COULEURS, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les couleurs dans les religions monothéistes

Dans l'Interprétation des songes (ou Oniro-critique), Artémidore (iie s. apr. J.-C.) explique que la vision de vêtements rouges fait présager la fortune ou des honneurs, et celle de vêtements blancs, couleur dont on habille les morts, les plus grandes calamités. Tandis que le noir, signe de deuil qui désigne les survivants, n'annoncerait que des événements moins fâcheux. Pour Artémidore, le rouge, avec ses attributs de richesse, précède le noir et s'oppose au blanc, tandis que le violet, couleur de la séparation, sera, pour les catholiques après le concile de Nicée (325 apr. J.-C.), la couleur de la prière et remplacera la splendeur de la pourpre.

Pour le christianisme, le vert, couleur emblématique de la vie nouvelle et de la pratique naturaliter christiana, est associé à la fertilité de la terre et à l'état de grâce. L'affirmation  progressive  de  l'Église  et l'organisation croissante de sa hiérarchie s'expriment successivement dans le rouge pourpre qui évoque la passion du Christ et le supplice des martyrs. En tant que couleur du feu et de la foi, participant de la dignité épiscopale, elle scelle, à partir de Paul II, la plénitude du sacerdoce. Le bleu ciel et le vert s'associent dans la mosaïque byzantine et chrétienne, sur un fond d'or resplendissant, la pourpre royale étant exclusivement réservée aux vêtements du Christ Pantocrator. À la Vierge seront successivement associés le bleu, car elle est reine, et le rouge, car elle est la Mère de Dieu. À cette couleur s'oppose le blanc, celui du vêtement du baptisé et celui du vicaire du Christ sur la terre. Contrairement à l'indifférence manifestée à l'époque gréco-romaine envers le caeruleum (bleu foncé), on exalte dans la tradition chrétienne le caractère céleste de cette couleur, opposée au noir qui exprime, lui, la perdition des anges déchus.

L'existence d'une nouvelle communauté, où Latins et Barbares se côtoyaient unis par le baptême, a provoqué la construction d'une nouvelle « image » spirituelle de la couleur, plus proche de l'eau qui purifie que du feu. Pour les croyants, avant même d'être les symboles de la liturgie, les couleurs des catacombes (blanc, violet, bleu ciel, vert) exprimaient l'identité des membres d'une communauté ecclésiale clandestine, face aux païens et à leurs idoles. Le Nouveau Testament proposait un programme chromatique nouveau par rapport à la bitonalité du rouge et du blanc de l'Ancien Testament, et cela spécialement grâce au bleu ciel, couleur chargée de vertus surnaturelles. Avec lui, les symboles de l'eau (pêche, poissons) prévaudront sur ceux du feu, d'origine païenne, qui ne seront maintenus que pour évoquer le mystère de la Pentecôte et de l'Esprit-Saint.

Les différences établies par Nietzsche – reprises et développées par Oswald Spengler – entre les couleurs polythéistes (jaune, rouge) et les couleurs monothéistes (bleu, vert) offrent en ce sens une distinction idéologique entre les couleurs du monde gréco-romain (de l'espace) et les couleurs du monde chrétien (du destin), dans le double sens de la présence et de l'attente.

Si la chrétienté a choisi le bleu clair comme couleur du royaume des cieux et associé le vert à la communauté terrestre, l'islam réserve le vert à la religion (et au prophète) et le bleu turquoise à la communauté religieuse et à la décoration des mosquées et des maisons. Le vert, couleur de l'étendard de l'islam, n'est donc pas utilisé, par respect, dans la vie courante. Cette prévalence du vert, et plus précisément du couple vert-bleu turquoise, dans le monde arabe a trouvé l'occasion de s'affronter au couple bleu clair-vert du monde chrétien au cours des croisades. Du reste, on s'accorde à penser depuis longtemps que les bannières, les enseignes et autres signes de reconnaissance entre les croisés sont à l'origine des couleurs héraldiques.

