BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire à douze ans, puis un C.A.P. d'ajusteur au lycée technique d'Elbeuf. Voilà pour les diplômes de celui qui dirigera des cohortes d'énarques et de polytechniciens.

Après six mois passés dans une entreprise normande comme fraiseur, l'adolescent entre à la S.N.C.F. Débuts modestes comme commis, élève de bureau, où l'on s'occupe des billets, des colis et où l'on passe le balai à l'occasion. Un de ses camarades se souvient de l'avenir tel qu'ils l'imaginaient alors : « On rêvait de devenir sous-chef de gare. » Très vite, c'est la guerre. À sa place, Pierre Bérégovoy est de la bataille du rail. Le voici agent de liaison dans la Résistance avant de participer, les armes à la main, à la libération d'Elbeuf. Il pense un moment faire une carrière militaire mais, finalement, n'est pas admis dans une école d'officiers. Retour à la S.N.C.F., mais avec une conscience syndicale et politique. Même s'il connaît, depuis la Résistance, un autre cheminot qui fera carrière, Roland Leroy, le jeune homme s'oriente plutôt vers la S.F.I.O. et F.O. que vers le P.C.F. et la C.G. T. Est-ce l'héritage d'un père qui a souffert de son engagement social-démocrate ? En 1950, Pierre Bérégovoy rejoint Gaz de France comme agent technico-commercial. Par promotion interne, il devient attaché de direction, chef de subdivision, adjoint au directeur de la Société pour le développement de l'industrie du gaz en France. C'est la réussite. Mais Pierre Bérégovoy a déjà placé son ambition sur un autre terrain, celui de la politique, où il peut continuer à « grimper » dans la société tout en gardant un lien avec ses origines : la gauche, qu'il sert et qu'il incarne. En 1958, il quitte la S.F.I.O. pour fonder avec Pierre Mendès France le P.S.A. (Parti socialiste autonome), qui ne tardera pas à devenir le P.S.U. « Il m'a donné sa confiance », aime-t-il à rappeler. Au-delà de cet adoubement, « Béré » apprend de « P.M.F. » tout ce qui fera ensuite sa marque politique : « Mendès, c'est l'histoire d'une génération dont il trace le chemin spirituel. Mendès, c'est la rigueur économique au service de l'ambition sociale. »

Pierre Bérégovoy sera l'un des rares hommes à passer de Mendès à Mitterrand. Bien lui en a pris. Car, si Mendès est l'honneur de la gauche, Mitterrand est la gauche au pouvoir. Il participe à son côté à l'élan du nouveau Parti socialiste issu du congrès d'Épinay en 1971. Le voici secrétaire national aux affaires sociales puis aux relations extérieures. Maire de Nevers en 1983, député de la Nièvre en 1986, Bérégovoy aura attendu la consécration du suffrage universel. Mais, sous la Ve République, point n'est besoin d'avoir un mandat pour faire une carrière. À partir de 1982, il est ministre : de la Solidarité et des Affaires sociales, d'abord, de l'Économie et des Finances, ensuite (1984-1986 et 1988-1992). Le symbole, le vrai, cependant, il faut le chercher dès l'élection de François Mitterrand. Pierre Bérégovoy est alors chargé de diriger l'« antenne présidentielle », c'est-à-dire d'assurer la liaison et le passage de témoin avec l'équipe sortante. Et, quand François Mitterrand entre enfin à l'Élysée, l'ouvrier fraiseur devient secrétaire général de la présidence de la République. Le premier signe du changement, c'est lui.

« Le Président a nommé Fabius, parce que c'était le plus jeune. Rocard, parce que c'était le plus brillant d'entre nous. Cresson, parce que c'était une femme. Finalement, il m'a nommé, et c'était déjà trop tard. » Étonnante confession que fera là Pierre Bérégovoy devenu Premier ministre. Ce moment, il l'attend depuis ces jours de mars 1983 où le tout-État s'interroge sur la sortie ou non hors du système monétaire européen. Bérégovoy plaide pour la sortie, comme Laurent Fabius. Quand, un an plus tard, celui-ci remplace Pierre Mauroy, Pierre Bérégovoy devient un presque inamovible ministre de l'Économie et des Finances. De 1984 à 1986 et de 1988 à 1992, il y obtient une reconnaissance que Matignon ne lui a pas apportée, et le surnom de « Père la rigueu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)  » est également traité dans :

ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre AUDINOT, 
  • Jacques GARNIER
  • , Universalis
  •  • 7 480 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le contrat d'assurance dans sa version française »  : […] Les effets du Code des assurances se manifestent par le truchement du contrat d'assurance (il est à noter que la Commission d'amélioration du langage de l'assurance recommande l'emploi des mots « contrat » et « dispositions » de préférence à ceux, souvent employés naguère, de « police » et de « conditions »). C'est de ce texte que sont issues la description et les limites des garanties qu'accorde […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Mitterrand (1981-1995)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 7 282 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les années Cresson et Bérégovoy »  : […] Édith Cresson est nommée Premier ministre le 15 mai 1991, à la tête d'un gouvernement où les proches du président sont plus nombreux qu'avant. Très vite, son action est fortement critiquée et elle bat des records d'impopularité dans les sondages. Il n'y a donc pas eu de relance de la politique socialiste, ce que confirment les élections régionales et cantonales de mars 1992. La sanction des socia […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 046 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le retrait de l'État »  : […] Quoi qu'il en soit, la relance isolée conduit à une dégradation du solde extérieur et rend nécessaire une mini-dévaluation de 3 p. 100 en octobre 1981. Celle-ci ne suffit pas à rétablir le commerce extérieur et les menaces continuent à peser sur le franc. Les difficultés rencontrées conduisent le gouvernement, à l'initiative de Jacques Delors, à opérer, dès juin 1982, un tournant vers la rigueur. […] Lire la suite

PS (Parti socialiste), France

  • Écrit par 
  • Frédéric SAWICKI
  • , Universalis
  •  • 7 698 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le temps des fiefs et des clans (1988-1995) »  : […] La défaite électorale aux législatives de 1986, dont les effets sont atténués par l'adoption du scrutin proportionnel (avec 31 p. 100 des voix, le PS sauve 206 sièges), est vite oubliée en raison de la large réélection de François Mitterrand en 1988 avec 54 p. 100 des voix sur le thème de « la France unie ». La politique d'ouverture décidée par le président sortant s'impose au PS qui n'en n'a pas […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian SAUVAGE, « BÉRÉGOVOY PIERRE - (1925-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-beregovoy/