CINQUIÈME RÉPUBLIQUELa période gaullienne (1958-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Décolonisation et fin de la guerre d'Algérie

Le problème le plus urgent à régler était bien sûr celui de l'Algérie mais c'était aussi le plus explosif et le plus difficile à traiter. Le général ne semble d'ailleurs pas avoir eu à l'époque une position très arrêtée. Lors de son voyage en Algérie au début de juin 1958, il reste d'une grande prudence, même si ses propos sont interprétés comme étant favorables à la solution militaire de pacification et au maintien de l'Algérie française. En revanche, il a dès le départ une politique très claire concernant le devenir des colonies et notamment des immenses territoires d'Afrique noire. Il fait une tournée en Afrique noire en août 1958 pour présenter cette politique et la nouvelle Constitution qui permet de la mettre en œuvre (titre XII). Conscient d'une nécessaire évolution, dans le prolongement de la loi-cadre de 1956, il propose aux anciens territoires d'outre-mer un statut d'autonomie interne. Ils pourront gérer en partie leurs affaires intérieures, devenir des États membres de la Communauté présidée par la France, qui conservait le pouvoir sur les principaux domaines de l'action publique, notamment la défense, la politique étrangère, la monnaie et la politique économique. Chaque territoire peut choisir librement soit de rester intégré dans l'ensemble français, soit d'accéder à l'indépendance, ce qui entraînerait la rupture avec la métropole. Ce choix dépend de la réponse au référendum du 28 septembre 1958, dont les suffrages sont décomptés pour chaque territoire. Il est clairement indiqué qu'un non majoritaire dans un territoire équivaut à un refus de la communauté et au choix de l'indépendance. Seule la Guinée vota non, ce qui se traduisit en effet par son indépendance immédiate. En fait, le statut d'État membre de la Communauté française ne dura pas ; très vite, la pression de ces États pour obtenir l'indépendance fut très forte. Une loi constitutionnelle de juin 1960 prévoit que les États membres peuvent devenir indépendants tout en gardant un partenariat avec la France. Les États africains concernés accèdent tous à l'indépendance avant la fin de 1960. Ils sont membres de l'O.N.U. et gardent en général des liens de coopération étroits avec la France.

Salan et Jouhaud

Photographie : Salan et Jouhaud

Le général Raoul Salan (1899-1984), délégué général en Algérie, et son adjoint le général Edmond Jouhaud (1905-1995). 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Guerre d'Algérie, 1954-1962

Vidéo : Guerre d'Algérie, 1954-1962

Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1954, quelques mois après la perte de l'Indochine, les nationalistes algériens du F.L.N. attaquent simultanément bâtiments civils et militaires. Le gouvernement français réagit avec vigueur à ce qu'il croit être une vague terroriste limitée. À... 

Crédits : National Archives

Afficher

Le contraste est frappant entre la facilité avec laquelle cette décolonisation se déroule et la difficulté du processus algérien. Mais, évidemment, les enjeux ne sont pas de même nature. Il y a en Algérie environ un million d'Européens qui ont voulu y développer une terre nouvelle pour la France ; ils ont lutté contre des gouvernements de la IVe République qui ne prenaient pas à leurs yeux des mesures assez radicales pour anéantir le « terrorisme », l'armée est entrée en dissidence et a cru que le général de Gaulle serait le sauveur de l'Algérie française. Celui-ci s'applique surtout, dans les premiers mois, à imposer son autorité à l'armée : il change les responsables et décharge l'armée de la gestion civile. Il essaie la solution militaire d'anéantissement du « terrorisme », offrant aux résistants une « paix des braves », c'est-à-dire « que ceux qui ont ouvert le feu le cessent et qu'ils retournent, sans humiliation, à leur famille et à leur travail » (conférence de presse du 23 octobre 1958). Dans le même temps, il annonce un grand plan de développement économique et social, permettant « la promotion de la population musulmane » (plan de Constantine, 3 octobre 1958), qui s'est d'ailleurs aussi vu reconnaître une égalité de droits électoraux avec les Européens (dans le cadre d'un collège unique). Ces belles intentions ne sont guère suivies d'effets ; d'une part, parce qu'elles ne séduisent pas les nationalistes algériens, plus déterminés que jamais, et, d'autre part, parce que le climat n'est de toute façon pas favorable à un plan de modernisation et d'intégration de la population autochtone.

Le premier grand tournant intervient le 16 septembre 1959 avec l'annonce de « l'autodétermination des Algériens » qui auront à choisir, après la pacification ou un cessez-le-feu, entre trois solutions : la sécession complète avec la France, solution que le général décrit comme apocalyptique, la francisation totale (voulue par les Français d'Algérie) ou un gouvernement algérien étroitement appuyé par la France, qui paraît la voie intermédiaire ayant la faveur du président. Si ce discours permet pour la première fois d'envisager l'indépendance du territoire, il insiste aussi sur le temps nécessaire pour arriver à un scrutin : « Au cours des quelques années qui s'écouleront avant l'échéance, il y aura beaucoup à faire pour que l'Algérie pacifiée mesure ce que sont, au juste, les tenants et les aboutissants de sa propre détermination ». Cette orientation nouvelle déclenche de vives réactions parmi les partisans de l'Algérie française et conduit en janvier 1960 à une nouvelle insurrection à Alger, la « semaine des barricades ». Les insurgés espéraient un ralliement de l'armée qui ne vint pas, et le général appliqua une politique de fermeté à l'égard des mutins.

