RETABLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Couronnement de la Vierge, parmi les anges, entre saint Wolfgang et saint Benoît, M. Pacher

Couronnement de la Vierge, parmi les anges, entre saint Wolfgang et saint Benoît, M. Pacher
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Crucifixion, Grünewald

La Crucifixion, Grünewald
Crédits : O. Zimmermann, Musée d'Unterlinden, Colmar

photographie

Vierge en trône, C. Tura

Vierge en trône, C. Tura
Crédits : Bridgeman Images

photographie


À l'origine, le retable était un simple rebord situé à l'arrière de l'autel où l'on posait les objets liturgiques. Puis l'habitude se développa d'y placer des reliques et des images vénérables. Le retable devient, au Moyen Âge, un véritable écran de pierre, de bois sculpté ou de matières précieuses — or, argent, émail — dont le plus somptueux exemple est la Pala d'Oro à Saint-Marc de Venise (xe-xiiie s.). À partir du xive siècle, le développement de la peinture sur panneau donne une importance croissante à la peinture dans les retables et suscite l'apparition de différentes formules d'agencement : d'une part, les petits tableaux de dévotion, faits généralement de deux volets se refermant l'un sur l'autre (diptyque) ; d'autre part, les ensembles destinés aux églises avec, encadrant un panneau central, deux ou quatre volets (triptyque, polyptyque) accompagnés ou non d'une prédelle et d'un couronnement. En Italie, c'est dès le xiiie siècle que s'établit la tradition des tableaux d'autel composés (mais dont les panneaux latéraux ne se referment pas, dans la plupart des cas) à Lucques, à Pise, puis à Sienne et à Florence, avec les Berlinghieri, Giunta Pisano, Guido da Siena, Cimabue.

Couronnement de la Vierge, parmi les anges, entre saint Wolfgang et saint Benoît, M. Pacher

Couronnement de la Vierge, parmi les anges, entre saint Wolfgang et saint Benoît, M. Pacher

Photographie

Michael PACHER, Couronnement de la Vierge, parmi les anges, entre saint Wolfgang et saint Benoît. Retable de Sankt-Wolfgang am Abersee, Autriche. Huile sur panneau et bois polychrome. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Dans l'Europe du Nord, berceau de la peinture sur panneau, la sculpture garde pourtant un rôle primordial : le retable de Champmol, exécuté entre 1392 et 1399, comporte un panneau central sculpté, dû à Jacques de Baerze, et des volets peints par Melchior Broederlam (musée de Dijon). Si le retable de L'Agneau mystique (1432) n'est que peinture, le retable d'Haekendover, contemporain du chef-d'œuvre de Van Eyck (1430), et d'innombrables retables brabançons du xve siècle sont faits de bas-reliefs en bois sculpté (avec, parfois, des statuettes amovibles), d'une verve savoureuse et dont le réalisme n'exclut pas l'élégance : leur vogue est imm [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RETABLE  » est également traité dans :

ALTDORFER ALBRECHT (1480 env.-1538)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 751 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'art de la couleur »  : […] Ces observations concernent avant tout les dessins d'Altdorfer, la part sans doute la plus originale de sa production. Cependant, la couleur intense et lumineuse de ses peintures a suscité des commentaires analogues. Dans un livre resté célèbre, Otto Benesch, en 1938, la mettait en rapport avec les idées exprimées un peu plus tard par Paracelse. Ce rapprochement, qui continue à faire florès aux Ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albrecht-altdorfer/#i_4309

ANGELICO FRA (1400 env.-1455)

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 4 190 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Chronologie »  : […] L'historiographie traditionnelle, à la suite de Vasari, situait la naissance de Fra Angelico (de son vrai nom Guido di Piero) dans les années 1387-1388. La critique moderne a repoussé cette date d'une quinzaine d'années, sans parvenir néanmoins à une certitude absolue : le peintre serait né à la toute fin du xiv e siècle, aux alentours du château […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fra-angelico/#i_4309

ANTONELLO DE MESSINE (1430 env.-1479)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 795 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le « bilinguisme pictural » d'Antonello »  : […] La tradition gothique compte peu dans l'œuvre d'Antonello de Messine en dehors des contraintes imposées par ses premiers clients siciliens : fonds d'or ciselés, structure compartimentée et cadres flamboyants des retables ou des « gonfaloni » (petits tableaux double face aux bordures richement sculptées portés en procession sur des hampes par les confréries, notamment pénitentielles). Antonello est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonello-de-messine/#i_4309

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le gothique tardif et la Renaissance »  : […] La peinture n'ayant pas eu de signification très personnelle avant l'arrivée de Quentin Metsys à Anvers, elle est plus ouverte aux nouveautés que la Renaissance lui propose. L'architecture et la sculpture sur bois, qui ont connu un certain développement dans la période précédente, restent naturellement plus traditionalistes. L'architecture religieuse n'a pas fourni de monuments de style Renaissan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anvers/#i_4309

ARAGON

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 8 657 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le faux départ de la Renaissance »  : […] L'union réalisée par les États de la couronne d'Aragon avait donné à ce pays la prééminence politique, mais la direction effective appartint à la Catalogne, plus riche et plus dynamique. Cette situation se modifia au xv e  siècle, à la suite du déclin économique de Barcelone et de l'arrivée au pouvoir d'une dynastie d'origine castillane, celle des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aragon/#i_4309

AUTELS

  • Écrit par 
  • Louis LÉVY
  •  • 3 686 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'autel chrétien »  : […] Le culte chrétien se distingue de tous les autres par la nature du sacrifice. En fait, le christianisme n'en reconnaît qu'un seul, celui de son fondateur, qui en est tout à la fois la victime et le prêtre. La croix en est l'autel. Cet unique sacrifice se perpétue dans la messe. Le prêtre n'est donc pas le ministre d'une offrande de l'humanité à la divinité, mais celui de l'action dans laquelle le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autels/#i_4309

BAERZE JACQUES DE (fin XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 299 mots

Le sculpteur sur bois Jacques de Baerze est connu par la commande que lui passa Philippe le Hardi en 1390. Le duc de Bourgogne avait en effet pu admirer deux retables, l'un dans l'église de Termonde placé près du grand autel, l'autre à l'abbaye de la Biloke à Gand, et manifesta le désir d'en obtenir une reproduction identique pour le maître-autel de la chartreuse qu'il venait de faire construire à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baerze-jacques-de/#i_4309

