ALBERS JOSEF (1888-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de Josef Albers évoque à tout amateur les innombrables toiles, intitulées Hommage au carré, élaborées à partir de 1949 selon une identique matrice formelle : plusieurs carrés emboîtés symétriquement par rapport à un axe vertical. Ces œuvres apparaissent comme aboutissement logique d'une longue série d'expériences dont l'intérêt est bien plus que simplement rétrospectif. D'une certaine manière, on pourrait dire que le creuset de cette expérimentation fondamentale, qui anticipe et préfigure le minimalisme, est l'enseignement que l'artiste a donné tout au long de sa vie, en Allemagne dans les années 1920 puis aux États-Unis à partir des années 1930. Si le travail de peintre de Josef Albers est, en quelque sorte, didactique (ses toiles disent à toute la peinture comment la couleur fonctionne dans son histoire), dans ses cours, il n'y était pourtant question de peinture qu'indirectement (c'est-à-dire radicalement), lorsque les étudiants avaient pour tâche, par exemple, de penser la transformation d'une surface par l'inscription d'une ligne. Ce n'est pas par hasard que ses premières expériences pédagogiques dans le champ artistique ont eu lieu au célèbre « cours préliminaire » du Bauhaus à Weimar, où il avait d'abord été élève : il ne s'est jamais agi pour lui d'un enseignement de la peinture, mais d'un préalable à toute mise en jeu formelle, celle-ci étant conçue comme une retombée qui, en tant que telle, ne l'intéresse pas. Ses tableaux se tiennent sur un seuil qui, pour lui, demeure le lieu du peintre d'où il donne des réponses multiples aux problèmes exacts et générateurs qu'il pose, éliminant toute autre contingence.

La découverte de la couleur

Né en 1888 à Bottrop (Westphalie, Allemagne), en plein pays minier, Josef Albers est issu d'une famille d'artisans. Son père, peintre en bâtiment, est aussi à l'occasion, peintre en décors de théâtre et lui montrera quelques tours du métier. Déjà « sensibilisé à l'art », donc, son premier choc date cependant de 1908, lorsqu'il visite à Munich la Pinacothèque, le musée Folkwang à Hagen, et voit pour la première fois des toiles de Matisse et de Cézanne. Albers est alors instituteur à la campagne. À l'âge de vingt-cinq ans, il demande un congé de deux ans pour poursuivre ses études à l'École royale des beaux-arts de Berlin : c'est là qu'il découvre l'art contemporain (l'expressionnisme, Der Sturm, Klee, le cubisme, Delaunay), et plus particulièrement Van Gogh et Edvard Munch, dont un Lever de soleil lui révèle, en 1913, sa passion pour la couleur. Dans les travaux de cette époque, comme dans ceux du maître scandinave, sans aplats ni contours, de longues bandes courbes et parallèles de couleur départagent par leur direction des zones sur toute la surface. Mais déjà l'accent est mis sur la luminosité de la réserve (le support, du papier blanc) qui sépare ces lignes grasses et éclaire l'ensemble. Diplômé, Albers est contraint de reprendre son poste provincial, mais il poursuit sa formation à Essen, et met à profit cet isolement pour faire le point sur ce qu'il a vu à Berlin : c'est là, dit-il, qu'il prendra conscience de l'importance de Cézanne, dont il sera sans doute l'un des rares à avoir perçu la nouveauté dans le travail sur la linéarité. Et si les linogravures ou les gravures sur bois de cette période semblent de facture « expressionniste », il ne s'agit pour lui que de penser avec la plus grande acuité possible la question du contraste (l'écart maximal noir/blanc) et non d'exhibition subjective de ses angoisses personnelles.

À Munich, Albers suit pendant dix-huit mois les cours de Franz von Stuck, qui le déçoivent, comme avant lui Klee et Kandinsky. Puis il tombe par hasard sur le tract encore très Arts and Crafts de Gropius pour le Bauhaus de Weimar : enthousiasmé, il repart à zéro, et se retrouve à trente-deux ans dans le « cours préliminaire » de Itten, dont les exercices sur la texture du matériau et la gestualité dans le dessin à main levée deviennent des modèles d'apprentissage. Tenant tête au conseil des professeurs du Bauhaus, qui lui enjoignent de suivre les classes de peinture murale, Albers veut travailler directement sur la lumière, et sans aucune hésitation d'ordre technique, se lance dans le vitrail, auquel il v [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ALBERS JOSEF (1888-1976)  » est également traité dans :

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 457 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La pensée diffusée »  : […] Dès sa création, le Bauhaus provoqua de nombreuses réactions : une affiche placardée sur les murs de Weimar, « la ville de Goethe », demandait aux habitants de participer, le 22 janvier 1919, à une manifestation pour la défense de la Hochschule für bildende Kunst, « menacée de ruine par la prédominance exclusive d'une certaine tendance ». D'un autre côté, l'initiative de Gropius exerça un attrait […] Lire la suite

BLACK MOUNTAIN COLLEGE

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 1 107 mots

Nulle école, sans doute, n'a compté dans l'histoire de l'art moderne aux États-Unis autant que le Black Mountain College. Il n'a pourtant été ouvert qu'un peu plus d'une vingtaine d'années – de 1933 à 1956 – et n'était pas une école d'art, au sens où nous l'entendons d'un établissement d'enseignement supérieur destiné à former des artistes : il faudrait bien davantage parler à son sujet d'« univ […] Lire la suite

CONCRET ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 2 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Max Bill et le foyer suisse »  : […] La mort soudaine de Van Doesburg, en 1931 à Davos, interrompt brutalement l'évolution dans laquelle il s'était engagé. Tandis que ses anciens compagnons de route s'éloignent des principes de l'art concret, l'artiste allemand Josef Albers (1888-1976), professeur au Bauhaus, réalise entre 1932 et 1935 une série de quatre-vingts gouaches à partir du motif de la clef de sol dont il remplit les boucl […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « L'école de New York et la crise de l'expressionnisme abstrait »  : […] Pollock lui-même abandonne l'abstraction all-over qui a fait sa réputation dès 1950-1951 (années où De Kooning revient également au thème du nu féminin), pour réaliser une série de peintures semi-figuratives à l'émail noir sur toile vierge qui seront suivies d'expérimentations erratiques jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de quarante-quatre ans. L'accident de voiture qui lui coûte la vie ne fait […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « ALBERS JOSEF - (1888-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-albers/