COULEURS, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Eugène Michel Chevreul

Eugène Michel Chevreul
Crédits : Hulton Getty

photographie

John Dalton

John Dalton
Crédits : Hulton Getty

photographie


Les couleurs de la ville moderne

Disparues de la ville moderne les couleurs des métaux rouillés, qui ont d'ailleurs les mêmes tons rougeâtres que les peintures antirouilles – qu'on pense à la tour Eiffel ou aux charpentes métalliques des gares victoriennes –, disparu le vert des grandes serres d'acier et de verre du xixe siècle. L'ère industrielle contemporaine se pare de l'éclat du métal ou des teintes métallisées plus récentes. Les traitements contre la corrosion des alliages (nickelage, bronzage, aciers inoxydables, anodisation de l'aluminium, etc.) masquent de leurs teintes la nature des matériaux pour leur donner du relief et une plus grande durée apparente.

La couleur métallique triomphe avec des peintures et des émaux, qui lui confèrent l'effet brillant du métal vernissé au feu et l'odeur de ce qui est fraîchement sorti d'usine. Des métaux tels que le cuivre, le laiton, le plomb qui vieillissaient sous la patine du temps ne sont plus employés, remplacés par le métal vernis ou les matières plastiques. Petit à petit, le corps de la cité moderne se colore de tons grisâtres, par suite du rapide processus d'obsolescence des matériaux, accéléré par la pollution industrielle et automobile. La couleur des matériaux de construction, comme le béton et l'asphalte, accentue cette tendance. Le ravalement des édifices monumentaux dans la plupart des villes européennes a ravivé la sensibilité à la restauration des anciens coloris de la ville. Le gris, couleur dominante de la ville moderne, est souligné par la présence des couleurs fondamentales (jaune, rouge, bleu), des signaux, des enseignes et des affiches publicitaires. Le gris, dont on peut recenser deux cents tonalités parmi lesquelles l'homme réussit aujourd'hui à en distinguer cent cinquante, s'oppose dans la ville au vert dont il triomphe, le vert symbole d'une nature trop souvent absente du monde urbain.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Venise, département d'histoire et de critique de l'art

Classification


Autres références

«  COULEURS, histoire de l'art  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les formes et le sens »  : […] Lorsque Kant oppose la « beauté adhérente », déterminée par la perfection de ce que doit être l'objet dans lequel elle se manifeste, à la « beauté libre », sans concept, il prend pour exemple de cette dernière non seulement les fleurs, le colibri, l'oiseau de paradis, les crustacés marins, les rinceaux ou les papiers peints, mais encore la « musique sans texte ». L'art abstrait tout entier ne ris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_94885

ALBERS JOSEF (1888-1976)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS, 
  • Universalis
  •  • 1 913 mots

Dans le chapitre « L'expérience américaine »  : […] En effet, en 1933, le Bauhaus, n'acceptant pas les exigences des nazis, ferme ses portes. Albers est invité par cette autre pépinière artistique qu'est le Black Mountain College en Caroline du Nord. C'est là qu'il se lancera dans ce qu'il considère comme « sa contribution », l'exploitation des richesses de l'interaction de la couleur : l'ouverture en est sans doute la série des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-albers/#i_94885

ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 751 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'art de la couleur »  : […] Ces observations concernent avant tout les dessins d'Altdorfer, la part sans doute la plus originale de sa production. Cependant, la couleur intense et lumineuse de ses peintures a suscité des commentaires analogues. Dans un livre resté célèbre, Otto Benesch, en 1938, la mettait en rapport avec les idées exprimées un peu plus tard par Paracelse. Ce rapprochement, qui continue à faire florès aux Ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-altdorfer/#i_94885

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 171 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des « connaisseurs » (1714-1830) »  : […] L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, sur la maîtrise du goût et de la vie artistique. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/#i_94885

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La libération de la forme et de la couleur »  : […] Tout s'est passé comme si les aquarellistes, en adoptant un nouveau médium, en profitèrent pour abandonner les conventions traditionnelles de la peinture de paysage, enseignées dans les académies et les studios d'artistes. On assiste vers 1780, notamment avec les vues de montagne de John Robert Cozens (1752-1797) et de Francis Towne (1740-1816), à un éclatement de la structure formelle du paysage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-aquarelle/#i_94885

APLAT, peinture

  • Écrit par 
  • Jean RUDEL
  •  • 518 mots

Terme qualifiant à la fois une manière de poser la couleur et une technique picturale : l'aplat (« à plat ») est la plus simple expression de la peinture, que représentent parfaitement les peintures antiques et les images d'Épinal. La forme délimitée par un contour constitue une surface que l'on remplit de couleurs différentes selon les parties à identifier. L'aplat met bien en valeur la réalité c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aplat-peinture/#i_94885

ART ET SCIENCE DE LA COULEUR (G. Roque)

  • Écrit par 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN
  •  • 1 330 mots

De Michel Eugène Chevreul (1786-1889), on sait surtout qu'il est l'inventeur d'une loi, celle du contraste simultané des couleurs, qui aurait exercé une grande influence sur Seurat. Mais si le nom de Chevreul est fréquemment évoqué à propos des peintres néo-impressionnistes, rares sont ceux qui connaissent la nature exacte de ses travaux. Comme l'écrit Georges Roque dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-science-de-la-couleur/#i_94885

ART & SCIENCES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN
  •  • 6 154 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La naissance de la chimie moderne »  : […] L'un des premiers exemples de démarche scientifique moderne est donné par Lavoisier, qui remet en question, en 1793, la théorie antique et médiévale des quatre éléments (l'eau, l'air, la terre et le feu). Il apporte en effet la preuve expérimentale que la matière est constituée d'éléments chimiques. En définissant ainsi trente-trois corps simples, il crée la chimie moderne, indispensable à la rech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-sciences/#i_94885

AUX ORIGINES DE L'ABSTRACTION. 1800-1914 (exposition)