BALDUNG GRIEN HANS (1484 env.-1545)

  • Écrit par 
  • Thomas Wolfgang GAEHTGENS
  •  • 1 310 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Baldung et Dürer »  : […] Hans Baldung est né à Schwäbisch Gmünd en Souabe. Il appartient à une famille d'érudits. Après un apprentissage dans sa ville natale chez un peintre qui venait probablement de l'école de Martin Schongauer (on admet qu'il reçut le surnom de Grien, vert, à cette époque), il se rendit vers 1503 à Nuremberg où il entra dans l'atelier d'Albrecht Dürer. Les années passées chez ce peintre furent décisiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-baldung-grien/#i_4309

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « France »  : […] Quand on pense à cet aspect de théâtre populaire et religieux qu'a pris en effet le baroque dans diverses sociétés régionales, on se trouve conduit en France au problème qu'y pose la décoration des églises par des retables aux xvii e et xviii e siècles. Il fait mieux comprendre l'impossibilité d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_4309

BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 717 mots

Dans le chapitre « Les origines de Barthélemy d'Eyck »  : […] De longues recherches ont rendu presque certaine l'identification du maître du roi René avec Barthélemy d'Eyck, identification pressentie dès 1910 par P. Durrieu. Originaire de Maeseyck, sa mère Ydria Exters a été mariée en premières noces avec un homme nommé d'Eyck, père de Barthélemy. Nous n'en savons pas plus. Mais nous la retrouvons en Provence avec son second mari Peter van Bijland, peintre e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barthelemy-d-eyck/#i_4309

BELLECHOSE HENRI (connu entre 1415 et 1440)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 130 mots

Originaire du Brabant, Bellechose succède en 1415 à Jean Malouel comme peintre en titre du duc de Bourgogne à Dijon. Sa première œuvre attestée est la seule qui subsiste : le Retable de saint Denis (Louvre), peint pour la chartreuse de Champmol en 1416. Entre 1415 et 1430, il est chargé de plusieurs retables pour Champmol et les châteaux ducaux, ou pour les églises de Dijon. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-bellechose/#i_4309

BERRUGUETE ALONSO (1490-1561)

  • Écrit par 
  • Antonio BONET-CORREA
  •  • 734 mots
  •  • 1 média

On a toujours considéré Alonso Berruguete comme le sculpteur le plus original et le plus important de la Renaissance espagnole. Artiste de formation maniériste, acquise directement en Italie, il était le fils de Pedro Berruguete, peintre espagnol qui travailla à la cour des Montefeltro à Urbin dans les Marches et qui introduisit en Castille la peinture du Quattrocento, sans oublier pour autant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alonso-berruguete/#i_4309

BERRUGUETE PEDRO (mort av. 1504)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 307 mots
  •  • 1 média

Premier peintre castillan dont le séjour en Italie soit attesté. Le séjour de Pedro Berruguete, dit aussi Pietro Spagnuolo, a duré une dizaine d'années (1470-1480), et certains historiens ont supposé que, avant son arrivée à la cour d'Urbin, en 1477, il avait complété sa formation artistique à Naples. Berruguete ne venait pas en simple élève en Italie, il avait une bonne connaissance de l'art flam […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pedro-berruguete/#i_4309

BORGOÑA JUAN DE (actif de 1494 à 1536)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 368 mots
  •  • 1 média

Peintre espagnol actif à Tolède dans le premier tiers du xvi e siècle. Aucun document ne permet de préciser son origine et sa formation. Son nom laisse supposer une ascendance nordique sans pour autant autoriser à fixer sa naissance en Bourgogne, mais l'analyse de son style permet d'affirmer que Borgoña étudia en Italie et principalement à Floren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-de-borgona/#i_4309

BORRASSÁ LLUIS (1360 env.-1426)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 271 mots

Peintre espagnol, Lluis Borrassá est le principal représentant du style gothique international au début du xv e  siècle en Catalogne. Né à Gérone, il se fixe à Barcelone en 1383 et y dirige à partir de 1402 et jusqu'à sa mort, en 1426, un atelier très actif. Onze retables, attestés par des documents, sont conservés en partie et vingt autres peuven […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lluis-borrassa/#i_4309

BOTTICELLI SANDRO (1445-1510)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers l'irréalisme »  : […] Dans les grands retables qu'il peint à la même époque, l'acuité d'observation, le souci d'un certain réalisme dans l'individualisation des personnages ont cédé peu à peu la place à une stylisation presque maniériste qui vise, semble-t-il, à libérer la représentation de références terrestres trop précises pour la hausser au niveau idéal de la vision mystique. Sur le tableau de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sandro-botticelli/#i_4309

BOUTS DIERIC ou THIERRY (1415 env.-1475)

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 639 mots

Dans les écrits du xvi e siècle, on l'appelle « Dirick de Haarlem », dans d'autres « Dirk de Louvain ». Il s'agit en fait d'un seul et même personnage dont le nom véritable est Dirk Bouts. Né à Haarlem, il se fixe vers 1445-1448, au moment de son mariage, à Louvain où il réalise ses principaux chefs-d'œuvre. On sait qu'il eut quatre enfants dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouts-dieric-ou-thierry/#i_4309

BRÉA LES

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 989 mots

D'une famille établie à Nice depuis plusieurs générations, les Bréa furent trois peintres actifs entre le dernier quart du xv e siècle et le milieu du xvi e . Louis, le plus justement célèbre, est documenté de 1475 à 1523 ; son frère Antoine, de 1504 à 1516, collabore sans génie personnel avec lu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-brea/#i_4309

BREU L'ANCIEN JÖRG (1475 env.-1537)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 247 mots

Peintre, dessinateur et graveur d'Augsbourg, Breu reçut probablement sa première formation dans l'atelier d'Ulrich Apt. En Autriche de 1500 à 1502, il peint le Retable de saint Bernard pour le couvent des cisterciens de Zwettl (1500, conservé dans une chapelle de l'église), un Retable de la Vie du Christ (1501, panneaux au Musée national germanique de N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/breu-l-ancien-jorg/#i_4309

BROEDERLAM MELCHIOR (mort apr. 1409)

