ITALIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'Italie antique aux Lombards

La date de 476 (chute du dernier empereur romain d'Occident), limite théorique de l'Antiquité et du Moyen Âge, ne vaut que pour l'Italie, seule région où l'autorité impériale s'exerçât encore. Là même, la coexistence de l'empereur et du maître des milices (généralement barbare) et la supériorité de fait de celui-ci sont communes au ve siècle. Aussi le skire Odoacre, maître des milices et chef d'armées barbares au service de l'Empire, installées selon le régime de l'hospitalitas (considérés comme « hôtes », les soldats jouissent du revenu du tiers des terres de certaines régions), a-t-il continué de gouverner l'Italie à la manière romaine ; il s'appuie sur le sénat, après avoir détrôné l'empereur Romulus Augustule et envoyé à Constantinople les insignes impériaux ; les armées barbares n'ont pas part au gouvernement.

Théodoric

Cette autonomie déplaît à l'empereur d'Orient, qui cherche de plus à éloigner les Ostrogoths, qui ravagent les Balkans. Ce peuple, de religion arienne, est dirigé par Théodoric, qui a passé sa jeunesse comme otage à Byzance, et connaît donc bien l'administration romaine, mais dont les ambitions dépassent celles d'un délégué de l'empereur. Il entre en Italie, envoyé par celui-ci, en 489, et supprime Odoacre en 493. Sa politique, bien connue grâce à Procope et Cassiodore, ne diffère guère de celle de son prédécesseur ; les Goths, stationnés comme « hôtes » en Italie du Nord, sont relégués aux fonctions militaires, et gardent leur droit national. L'administration reste romaine : les cités conservent leurs curies, les provinces leurs gouverneurs, l'Italie son préfet du prétoire, qui aide le roi avec les anciens ministres du gouvernement impérial. L'administration tend seulement à se centraliser. Les deux populations sont rigoureusement séparées, le roi garantissant l'équilibre de cette construction originale, bien différente des monarchies vraiment barbares. À la fin du règne, cet équilibre se rompt : en 524, le sénateur philosophe Boèce est exécuté pour avoir souhaité une restauration impériale ; en 526, le pape Jean Ier meurt en prison. Or, à la mort de Théodoric (526), les tendances trop romaines de sa fille Amalasonthe entraînent une réaction des nationalistes goths, qui la tuent en 535 ; Justinien, qui vient de conquérir l'Afrique vandale, envoie Bélisaire en Italie ; la « guerre gothique » dure vingt ans, et laisse à Justinien, en 555, une Italie ravagée. Au cours de la guerre se révèlent les qualités stratégiques du roi goth Totila (541-552), qui recrute des troupes par la subversion sociale. C'est dans ce climat de violence que saint Benoît édicte sa règle monastique. La longue résistance du royaume goth prouve ses qualités. Le pays, bien gouverné, est prospère, grâce à l'habile politique fiscale des hauts fonctionnaires. Sa population, amoindrie, produit assez pour ses besoins. Le commerce, ralenti, est encore important. Seul le Sud est en décadence ; mais guerres et épidémies du vie siècle ont ruiné l'ordre social antique.

500 à 600. Reconquêtes

Vidéo : 500 à 600. Reconquêtes

Justinien empereur. Apogée de Constantinople. Chosroès Ier empereur sassanide en Iran. Les Sui réunifient la Chine.Les bouleversements du siècle précédent se poursuivent au VIe siècle.En Occident, les Francs étendent leur domination sur pratiquement toute l'ancienne Gaule, tandis que les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Justinien et la restauration byzantine

La restauration de l'Empire ébranle en effet cet ordre : aux ravages de la guerre succède la fiscalité très dure d'un empire qui n'a plus les moyens de sa politique ; les compromissions religieuses avec les monophysites orientaux, un moment admises par Rome, créent en Italie du Nord un schisme qui durera un siècle et demi. Même les institutions traditionnelles sont mal respectées : Narsès est chargé d'un gouvernement militaire. On fortifie les frontières, face au monde barbare qu'ébranlent les Avars. L'éclat de l'art officiel ravennate ne doit pas masquer la situation réelle.