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 1 094 mots

En France, une exposition sur l'abstraction se faisait attendre. Elle a enfin eu lieu, du 5 novembre 2003 au 22 février 2004, au musée d'Orsay, dont le président, Serge Lemoine, associé à Pascal Rousseau, maître de conférences à l'université de Tours, proposait aux visiteurs de remonter « aux origines de l'abstraction ». Jusqu'à présent, l'archéologie de l'abstraction avait privilégié trois axes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aux-origines-de-l-abstraction-1800-1914/#i_94885

BARBIZON ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 3 463 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les personnalités et les styles Corot »  : […] Il serait abusif de lier l'art de Corot (1796-1875) aux styles des seuls artistes du groupe de Barbizon. La peinture d'histoire à intentions didactiques et la peinture religieuse qu'il exposa régulièrement dans les Salons annuels, après 1830, comptent autant dans son œuvre que le paysage « pur » – vues prises sur le motif ou composées à l'atelier – qu'il rapporta de ses séjours en Italie ou qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-barbizon/#i_94885

BEUYS JOSEPH (1921-1986)

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 3 710 mots

Dans le chapitre « Guérison des formes, guérison par les formes »  : […] À la fois mise en scène ou modelage de la matière, mise en forme de son personnage d'artiste, réforme sociale, la question de la mise en forme – « Gestaltung », en allemand – est en effet centrale pour Beuys. Il est en cela un héritier des avant-gardes des années 1920, mais aussi, et plus fondamentalement, un sculpteur, même si le caractère protéiforme de son activité défie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-beuys/#i_94885

BLEU. HISTOIRE D'UNE COULEUR (M. Pastoureau)

  • Écrit par 
  • Patrick BOUCHERON
  •  • 978 mots

Spécialiste reconnu de l'héraldique médiévale, Michel Pastoureau est un historien atypique, qui se plaît à réinvestir des domaines de recherches traditionnellement rabaissés au rang de « sciences auxiliaires », pour les transformer en laboratoires de l'anthropologie historique. Sous sa plume alerte, l'histoire des sceaux, celle du cochon médiéval ou des tissus rayés sont autant d'étapes dans un m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bleu-histoire-d-une-couleur/#i_94885

BONNARD PIERRE (1867-1947)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 3 594 mots

Dans le chapitre « La tentation impressionniste »  : […] À côté des œuvres de caractère intimiste, où la tonalité assourdie de l'ensemble ne fait que mieux ressortir de brusques fusées de couleur franche, le reste de la production des années 1899-1900 annonce sans équivoque un renouvellement et un élargissement de la gamme chromatique. Le choix même des sujets est significatif. Les scènes d'extérieur se multiplient. Et tout naturellement, à travers les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-bonnard/#i_94885

BRUNHOFF JEAN DE (1899-1937)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 1 224 mots

Conteur et illustrateur, Jean de Brunhoff appartient à une famille d'origine balte et suédoise d'éditeurs et de rédacteurs de revues d'art (son père avait édité le Programme des Ballets russes de Diaghilev). Élève de l'atelier d'Othon Friesz, il peint dans une veine impressionniste quand un incident donne une tout autre orientation à sa carrière : il entend sa femme raconter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-brunhoff/#i_94885

CENNINI CENNINO (dernier quart XIVe s.-première moitié XVe s.)

  • Écrit par 
  • Pascal DUBOURG-GLATIGNY
  •  • 1 010 mots

On associe le nom de Cennino Cennini à un important traité de techniques picturales, le Livre de l'art , écrit par un auteur proche des milieux florentins, vers la fin du Moyen Âge. La date de sa rédaction, entre 1390 et 1437, fait encore l'objet de discussions. Il constitue le meilleur témoignage et le plus détaillé des pratiques d'atelier en vigueur à la fin du Trecento. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cennini-cennino/#i_94885

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Estampe en couleurs »  : […] Au début du xvii e  siècle, un autre type d'ouvrage gagne en importance : l'encyclopédie picturale, véritable musée de poche, reproduisant un choix des chefs-d'œuvre de la peinture ; dans ce domaine, le Mo Yuan édité par Cheng Dayue marque un progrès technique par son utilisation de la couleur. L'estampe en couleurs atteint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_94885

CHROMOLITHOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Françoise LEMPERT
  •  • 169 mots

Procédé de lithographie permettant d'obtenir des tirages en plusieurs couleurs par impressions successives. Le dessin est tracé sur une pierre parfaitement lisse avec un crayon gras ou encore une encre grasse ; le gras est fixé sur la pierre par une gomme arabique. Après avoir humecté la pierre, l'imprimeur y passe un rouleau d'encre grasse. Cette encre ne se dépose que sur les parties non grasses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chromolithographie/#i_94885

COLOR-FIELD PAINTING

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 516 mots
  •  • 1 média

Le color-field painting (littéralement « peinture du champ coloré ») constitue avec l' action painting (« peinture d'action ») l'une des deux principales tendances de l'expressionnisme abstrait américain au xx e  siècle. Il se caractérise par de grandes toiles où dominent les aplats de couleur et où le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/color-field-painting/#i_94885

COURS DE PEINTURE PAR PRINCIPES, Roger de Piles - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Une synthèse d'écrits antérieurs et de conférences académiques »  : […] La rédaction du Cours de peinture de 1700 à 1708 a été l'occasion pour Roger de Piles de rassembler et de réviser ses écrits antérieurs et de lier les uns aux autres les textes lus à l'Académie. Il y insère son Dialogue sur le coloris , après avoir rappelé : « Il faut beaucoup plus de génie pour faire un bon usage des lumières et des ombres, de l'harmon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cours-de-peinture-par-principes/#i_94885

CRUZ-DIEZ CARLOS (1923- )

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 643 mots

Héritier des théories scientifiques de la couleur et de l'art abstrait géométrique de la première moitié du xx e  siècle, le Vénézuelien Carlos Cruz-Diez, qui vit et travaille à Paris et à Caracas, est l'une des figures historiques de l'art cinétique international. Il acquiert la nationalité française en 2008. Né en 1923, Carlos Cruz-Diez se form […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlos-cruz-diez/#i_94885

