Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

Dessinateur, peintre, graveur et architecte allemand, Albrecht Altdorfer est né vers 1480 ; il est mort à Ratisbonne en 1538. Sa plaque tombale le désigne comme architecte (Baumeister), mais son activité dans ce domaine ne nous est connue que par des mentions d'archives concernant des travaux utilitaires qu'il aurait dirigés à la fin de sa vie. Il acquit le droit de bourgeoisie à Ratisbonne en 1505, un an avant les premières œuvres datées que l'on conserve de lui, et il appartenait probablement à une famille de cette ville. Il y exerça de hautes fonctions et fut même appelé en 1528 à la charge de bourgmestre, qu'il refusa parce qu'il devait achever un tableau pour le duc de Bavière. À sa mort, il jouissait d'une fortune non négligeable. Outre des biens immobiliers, il possédait une collection dans laquelle figuraient des pièces antiques, témoins d'un intérêt qui le rapproche de l'esprit humaniste.

Un milieu humaniste

La ville de Ratisbonne souffrait au xvie siècle d'un déclin économique et politique, mais le souvenir de son ancien éclat intellectuel se maintenait dans le milieu des humanistes. Pourtant, le nom d'Altdorfer n'apparaît sous la plume d'aucun d'entre eux, au contraire de ceux de Cranach, de Baldung ou de Matthias d'Aschaffenbourg (Grünewald), sans parler de celui de Dürer. Cette absence est d'autant plus surprenante qu'il collabora lui aussi aux travaux de propagande par l'image commandés dans la deuxième décennie du siècle par l'empereur Maximilien Ier : Altdorfer peignit en effet à l'aquarelle une partie des planches du Cortège triomphal, donna les dessins pour plusieurs des gravures sur bois qui composent sa Porte triomphale et dessina une partie des marges de son Livre d'heures, après avoir illustré de dessins aquarellés le manuscrit de la Vita Frederici et Maximiliani rédigée par un humaniste de Ratisbonne, Grünpeck.

Altdorfer appartient donc à la pléiade d'artistes qui firent du début du xvie siècle l'âge d'or de la peinture allemande. Longtemps considéré, au cours du xixe siècle, comme un élève ou un suiveur de Dürer, il devint au début du xxe siècle le principal représentant de ce que l'on appela l'école du Danube – une tendance stylistique aux caractères définis à partir de son art sur lequel se trouvait projetée en retour l'idée que l'on se faisait d'elle. À une époque où le nationalisme néo-romantique se nourrissait d'explications ethno-géographiques, on vit en elle l'expression d'un terroir, la vallée du Danube, et d'une des ethnies qui passaient pour être à l'origine du peuple allemand, le Stamm austro-bavarois. Son apparition aurait été favorisée, dans les premières années du xvie siècle, par la présence en basse Autriche des peintres Rueland Frueauf le Jeune, de Passau, Jörg Breu l'Ancien, d'Augsbourg, et Lucas Cranach l'Ancien, qui devait dès 1505 s'établir à Wittenberg au service du prince-électeur de Saxe.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>La Vierge, l'Enfant Jésus et sainte Anne</it>, A. Altdorfer - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

La Vierge, l'Enfant Jésus et sainte Anne, A. Altdorfer

<it>Paysage avec pont</it>, A. Altdorfer - crédits :  Bridgeman Images

Paysage avec pont, A. Altdorfer

La <it>Crucifixion</it>, A. Altdorfer - crédits : Bridgeman Images

La Crucifixion, A. Altdorfer

Autres références

  • ALBRECHT ALTDORFER. MAÎTRE DE LA RENAISSANCE ALLEMANDE (exposition)

    • Écrit par Christian HECK
    • 1 177 mots
    • 1 média

    La présence dans les collections publiques parisiennes de créations graphiques de toute première qualité – dessins, gravures sur bois ou sur cuivre – justifiait très largement la réunion, dans le cadre d’une exposition au musée du Louvre (prévue du 1er octobre 2020 au 4 janvier 2021)...

  • DANUBE ÉCOLE DITE DU

    • Écrit par Pierre VAISSE
    • 1 054 mots
    • 1 média

    L'expression d'école du Danube désigne un courant de l'art allemand du début du xvie siècle. Elle est apparue vers 1900, lorsque furent constatées d'étroites analogies stylistiques entre les œuvres d'Albrecht Altdorfer et celles d'un certain nombre de peintres...

  • HUBER WOLF (entre 1485 et 1490-1553)

    • Écrit par Pierre VAISSE
    • 840 mots
    • 1 média

    Peintre et dessinateur allemand, Wolf Huber est, avec Albrecht Altdorfer, le plus grand représentant de ce que l'on appelle l'école du Danube. Probablement né à Feldkirch dans le Vorarlberg, il s'établit (au plus tard en 1515) à Passau, au service de l'évêque de la ville, fonction qu'il...

Voir aussi