  • Écrit par 
  • Pierre QUARRÉ
  •  • 374 mots

Le duc de Bourgogne Philippe le Hardi, entré en possession du comté de Flandre en 1384, garda à son service Melchior Broederlam, qui avait été peintre et valet de chambre de Louis de Mâle, père de son épouse, la duchesse Marguerite de Flandre. Les articles de comptes nous présentent surtout Broederlam comme un décorateur, chargé de peindre sur étendards, bannières, gonfanons et harnois de joute le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melchior-broederlam/#i_4309

CAMPAÑA PIETER DE KEMPENEER dit PEDRO DE (1503-1580)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 257 mots

Peintre, architecte, sculpteur, mathématicien, Pedro de Campaña est le type même de l'artiste de la Renaissance qui a suivi une carrière internationale. De son vrai nom Pieter de Kempeneer, originaire de Bruxelles, il travaille plusieurs années en Italie : à Bologne pour Charles Quint, à Venise pour le cardinal Grimani et à Rome pour l'Arétin, avant de se fixer pendant vingt-cinq ans en Espagne. E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campana-pieter-de-kempeneer-dit-pedro-de/#i_4309

CAMPIN ROBERT ou MAÎTRE DE FLÉMALLE (1380 env.-1444)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 617 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une difficile identification »  : […] L'identification de Campin, qui a donné lieu à de vives controverses, fut un des problèmes les plus passionnants posés par l'histoire de l'art. L'existence de l'artiste était surtout connue par des documents : il ne semble pas être né à Tournai, dont il n'est citoyen qu'en 1410, deux ans après avoir été signalé dans la ville comme maître peintre. Il y tient un atelier considérable et a notamment c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campin-maitre-de-flemalle/#i_4309

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 411 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La sculpture et la peinture »  : […] Avec une originalité égale à celle de l'architecture, la sculpture et la peinture reflètent, dans leur évolution, l'influence des milieux créateurs qui orientèrent successivement l'histoire des arts du relief et de la couleur au cours des xiv e et xv e siècles. C'est avec un retard sensible que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catalogne/#i_4309

COECKE VAN AALST PIETER (1502-1550)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 216 mots

Né à Alost, petite ville de Flandre, où son père était échevin, mort à Bruxelles, Pieter Coecke est, avec les Flamands Lambert Lombard, Michel Coxie, Lancelot Blondeel et le Hollandais Jan van Scorel, un des hérauts de la pré-Renaissance aux Pays-Bas ; comme ces derniers, Coecke est un artiste universel, peintre, architecte, décorateur et théoricien, bref, un artiste tel qu'on l'entendait au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-coecke-van-aalst/#i_4309

COLANTONIO (1re moitié XVe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 344 mots

L'analyse des affinités et des échanges artistiques que l'on peut déceler vers 1450 entre l'Espagne, la Provence, les Flandres et l'Italie méridionale fait apparaître une tentative commune d'assimiler la manière flamande, et spécialement celle de Van Eyck. À Naples, où celui-ci est considéré, ainsi que Van der Weyden, comme l'un des hommes les plus célèbres du temps (s'il faut en croire l'humanist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colantonio/#i_4309

COLOGNE ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Victor BEYER
  •  • 1 232 mots
  •  • 1 média

Les antécédents de l'école de Cologne sont à rechercher dans la peinture romane, mais aussi dans l'orfèvrerie et dans le vitrail produits dans la région située entre Rhin et Meuse. Elle ne prend cependant sa physionomie véritable qu'à l'orée du xiv e siècle, au moment où Cologne, ville archiépiscopale de la Hanse, riche de ses 40 000 habitants et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-cologne/#i_4309

COSSA FRANCESCO DEL (1436 env.-env. 1478)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 774 mots

Avec Ercole De' Roberti (Ercole da Ferrara) et Cosme Tura, Francesco del Cossa est l'une des personnalités marquantes de l'école brillante et singulière qui se développe à Ferrare grâce à l'impulsion donnée aux arts et à la culture par Lionello, puis par Borso d'Este. Il est mentionné à Ferrare en 1456 et, de nouveau, en 1470 travaillant en collaboration avec Tura et Roberti au palais Schifanoia. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-del-cossa/#i_4309

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Origines et significations premières de l'encadrement des œuvres d'art »  : […] En 1435, Leon Battista Alberti définit, dans le traité Della Pittura , la peinture comme une fenêtre dont il est nécessaire de tracer d'abord le cadre. La bordure fonctionne dès l'origine, dans cette première théorisation du genre pictural, comme un signal qui indique au spectateur qu'il se trouve non pas face au réel, mais devant une œuvre née de la mimésis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_4309

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 033 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la libération de l'ornement à la crise de rigorisme »  : […] Le mariage de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille en 1469 ouvrit pour l'Espagne une ère nouvelle d'unité, de puissance et de grandes aventures. À peine la prise de Grenade a-t-elle mis fin à la Reconquête que commence la conquête de l'Amérique. Celle-ci assurera des ressources considérables au bénéfice exclusif de la Castille et de l'Andalousie. Dans ces mêmes années, l'Espagne s'insère d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_4309

FONTANA LAVINIA (1552-1614)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 411 mots

Liée à l'école maniériste, Lavinia Fontana fut l'une des plus importantes portraitistes de Bologne à la fin du xvi e  siècle. Elle fut aussi l'une des premières femmes à exécuter de grandes commandes publiques. Née à Bologne en 1552, Lavinia Fontana étudie la peinture maniériste auprès de son père, Prospero Fontana (1512 env.-1597), représentant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lavinia-fontana/#i_4309

FORMENT DAMIÁN (1475 env.-env. 1540)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 212 mots

Sculpteur espagnol, l'un des premiers convertis à la Renaissance, avec Diego Siloé et Bartolomé Ordóñez. Damián Forment devait se trouver à Florence à la fin du xv e  siècle, mais travaille à Valence vers 1500. En 1509, il transporte son atelier à Saragosse pour y exécuter plusieurs retables importants, en albâtre ou en bois. Le retable de la Vier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/damian-forment/#i_4309

FRANCKEN LES

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 937 mots

Importante dynastie de peintres anversois des xvi e et xvii e  siècles. Frans I (1542-1616) et Ambrosius I le Vieux (1544-1618) appartiennent à l'école de Frans Floris et représentent à Anvers à la fin du xvi e  siècle le même courant conservateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-francken/#i_4309

FRUEAUF LE JEUNE RUELAND (1470 env.-apr. 1545)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 333 mots

Peintre allemand, fils de Rueland Frueauf le Vieux. Peu avant 1497, Rueland Frueauf devient bourgeois de Passau, où il est encore signalé en 1505, 1533 et 1545 ; mais toutes les œuvres qui nous sont parvenues datent de 1496 à 1508, et l'on ignore tout de sa production postérieure. Il s'agit d'une Crucifixion (1496), des panneaux de volets d'un retable représentant quatre scè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frueauf-le-jeune-rueland/#i_4309

FRUEAUF LE VIEUX RUELAND (1440 ou 1450-1507)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 384 mots

On suppose que ce peintre allemand est né à Obernberg, sur l'Inn, dans une famille qui vivait du commerce du sel. Cette origine géographique et familiale explique ses liens avec Passau et Salzbourg. C'est dans cette dernière ville qu'il semble s'être formé, avant d'entreprendre un tour de compagnonnage qui dut le mettre en contact avec la peinture flamande, dont l'influence fut déterminante en Eur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frueauf-le-vieux-rueland/#i_4309

GALLEGO FERNANDO (1440 env.-apr. 1507)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 357 mots
  •  • 1 média

Peintre espagnol, Fernando Gallego illustre un phénomène artistique marquant : ce qui peut sembler une colonisation de la Castille par la peinture flamande au xv e siècle. On en trouvera les raisons dans les relations économiques existant entre les deux pays, ainsi que dans la constitution de riches collections flamandes par les souverains et par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernando-gallego/#i_4309

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] En France, c'est dans l'entourage royal et dans celui des grands seigneurs que cette tendance s'affirme. Paris devient rapidement le lieu de production et de diffusion des œuvres sculptées. Il s'y crée des prototypes qui se trouvent aussitôt répétés sans que l'on puisse toujours préciser leur lieu d'exécution. Les sculpteurs, nombreux, ne cherchent plus à renouveler les formes afin de satisfaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_4309

GRECO (1541-1614)

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL
  •  • 2 518 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le mécénat tolédan »  : […] Même si elle n'était plus « cité impériale », Tolède, peuplée de près de soixante mille habitants, était encore très vivante à la fin du xvi e siècle : son économie reposait sur l'industrie textile de luxe et les armes. Son intense activité culturelle et spirituelle, centrée autour de la petite université Santa Catalina et surtout de la cathédral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greco/#i_4309

GRÜNEWALD MATTHIAS (1475 env.-1528)

  • Écrit par 
  • Thomas Wolfgang GAEHTGENS
  •  • 2 044 mots
  •  • 4 médias

Matthias Grünewald est une personnalité unique dans l'histoire de la peinture allemande. Sa vie et son activité artistique sont mal connues, et l'œuvre qu'il a laissée n'est pas très volumineuse. Pourtant, elle représente un grand moment de la peinture et dépasse largement les limites de son temps. Elle s'inspire toujours de thèmes sacrés, plus précisément des souffrances et de l'œuvre rédemptric […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthias-grunewald/#i_4309

HOLBEIN LES

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 2 606 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un peintre traditionnel »  : […] Hans Holbein l'Ancien diffère des peintres allemands du xv e siècle en ce que sa vie comme son œuvre, malgré d'importantes lacunes, sont relativement bien connues. Né à Augsbourg, il appartient à un milieu d'artisans dont il mène la modeste existence. Après un séjour à Ulm où il exécute, en collaboration avec le sculpteur Michel Erhart, un retab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-holbein/#i_4309

HORENBOUT GHEERAERT (entre 1460 et 1470-av. 1541)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 359 mots

Peintre et enlumineur gantois, Gheeraert Horenbout acquiert la maîtrise en 1487. Dès 1498, on le voit à la tête d'un atelier d'enluminure très actif. En 1515, Marguerite d'Autriche, la régente des Pays-Bas, en fait son peintre et valet de chambre. Un de ses principaux travaux, à cette époque, est l'illustration des Heures Sforza (British Museum), achevée en 1521, date à laqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gheeraert-horenbout/#i_4309

HUBER WOLF (entre 1485 et 1490-1553)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 842 mots
  •  • 1 média

Peintre et dessinateur allemand, Wolf Huber est, avec Albrecht Altdorfer, le plus grand représentant de ce que l'on appelle l'école du Danube. Probablement né à Feldkirch dans le Vorarlberg, il s'établit (au plus tard en 1515) à Passau, au service de l'évêque de la ville, fonction qu'il conserve jusqu'à sa mort et qui le dispense d'entrer dans la corporation des peintres de la ville. On ignore tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wolf-huber/#i_4309

HUGUET JAIME (1415 env.-1492)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 248 mots
  •  • 1 média

Peintre catalan né à Valls, près de Tarragone, Jaime Huguet séjourne quelques années à Saragosse, puis en 1448 se fixe à Barcelone jusqu'à sa mort. Sa période de formation reste obscure ; l'une des premières œuvres qu'on lui attribue, Saint-Georges et la princesse (musée d'Art catalan, Barcelone) est l'un des plus célèbres panneaux catalans par sa mystérieuse mélancolie et s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jaime-huguet/#i_4309

JUAN DE FLANDES (1460 env.-apr. 1510)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 449 mots
  •  • 1 média

Originaire des Flandres, comme l'indique son surnom espagnol, et fixé en Espagne où il apparaît en 1496 au service de la reine Isabelle la Catholique, Juan de Flandes est le représentant le plus remarquable d'une tendance, dite hispano-flamande, de la peinture espagnole de la fin du xv e  siècle : des artistes venus des Pays-Bas ou y ayant fait le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-de-flandes/#i_4309

JUSTE DE GAND (1435 env.-apr. 1475)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 455 mots
  •  • 5 médias

Le peintre flamand qui travaille en Italie, à Urbin, entre 1473 et 1475, sous le nom de Giusto da Guanto, est généralement identifié avec le peintre Joos van Wassenhove, connu seulement par des archives. On possède fort peu de documents sur la vie de Juste de Gand. Il serait né à Gand. Reçu maître à la Guilde d'Anvers en 1460, il fait partie de la corporation des peintres de Gand en 1464. Il y int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juste-de-gand/#i_4309