LA DANSE II (H. Matisse)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 197 mots

En tant que panneau décoratif, La Danse II de Matisse (1909-1910) se perçoit difficilement comme un espace illusionniste. D'emblée, sa nature décorative et son format mural l'inscrivent, plus ou moins directement et violemment, dans l'espace réel du spectateur. Les mains disjointes de deux des danseurs révèlent autant leur fougue qu'elles nous invitent, ouvertement, à y pren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-danse-ii/#i_94885

DESSIN

  • Écrit par 
  • Robert FOHR, 
  • Geneviève MONNIER
  •  • 6 940 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les pierres et craies de couleur. Le pastel »  : […] L'introduction de notations colorées à la pierre, à la craie ou au pastel dans le dessin, et spécialement dans le portrait, semble remonter au xv e  siècle ; elle se répand à l'époque suivante, notamment chez les Allemands comme Hans Holbein le Vieux, Heinrich Aldegrever et Jörg Breu qui utilisent des pierres de couleurs dans l'exécution de leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin/#i_94885

D'EUGÈNE DELACROIX AU NÉO-IMPRESSIONNISME, Paul Signac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 070 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un manifeste rigoureusement construit »  : […] Signac développe ensuite rigoureusement sa pensée. Un premier chapitre, intitulé « Documents », explique ce qu'est « la division », comment cette touche a été pressentie par Delacroix, et les analogies entre la technique de celui-ci et celle des néo-impressionnistes. Il appuie sa démonstration essentiellement sur le texte de Delacroix et sur les propos de critiques contemporains de l'artiste. Il t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/d-eugene-delacroix-au-neo-impressionnisme/#i_94885

DUFY RAOUL (1877-1953)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 487 mots

« Parce que Fragonard riait, on a eu vite fait de dire que c'était un petit peintre. » Le mot de Renoir pourrait s'appliquer aussi à Raoul Dufy dont l'œuvre, toujours sereine et souvent spirituelle, cache si bien les tourments de l'artiste. Mais Dufy a cherché sans cesse. Ayant d'abord étudié au Havre, sa ville natale, auprès d'un maître qui reçut les leçons de Dominique Ingres, il découvre ensuit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raoul-dufy/#i_94885

DU SPIRITUEL DANS L'ART ET DANS LA PEINTURE EN PARTICULIER, Wassily Kandinsky - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marcella LISTA
  •  • 1 185 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une esthétique de la « dissonance » »  : […] La « langue universelle » recherchée par Kandinsky procède par un double mouvement, où alternent la purification des arts existants et leur synthèse dans un « art monumental », projeté dans l'avenir, où les arts du temps (musique, danse, poésie) pourraient s'unir aux arts de l'espace (peinture et architecture essentiellement). Dans la seconde partie de son livre, qui entend jeter les bases d'une v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-spirituel-dans-l-art-et-dans-la-peinture-en-particulier/#i_94885

ÉCRITS ET PROPOS SUR L'ART, Henri Matisse - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 004 mots

Dans le chapitre « Un combat pour la couleur »  : […] Matisse apprécie particulièrement les écrits d'artiste liés au dialogue et à la discussion : les correspondances, mais surtout les entretiens, notamment avec l'éditeur Tériade, constituent la trame de ses réflexions sur la lumière et la couleur. Dans un texte intitulé « Le Tour du monde d'Henri Matisse », publié dans L' Intransigeant en octobre 1930, le peintre évoque de man […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecrits-et-propos-sur-l-art/#i_94885

ENSEIGNEMENT DE L'ART

  • Écrit par 
  • Annie VERGER
  •  • 16 047 mots

Dans le chapitre « L'héritage doctrinal »  : […] Ce qui n'était, à la Renaissance, qu'un jeu intellectuel entre les diverses sensibilités artistiques italiennes va devenir un enjeu pour un pouvoir qui tend vers le monopole des modes de représentation et de l'enseignement, vers la centralisation et la mise en place d'un art d'État. La France en sera fortement marquée au xvii e  siècle et en garde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enseignement-de-l-art/#i_94885

FAUVISME

  • Écrit par 
  • Michel HOOG
  •  • 4 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Caractères du fauvisme »  : […] Le fauvisme, on le voit, n'est pas une école pourvue d'une doctrine. On ne saurait extraire une doctrine des quelques textes anciens écrits par les fauves, comme les Notes d'un peintre de Matisse, publiées en 1908 dans La Grande Revue et aussitôt traduites en allemand et en russe : suite d'observations d'une admirable lucidité, elles n'ont aucun caractèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fauvisme/#i_94885

FRESQUE

  • Écrit par 
  • Ève BORSOOK
  •  • 6 752 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Peinture murale et « buon fresco » »  : […] La vraie peinture à fresque, ou buon fresco , demande que la plupart des pigments soient des couleurs terre en suspension exclusivement dans l'eau, et qu'ils soient posés sur un enduit de chaux encore humide. On n'emploie pas de chaux pure pour la peinture à fresque, car elle se resserrerait et craquerait. Pour éviter cet inconvénient, on la mélange d'habitude à du sable, à d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fresque/#i_94885

GAUGUIN PAUL (1848-1903)

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 177 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Technique et esthétique »  : […] Dans les toiles de ses dix premières années, Gauguin brossait les tons peu distants les uns des autres, ce qui leur donnait un aspect floconneux, une harmonie sourde de couleur « teigneuse » (J. K. Huysmans). Il a acquis de Pissarro son habileté picturale, mais son maître secret resta Degas, dont il transposa deux danseuses sur un curieux coffre de bois sculpté, véritable coffre de matelot (1884). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-gauguin/#i_94885

GRAVURE

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT, 
  • Michel MELOT
  •  • 8 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La couleur »  : […] Dès l'origine, certaines estampes étaient coloriées à la main. La recherche d'une impression en couleurs s'étend à tous les procédés. À la fin du xv e  siècle on imprimait ainsi des gravures sur bois en plusieurs couleurs, grâce à l'emploi de planches différentes, chacune déposant une couleur uniforme sur une même épreuve au fil de passages succes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravure/#i_94885

GRISAILLE

  • Écrit par 
  • Jean RUDEL
  •  • 416 mots

Le terme de grisaille désigne une peinture traitée en monochromie pour imiter le bas-relief à l'aide d'une dégradation entre le noir et le blanc de valeurs grises. Cette monochromie peut être établie également à partir d'une gamme chromatique différente à base de vert, par exemple, comme dans les fresques du chiostro verde peintes par Uccello (Santa Maria Novella, Florence, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grisaille/#i_94885

HELLÉ ANDRÉ (1871-1945)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 760 mots

Peintre et dessinateur parisien qui a évoqué son enfance dans les Souvenirs d'un petit garçon (Berger-Levrault, 1942), Hellé fut aussi décorateur de théâtre et dessinateur d'albums pour enfants. Il collabore à plusieurs revues illustrées ( L'Assiette au beurre , Le Cri de Paris , Fantasio , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-helle/#i_94885

HYPERRÉALISME

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 3 196 mots

Dans le chapitre « Procédures et procédés »  : […] La proposition est paradoxale : il s'agit à la fois pour les hyperréalistes d'imiter à la perfection et de produire une infime trace d'originalité, de se poser en virtuose et d'opérer des gestes de fabrication laborieux et fatigants – « On ne peut pas tricher, affirme Hucleux, on est obligé [d'y passer] trois mois, à raison de quinze heures par jour » –, tout cela pour la simple beauté du geste d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hyperrealisme/#i_94885

IMPRESSIONNISME

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU
  •  • 9 461 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Une philosophie du changement »  : […] Au milieu du siècle, Baudelaire avait découvert l'héroïsme de la vie moderne et introduit dans la méditation du beau l'idée de modernité. L'esprit, en concevant cette idée et en s'y tenant, choisit la position la plus propre à percevoir le temps en son essence, c'està-dire en son écoulement. Position difficile et restreinte, véritab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impressionnisme/#i_94885

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « La préparation des matériaux »  : […] Le bâtonnet avec lequel on dessinait était fait d'une mixture où dominait l'argile, la bouse de vache ou le noir de fumée. Ensuite intervenait tout un jeu de pinceaux : épais, en poils d'oreille de veau, ils servaient à étendre les teintes locales ; moyens, en poils de ventre de bouc, ils servaient à indiquer le modelé ; avec les pinceaux fins, en poils de rat musqué, on traçait les lignes les plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_94885

INSTALLATION, art

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immersion par la couleur »  : […] La seconde direction prise par l'art de l'installation est proche des théories développées dans Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty (1945). L'expérience plastique du sensible s'opère à travers un premier élément déclencheur : la couleur. Un des prototypes d'installation immersive est l'exposition d'Yves Klein (1928-1962), « Le vide », inaugurée le 28 a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/installation-art/#i_94885

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Techniques de gravure, méthodes d'impression et recherches de polychromie »  : […] En xylographie, la taille d'épargne sur bois de fil (coupé dans le sens des fibres) fut la plus pratiquée jusqu'à la fin du xix e  siècle. D'autre part, bien qu'ayant rarement recouru à l'estampage sur pierre, qui était répandu en Chine, les Japonais voulurent parfois en imiter l'effet dans des gravures sur bois, appelées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_94885

KELLY ELLSWORTH (1923-2015)

  • Écrit par 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 1 884 mots

Dans le chapitre « New York et la reconnaissance américaine »  : […] Las du peu d'intérêt suscité par ses œuvres lors de leurs présentations parisiennes, Ellsworth Kelly décide en 1954 de retourner à New York. En dépit de nombreux encouragements, notamment de Georges Braque, seule une peinture, Antibes , avait été acquise par Henri Seyrig (père de l'actrice Delphine Seyrig, qui fut l'épouse de Jack Youngerman) lors de son séjour parisien. À Ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ellsworth-kelly/#i_94885

KLEE PAUL (1879-1940)

  • Écrit par 
  • Claude FRONTISI
  •  • 3 147 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Couleur »  : […] La théorie des couleurs occupe une place centrale dans le dispositif plastique de Klee. Si elle rejoint les formulations de Chevreul et bien des pratiques contemporaines, de Delaunay à Itten, ses présupposés et ses implications diffèrent. Elle se fonde non sur une analyse scientifique, mais sur une symbolique ternaire qui organise la vision générale du peintre selon les domaines « terrestre, inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-klee/#i_94885

KLEIN YVES (1928-1962)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 2 784 mots

Dans le chapitre « Faux départ et vrais débuts »  : […] Le père d'« Yves le Monochrome », Fred Klein, était un peintre hollandais figuratif. Quant à sa mère, Marie Raymond, niçoise, elle avait acquis une réelle notoriété comme peintre abstrait. Elle recevait lors de ses lundis le Tout-Paris des arts, que le fils de la maison eut ainsi l'occasion de côtoyer – excellente éducation artistique, par imprégnation. Initié au judo à Nice, où il résidait chez s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yves-klein/#i_94885

LE BRUN CHARLES (1619-1690)

  • Écrit par 
  • Jennifer MONTAGU
  •  • 3 109 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le Brun théoricien »  : […] Il n'y a pas de désaccord entre l'art de Le Brun et sa théorie. L'analyse qu'il fit des tableaux de Raphaël et de Poussin et l'interprétation qu'il en donna, tout comme ses conférences didactiques sur l'« expression générale et particulière » (1668) ou sur la physiognomonie, révèlent ce même souci du récit et des moyens de narration. On s'est souvent moqué de la tentative qu'il fit pour fixer les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-le-brun/#i_94885

