CINQUIÈME RÉPUBLIQUELa période gaullienne (1958-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La crise de 1962

Le drame algérien soldé, un conflit politique majeur entre les partis traditionnels et le pouvoir gaulliste était prévisible : ayant résolu le problème pour lequel on l'avait choisi, de Gaulle risquait d'être invité à céder la place, de manière à ce qu'on revienne à un fonctionnement institutionnel plus conforme aux traditions parlementaires françaises. C'est en fait le général qui va ouvrir les hostilités, en proposant une réforme de la Constitution. Il souhaitait renforcer l'autorité du chef de l'État, sachant que son successeur ne jouirait pas de sa légitimité historique. Pour cela, il souhaite une élection du président au suffrage universel direct et non plus par un collège de notables. Un tel choix populaire est en fait cohérent avec la pratique instaurée depuis 1959 d'un président décidant largement la politique française. Élu du peuple, le président aura une légitimité accrue pour imposer son programme politique. Ayant échappé de justesse à la mort dans l'attentat du Petit-Clamart fomenté par l'O.A.S., de Gaulle décide de hâter le processus et annonce un projet de réforme de la Constitution à la fin d'août 1962. Il précise, le 20 septembre, que ce projet sera soumis au référendum. Cela déclenche les hostilités avec pratiquement l'ensemble des parlementaires non gaullistes. On lui reproche sur le fond une réforme qui confortera l'évolution du régime vers un autoritarisme présidentialiste, et sur la forme on lui oppose l'inconstitutionnalité de la démarche, puisque la révision constitutionnelle, prévue à l'article 89, ne peut se faire sans l'accord des deux Chambres. Une motion de censure est votée au début du mois d'octobre contre le gouvernement Pompidou formé à la fin d'avril, juste après la fin des hostilités en Algérie. Bien décidé à mener bataille, de Gaulle dissout l'Assemblée et fixe le référendum au 28 octobre. Il en dramatise l'enjeu en annonçant qu'il se retirera s'il n'y a pas une majorité positive suffisante.

Seule l'U.N.R. est favorable au oui à la modification constitutionnelle et au oui à de Gaulle. Toutes les forces politiques sont réunies contre lui dans un « cartel des non », au nom du respect de la Constitution, dont le président est le gardien. Le résultat est assez net : 62,2 p. 100 de oui ; 37,8 p. 100 de non. De Gaulle a gagné pour plusieurs raisons : pouvoir choisir le président est une réforme qui plaît à de nombreux électeurs qui n'aiment pas beaucoup les parlementaires et craignent un retour à une IVe République bis ; par ailleurs, on lui sait gré d'avoir mis fin à la guerre en Algérie. Les élections législatives, organisées fin novembre, vont largement confirmer le résultat du référendum, même si les abstentions sont nombreuses (31,3 p. 100 au premier tour, 27,9 p. 100 au second). Le gaullisme investit un seul candidat officiel par circonscription, il y a aussi dès le premier tour des candidatures uniques d'opposition qui vont parfois des indépendants aux socialistes. Alliés à une petite partie des indépendants (derrière Valéry Giscard d'Estaing), les gaullistes réunissent au premier tour 35,5 p. 100 de suffrages. À l'issue du second tour, ils obtiennent 55 p. 100 des sièges et disposent donc d'une majorité assez confortable pour gouverner. Après cette période de fondation de quatre années, la Ve République peut désormais fonctionner dans un cadre institutionnel stabilisé.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Charles de Gaulle, 1955

Charles de Gaulle, 1955
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Départ des soldats français de Saigon, 1956

Départ des soldats français de Saigon, 1956
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Charles de Gaulle, 1946

Charles de Gaulle, 1946
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Visite de Charles de Gaulle à Madagascar, 1958

Visite de Charles de Gaulle à Madagascar, 1958
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de science politique à Sciences Po Grenoble, chercheur au laboratoire Pacte (UMR 5194, CNRS/ université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

Classification

Autres références

«  CINQUIÈME RÉPUBLIQUE  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 1 150 mots

En deux siècles d'histoire, la France a expérimenté plusieurs systèmes politiques. Outre les deux périodes napoléoniennes, celles des monarchies constitutionnelles et de Vichy, le pays a connu cinq Républiques dont certaines furent de courte durée. La Ve République est le régime le plus pérenne après la IIIe République. Mais la Constitution de 1958 a c […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période post-gaullienne (1969-1981)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 6 876 mots
  •  • 5 médias

Après le départ du général de Gaulle, une nouvelle période s'ouvre pour les institutions françaises : celle de la Ve République sans le soutien de son fondateur. Plusieurs scénarios d'évolution étaient possibles, c'est en fait la confirmation des institutions qui a prévalu. La présidentialisation du régime n'a fait que se renforcer après le départ du général, alors que certa […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

L'année 1981 marque un tournant dans l'histoire de la Ve République : la gauche accède au pouvoir après vingt-trois ans dans l'opposition. Elle va utiliser à son profit tous les ressorts d'une Constitution qu'elle rejetait à l'origine, finissant ainsi de légitimer les institutions nées du pouvoir gaulliste.Les deux septennats de […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 267 mots
  •  • 9 médias

Les douze années de présidence de Jacques Chirac (1995-2007) ont été marquées sur le plan institutionnel par le raccourcissement du mandat présidentiel à cinq ans, l'inversion du calendrier électoral et le rejet du traité constitutionnel européen. Sur le plan politique, on a assisté à la poursuite des alternances et à des sanctions régulières par les électeurs du pouvoir en place. Élu président en […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Si la rupture de Nicolas Sarkozy avec les politiques de ses prédécesseurs est moins nette que ce qu'il avait annoncé durant sa campagne, sa présidence est en revanche marquée par une forte volonté de réformes, menées « tambour battant », avec un sens aigu des annonces médiatiques et une grande réactivité aux événements. La victoire à une élection pré […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Hollande (2012-2017)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 005 mots
  •  • 3 médias

Après un quinquennat marqué par le style hyperactif de Nicolas Sarkozy, François Hollande avait affiché pendant sa campagne électorale une image diamétralement opposée. Revendiquant le titre de « président normal », se voulant proche du peuple et exemplaire dans son rapport à l’argent, il avait constr […] Lire la suite

CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Arnaud LE PILLOUER
  •  • 3 429 mots
  •  • 4 médias

Contrairement à une opinion dominante, le texte constitutionnel de 1958 a en partie seulement été inspiré par les idées du général de Gaulle. Certes, rappelé au pouvoir à la suite des événements du 13 mai 1958 et apparaissant aux yeux de tous comme l'unique recours, il a été en mesure d'imposer une grande partie de ses conceptions. Mais il ne faut pas oublier que les circonstances (l'abandon par l […] Lire la suite

PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

  • Écrit par 
  • Wanda MASTOR
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la Ve République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'identifier un t […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le 13 mai 1958, naissance de la Ve République »  : […] Le FLN ayant établi ses bases arrière en Tunisie, l'aviation française décide d'y pourchasser les « rebelles » algériens et, le 8 février 1958, bombarde le village tunisien de Sakiet Sidi Youcef. Il y aura de nombreuses victimes civiles. La France se retrouve isolée sur le plan international, souvent condamnée par l'Assemblée générale de l'ONU. Le gouvernement français, affaibli, ne peut faire fac […] Lire la suite

BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  •  • 1 056 mots

Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire à douze ans, puis un C.A.P. d'ajusteur au lycée technique d'Elbeuf. Voilà pour les diplômes de ce […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRÉCHON, « CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-la-periode-gaullienne-1958-1969/