LIPPI FILIPPINO (1457-1504)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 390 mots
  •  • 3 médias

Fils de Filippo, Filippino Lippi travailla près de Botticelli. Ses œuvres de jeunesse, regroupées naguère par Bernard Berenson sous le nom du fictif Amico di Sandro, sont, en effet, très proches de celles de son maître, par leur charme et leur délicatesse nerveuse : Vierge à l'Enfant tenant un livre , au musée de Berlin ; Histoire d'Esther représentée su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filippino-lippi/#i_4309

LISBOA ANTONIO FRANCISCO, dit ALEIJADINHO (1738 env.-1814)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 542 mots

Réputé le plus grand des artistes brésiliens, Antonio Francisco Lisboa a exercé ses talents dans la province de Minas Gerais, région montagneuse et désertique, soudainement devenue un Eldorado au début du xviii e siècle. L'Église elle-même, comme toutes les autres classes de la société, s'y était laissé gagner par la soif de l'or, et demandait à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-francisco-lisboa/#i_4309

LOCHNER STEPHAN (1410 env.-1451)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 570 mots

Peintre allemand né à Meersburg, Stephan Lochner s'établit à Cologne en 1442 au plus tard, date à laquelle il achète une maison dans la ville. Il est membre du conseil de la Corporation des peintres en 1447 et 1450. Pendant la décennie où sa présence est attestée à Cologne, il fut sans doute le peintre le plus en vue de la riche cité marchande sur le Rhin. C'est à lui qu'est commandé le grand trip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephan-lochner/#i_4309

LORENZO MONACO PIERO DI GIOVANNI dit (1370-apr. 1425)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 455 mots

Entré à vingt ans chez les Camaldules du couvent de Sainte-Marie-des-Anges, à Florence, Lorenzo Monaco épanouit son talent dans l'atelier d'enluminure qui fleurissait au monastère depuis le début du siècle. Mais le célèbre scriptorium n'était nullement fermé aux courants extérieurs : Lorenzo Monaco travaille sans doute avec Agnolo Gaddi, et ses premières enluminures (datées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-di-giovanni-lorenzo-monaco/#i_4309

LUCAS DE LEYDE (1489 ou 1494-1533)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Salué par Van Mander, en 1604, comme une merveille de la nature et déjà célébré dès le xvi e  siècle par Vasari, Lucas de Leyde (Lucas van Leyden) est un enfant précoce et prodige : il aurait gravé dès l'âge de quatorze ans (sa première gravure connue, L'Ivresse de Mahomet , date de 1508, et Van Mander, qui a interrogé le pet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucas-de-leyde/#i_4309

MAÎTRE DE LA PASSION DE KARLSRUHE (2e tiers XVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 231 mots

Peintre allemand que l'on identifie avec Hans Hirtz, peintre attesté à Strasbourg de 1421 à 1463. Son œuvre se compose de sept panneaux d'un retable (le huitième est probablement perdu) qui retrace des épisodes de la Passion. Cinq d'entre eux se trouvent regroupés à la Kunsthalle de Karlsruhe ( Le Christ au mont des Oliviers , Le Couronnement d'épines , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitre-de-la-passion-de-karlsruhe/#i_4309

MANTEGNA ANDREA (1431-1506)

  • Écrit par 
  • Pietro ZAMPETTI
  •  • 2 083 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le «  Retable de saint Zénon » »  : […] Entre la fin de l'année 1456 et l'année 1459, Mantegna entreprend notamment une œuvre destinée, elle aussi, à avoir une grande influence : le Retable de saint Zénon à Vérone. Renonçant à la composition traditionnelle des polyptyques, il y crée une unité idéale des figures prises dans le réseau des lignes perspectives. Il conçoit une architecture feinte qui englobe la totalité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-mantegna/#i_4309

MARMION SIMON (1425 env.-1489)

  • Écrit par 
  • Nicole VERONEE-VERHAEGEN
  •  • 620 mots

Peintre et enlumineur, né sans doute à Amiens. Marmion est signalé à Amiens de 1449 à 1454 et à Valenciennes de 1458 à sa mort ; en 1468, sans doute en vue d'un travail occasionnel, il se fait inscrire à la guilde de Saint-Luc à Tournai. Artiste du nord de la France, Marmion n'appartient pas clairement à une école française définie et, bien qu'ayant œuvré dans une région alors dépendante de l'État […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-marmion/#i_4309

MATTHIAS GRÜNEWALD (expositions)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 113 mots

Dans la floraison de génies qui marque, en ce premier tiers du xvi e  siècle, la peinture de la Renaissance dans le monde germanique, Matthias Grünewald (1475 env.-1528) occupe une place à part. Bien que faisant partie des tout grands, aux côtés de Dürer, Baldung Grien, Holbein, Cranach, Altdorfer, il est souvent considéré un peu à part. Alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthias-grunewald-exposition/#i_4309

MEMLING HANS (1435 env.-1494)

  • Écrit par 
  • Jacqueline FOLIE
  •  • 1 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'appel des Pays-Bas »  : […] Le milieu rhénan, auquel l'apparentaient cependant ses tendances profondes, semble ne pas avoir suffi au jeune artiste. Une attraction puissante a dû l'amener à se rendre aux Pays-Bas, où le maître incontesté était alors Roger Van der Weyden. Où et comment eut-il connaissance de l'art de Roger ? On est tenté d'imaginer une révélation formelle directe telle qu'aurait pu l'offrir la prestigieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-memling/#i_4309

METSYS ou MASSYS QUENTIN (1465/66-1530)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 985 mots
  •  • 2 médias

À la différence de tant d'autres peintres nordiques des xv e et xvi e siècles, Quentin Metsys ne fut jamais oublié et, cas rarissime, était encore considéré en pleine époque baroque comme un très grand peintre dont le souvenir restait intact (cf. les biographies si louangeuses de Fickaert, en 16 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metsys-massys/#i_4309

MONTAÑÉS JUAN MARTÍNEZ (1568-1649)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 478 mots

