l-etat-monarchique/#i_1220

FRONDE

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 2 797 mots

Dans le chapitre « Les circonstances »  : […] italien et de favoriser des dépenses de cour qui semblaient un défi à la gêne du pays. La monarchie était absolue. Personne n'en contestait le principe ; au début de 1648, devant les réclamations du parlement de Paris, la reine lui avait demandé de préciser sa compétence et il avait opposé un refus, répondant qu'il ne lui appartenait pas « de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fronde/#i_1220

HASSAN II (1929-1999) roi du Maroc (1961-1999)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SANTUCCI
  •  • 1 016 mots
  •  • 1 média

et d'un réseau d'élites administratives tissé sous l'égide du ministre de l'Intérieur. L'absolutisme royal devient la trame d'un système qui s'accommode d'une corruption intensive, d'une répression sélective et d'un enrichissement outrancier. La nouvelle Constitution de 1970 pérennise un régime autocratique et profondément […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-ii/#i_1220

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 662 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'état de nature à l'omnipotence du souverain »  : […] Ainsi se trouve institué le souverain, qui dispose d'un pouvoir absolu, unique, indivisible, irrésistible. Les citoyens demeurent liés par le contrat, lui seul ne l'est pas, car il n'a contracté avec personne. Sa légitimité ne tient qu'à sa toute-puissance désormais. Il est au-dessus de tous les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hobbes/#i_1220

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 395 mots
  •  • 10 médias

les règles essentielles de sa politique. Ses décisions avaient force de loi, elles étaient la loi même, en vertu de l'absolutisme royal, élaboré à la fois par la tradition féodale qui tenait le roi pour suprême suzerain et suprême juge et par les légistes imbus de droit romain, concevant l'autorité royale comme aussi indivisible que le point en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xiv/#i_1220

MAZARIN JULES (1602-1661)

  • Écrit par 
  • Madeleine LAURAIN-PORTEMER
  •  • 1 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le triomphe de l'absolutisme »  : […] « L'autorité du Roy, c'est le repos de l'État. » Cette autorité, les esprits les plus clairvoyants jugent alors qu'elle doit être absolue. Une souveraineté pleine et entière peut, seule, faire prévaloir l'intérêt général et juguler les féodalités renaissantes. L'obéissance au roi est gage de la paix publique. Pour le bien du royaume, Mazarin, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-mazarin/#i_1220

MONARCHIE

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 9 646 mots

Dans le chapitre « La monarchie absolue »  : […] Le terme de monarchie absolue peut être pris dans deux acceptions. Il peut avoir un sens compréhensif ou être considéré comme un terme spécifique. Dans le sens compréhensif, on désignera ainsi tous les régimes monarchiques dans lesquels le roi prétend gouverner sans limite et avoir tous les droits sur ses sujets, tend à assimiler sa volonté à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie/#i_1220

MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BENREKASSA
  •  • 7 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Réalisation et sens du grand œuvre : « De l'esprit des lois » (1748) »  : […] plus que Locke), comme par rapport à tous les penseurs français adversaires de la dérive absolutiste (Fénelon, Boulainvilliers, Saint-Pierre), Montesquieu a à résoudre, théoriquement et pragmatiquement, en rendant aux monarchies européennes les « raisons de leurs maximes », des conflits pour lesquels il repère une solution historique proche, après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/#i_1220

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Albert-Alain BOURDON, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • François GUICHARD, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 046 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Bâtir l’État-nation : de la révolution libérale à la Régénération  »  : […] par Jean VI, la contre-révolution se met en marche, sous l’égide de l'infant Miguel. L’expérience libérale s’achève par l’autosuspension des Cortes, le 2 juin 1823, à la suite de la révolte miguéliste et par la reprise en main du pouvoir par Jean VI qui, toutefois, ne restaure pas l’absolutisme. L’équilibre précaire entre libéraux et contre- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_1220

RAISON D'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Pierre LEGENDRE
  •  • 985 mots

Notion ancienne de la tradition politique des Occidentaux. Le terme se trouve déjà chez Cicéron (consul en ~ 63), ratio reipublicae. D'autres expressions ou maximes, souvent empruntées au droit romain (utilité publique, raison de l'Empire, nécessité n'a pas de loi), furent les conducteurs du concept chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison-d-etat/#i_1220

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 112 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le prince, le monarque et les utopies »  : […] Une doctrine officielle domine en réalité toute l'époque : celle de la monarchie « absolue ». Elle remonte très haut dans le Moyen Âge (R. Mousnier) et n'a guère été mise en cause qu'au moment des guerres de Religion, pendant lesquelles « monarchomaques » protestants (1573-1579) ou ligueurs catholiques contestent sa valeur. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_1220

RHÉTORIQUE

  • Écrit par 
  • Françoise DOUAY-SOUBLIN
  •  • 6 015 mots

Dans le chapitre « Controverses »  : […] contre le modèle sophistique et démocratique athénien, une néo-rhétorique autoritaire ou propagande, qui lie la persuasion à l'un plutôt qu'au multiple ; le culte de l'empereur à Rome en offre le premier exemple, dont s'inspirent tour à tour Louis XIV et Napoléon. C'est contre cette rhétorique absolutiste que luttent les philosophes des Lumières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhetorique/#i_1220

SEYSSEL CLAUDE DE (1450-1520)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 345 mots

Disciple de Bartoli, commentateur de recueils justiniens, Claude de Seyssel fut, de 1494 à 1498, conseiller auprès de la maison de Savoie avant de passer au service de Louis XII. Après une brillante carrière aux parlements de Toulouse puis de Paris en qualité de maître des requêtes, il écrivit pour François I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-de-seyssel/#i_1220

SUJET, politique

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 701 mots

Dans l'histoire politique de l'Europe occidentale, le temps des sujets coïncide à peu près avec celui de la monarchie absolue ; il marque une double étape : dans les rapports du peuple avec le souverain d'une part, dans la lutte pour le pouvoir entre le souverain et l'aristocratie d'autre part, et représente une conception […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet-politique/#i_1220

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 199 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La violence politique »  : […] Les formes despotiques correspondent au pouvoir absolu d'un tyran faisant régner sa terreur dans le cercle restreint de ses proches ou de sa cour et s'assurant la faveur du peuple par des mesures démagogiques. Passé ces cercles, l'appareil de la terreur se manifeste par des interventions spectaculaires et intermittentes – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_1220

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques ELLUL, « ABSOLUTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolutisme/