ITALIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la Renaissance à l'ère des Lumières

Entre le xiiie et le xve siècle, la péninsule italienne est l'un des principaux foyers de l'activité économique européenne. Organisée tout d'abord autour des communes, la vie politique suscite la naissance d'États régionaux. Les deux forces antagonistes, Empire germanique et papauté, qui avaient jusque-là dominé, renoncent à assurer leur prépondérance. De 1454 à 1494, une « politique d'équilibre » groupe les souverains dans une Ligue italienne qui, dans le climat culturel et artistique prestigieux du Rinascimento, semble préfigurer la formation d'un État national, sur le modèle espagnol ou français. Mais une série d'interventions étrangères vont bloquer cette évolution et retarder jusqu'au xixe l'accomplissement du processus unitaire.

L'échec de la tentative française et l'hégémonie espagnole

Dans la première moitié du xvie siècle, la politique européenne est dominée par la rivalité des grandes puissances pour le contrôle d'une Italie prospère, mais morcelée. Née d'un antagonisme franco-espagnol, la lutte s'élargit aux dimensions d'un conflit européen et se complique par l'incidence des bouleversements profonds que sont la découverte du Nouveau Monde et la Réforme. Elle se déroule sur un fond très complexe d'intrigues et d'alliances conclues et dénouées. Jusqu'en 1516 se succèdent les « descentes » françaises en Italie, pays qui exerce sur les Valois une fascination où se mêlent le goût de l'aventure, le mythe méditerranéen et la réminiscence des croisades. En septembre 1494, Charles VIII fait une promenade militaire jusqu'à Naples, où il revendique la succession des princes d'Anjou. Il s'y fait couronner « roi de Naples, de Sicile et de Jérusalem ». Mais l'Espagne et les autres États italiens, inquiets de ce triomphe, suscitent une coalition antifrançaise. Charles VIII doit regagner la France, et il se fraye le passage des Alpes par la difficile victoire de Fornoue (Fornovo), le 6 juillet 1495. Louis XII relance la lutte. Au printemps 1500, il s'empare facilement du Milanais et, dans l'été 1501, du royaume de Naples. Mais l'Espagne, qui possède la Sicile, ne peut tolérer cette présence française. Loin de leurs bases, les Français résistent pendant deux ans puis, en dépit de la valeur de Bayard, vaincus au Garigliano, ils doivent, en 1504, abandonner Naples à l'Espagne. Le pape Jules II, appuyé par Venise et l'Espagne, suscite la formation d'une Sainte Ligue pour chasser les « barbares » français. Malgré la sanglante victoire de Gaston de Foix à Ravenne (11 avr. 1512), Louis XII doit renoncer également au Milanais. Son successeur, François Ier, tente la reconquête de Milan. Il l'obtient en battant les coalisés et leurs alliés, les mercenaires suisses, à Marignan (actuellement Melegnano), les 13 et 14 septembre 1515. La paix de Noyon (13 août 1516) laisse le Milanais à François Ier, Naples à l'Espagne, tandis que les Suisses se retirent de la lutte et signent avec la France la « paix perpétuelle ».

La victoire espagnole

Les guerres d'Italie rebondissent avec l'élection impériale de 1519, où Charles de Habsbourg triomphe de François Ier. Charles Ier, devenu Charles Quint, qui a joint aux possessions espagnoles les terres des Habsbourg d'Autriche, encercle dangereusement la France et attaque le Milanais. François Ier est battu à Pavie (24 févr. 1525) et emmené en captivité. Il doit souscrire en 1526 au traité de Madrid, par lequel il renonce à Naples et au Milanais. Après sa libération, il se rapproche de l'Angleterre, des Turcs et des protestants allemands, tandis que, par la ligue de Cognac, il s'allie aux principaux princes italiens. En 1527, Rome est saccagée par les Austro-Espagnols et, en 1530, Charles Quint est couronné empereur par le pape. De 1530 à 1559, la suprématie espagnole va se consolider. Le conflit entre maison de France et maison de Habsbourg s'élargit en une guerre d'usure, étendue au continent, aggravée par les difficultés financières des belligérants, la crise de la Réforme en Allemagne et l'entrée en lice de la puissance turque. François Ier reprend l'offensive en 1536, occupant la Savoie et le Piémont et attaquant le Milanais. L'Italie, enjeu de la lutte, n'est point cependant le terrain principal des opérations, et les deux antagonistes s'y affrontent dans un jeu diplomatique s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages

Médias de l’article

Italie : drapeau

Italie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

500 à 600. Reconquêtes

500 à 600. Reconquêtes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 42 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : professeur honoraire à l'université de Genève
  • : maître assistant à l'université de Paris-I
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

18-31 août 2015 Union européenne. Crise migratoire.

Sur les quarante mille demandeurs d’asile hébergés en Italie et en Grèce, dont la Commission avait demandé, en mai, la répartition au sein de l’Union, seuls trente-deux mille deux cent cinquante ont été pris en charge – dont la moitié par l’Allemagne et la France. Les deux dirigeants préconisent une aide accrue aux pays frontaliers des zones de guerre – Turquie, Liban, Jordanie – qui accueillent de nombreux exilés, ainsi que l’ouverture de centres d’accueil en Italie et en Grèce, destinés à trier les migrants. […] Lire la suite

2-30 mai 1986 U.R.S.S. Suites de l'accident de Tchernobyl

et en Italie, les chefs d'État et de gouvernement des sept pays industrialisés, réunis au sommet de Tōkyō, abordent le problème de la sécurité nucléaire. Le 12, un nouveau bilan de la catastrophe fait état de six morts (auxquels il faut ajouter deux personnes décédées au moment de l'accident) et de trente-cinq brûlés et irradiés dans un état grave. […] Lire la suite

13 avril 1986 Italie. Visite du pape Jean-Paul II à la synagogue de Rome

Jean-Paul II se rend à la synagogue de Rome, située non loin du Vatican, de l'autre côté du Tibre. C'est la première fois dans l'histoire du Vatican qu'un pape accomplit ce geste. Accueilli par Giacomo Saban, président de l'Union israélite de Rome, puis par le grand rabbin Elio Toaff, Jean-Paul II, après la lecture en italien et en hébreu d'un passage du Livre de la Genèse, répond à l'allocution du grand rabbin. […] Lire la suite

23 octobre - 3 novembre 1983 Liban. Attentat à Beyrouth contre les soldats américains et français de la force multinationale

À son retour à Paris, il confirme que « la France reste et restera fidèle à son histoire et à ses engagements ». Le 26, le vice-président américain George Bush effectue à son tour une courte visite à Beyrouth. Le 27, les ministres des Affaires étrangères des quatre pays associés au sein de la force multinationale (États-Unis, France, Grande-Bretagne et Italie) se réunissent au château de La Celle-Saint-Cloud, près de Paris. […] Lire la suite

4-12 août 1983 Italie. Premier gouvernement de coalition à direction socialiste

Le 4, Bettino Craxi, secrétaire général du P.S.I., constitue, pour la première fois dans l'histoire de la République italienne, un gouvernement présidé par un socialiste. Mais, seize des vingt-neuf membres qui le composent, dont deux anciens présidents du Conseil : Giulio Andreotti (Affaires étrangères) et Arnaldo Forlani, vice-président du Conseil), appartiennent à la Démocratie chrétienne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BALARD, Paul GUICHONNET, Jean-Marie MARTIN, Jean-Louis MIÈGE, Paul PETIT, « ITALIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/