Celui qui devait devenir le maître incontesté de l'école sévillane de sculpture baroque arriva dans la capitale de la basse Andalousie un peu avant 1587. Jusqu'à sa mort, il ne devait plus quitter cette ville, qui était alors un des principaux centres commerciaux du monde et plus spécialement un immense marché artistique. La production de Montañés, presque exclusivement religieuse, épousa les exig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-martinez-montanes/#i_4309

MOSAN ART

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 578 mots

Dans le chapitre « Conjoncture historique »  : […] Les premiers manuscrits furent décorés sous le signe de l'amalgame des écoles d' enluminure carolingiennes, soit par la juxtaposition, comme dans les Évangiles de Sainte-Catherine de Maeseyck, du style décoratif transmis par l'Italie et du style abstrait d'origine anglaise (northumbrien), soit par la domination dans les commandes du style tardif de Reims (période de Hincmar, successeur d'Ebbon dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-mosan/#i_4309

MOSER LUCAS (1re moitié XVe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 677 mots

Le nom de ce peintre allemand nous est connu par une inscription peinte sur le cadre de la seule œuvre qui subsiste de lui, le Retable de la Madeleine , conservé dans la petite église de Tiefenbronn dans la Forêt-Noire (près de Pforzheim). En 1969, un érudit de Stuttgart, s'appuyant sur le tracé des lettres et sur certaines particularités linguistiques, a prétendu que l'inscr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moser-lucas/#i_4309

MULTSCHER HANS (1400 env.-env. 1467)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 670 mots

Sculpteur sur pierre et sur bois d'Allemagne du Sud, Hans Multscher fut peut-être aussi peintre. En 1427, il a acquis dans la ville d'Ulm le droit de bourgeoisie. Il y jouit d'une situation particulière, intermédiaire entre le patriciat et les corporations d'artisans ; il a reçu le privilège d'exercer son métier librement, sans entrer ni dans la corporation des sculpteurs, ni dans l'organisation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-multscher/#i_4309

PACHER MICHAEL (1435 env.-1498)

  • Écrit par 
  • Victor BEYER
  •  • 377 mots
  •  • 1 média

Peintre et sculpteur sur bois autrichien, Michael Pacher est probablement né à Neustift am Brixen, dans la famille du prévôt Léonard Pacher. Les conditions de son apprentissage sont mal connues, mais ses voyages en Italie du Nord et à Padoue dans la septième décennie du siècle sont attestés. L'influence de Mantegna est prépondérante sur la peinture de Pacher ; il est en outre généralement admis qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-pacher/#i_4309

PALA, art

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 172 mots

Terme italien, désignant traditionnellement les tableaux d'autel, aussi bien les ensembles composés de plusieurs éléments ( Pala de Treviglio , par Bernardo Butinone et Bernardo Zenale ; Pala Griffoni , de Francesco del Cossa et Ercole de' Roberti) que les panneaux simples : Pala des Montefeltre , de Piero della Francesca (env. 1472 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pala-art/#i_4309

PARMESAN (1503-1540)

  • Écrit par 
  • Augusta G. QUINTAVALLE
  •  • 2 125 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les débuts de Parmesan »  : […] Francesco Mazzola ou Mazzuoli est né à Parme, comme l'indique son surnom de Parmesan ; il doit son éducation artistique à ses oncles paternels, « petits maîtres » encore à l'école de l'art de Venise et de Ferrare de la fin du xv e  siècle. Les œuvres qu'il exécute à Parme et dans les environs, entre seize et vingt ans, témoignent d'une maturité in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parmesan/#i_4309

PÉRUGIN (1448-1523)

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 1 276 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le plus traditionnel des peintres modernes »  : […] Cette absence de tension dramatique, d'émotion vraie indique la limite de Pérugin. Ce n'est pas un hasard s'il s'exprime de façon privilégiée à travers les retables. Les montages artificiels de ces grandes machines (le retable de Saint-Pierre de Pérouse ne comportait pas moins de seize éléments malheureusement dispersés) évitent la complexité d'une composition ; les colonnades rythment la narrati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perugin/#i_4309

PIERO DELLA FRANCESCA (entre 1415 et 1420-1492)

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 3 302 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Du cycle arétin aux dernières activités »  : […] Durant l'exécution de La Légende de la vraie croix , Piero peignit à fresque, dans la cathédrale d'Arezzo, une Sainte Marie-Madeleine  ; dans la chapelle du cimetière de Monterchi, près de Borgo, il peignit La Sainte Vierge et, dans le palais des Conservateurs de Borgo San Sepolcro, ce grand chef-d'œuvre qu'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-della-francesca/#i_4309

PIERRE DE CORTONE (1596-1669)

  • Écrit par 
  • Giuliano BRIGANTI, 
  • Claude MIGNOT
  •  • 3 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le peintre des Barberini »  : […] Pietro Berrettini, dit Pietro da Cortona ou en français Pierre de Cortone, du nom de sa ville natale en Toscane, entre tout jeune dans l'atelier du peintre florentin Andrea Commodi qui lui inculque les premiers rudiments de l'art ; il semble bien que, dès cette époque, il ait commencé à se livrer à une véritable activité picturale. Il accompagne Commodi à Rome en 1612, et reste avec lui pendant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-cortone/#i_4309

PONTORMO JACOPO CARUCCI dit (1495-1557)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 1 252 mots
  •  • 2 médias

La redécouverte de Pontormo a montré que l'histoire de l'art, plus que tout autre discipline, dépend des conditions historiques dans lesquelles elle s'élabore et de l'évolution du goût. Dès Vasari, en effet, Pontormo est incompris : sa farouche volonté de solitude, son désintéressement sont considérés comme folie. Ridiculisant le grand œuvre de Pontormo, aujourd'hui disparu (les fresques de San Lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pontormo/#i_4309

PORTRAIT

  • Écrit par 
  • Galienne FRANCASTEL
  •  • 6 167 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Condamnation et renaissance »  : […] Toutefois, l'invasion des Barbares et le rôle que ceux-ci se mirent à jouer aux dépens des populations plus anciennement établies sur le sol des provinces de l'Empire romain finirent par changer radicalement l'idée qui présidait jusqu'au v e  siècle environ à l'usage du portrait. Sa légitimité absolue fut notamment mise en cause. Dans la plupart d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait/#i_4309