L'invasion lombarde

C'est en 568 que l'Italie est plongée dans l'univers barbare ; partiellement du moins, car la division politique de la péninsule (qui durera jusqu'en 1860) en laisse des morceaux épars sous l'autorité de Byzance – principalement les futurs États pontificaux. Cette année-là, le peuple lombard, païen en grande partie, et qui ne connaît de Rome que ses institutions militaires, conquiert la plaine du Pô, puis l'Apennin jusqu'au Sud ; le couloir byzantin entre Rome et Ravenne isole au viie siècle les duchés de [...]

Italie, VIe siècle

Dessin : Italie, VIe siècle

L'occupation lombarde de l'Italie à la fin du VIe siècle (d'après L. Musset). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Italie, VIIe siècle

Dessin : Italie, VIIe siècle

L'Italie lombarde, dans la première moitié du VIIe siècle. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Italie : drapeau

Italie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

500 à 600. Reconquêtes

500 à 600. Reconquêtes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 42 médias de l'article

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : professeur honoraire à l'université de Genève
  • : maître assistant à l'université de Paris-I
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

18-31 août 2015 Union européenne. Crise migratoire.

Sur les quarante mille demandeurs d’asile hébergés en Italie et en Grèce, dont la Commission avait demandé, en mai, la répartition au sein de l’Union, seuls trente-deux mille deux cent cinquante ont été pris en charge – dont la moitié par l’Allemagne et la France. Les deux dirigeants préconisent une aide accrue aux pays frontaliers des zones de guerre – Turquie, Liban, Jordanie – qui accueillent de nombreux exilés, ainsi que l’ouverture de centres d’accueil en Italie et en Grèce, destinés à trier les migrants. […] Lire la suite

2-30 mai 1986 U.R.S.S. Suites de l'accident de Tchernobyl

et en Italie, les chefs d'État et de gouvernement des sept pays industrialisés, réunis au sommet de Tōkyō, abordent le problème de la sécurité nucléaire. Le 12, un nouveau bilan de la catastrophe fait état de six morts (auxquels il faut ajouter deux personnes décédées au moment de l'accident) et de trente-cinq brûlés et irradiés dans un état grave. […] Lire la suite

13 avril 1986 Italie. Visite du pape Jean-Paul II à la synagogue de Rome

Jean-Paul II se rend à la synagogue de Rome, située non loin du Vatican, de l'autre côté du Tibre. C'est la première fois dans l'histoire du Vatican qu'un pape accomplit ce geste. Accueilli par Giacomo Saban, président de l'Union israélite de Rome, puis par le grand rabbin Elio Toaff, Jean-Paul II, après la lecture en italien et en hébreu d'un passage du Livre de la Genèse, répond à l'allocution du grand rabbin. […] Lire la suite

23 octobre - 3 novembre 1983 Liban. Attentat à Beyrouth contre les soldats américains et français de la force multinationale

À son retour à Paris, il confirme que « la France reste et restera fidèle à son histoire et à ses engagements ». Le 26, le vice-président américain George Bush effectue à son tour une courte visite à Beyrouth. Le 27, les ministres des Affaires étrangères des quatre pays associés au sein de la force multinationale (États-Unis, France, Grande-Bretagne et Italie) se réunissent au château de La Celle-Saint-Cloud, près de Paris. […] Lire la suite

4-12 août 1983 Italie. Premier gouvernement de coalition à direction socialiste

Le 4, Bettino Craxi, secrétaire général du P.S.I., constitue, pour la première fois dans l'histoire de la République italienne, un gouvernement présidé par un socialiste. Mais, seize des vingt-neuf membres qui le composent, dont deux anciens présidents du Conseil : Giulio Andreotti (Affaires étrangères) et Arnaldo Forlani, vice-président du Conseil), appartiennent à la Démocratie chrétienne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BALARD, Paul GUICHONNET, Jean-Marie MARTIN, Jean-Louis MIÈGE, Paul PETIT, « ITALIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/