ITALIEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

 L'Italie fasciste

L'organisation de la dictature

Le fascisme, qui domine la vie italienne du ventennio 1925-1945, est une dictature antiparlementaire et antidémocratique. Ce n'est pas une idéologie originale, mais une doctrine qui mêle, dans une improvisation continue, l'exaltation de l'action, le culte de la force, la subordination de l'individu à l'État, dans un système où l'autorité vient d'en haut. La propagande et l'embrigadement des masses mettent le pays en condition. Pourtant, le triomphe de Mussolini ne fut pas immédiat. Il fut facilité par les déficiences de la monarchie unitaire, l'adhésion des milieux politiques et économiques italiens, et les sympathies rencontrées à l'extérieur. Le régime s'instaure dans les années 1922-1925. Mussolini dose habilement la modération rassurante et la rigueur. Il forme un ministère n'excluant que les socialistes et où les fascistes n'ont pas la majorité des portefeuilles. Mais il intimide les députés par le menaçant « discours du bivouac », et se fait donner les pleins pouvoirs pour un an. En janvier 1923 est créée la Milice fasciste, armée parallèle de défense du régime, qui en couvre les exactions contre les opposants, encore nombreux dans les milieux populaires. Le Parti fasciste fusionne avec les nationalistes, qui lui apportent des éléments de valeur. Une nouvelle loi attribue les deux tiers des sièges à la liste obtenant le quart des suffrages et, aux élections d'avril 1924, le bloc nationaliste-fasciste récolte 64,9 p. 100 des voix. Pourtant un sursaut du libéralisme est encore possible, comme en témoigne la vague d'indignation qui traverse le pays, en juin, après l'assassinat, par les squadristes (membres de la squadra) du leader socialiste Giacomo Matteotti. Mais l'opposition, divisée, au lieu d'exploiter cette circonstance, demeure inerte et commet l'erreur d'abandonner la lutte parlementaire ; le 27 juin 1924, cent vingt-sept députés se « retirent sur l'Aventin ». Le 3 janvier 1925, Mussolini annonce le passage à la « fascistisation » de l'État. Au terme de cette opération, le Statut constitutionnel de 1848 ne sera plus qu'une façade derrière laquelle le Duce, nommé chef du gouvernement, le 24 décembre 1924, aura tous les pouvoirs. Dans les mois qui suivent, la presse est mise au pas, l'administration épurée, les syndicats catholiques et socialistes, et tous les partis non fascistes, dissous. Un tribunal spécial envoie les opposants à la résidence forcée du confino. Beaucoup d'antifascistes s'exilent et mènent à l'étranger une vie précaire.

Le socialiste Giacomo Matteotti, vers 1924

Photographie : Le socialiste Giacomo Matteotti, vers 1924

Le 10 juin 1924, l'enlèvement, puis l'assassinat, du député socialiste Giacomo Matteotti, contempteur de la politique mussolinienne, marqua une accélération dans le processus d'établissement du régime fasciste en Italie. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le régime totalitaire, interprète unique de la volonté populaire exprimée par des plébiscites, concentre toute l'autorité dans la personne du Duce qui gouverne, aux côtés d'un souverain réduit à un rôle représentatif. Le parti national-fasciste fournit, à tous les degrés, les exécutants. Le pouvoir législatif, profondément dégradé, est réduit à l'organisme consultatif du Grand Conseil fasciste, créé en janvier 1923, au Sénat et à la Chambre des députés. Celle-ci, ramenée à quatre cents membres en 1929, est désignée par le Grand Conseil, sur une liste nationale unique, et, en 1939, elle est transformée en une Chambre des faisceaux et corporations. Le gouvernement édite des décrets-lois, ratifiés par une Chambre docile, et, dans les provinces et les communes, les anciens conseils et syndics élus cèdent la place à des représentants et des podestats nommés par le pouvoir. Le fascisme prétend résoudre les rapports entre capital et travail par la doctrine corporatiste, qui dépasse le marxisme. La charte du Travail (21 avr. 1927) groupe tous les salariés dans un réseau de corporations, élaborant les contrats collectifs de salaires et d'emploi. La législation et les codes furent refondus, dans un sens autoritaire. En 1923, Giovanni Gentile, philosophe officiel du régime, réforma le système scolaire et universitaire en privilégiant la culture classique et en instituant des manuels uniques, diffusant les thèmes du fascisme. La jeunesse fut embrigadée dans des formations paramilitaires, Balillas et Avanguardisti, pour lui donner une formation sportive et un endoctrinement politique.

