ABSOLUTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme tous les concepts à plusieurs dimensions (ici politique, historique, juridique, doctrinal), le concept d'absolutisme est assez flou. Son étude présente trois sortes de difficultés portant sur l'objet lui-même.

La première difficulté tient à ce que l'on désigne généralement par ce terme des doctrines, ou un corps de doctrines. Or une analyse même sommaire montre à quel point ces doctrines sont faibles, mal fondées, sauf celle de Hobbes. Il semble bien que l'absolutisme soit beaucoup plus une pratique de gouvernement, donnant naissance à ce que l'on peut à la rigueur appeler doctrine, et qu'il vaudrait mieux considérer comme l'idéologie d'un groupe dirigeant. Il s'agit d'une pratique bien plus que d'une structure ou d'un système. Il peut y avoir absolutisme sous une forme monarchique, mais aussi sous d'autres formes. Ce n'est pas simplement l'absence de limite dans les structures constitutionnelles qui le caractérise.

La deuxième difficulté tient à ce que l'on restreint généralement l'application de ce terme à la monarchie occidentale pour une période discutée.

Personne ne doute que le xviie siècle français soit caractérisé par l'absolutisme monarchique. Mais, en Angleterre, malgré les prétentions royales, c'est plutôt un échec. Par ailleurs, les historiens sont partagés en ce qui concerne le xvie siècle : certes, la monarchie espagnole du xvie siècle est absolutiste. Mais on peut hésiter en ce qui concerne la France. Mesnard considère que la « monarchie royale » au xvie siècle français ne peut être qualifiée d'absolutiste. Et en ce qui concerne le xviiie siècle, nous trouvons le qualificatif de « despotisme éclairé », mais une majorité d'historiens estime que l'on avait raison d'employer parfois au xviiie siècle le terme d'« absolutisme éclairé », et qu'il faut ranger cette forme de gouvernement dans le cadre de l'absolutisme.

La troisième difficulté est encore plus délicate. Il s'agit de savoir si ce concept doit être réservé pour la période historique où le gouvernement est habituellement qualifié ainsi, ou s'il peut êt [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bordeaux-I, membre de l'Académie de Bordeaux

Classification


Autres références

«  ABSOLUTISME  » est également traité dans :

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La révolution de 1848 »  : […] Le problème de la cohésion entre les divers éléments de la monarchie danubienne est éclairé d'une manière nouvelle par la révolution de 1848. Désormais, il ne s'agissait plus seulement d'aménager les rapports entre les différents pays et leurs classes dirigeantes, d'une part, et le gouvernement central, d'autre part, mais d'accorder leur place à des groupes nationaux qui n'avaient jamais figuré da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_1220

BODIN JEAN (1529-1596)

  • Écrit par 
  • Pierre MESNARD
  •  • 4 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Théoricien de la monarchie absolue ? »  : […] Les auteurs modernes, qui ne s'embarrassent pas toujours de nuances, ont souvent considéré que Bodin, partisan déclaré de la souveraineté, devait du même coup être considéré comme le fondateur de la monarchie absolue. Historiquement, cette thèse a d'abord été soutenue, et le fait est assez curieux, par les propres théoriciens de l' absolutisme. José Antonio Maravall a excellemment montré que toute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bodin/#i_1220

BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

  • Écrit par 
  • Jacques TRUCHET
  • , Universalis
  •  • 3 924 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un absolutisme antimachiavélique »  : […] Bossuet ne fut jamais ministre, ni même investi d'une quelconque fonction de nature proprement politique ; à peine eut-il, en d'assez rares circonstances, l'occasion de conseiller le roi. Il serait donc erroné de lui imputer – en dehors de l'affaire gallicane – un grand rôle politique. En revanche, il fait, en ce domaine, figure de théoricien, et sa Politique reste l'un des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-benigne-bossuet/#i_1220

BOURBONS

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 6 451 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème de la légitimité »  : […] Les Français du xvii e  siècle ne conçoivent pas l'État comme une réalité abstraite, mais comme un tout organique, comme un corps vivant : un corps mystique. Le même Guy Coquille écrit que « le roy est le chef et le peuple des trois ordres sont les membres et tous ensemble font le corps politique et mystique, dont la liaison et union est individu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourbons/#i_1220

DESPOTISME ÉCLAIRÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques CHEVALLIER
  •  • 4 472 mots
  •  • 2 médias