L'autodétermination en Algérie

Photographie : L'autodétermination en Algérie

Un Algérien distribue des tracts sur le marché de Tizi Ouzou, en Kabylie (Algérie). Ces tracts appellent à voter oui au référendum du général de Gaulle, président de la République française, sur l'autodétermination en Algérie, de janvier 1961. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Barricades à Alger, janvier 1960

Photographie : Barricades à Alger, janvier 1960

Lors de la "semaine des barricades" à Alger, en janvier 1960, les pieds-noirs manifestent leur refus d'une évolution politique de l'Algérie. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Des discussions préliminaires s'engagent avec des délégués du gouvernement provisoire algérien à Melun du 25 au 29 juin 1960. Elles permettent surtout de prendre conscience de la grande divergence des points de vue ; le gouvernement provisoire algérien demande des garanties sur l'avenir de l'Algérie, il veut des négociations « d'égal à égal » avant tout cessez-le-feu ; le gouvernement français se refuse à négocier sur le fond avant l'arrêt des combats et donne l'impression de toujours vouloir une quasi-reddition de la rébellion ; il souhaite des négociations avec différentes tendances et pas seulement avec le Front de libération nationale (F.L.N.).

Le temps passe, l'opinion française se lasse de la guerre et les partisans de négociations avec le F.L.N. deviennent de plus en plus nombreux parmi les intellectuels, les étudiants et les forces syndicales. Le 4 novembre 1960, le général parle dans une allocution télévisée d'une « République algérienne » qui existera un jour, si les Algériens la souhaitent. Il éprouve le besoin de consulter le peuple français pour s'assurer de son accord avec sa politique d'autodétermination. En Algérie, les deux communautés sont de plus en plus opposées, comme le montrent les manifestations organisées à l'occasion d'un voyage du général en décembre 1960. Les affrontements intercommunautaires, avec interposition de l'armée, font plus d'une centaine de morts. La voie de l'association avec la France semble impossible.

Le projet de loi soumis à référendum le 8 janvier 1961 annonce un scrutin d'autodétermination en Algérie, organisé dès que sera rétabli «  [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Charles de Gaulle, 1955

Charles de Gaulle, 1955
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Départ des soldats français de Saigon, 1956

Départ des soldats français de Saigon, 1956
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Charles de Gaulle, 1946

Charles de Gaulle, 1946
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Visite de Charles de Gaulle à Madagascar, 1958

Visite de Charles de Gaulle à Madagascar, 1958
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de science politique à Sciences Po Grenoble, chercheur au laboratoire Pacte (UMR 5194, CNRS/ université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Classification

Autres références

«  CINQUIÈME RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 1 150 mots

En deux siècles d'histoire, la France a expérimenté plusieurs systèmes politiques. Outre les deux périodes napoléoniennes, celles des monarchies constitutionnelles et de Vichy, le pays a connu cinq Républiques dont certaines furent de courte durée. La Ve République est le régime le plus pérenne après la IIIe République. Mais la Constitution de 1958 a c […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Après le départ du général de Gaulle, une nouvelle période s'ouvre pour les institutions françaises : celle de la Ve République sans le soutien de son fondateur. Plusieurs scénarios d'évolution étaient possibles, c'est en fait la confirmation des institutions qui a prévalu. La présidentialisation du régime n'a fait que se renforcer après le départ du général, alors que certa […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

L'année 1981 marque un tournant dans l'histoire de la Ve République : la gauche accède au pouvoir après vingt-trois ans dans l'opposition. Elle va utiliser à son profit tous les ressorts d'une Constitution qu'elle rejetait à l'origine, finissant ainsi de légitimer les institutions nées du pouvoir gaulliste.Les deux septennats de […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Les douze années de présidence de Jacques Chirac (1995-2007) ont été marquées sur le plan institutionnel par le raccourcissement du mandat présidentiel à cinq ans, l'inversion du calendrier électoral et le rejet du traité constitutionnel européen. Sur le plan politique, on a assisté à la poursuite des alternances et à des sanctions régulières par les électeurs du pouvoir en place. Élu président en […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Si la rupture de Nicolas Sarkozy avec les politiques de ses prédécesseurs est moins nette que ce qu'il avait annoncé durant sa campagne, sa présidence est en revanche marquée par une forte volonté de réformes, menées « tambour battant », avec un sens aigu des annonces médiatiques et une grande réactivité aux événements. La victoire à une élection pré […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Après un quinquennat marqué par le style hyperactif de Nicolas Sarkozy, François Hollande avait affiché pendant sa campagne électorale une image diamétralement opposée. Revendiquant le titre de « président normal », se voulant proche du peuple et exemplaire dans son rapport à l’argent, il avait constr […] Lire la suite

CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Arnaud LE PILLOUER
  •  • 3 429 mots
  •  • 4 médias

Contrairement à une opinion dominante, le texte constitutionnel de 1958 a en partie seulement été inspiré par les idées du général de Gaulle. Certes, rappelé au pouvoir à la suite des événements du 13 mai 1958 et apparaissant aux yeux de tous comme l'unique recours, il a été en mesure d'imposer une grande partie de ses conceptions. Mais il ne faut pas oublier que les circonstances (l'abandon par l […] Lire la suite

PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la Ve République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'identifier un t […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le 13 mai 1958, naissance de la Ve République »  : […] Le FLN ayant établi ses bases arrière en Tunisie, l'aviation française décide d'y pourchasser les « rebelles » algériens et, le 8 février 1958, bombarde le village tunisien de Sakiet Sidi Youcef. Il y aura de nombreuses victimes civiles. La France se retrouve isolée sur le plan international, souvent condamnée par l'Assemblée générale de l'ONU. Le gouvernement français, affaibli, ne peut faire fac […] Lire la suite

BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 056 mots

Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire à douze ans, puis un C.A.P. d'ajusteur au lycée technique d'Elbeuf. Voilà pour les diplômes de ce […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BRÉCHON, « CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-gaullienne-1958-1969/