Les succès du fascisme

La dictature, en dépit des déficiences de son personnel et de sa corruption, rencontra une large adhésion des masses jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Jamais l'opposition antifasciste, agissant par des attentats [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages

Médias de l’article

Italie : drapeau

Italie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870

Le patriote italien Giuseppe Mazzini, vers 1870
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

-600 à -200. Philosophes et conquérants

-600 à -200. Philosophes et conquérants
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

500 à 600. Reconquêtes

500 à 600. Reconquêtes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 42 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : professeur honoraire à l'université de Genève
  • : maître assistant à l'université de Paris-I
  • : professeur émérite d'histoire à l'université de Provence
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

18-31 août 2015 Union européenne. Crise migratoire.

Sur les quarante mille demandeurs d’asile hébergés en Italie et en Grèce, dont la Commission avait demandé, en mai, la répartition au sein de l’Union, seuls trente-deux mille deux cent cinquante ont été pris en charge – dont la moitié par l’Allemagne et la France. Les deux dirigeants préconisent une aide accrue aux pays frontaliers des zones de guerre – Turquie, Liban, Jordanie – qui accueillent de nombreux exilés, ainsi que l’ouverture de centres d’accueil en Italie et en Grèce, destinés à trier les migrants. […] Lire la suite

2-30 mai 1986 U.R.S.S. Suites de l'accident de Tchernobyl

et en Italie, les chefs d'État et de gouvernement des sept pays industrialisés, réunis au sommet de Tōkyō, abordent le problème de la sécurité nucléaire. Le 12, un nouveau bilan de la catastrophe fait état de six morts (auxquels il faut ajouter deux personnes décédées au moment de l'accident) et de trente-cinq brûlés et irradiés dans un état grave. […] Lire la suite

13 avril 1986 Italie. Visite du pape Jean-Paul II à la synagogue de Rome

Jean-Paul II se rend à la synagogue de Rome, située non loin du Vatican, de l'autre côté du Tibre. C'est la première fois dans l'histoire du Vatican qu'un pape accomplit ce geste. Accueilli par Giacomo Saban, président de l'Union israélite de Rome, puis par le grand rabbin Elio Toaff, Jean-Paul II, après la lecture en italien et en hébreu d'un passage du Livre de la Genèse, répond à l'allocution du grand rabbin. […] Lire la suite

23 octobre - 3 novembre 1983 Liban. Attentat à Beyrouth contre les soldats américains et français de la force multinationale

À son retour à Paris, il confirme que « la France reste et restera fidèle à son histoire et à ses engagements ». Le 26, le vice-président américain George Bush effectue à son tour une courte visite à Beyrouth. Le 27, les ministres des Affaires étrangères des quatre pays associés au sein de la force multinationale (États-Unis, France, Grande-Bretagne et Italie) se réunissent au château de La Celle-Saint-Cloud, près de Paris. […] Lire la suite

4-12 août 1983 Italie. Premier gouvernement de coalition à direction socialiste

Le 4, Bettino Craxi, secrétaire général du P.S.I., constitue, pour la première fois dans l'histoire de la République italienne, un gouvernement présidé par un socialiste. Mais, seize des vingt-neuf membres qui le composent, dont deux anciens présidents du Conseil : Giulio Andreotti (Affaires étrangères) et Arnaldo Forlani, vice-président du Conseil), appartiennent à la Démocratie chrétienne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel BALARD, Paul GUICHONNET, Jean-Marie MARTIN, Jean-Louis MIÈGE, Paul PETIT, « ITALIE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/