LE MONDE DES TEINTURES NATURELLES (D. Cardon) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François DELAMARE
  •  • 891 mots

Depuis quand l'homme aime-t-il la couleur ? Depuis quand, non content de regarder la nature et de fabriquer des outils et objets avec des matériaux colorés, a-t-il voulu modifier leur couleur ? Mystère. Mais il n'y a guère de doute que ce goût ne lui soit venu très tôt. Quel que soit le point du globe où l'on fouille, quelle que soit l'époque des objets que l'on trouve, leur surface est le plus s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-monde-des-teintures-naturelles/#i_94885

LES COULEURS ET LES MOTS (J. Le Rider) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 061 mots

Les ouvrages les plus stimulants sont souvent le fait d'un spécialiste qui a su sortir de sa discipline pour rencontrer un autre domaine, sans pour autant renier son savoir d'origine. Jacques Le Rider, précoce et brillant germaniste, auteur de livres de référence consacrés à Otto Weininger, à Hugo von Hofmannsthal et à la modernité viennoise (tous publiés aux Presses universitaires de France, où i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-couleurs-et-les-mots/#i_94885

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tirages limités et production de masse »  : […] L'art du livre prend ainsi une orientation bien déterminée qui conduit à envisager séparément le livre du plus grand nombre et le livre de quelques-uns. Des éditeurs et des amateurs veulent distinguer leurs livres de la production de masse. Le « beau livre », le livre de bibliophile, est coûteux, fabriqué selon les méthodes artisanales, sur des papiers spéciaux, illustré par les procédés traditio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_94885

LORIOUX FÉLIX (1872-1964)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 717 mots

Né à Angers, Lorioux se forme à l'École des beaux-arts de Paris où son tempérament de flâneur dilettante (qui le fait hésiter entre peinture et musique) lui permet de découvrir l'Art nouveau international comme l'estampe japonaise. Une rencontre en 1910 avec les frères Draeger, imprimeurs spécialisés dans la publicité, le décide à se lancer dans le dessin publicitaire (grands magasins, automobiles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-lorioux/#i_94885

MALÉVITCH KASIMIR (1878-1935)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 3 487 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le suprématisme »  : […] Telle est l'affirmation magistrale de la quasi totalité des œuvres exposées à 0,10 (dix exposants à l'origine, dont Tatline avec ses « Contre-reliefs », chacun s'attachant à découvrir le degré zéro de leur art), et surtout du Carré noir sur fond blanc , disposé, comme une icône, à un coin de la pièce. Ce tableau clé de l'art moderne articule en quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kasimir-malevitch/#i_94885

MANZONI PIERO (1933-1963)

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  • , Universalis
  •  • 1 684 mots

Dans le chapitre « Tableaux sans peinture et lignes sans dessin »  : […] Après avoir réalisé quelques travaux traditionnels, le jeune artiste utilise les objets et mêle du goudron à ses peintures, qui semblent plus vouloir recueillir la réalité brute qu'exprimer la psyché du peintre. L'exposition dans laquelle Klein présentait onze monochromes bleus (Milan, janvier 1957) lui suggère moins de recourir, lui aussi, à la monochromie, que de profiter de l'espace de liberté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-manzoni/#i_94885

MATISSE HENRI (1869-1954)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 3 015 mots

Dans le chapitre « Émancipation de la couleur »  : […] Matisse concevait lui-même son art dans la continuité d'une tradition transgressive : « De Delacroix à Van Gogh et principalement à Gauguin en passant par les impressionnistes qui font du déblaiement et par Cézanne qui donne l'impulsion définitive et introduit les volumes colorés, on peut suivre cette réhabilitation du rôle de la couleur, la restitution de son pouvoir émotif. » À cette fin, comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-matisse/#i_94885

MONDRIAN PIET (1872-1944)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 4 065 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La grille »  : […] Dès lors, les choses vont aller très vite pour Mondrian. Sous l'influence de Bart Van der Leck, il introduit le plan de couleur primaire dans son vocabulaire plastique (où figurait déjà le bâtonnet noir), mais, n'ayant pas encore trouvé le moyen d'articuler entre eux ces divers éléments, il les lie par le biais d'un dynamisme optique fondé sur leur superposition, ce qui a pour conséquence immédia […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piet-mondrian/#i_94885

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 837 mots
  •  • 1 média

Depuis l'Antiquité, l'adjectif « monochrome » – d'une seule couleur – indiquait, lorsqu'il qualifiait une peinture, qu'il s'agissait d'un camaïeu : l'infinie variété des nuances de valeurs ou de tons permettait à l'artiste de réaliser une image parfaitement compréhensible. Les grisailles , souvent présentes sur les panneaux des polyptyques et fort répandues dans les décorat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/#i_94885

MONORY JACQUES (1924-2018)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  • , Universalis
  •  • 1 338 mots
  •  • 1 média

Devant le monde contemporain, Jacques Monory, né à Paris le 25 juin 1924, a décidé d'adopter, en tant que peintre, l'attitude d'un rêveur éveillé. Sa peinture saisit les images de la grande ville, Paris ou New York, et les plonge dans un espace chromatique si particulier que les portes, les fenêtres, les couloirs, les ascenseurs, les barrières, les routes parlent d'abord de son aventure individue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-monory/#i_94885

MOREAU GUSTAVE (1826-1898)

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis MATHIEU
  •  • 2 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le musée Gustave-Moreau »  : […] À sa mort, Moreau légua à l'État, afin d'en faire un musée, son hôtel particulier et tout ce qu'il contenait : près de mille deux cents peintures et aquarelles, pour la plupart inachevées, et environ sept mille dessins. Une telle abondance témoigne du travail acharné de l'artiste, et l'examen des dessins démontre le vaste champ de sa curiosité, attirée tout à la fois par les miniatures persanes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-moreau/#i_94885

LE MYTHE DE LA GRÈCE BLANCHE. HISTOIRE D'UN RÊVE OCCIDENTAL (P. Jockey) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François QUEYREL
  •  • 1 325 mots
  •  • 1 média