Forgée probablement par des historiens allemands au cours du xix e  siècle, l'expression de « despotisme éclairé » est maintenant consacrée. Celle d'«   absolutisme éclairé », comme divers auteurs l'ont fait remarquer, eût été sans doute préférable pour désigner le système de gouvernement, dans sa théorie et sa pratique, qui connut un tel succès – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire/#i_1220

FANATISME

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 351 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du fanatisme des autres à l'« Encyclopédie » »  : […] Comme l'aruspice, le fanatique connaît l'avenir. Il prédit le fatum , le destin inexorable, le fatidique. Le destin n'est rien d'autre que la réalisation de la vérité qui s'échappe de sa bouche, comme les révélations d'une pythie. Mais de lui, à la différence de la pythie, la vérité exige que ses mots soient des actes, qu'il brandisse le glaive du verbe, par lequel, en se sac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fanatisme/#i_1220

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la monarchie tempérée à la monarchie absolue »  : […] On considère que le roi jouit dans son royaume de toutes les prérogatives qui étaient celles de l'empereur romain autrefois. Jusqu'à la fin du xvi e  siècle, il existe des contrepoids à l'autorité royale : états généraux, états particuliers, parlements ; la monarchie est ainsi « tempérée ». À partir du xvii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-l-etat-monarchique/#i_1220

FRONDE

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 2 797 mots

Dans le chapitre « Les circonstances »  : […] Deux circonstances ont contribué à l'éclatement de la crise : la guerre avec la maison d'Autriche et la minorité du roi. La guerre durait depuis 1635 et paraissait s'éterniser. Les négociations engagées avec l'empereur et les princes allemands allaient aboutir bientôt à la paix sur le Rhin, tandis que la lutte se poursuivait contre les armées espagnoles à la frontière du Nord, du reste à l'avantag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fronde/#i_1220

HASSAN II (1929-1999) roi du Maroc (1961-1999)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SANTUCCI
  •  • 1 015 mots
  •  • 1 média

Né à Rabat le 9 juillet 1929, Moulay Hassan reçoit une éducation orientale et européenne, puis obtient une licence et un diplôme des hautes études de droit à la faculté de Bordeaux. Associé dès son plus jeune âge à la cause du nationalisme marocain, il partage avec son père les vicissitudes de son engagement politique et l'énorme prestige populaire conquis dans cette épreuve. Désigné en 1957, puis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-ii/#i_1220

HOBBES THOMAS (1588-1679)

  • Écrit par 
  • Raymond POLIN
  •  • 2 662 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'état de nature à l'omnipotence du souverain »  : […] C'est sur ces bases, estime Hobbes, que peut désormais être élaborée une véritable science de la morale et de la politique, à partir de l'expérience raisonnée des mouvements des corps et de l'esprit. Ce qu'Euclide a fait pour la géométrie et Galilée pour la physique, lui s'estime en mesure de le faire pour la politique, et ce sera la première science politique accomplie. Dans un système nominalist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-hobbes/#i_1220

LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

  • Écrit par 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 10 392 mots
  •  • 10 médias

Louis XIV est un des personnages historiques sur lesquels l'attention demeure portée, sans que nul historien puisse prétendre donner de lui une image certaine et définitive. Qu'il ait influencé directement les destinées françaises et qu'à ce titre on ne puisse imaginer l'histoire de la France sans lui, nul doute. Mais, parce que son règne a curieusement associé une incontestable gloire à de très l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xiv/#i_1220

MAZARIN JULES (1602-1661)

  • Écrit par 
  • Madeleine LAURAIN-PORTEMER
  •  • 1 782 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le triomphe de l'absolutisme »  : […] « L'autorité du Roy, c'est le repos de l'État. » Cette autorité, les esprits les plus clairvoyants jugent alors qu'elle doit être absolue. Une souveraineté pleine et entière peut, seule, faire prévaloir l'intérêt général et juguler les féodalités renaissantes. L'obéissance au roi est gage de la paix publique. Pour le bien du royaume, Mazarin, qui « pleure des larmes de sang » sur les déchirements […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-mazarin/#i_1220

