BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire à douze ans, puis un C.A.P. d'ajusteur au lycée technique d'Elbeuf. Voilà pour les diplômes de celui qui dirigera des cohortes d'énarques et de polytechniciens.

Après six mois passés dans une entreprise normande comme fraiseur, l'adolescent entre à la S.N.C.F. Débuts modestes comme commis, élève de bureau, où l'on s'occupe des billets, des colis et où l'on passe le balai à l'occasion. Un de ses camarades se souvient de l'avenir tel qu'ils l'imaginaient alors : « On rêvait de devenir sous-chef de gare. » Très vite, c'est la guerre. À sa place, Pierre Bérégovoy est de la bataille du rail. Le voici agent de liaison dans la Résistance avant de participer, les armes à la main, à la libération d'Elbeuf. Il pense un moment faire une carrière militaire mais, finalement, n'est pas admis dans une école d'officiers. Retour à la S.N.C.F., mais avec une conscience syndicale et politique. Même s'il connaît, depuis la Résistance, un autre cheminot qui fera carrière, Roland Leroy, le jeune homme s'oriente plutôt vers la S.F.I.O. et F.O. que vers le P.C.F. et la C.G. T. Est-ce l'héritage d'un père qui a souffert de son engagement social-démocrate ? En 1950, Pierre Bérégovoy rejoint Gaz de France comme agent technico-commercial. Par promotion interne, il devient attaché de direction, chef de subdivision, adjoint au directeur de la Société pour le développement de l'industrie du gaz en France. C'est la réussite. Mais Pierre Bérégovoy a déjà placé son ambition sur un autre terrain, celui de la politique, où il peut continuer à « grimper » dans la société tout en gardant un lien avec ses origines : la gauche, qu'il sert et qu'il incarne. En 1958, il quitte la S.F.I.O. pour fonder avec Pierre Mendès France le P.S.A. (Parti socialiste aut [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)  » est également traité dans :

ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 7 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le contrat d'assurance dans sa version française »  : […] Les effets du Code des assurances se manifestent par le truchement du contrat d'assurance (il est à noter que la Commission d'amélioration du langage de l'assurance recommande l'emploi des mots « contrat » et « dispositions » de préférence à ceux, souvent employés naguère, de « police » et de « conditions »). C'est de ce texte que sont issues la d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assurance-histoire-et-droit-de-l-assurance/#i_11109

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Cresson et Bérégovoy »  : […] Édith Cresson est nommée Premier ministre le 15 mai 1991, à la tête d'un gouvernement où les proches du président sont plus nombreux qu'avant. Très vite, son action est fortement critiquée et elle bat des records d'impopularité dans les sondages. Il n'y a donc pas eu de relance de la politique socialiste, ce que confirment les élections régionales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-mitterrand-1981-1995/#i_11109

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le retrait de l'État »  : […] Quoi qu'il en soit, la relance isolée conduit à une dégradation du solde extérieur et rend nécessaire une mini-dévaluation de 3 p. 100 en octobre 1981. Celle-ci ne suffit pas à rétablir le commerce extérieur et les menaces continuent à peser sur le franc. Les difficultés rencontrées conduisent le gouvernement, à l'initiative de Jacques Delors, à o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-le-territoire-et-les-hommes-un-siecle-de-politique-economique/#i_11109

P.S. (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 369 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des fiefs et des clans (1988-1995) »  : […] La défaite électorale aux législatives de 1986, dont les effets sont atténués par l'adoption du scrutin proportionnel (avec 31 p. 100 des voix, le P.S. sauve 206 sièges), est vite oubliée en raison de la large réélection de François Mitterrand en 1988 avec 54 p. 100 des voix sur le thème de « la France unie ». La politique d'ouverture décidée par l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/p-s-parti-socialiste-france/#i_11109

Les derniers événements

5 mars 1997 • FranceMise en examen de Jean Tiberi, maire de Paris.