PRÉDELLE

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 563 mots

Panneau inférieur du tableau d'autel, divisé en plusieurs compartiments peints ou sculptés, la prédelle est un élément important du retable, spécialement en Italie ou dans les régions influencées par l'art italien . Les vicissitudes subies par les œuvres d'art au cours des siècles, le mépris — ou l'intérêt — qu'elles ont suscité, ont amené le démembrement de nombreux retables dont les panneaux ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/predelle/#i_4309

QUARTON ENGUERRAND (av. 1419-env. 1466)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une formation flamande ? »  : […] Enguerrand Quarton est né avant 1419, peut-être autour de 1410, dans le diocèse de Laon. Il a sans doute fait son apprentissage à Laon vers 1431-1433. Mais, puisqu'il connaît la peinture des Pays-Bas du Sud, le Maître de Flémalle (R. Campin ?), Jan van Eyck et Roger van der Weyden, peut-être a-t-il eu la possibilité de se former dans cette région. Dans ce cas, il n'aurait pas quitté tout de suite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enguerrand-quarton/#i_4309

RATGEB JÖRG (1480 env.-1526)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 310 mots

Peintre d'Allemagne du Sud, l'une des plus curieuses figures de cette période de l'art allemand si riche en personnalités originales et fortes. Les documents montrent Jörg Ratgeb bourgeois de la ville de Stuttgart en 1508. De 1509 à 1512, il réside à Heilbronn et ne parvient pas à y obtenir le droit de bourgeoisie, le duc de Württemberg se refusant à affranchir sa femme du servage. De 1510 date un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorg-ratgeb/#i_4309

RETABLE DE L'AGNEAU MYSTIQUE (H. et J. Van Eyck)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 199 mots

Commandé par un riche échevin de Gand à Hubert Van Eyck, le polyptyque de L'Agneau mystique fut en réalité exécuté en grande partie par son frère Jan, après la mort d'Hubert en 1426. Placé dans une chapelle du chœur de l'église Saint-Jean-Baptiste (devenue cathédrale Saint-Bavon au xvi e  siècle), le retable fut conçu dès l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retable-de-l-agneau-mystique/#i_4309

RICHIER LIGIER (1500 env.-av. 1567)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 479 mots
  •  • 2 médias

Né à Saint-Mihiel en Lorraine sans doute dans les dernières années du xv e  siècle, Ligier Richier acquit, semble-t-il, très rapidement une grande réputation de sculpteur puisque, selon un texte de 1532, on le tenait alors pour « le plus expert et meilleur ouvrier en dict art que l'on vit jamais ». Sa première œuvre conservée serait le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ligier-richier/#i_4309

RIEMENSCHNEIDER TILMAN (entre 1460 et 1468-1531)

  • Écrit par 
  • Victor BEYER
  •  • 721 mots
  •  • 1 média

Sculpteur allemand né à Osterode dans le Harz, selon les archives de Würzburg qui, pour l'année 1483, signalent sa présence au sein de la corporation des peintres, des sculpteurs sur bois et des verriers. Ayant épousé la veuve d'un orfèvre en 1485, Tilman Riemenschneider accède à la notabilité en cette ville : il est conseiller en 1504, bourgmestre en 1520-1521. Mais, pour avoir pris parti contre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tilman-riemenschneider/#i_4309

SASSETTA STEFANO DI GIOVANNI dit (1390 env.-1450)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 324 mots
  •  • 1 média

Formé à Sienne, Sassetta, dès sa première œuvre connue — le retable peint entre 1423 et 1426 pour L'Arte della lana (aujourd'hui dispersé) —, montre un style déjà affirmé dont les sources ne sont pas seulement siennoises : les leçons de son maître présumé, Giovanni Fei, l'exemple des peintres qui faisaient survivre, sans la renouveler, la grande tradition du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sassetta/#i_4309

SCHÄUFFELEIN HANS LEONHARDT (1480 env.-env. 1539)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 219 mots

Peintre, graveur et dessinateur d'Allemagne du Sud. De 1503 à 1507 environ, Schäuffelein travaille dans l'atelier de Dürer à Nuremberg qui, à son départ pour l'Italie, lui confie l'exécution du retable d'Ober Saint-Veit, fondation du prince-électeur de Saxe Frédéric le Sage (Musée diocésain, Vienne). Il participe aussi à l'illustration d'ouvrages édités par l'imprimeur Ulrich Pinder : gravures sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-leonhardt-schauffelein/#i_4309

SERRA LES

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 246 mots

Peintres catalans, les quatre frères Serra sont groupés en un même atelier entre 1360 et 1400. Ils interprètent le style italo-gothique déjà pratiqué à Barcelone par Ferrer Bassa et Ramón Destorrents et créent un type de Vierge à l'Enfant au fin visage triangulaire et aux yeux en amande qui a remporté, par la grâce charmante de son expression, un vif succès. Leurs compositions claires et narrative […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-serra/#i_4309

SIENNOISE ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Enzo CARLI
  •  • 4 016 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Pietro Lorenzetti »  : […] Pietro – probablement l'aîné, si c'est bien à lui que se rapporte un document de 1306 – dut se former dans l'orbite de Duccio, dont les agencements iconographiques sont repris librement dans les six Histoires de la Passion du Christ peintes à la voûte du bras gauche du transept de la basilique inférieure d'Assise ; ces fresques, ainsi qu'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-siennoise/#i_4309

SILOE DIEGO DE (1495-1563)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 444 mots

Le fils du sculpteur flamand Gil de Siloe passe pour le plus grand artiste de la Renaissance en Espagne. Diego de Siloe fit le voyage d'Italie et collabora à Naples, avec Bartolomé Ordóñez, à la sculpture du retable de la chapelle des Caraccioli dans l'église de San Giovanni à Carbonara (1517). Après son retour en Espagne en 1519, une première partie de sa carrière se déroule à Burgos, au service […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diego-de-siloe/#i_4309

SILOE GIL DE (actif entre 1486 et 1505)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 643 mots

Une des figures les plus attachantes du gothique tardif. Bien qu'étranger à l'Espagne par sa naissance, le sculpteur d'origine nordique Gil de Siloe sut exprimer avec maîtrise et poésie une orientation essentielle de l'art de ce pays : le goût pour l'exubérance décorative. Comme il est parfois désigné sous le nom de Gil d'Anvers, on peut supposer qu'il était d'origine flamande, ce qui s'accorde bi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-de-siloe/#i_4309