L'établissement de ces couleurs (les « émaux ») : gueules (rouge vif), azur (bleu vif), sable (noir), sinople (vert), pourpre (rouge violacé) – auxquelles il convient d'ajouter tanné (marron), aurore (orangé), sanguin (rouge sombre) –, des « métaux » (or pour le jaune et argent pour le blanc) et des « fourrures » ou « pannes » (vair et hermine) c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Michel-Eugène Chevreul

Michel-Eugène Chevreul
Crédits : Hulton Getty

photographie

John Dalton

John Dalton
Crédits : Rischgitz/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Venise, département d'histoire et de critique de l'art

Classification

Autres références

«  COULEURS, histoire de l'art  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 699 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes et le sens »  : […] Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne ris […] Lire la suite

ALBERS JOSEF (1888-1976)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS, 
  • Universalis
  •  • 1 913 mots

Dans le chapitre « L'expérience américaine »  : […] En effet, en 1933, le Bauhaus, n'acceptant pas les exigences des nazis, ferme ses portes. Albers est invité par cette autre pépinière artistique qu'est le Black Mountain College en Caroline du Nord. C'est là qu'il se lancera dans ce qu'il considère comme « sa contribution », l'exploitation des richesses de l'interaction de la couleur : l'ouverture en est sans doute la série des Clefs de Sol (1933 […] Lire la suite

ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 754 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'art de la couleur »  : […] Ces observations concernent avant tout les dessins d'Altdorfer, la part sans doute la plus originale de sa production. Cependant, la couleur intense et lumineuse de ses peintures a suscité des commentaires analogues. Dans un livre resté célèbre, Otto Benesch, en 1938, la mettait en rapport avec les idées exprimées un peu plus tard par Paracelse. Ce rapprochement, qui continue à faire florès aux Ét […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des « connaisseurs » (1714-1830) »  : […] L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, sur la maîtrise du goût et de la vie artistique. Le […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La libération de la forme et de la couleur »  : […] Tout s'est passé comme si les aquarellistes, en adoptant un nouveau médium, en profitèrent pour abandonner les conventions traditionnelles de la peinture de paysage, enseignées dans les académies et les studios d'artistes. On assiste vers 1780, notamment avec les vues de montagne de John Robert Cozens (1752-1797) et de Francis Towne (1740-1816), à un éclatement de la structure formelle du paysage […] Lire la suite

APLAT, peinture

  • Écrit par 
  • Jean RUDEL
  •  • 518 mots

Terme qualifiant à la fois une manière de poser la couleur et une technique picturale : l'aplat (« à plat ») est la plus simple expression de la peinture, que représentent parfaitement les peintures antiques et les images d'Épinal. La forme délimitée par un contour constitue une surface que l'on remplit de couleurs différentes selon les parties à identifier. L'aplat met bien en valeur la réalité c […] Lire la suite

ART ET SCIENCE DE LA COULEUR (G. Roque)

  • Écrit par 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN
  •  • 1 330 mots

De Michel Eugène Chevreul (1786-1889), on sait surtout qu'il est l'inventeur d'une loi, celle du contraste simultané des couleurs, qui aurait exercé une grande influence sur Seurat. Mais si le nom de Chevreul est fréquemment évoqué à propos des peintres néo-impressionnistes, rares sont ceux qui connaissent la nature exacte de ses travaux. Comme l'écrit Georges Roque dans Art et science de la coul […] Lire la suite

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 155 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La naissance de la chimie moderne »  : […] L'un des premiers exemples de démarche scientifique moderne est donné par Lavoisier, qui remet en question, en 1793, la théorie antique et médiévale des quatre éléments (l'eau, l'air, la terre et le feu). Il apporte en effet la preuve expérimentale que la matière est constituée d'éléments chimiques. En définissant ainsi trente-trois corps simples, il crée la chimie moderne, indispensable à la rech […] Lire la suite

AUX ORIGINES DE L'ABSTRACTION. 1800-1914 (exposition)

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 1 094 mots

En France, une exposition sur l'abstraction se faisait attendre. Elle a enfin eu lieu, du 5 novembre 2003 au 22 février 2004, au musée d'Orsay, dont le président, Serge Lemoine, associé à Pascal Rousseau, maître de conférences à l'université de Tours, proposait aux visiteurs de remonter « aux origines de l'abstraction ». Jusqu'à présent, l'archéologie de l'abstraction avait privilégié trois axes […] Lire la suite

BARBIZON ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 3 466 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les personnalités et les styles Corot »  : […] Il serait abusif de lier l'art de Corot (1796-1875) aux styles des seuls artistes du groupe de Barbizon. La peinture d'histoire à intentions didactiques et la peinture religieuse qu'il exposa régulièrement dans les Salons annuels, après 1830, comptent autant dans son œuvre que le paysage « pur » – vues prises sur le motif ou composées à l'atelier – qu'il rapporta de ses séjours en Italie ou qu'il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Manlio BRUSATIN, « COULEURS, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/