L’essai de Philippe Jockey, Le Mythe de la Grèce blanche . Histoire d’un rêve occidental (Belin, 2013), propose une réflexion sur les couleurs de la statuaire grecque antique, les perceptions et déformations dont elles ont pu faire l’objet à travers les siècles. Le style enlevé de Philippe Jockey permet de lire facilement cette présentation de questions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mythe-de-la-grece-blanche-histoire-d-un-reve-occidental/#i_94885

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles : déclin et retour de l'objet »  : […] Bien que le trompe-l'œil, avec des artistes comme Boilly et Leroy de Barde ( Réunion d'oiseaux étrangers placés dans différentes caisses , 1810, Cabinet des dessins, musée du Louvre) et la peinture de fleurs, avec l'école lyonnaise, adepte d'un faire méticuleux et porcelainé (A. Berjon, Saint-Jean), y produisent des œuvres d'un grand raffinement et d'une indéniable poésie, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_94885

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Les nouveaux réalistes avec Yves Klein et après lui »  : […] Si elles ont pu contribuer à en relativiser l'impact émotionnel, ces arguties ne purent enrayer les effets causés, en juin 1962, par la mort d'Yves Klein sur la cohésion du groupe. Non qu'avec lui Restany ait perdu l'artiste le plus représentatif du Nouveau Réalisme – loin s'en faut. Après leur rencontre, Klein s'était attelé, avec l'énergie obsessionnelle qui le caractérisait, à la mise au point […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-realisme/#i_94885

NUMÉRIQUE ART

  • Écrit par 
  • Edmond COUCHOT
  •  • 6 665 mots

Dans le chapitre « Au commencement : permutation et désordre »  : […] L'idée d'alléger tout en l'amplifiant le travail de l'artiste par des procédés techniques appropriés remonte fort loin. Les empreintes de mains sur les parois des grottes préhistoriques ou les mains dites « négatives » obtenues par projection de pigments sur des mains vivantes servant de pochoirs, les motifs géométriques de la vannerie, l'ornementation colorée des premiers tapis, les systèmes de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-numerique/#i_94885

OCRES

  • Écrit par 
  • Jean RUDEL
  •  • 788 mots
  •  • 1 média

Jaunes ou rouges, naturelles ou artificielles, les ocres représentent une variété de pigments d'une large gamme colorée, qui doivent leur coloration à des sels minéraux (les terres étant constituées de sables, d'argile, d'humus et de sels minéraux). Les terres naturelles d'ocre (sable et argile), dont la coloration dépend du pourcentage plus ou moins élevé (entre 20 et 70 p. 100) de sels d'oxyde d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocres/#i_94885

OPTIQUE ET CINÉTIQUE ART

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 641 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cybernétique et musique des couleurs »  : […] Nicolas Schöffer (1912-1992), de son côté, s'est servi de ses constructions de plans dans l'espace comme de réflecteurs dont la structure prend forme d'anamorphose dans le jeu des éclats lumineux et des ombres portées ( Lux   I , 1957). Plus tard, les Chronos intègrent dès la conception leur propre programmation mouvante et lumine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-optique-et-cinetique/#i_94885

PAYSAGE, peinture

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI
  •  • 6 547 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Complexité d'un genre »  : […] Le paysage présente un certain nombre de paradoxes. Premier paradoxe : bien que se trouvant diamétralement opposé aux formes artistiques consacrées au culte religieux (qui sont généralement anthropomorphes), le paysage a réussi dans de nombreux cas à rendre, mieux que toute autre forme d'art, le sentiment religieux, fait à la fois de terreur et d'humilité, expression d'une culture empreinte de sce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paysage-peinture/#i_94885

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Du document personnalisé au monde fantastique »  : […] La différence entre la tendance documentaire et la tendance subjective réside moins dans l'apparence des images que dans l'attitude spirituelle initiale du photographe, attitude évidemment difficile à prouver. Aux photographes soucieux de la relation de la forme et du fond – cherchant à montrer au mieux une réalité, même s'il faut pour cela l'interpréter – s'opposeraient des photographes inquiets […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_94885

PIROSMANI NIKO (1862-1918)

  • Écrit par 
  • Régis GAYRAUD
  •  • 939 mots

Le peintre Nikala Pirosmanachvili (Niko Pirosmani) naquit en 1862 à Mirzaani, en Géorgie sous domination russe. Son père était un paysan pauvre, sa mère fabriquait des tapis. Orphelin à huit ans, il fut recueilli par une famille cultivée de Tiflis, apprit le russe et reçut une instruction artistique. Il semble en effet qu'il fut confié par ses parents d'adoption au peintre Bachidjaguian auprès de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niko-pirosmani/#i_94885

POLYCHROMIE, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Adeline GRAND-CLÉMENT
  •  • 4 335 mots
  •  • 10 médias

Le terme polychromie, formé à partir du grec ancien polu s (« nombreux ») et chrôma (« couleur »), désigne l’application de couleurs à la sculpture et à l’architecture, soit par le recours à la peinture (polychromie dite « artificielle »), soit par l’assemblage de matériaux de couleurs différentes (polychromie dite « naturelle »). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polychromie-histoire-de-l-art/#i_94885

PORCELAINE

  • Écrit par 
  • Marcelle BRUNET, 
  • Antoinette FAŸ-HALLÉ, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Tamara PRÉAUD
  •  • 6 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Porcelaine tendre »  : […] Il s'agit, en 1740 et pour bien des années encore, de pâte tendre artificielle. Pour assurer la conservation des recettes, le roi, à partir de 1751, charge l'académicien chimiste Jean Hellot de vérifier les essais et de transcrire les formules. Les secrets sont consignés dans un registre fermant à clé ; leur sauvegarde conditionne tout, aussi bien les rapports entre direction et personnel que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/porcelaine/#i_94885