MONARCHIE

  • Écrit par 
  • Jacques ELLUL
  •  • 9 646 mots

Dans le chapitre « La monarchie absolue »  : […] Le terme de monarchie absolue peut être pris dans deux acceptions. Il peut avoir un sens compréhensif ou être considéré comme un terme spécifique. Dans le sens compréhensif, on désignera ainsi tous les régimes monarchiques dans lesquels le roi prétend gouverner sans limite et avoir tous les droits sur ses sujets, tend à assimiler sa volonté à la loi et, en fait, arrive à imposer plus ou moins com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monarchie/#i_1220

MONTESQUIEU CHARLES DE (1689-1755)

  • Écrit par 
  • Georges BENREKASSA
  •  • 7 177 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Réalisation et sens du grand œuvre : « De l'esprit des lois » (1748) »  : […] Nous voici au moment où va prendre forme la systématique, où la méthode va engendrer un savoir nouveau, une « manière d'enseigner les lois ». Et c'est d'abord l'écrivain politique qu'il faut saluer au travail dans une œuvre de pensée où le langage est essentiel. Montesquieu a un style philosophique, une manière de penser et de faire penser, des usages intellectuels propres à son temps et particul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-de-montesquieu/#i_1220

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Bâtir l’État-nation : de la révolution libérale à la Régénération  »  : […] Les libéraux convoquent des élections et élisent une assemblée constituante (Cortes constituintes) dans laquelle prédominent la bourgeoisie commerciale et la magistrature. Les travaux de rédaction de la Constitution débutent aussitôt et se prolongent jusqu’en septembre 1822. La Constitution, inspirée par celle de Cadix, incarne désormais la nation et réserve au roi un rôle mineur, en le dépossédan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_1220

RAISON D'ÉTAT

  • Écrit par 
  • Pierre LEGENDRE
  •  • 985 mots

Notion ancienne de la tradition politique des Occidentaux. Le terme se trouve déjà chez Cicéron (consul en ~ 63), ratio reipublicae . D'autres expressions ou maximes, souvent empruntées au droit romain (utilité publique, raison de l'Empire, nécessité n'a pas de loi), furent les conducteurs du concept chez les juristes du Moyen Âge, dont les analyses raffinées ont préparé des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison-d-etat/#i_1220

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le prince, le monarque et les utopies »  : […] L'idéologie politique a été florissante au xv e et au xvi e  siècle. Elle compte quelques chefs-d'œuvre : Le Prince de Machiavel (1516), L'Histoire de l'Italie de F. Guichardin (1561), ou l'œuvre, multiple et contradictoire, de Jean Bodin ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_1220

RHÉTORIQUE

  • Écrit par 
  • Françoise DOUAY-SOUBLIN
  •  • 6 015 mots

Dans le chapitre « Controverses »  : […] Et pourtant, la rhétorique n'a pas unanimement séduit. Sans parler des philosophes, métaphysiciens ou mathématiciens, trop en quête de vérité pure pour s'intéresser à ce réglage éphémère de l'à-propos que requièrent les affaires publiques, ni des piétistes qui placent leur idéal intimiste dans la famille et le travail artisanal bien fait, certains éducateurs d'élite rejettent la rhétorique comme i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhetorique/#i_1220

SEYSSEL CLAUDE DE (1450-1520)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 345 mots

Disciple de Bartoli, commentateur de recueils justiniens, Claude de Seyssel fut, de 1494 à 1498, conseiller auprès de la maison de Savoie avant de passer au service de Louis XII. Après une brillante carrière aux parlements de Toulouse puis de Paris en qualité de maître des requêtes, il écrivit pour François I er La Grant'Monarchie de France (1519). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-de-seyssel/#i_1220

SUJET, politique

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 701 mots

Dans l'histoire politique de l'Europe occidentale, le temps des sujets coïncide à peu près avec celui de la monarchie absolue ; il marque une double étape : dans les rapports du peuple avec le souverain d'une part, dans la lutte pour le pouvoir entre le souverain et l'aristocratie d'autre part, et représente une conception horizontale de la société en opposition avec la conception pyramidale de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sujet-politique/#i_1220

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 198 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La violence politique »  : […] Cette expression regroupe des phénomènes très différents : violence politique diffuse, violence venue « d'en bas » et tournée contre le pouvoir, violence « d'en haut » en provenance du pouvoir, terrorisme et, enfin, violence tenant à l'effondrement de la communauté politique, dans le cas des guerres civiles. Dans la réalité, ces violences peuvent coexister au même moment, ou se succéder, mais elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violence/#i_1220

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques ELLUL, « ABSOLUTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/absolutisme/