». Il annonce son intention de poursuivre sa mission, confirmant ainsi l'abandon de la règle instaurée en 1992 par le Premier ministre socialiste Pierre Bérégovoy, et appliquée par son successeur R.P.R. Édouard Balladur, qui consistait à exiger la démission de tout ministre ou tout élu mis en examen.  [...] Lire la suite

2-27 octobre 1994 • FranceLutte contre la corruption.

d'alors, Pierre Bérégovoy, remet son premier rapport d'activité au chef du gouvernement. Le S.C.P.C. se prononce en faveur d'une « politique de prévention » contre « ce qui est devenu un phénomène de société » et préconise notamment le renforcement du contrôle des élus locaux. Le 26, Édouard Balladur [...] Lire la suite

6-11 septembre 1994 • FranceMise en examen pour trafic d'influence du P.-D.G. de Saint-Gobain.

en sont François Ceyrac, ancien président du C.N.P.F., André Bergeron, ancien secrétaire général de F.O., et Simone Rozès, qui fut la première femme premier président de la Cour de cassation. Une première commission sur la corruption, nommée en avril 1992 par le Premier ministre Pierre Bérégovoy, avait rendu ses conclusions en décembre de la même année et avait abouti à l'adoption de la loi anticorruption de janvier 1993.  [...] Lire la suite

6 juillet 1994 • FranceCondamnation d'Alain Boublil en appel, dans l'affaire Pechiney-Triangle.

Soupçonné de délit d'initié dans l'affaire de l'achat de la firme américaine Triangle par le groupe Pechiney, en novembre 1988, mais relaxé au bénéfice du doute par le tribunal correctionnel de Paris en septembre 1993, Alain Boublil, directeur de cabinet du ministre de l'Économie et des Finances Pierre Bérégovoy au moment des faits, est condamné à deux ans de prison, dont un an ferme, par la cour d'appel de Paris.  [...] Lire la suite

5-12 octobre 1993 • FrancePrivatisation de la B.N.P.

entamée par le gouvernement de Pierre Bérégovoy. Les 37,5 millions d'actions réservées aux particuliers, sur un total de 72,1 millions, sont acquises par deux millions huit cent sept mille actionnaires individuels, ce qui confirme, après le succès de l'« emprunt Balladur », la réussite [...] Lire la suite

29 septembre 1993 • FranceJugement des délits d'initiés dans l'affaire Pechiney-Triangle.

de l'époque, Pierre Bérégovoy, et l'homme d'affaires libanais Samir Traboulsi. Le tribunal relaxe Alain Boublil au bénéfice du doute. Samir Traboulsi et Max Théret sont condamnés à deux ans de prison avec sursis et, respectivement, à 25 millions et 2,5 millions de francs d'amende, en plus de la confiscation du produit de leur recel. Cinq autres personnes sont condamnées, dont l'homme d'affaires Robert Reiplinger, et une autre est relaxée.  [...] Lire la suite

7-19 juillet 1993 • FranceAdoption de la loi de révision constitutionnelle relative au Conseil supérieur de la magistrature et à la Haute Cour de justice.

des deux projets de révision constitutionnelle approuvés par le gouvernement de Pierre Bérégovoy en mars, et seule la disposition relative à la possibilité pour les justiciables de saisir le Conseil constitutionnel s'ils estiment qu'une loi porte atteinte à leurs « droits fondamentaux » en a été écartée [...] Lire la suite

3-27 mai 1993 • FrancePlan gouvernemental de réduction des déficits publics et de relance de l'activité.

du suicide de Pierre Bérégovoy, son prédécesseur à Matignon. Le rapport Raynaud, qui ne comporte pas de surprises, constate cependant des déséquilibres financiers publics sans précédent. Il évalue le montant du déficit budgétaire pour 1993 à 341 milliards de francs, le déficit cumulé du régime [...] Lire la suite

1er-4 mai 1993 • FranceSuicide de Pierre Bérégovoy.

Le 1er, Pierre Bérégovoy, Premier ministre du dernier gouvernement socialiste, entre avril 1992 et mars 1993, se donne la mort à Nevers (Nièvre). Son geste suscite une vive émotion au sein de la classe politique comme chez tous les Français. Pierre Bérégovoy était [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian SAUVAGE, « BÉRÉGOVOY PIERRE - (1925-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-beregovoy/