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 698 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Techniques et styles »  : […] L'utilisation de moyens techniques analogues et de supports naturels identiques pendant tout le Paléolithique supérieur donne une certaine uniformité techno-stylistique à l'art paléolithique et le distingue nettement d'autres formes artistiques préhistoriques. Sous le nom générique de «  gravure », les préhistoriens ont coutume de rassembler les représentations réalisées soit par incisions, fines, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-prehistorique/#i_94885

REMBRANDT (1606-1669)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 6 463 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Motifs, styles et techniques : un expérimentateur infatigable »  : […] En 1666, l'abbé-collectionneur Michel de Marolles vend à Louis XIV ses deux cent vingt-quatre eaux-fortes de Rembrandt, qu'il venait de recenser dans un ouvrage, et, en 1751, c'est le marchand parisien Gersaint qui en fournit aux amateurs un catalogue critique. De 1626 à 1660 environ, Rembrandt a produit quelque deux cent quatre-vingt-dix estampes jugées aujourd'hui autographes, pour lesquelles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rembrandt/#i_94885

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Copie et reproduction depuis la Renaissance

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « La reproduction en couleurs »  : […] On remarque dès le xvi e  siècle, en effet, des essais pour introduire la couleur dans les estampes ; ainsi l'on connaît des interprétations très libres de Parmesan en couleurs et chiaroscuro par Ugo da Carpi ; on tentera à diverses reprises, au xviii e  siècle, de reproduir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-des-oeuvres-d-art-copie-et-reproduction-depuis-la-renaissance/#i_94885

ROTHKO MARK (1903-1970)

  • Écrit par 
  • Éric de CHASSEY
  •  • 2 614 mots

Dans le chapitre « Projets d'ensemble »  : […] Comme Matisse, dont il poursuit l'esthétique du décoratif – même s'il a rejeté à plusieurs reprises ce terme, il a lui-même rappelé à quel point l'observation de l' Atelier rouge de 1911, entré dans les collections du Museum of Modern Art de New York en 1949, avait été importante pour lui –, Rothko n'aura de cesse, à partir des années 1950, de trouver des occasions de réalise […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-rothko/#i_94885

RUBÉNISTES & POUSSINISTES QUERELLE ENTRE

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 447 mots
  •  • 1 média

La fameuse querelle littéraire des Anciens et des Modernes qui se termina à la fin du xvii e  siècle par la « victoire » des Modernes — et qui préfigure d'autres batailles littéraires (bataille d' Hernani , 1830) ou artistiques opposant quelques novateurs enthousiastes aux gloires « académiques » ou « classiques » de toutes l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-entre-rubenistes-et-poussinistes/#i_94885

RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682)

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 2 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le nouveau style »  : […] L'œuvre de Van Ruisdael ne permet pas de penser qu'il se soit jamais très éloigné des frontières hollandaises (le voyage de Caen aurait eu lieu après son apogée artistique). Il ne semble pas qu'il soit allé en Italie ; Van Ruisdael a connu les cascades des pays scandinaves par l'œuvre de son confrère Allaert van Everdingen (1621-1673), qui s'établit à Amsterdam en 1657 et qui avait été quinze ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-van-ruisdael/#i_94885

RUNGE PHILIPP OTTO (1777-1810)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 441 mots
  •  • 1 média

Le meilleur représentant avec Caspar David Friedrich du romantisme allemand en peinture. Runge s'est formé à l'Académie des beaux-arts de Copenhague (1799-1801), qui attirait à l'époque les jeunes talents de l'Allemagne du Nord, puis à Dresde (1801-1803), où il fit la connaissance de Ludwig Tieck. Il fut également lié à Goethe, après avoir participé au prix annuel de Weimar, organisé à l'instigati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philipp-otto-runge/#i_94885

SEURAT GEORGES (1859-1891)

  • Écrit par 
  • Éric DARRAGON
  •  • 2 530 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vers une « formule optique » »  : […] La vie de Seurat est un mélange de conventions, d'effacement dans la norme et de secret. Il meurt à trente et un ans, le 29 mars 1891, d'une maladie foudroyante qui révèle à ses amis et à ses proches son union avec le modèle de Jeune Femme se poudrant (Courtault Institute, Londres). « Grave, calme et doux, taciturne », selon Henri de Régnier, on l'a décrit aussi très compliq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-seurat/#i_94885

SOUTINE CHAÏM (1893-1943)

  • Écrit par 
  • Jean LEYMARIE
  •  • 1 436 mots

Dans le chapitre « Violence et splendeur »  : […] En 1925, Soutine rentre à Paris et occupe un vaste atelier rue du Mont-Saint-Gothard. Il y brosse, dans des circonstances restées légendaires, la suite formidable de ses Bœuf écorché dont les versions monumentales se trouvent dans les musées d'Amsterdam, de Grenoble, de Minneapolis et de Buffalo. Les pourpres rayonnent sur des fonds bleu nocturne, et la splendeur viscérale s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaim-soutine/#i_94885

STELLA FRANK (1936- )

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 1 708 mots

Dans le chapitre « Couleur, volume, courbe : la période « baroque » »  : […] Si Frank Stella n'a pas inventé le principe du shaped canvas , littéralement « châssis formé », principe attribué à l'artiste hongrois Laszlo Peri en 1922 pour son œuvre Construction en espace , l'américain en a poussé très loin l'application. Alliant la monumentalité des formats de l'expressionnisme abstrait à la sécheresse de ses séries de peintures sy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-stella/#i_94885

TACHISME

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 1 158 mots
  •  • 1 média

Bien que le terme de tachisme ne s'emploie pas encore couramment avec une valeur générale, il peut désigner l'ensemble des techniques artistiques qui utilisent des taches. En fait, ces techniques se divisent en deux catégories, correspondant aux deux acceptions principales du mot tache. Dans le premier cas, tache signifie à peu près touche : la couleur déposée par un coup de pinceau et formant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tachisme/#i_94885

TESSAI TOMIOKA (1836-1924)