STOSS VEIT (1438 ou 1447-1533)

  • Écrit par 
  • Victor BEYER
  •  • 665 mots

Les origines de Veit Stoss sont obscures, tout comme les conditions de sa formation de sculpteur et de peintre. Né à Nuremberg vers le milieu du xv e  siècle (on a proposé les dates de 1438 ou de 1447) d'une famille sans doute originaire de la ville, il s'y marie, mais son activité se partagera essentiellement entre Nuremberg et Cracovie (Wit Stwo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/veit-stoss/#i_4309

VAN DER GOES HUGO (1440 env.-1482 ou 1483)

  • Écrit par 
  • Dominique VANWIJNSBERGHE
  •  • 1 299 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un parcours artistique varié »  : […] La première manière du peintre, après son accession à la maîtrise en 1467, s'esquisse autour du Retable Monforte (Staatliche Museen, Berlin). L'œuvre représente une Adoration des Mages qui est marquée par l'équilibre monumental et la sérénité de sa composition symétrique, baignée dans une lumière qui fait vibrer les couleurs chaudes et vives. Elle révè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-van-der-goes/#i_4309

VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464)

  • Écrit par 
  • Dominique VANWIJNSBERGHE
  •  • 2 002 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le duc et ses courtisans : commanditaires de Van der Weyden »  : […] Rogier Van der Weyden bénéficie de la présence, à Bruxelles, de la cour du duc de Bourgogne. Il travaille pour l'entourage ducal et réalise jusqu'en 1450 une série de grands retables dans lesquels se cristallise son style expressif, qui se développe en s'éloignant progressivement de l'héritage de Robert Campin et de Jan Van Eyck. Ce dernier, qui était le peintre attitré du duc, meurt en 1441. On p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rogier-van-der-weyden/#i_4309

VAN EYCK HUBERT (? 1390-1426) ET JAN (1390 env.-1441)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CUZIN
  •  • 2 950 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hubert ou Jan ? »  : […] La paternité des œuvres de « Van Eyck » antérieures à 1426 (mort d'Hubert) est très discutée, et l'attribution à Hubert ou à Jan pose des problèmes. On sait, par un témoignage du xvi e  siècle (Pietro Summonte, 1524), que Jan, dans sa jeunesse, peignit des miniatures. Tout un groupe de miniatures lui est aujourd'hui donné : une série de feuilles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/van-eyck-hubert-et-jan/#i_4309

VAN HEEMSKERCK MAERTEN (1498-1574)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 545 mots

Principal disciple de Scorel dans l'atelier duquel il séjourne de 1527 à 1529 (auparavant il avait été chez Cornelis Willemsz à Haarlem et chez Jan Lucasz à Delft), Maerten van Heemskerck est, après son maître, le représentant le plus marquant de l'italianisme dans les Pays-Bas du Nord au xvi e siècle. Visitant l'Italie (de 1532 à 1536), comme ta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maerten-van-heemskerck/#i_4309

VAN ORLEY BAREND (1490 env.-1541)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 282 mots

Peintre de portraits et de tableaux religieux, surtout célèbre comme dessinateur de cartons de tapisseries et de vitraux, Barend van Orley est, avec l'Anversois Gossaert, son aîné de quelques années, le Liégeois Lambert Lombard, Jan van Scorel d'Alkmaar, Jan Massys et Frans Floris d'Anvers, un des représentants de la Renaissance flamande, fortement marquée par l'art italien. Barend van Orley est n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barend-van-orley/#i_4309

VENEZIANO DOMENICO (1400 env.-1461)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 506 mots

Peintre vénitien. On ne sait quand Domenico quitta sa ville natale ni quels maîtres il y avait eus. C'est de Pérouse qu'il vint à Florence, en 1439, pour décorer le chœur de Sant'Egidio, avec divers collaborateurs, parmi lesquels Piero della Francesca. La destruction de ces fresques et de celles qu'il avait peintes auparavant chez les Baglione à Pérouse nous prive de précieux points de repère sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domenico-veneziano/#i_4309

VIGARNY ou BIGUERNY FELIPE (1470 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 268 mots

Originaire du diocèse de Langres, ce sculpteur français paraît avoir reçu de maîtres italiens une partie de sa formation première. Il s'établit à Burgos en 1498 et commence par sculpter trois des grands reliefs du revers de l'abside ( trasaltar ) de la cathédrale. La composition des scènes, les costumes et les types humains demeurent gothiques, mais le volume des corps, le mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vigarny-biguerny/#i_4309

VOUET SIMON (1590-1649)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 433 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un monde heureux »  : […] Sous le pinceau de Vouet et de ses collaborateurs s'anime une humanité aimable, drapée de couleurs éclatantes et baignée d'une lumière blonde ou argentée. Les peintures des retables de Saint-Nicolas-des-Champs ( Les Apôtres au tombeau de la Vierge et L'Assomption de la Vierge, in situ), de Saint-Eustache ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simon-vouet/#i_4309

WERVE CLAUS DE (connu entre 1396 et 1439)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 537 mots
  •  • 2 médias

La personnalité artistique de Claus de Werve est longtemps demeurée obscure pour les historiens d'art. Le puissant génie de son oncle Claus Sluter, qui le prend dès 1396 comme aide, éclipse un sculpteur que des recherches récentes ont contribué à réhabiliter. Il est inconcevable qu'entre la date de 1396 et celle de sa mort le 8 octobre 1439 il n'ait exécuté que le retable de Bessey-lès-Cîteaux, sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claus-de-werve/#i_4309

WITZ KONRAD (1400 env.-av. 1447)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 600 mots
  •  • 1 média

Peintre allemand originaire de Souabe (des documents le disent de Rottweil-sur-le-Neckar, sans préciser qu'il s'agit de son lieu de naissance ou de sa dernière résidence). Konrad Witz fut admis en 1434 dans la corporation des peintres, tailleurs de pierre, orfèvres et verriers de Bâle et devint l'année suivante bourgeois de la ville, où il fonda une famille et parvint à acquérir une certaine aisan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konrad-witz/#i_4309

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « RETABLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/retable/