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN
  •  • 1 121 mots

Dans le chapitre « L'union de l'encre et de la couleur »  : […] La qualité des valeurs encrées de Tessai, tout en nuances subtiles et souvent combinées à des couleurs brillantes, s'explique non seulement par sa technique remarquable mais aussi par sa conception de l'art. Le papier japonais lui permet de rendre une large gamme de tons d'encre allant des effets voilés, dus à un pinceau très humecté, à ceux beaucoup plus rudes, dus à un pinceau presque sec, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tomioka-tessai/#i_94885

THÉORIE DES COULEURS, Johann Wolfgang von Goethe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

De la Théorie des couleurs ( Farbenlehre ) que Goethe (1749-1832) publie en 1810, résultat de vingt années d'efforts assidus, on n'a souvent retenu que l'extravagante croisade anti-newtonienne. Dans la Préface de son ouvrage, Goethe décrit le corps de doctrine de Newton ( Opticks , 1704) et de ses « apôtres » comme une Bastille mal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-couleurs/#i_94885

THE SCIENCE OF ART, Martin Kemp

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 229 mots

Dans le chapitre « Machines et couleurs »  : […] Aussi ne doit-on pas davantage s'étonner de voir que Kemp analyse la construction de l'espace dans les Ménines de Diego Velázquez (1656, Prado, Madrid) sans citer les célèbres pages de Michel Foucault à leur sujet, en ouverture des Mots et les Choses (1966). Mais en décrivant la bibliothèque du peintre qui possédait quelques-uns des écrits théoriques l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-science-of-art/#i_94885

TIBET (XIZIANG)

  • Écrit par 
  • Chantal MASSONAUD, 
  • Luciano PETECH, 
  • David SNELLGROVE, 
  • Pierre TROLLIET
  • , Universalis
  •  • 26 824 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les peintures murales »  : […] La destruction des temples et la remise à neuf périodique de nombreuses peintures pariétales diminuent le nombre des jalons permettant de tracer une évolution artistique. G. Tucci a magistralement traité ce problème. Les peintures les plus anciennes datent du xi e  siècle. Elles se trouvent à Man-nang au Tibet occidental, fortement marqué à cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibet-xiziang/#i_94885

TON LOCAL

  • Écrit par 
  • Jean RUDEL
  •  • 266 mots

L'expression « ton local » désigne la couleur propre d'un objet, sans tenir compte des valeurs accidentelles de la lumière. Le ton local correspond très souvent à la première couche picturale déterminant la forme selon son dessin (silhouette) de l'ensemble, constituant ainsi la première structure « décorative » de la peinture, ainsi que la base des premiers rapports harmoniques selon lesquels elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ton-local/#i_94885

UNE HISTOIRE SYMBOLIQUE DU MOYEN ÂGE OCCIDENTAL (M. Pastoureau)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 040 mots

À l'heure où les disciplines tendent à se fragmenter dans un processus de spécialisation, l'historien Michel Pastoureau fait partie de ces irréductibles chercheurs pour lesquels un phénomène ne peut se comprendre qu'à travers ses multiples relations à un système. Depuis une trentaine d'années, les recherches de ce chartiste – aujourd'hui directeur d'études à l'École pratique des hautes études et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-histoire-symbolique-du-moyen-age-occidental/#i_94885

VAN GOGH VINCENT (1853-1890)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 2 686 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Anvers et Paris (1885-1888) »  : […] Les séjours successifs à Anvers (nov. 1885-févr. 1886) et à Paris (févr. 1886-févr. 1888) constituent une double étape capitale pour l'évolution de Van Gogh. À Anvers tout d'abord, l'étude des œuvres de Rubens et la découverte des estampes japonaises – qu'il commence à collectionner dans cette ville – achèvent de lui révéler les ressources de la couleur, qualités déjà pressenties dans la familiari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincent-van-gogh/#i_94885

VÉRONÈSE (1528-1588)

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 158 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La formation »  : […] Fils d'un spezapreda (tailleur de pierre-sculpteur) de Vérone, Paolo Caliari, dit Véronèse, est placé, dès l'âge de dix ans, pour y apprendre la peinture, chez Antonio Badile, mais il se plaît également, suivant l'exemple paternel, à faire des modèles en terre. Avide de connaître toutes les tendances qui vont de la tradition héritée de Mantegna à la génération véronaise du dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veronese/#i_94885

VERT ÉGYPTIEN, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Sandrine PAGÈS-CAMAGNA
  •  • 413 mots

Deux pigments artificiels, l'un bleu et l'autre vert, de l'Égypte pharaonique constituent une particularité technologique et historique. Le plus célèbre, le bleu égyptien, apparaît à la IV e  dynastie (2620 avant J.-C.). Il est présent sur tous les décors égyptiens ainsi que dans les peintures du pourtour méditerranéen des premiers siècles de notre ère. Le vert égyptien, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vert-egyptien-histoire-de-l-art/#i_94885

VINCENT VAN GOGH : D'ARLES À AUVERS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 540 mots

20 février 1888 Van Gogh arrive à Arles sous la neige où il désire installer un « atelier du Midi ». Il commence à peindre dès le 22 février (une vieille Arlésienne, un paysage sous la neige, la boutique d'un boucher). Il loge à l'hôtel, louant à partir de mai quatre chambres dans « la Maison jaune ». Il peint sans cesse, mais, par mesure d'économie, décide, fin avril, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincent-van-gogh-d-arles-a-auvers-reperes-chronologiques/#i_94885

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le XIIe et le XIIIe siècle »  : […] C'est en France, au cours du xii e  siècle, que l'on voit les séries les plus importantes et, sur le plan artistique, les plus achevées, comparables dans leur style aux peintures murales contemporaines ou à la miniature romane : sept fenêtres plus ou moins complètes à la nef de la cathédrale du Mans (vers 1135, 1160 et 1190), les trois verrières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_94885

Voir aussi

Pour citer l’article

Manlio BRUSATIN, « COULEURS, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/