CONSTANTINE, anc. CIRTA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troisième ville d'Algérie avec 475 000 habitants en 2005, première grande ville intérieure et métropole de l'Est algérien, Constantine a été à travers l'histoire la capitale la plus constante du Maghreb central (Al-Moghreb al-awsat). À la tête du royaume numide des Massyles, dès avant Massinissa (Cirta), principale cité romaine de Numidie, évêché rebaptisé par Constantin, elle est décrite par El-Bekri et El-Idrissi comme la seule ville de la région dont la puissance économique ait survécu aux vicissitudes des xie et xiie siècles. Selon ces auteurs, la conservation de son assise foncière très étendue fut à l'origine de la permanence de sa spécificité urbaine et de sa prospérité. Elle persista, après la domination hafçide, durant la présence turque, comme chef-lieu du beylik de l'Est (notamment sous Salah-Bey) transformé, après 1830, par Ahmed-Bey, Kouloughli (descendant de Turc et d'Algérienne), en capitale d'un État d'Algérie orientale indépendant jusqu'à sa chute, après deux sièges, en 1837.

Algérie : carte administrative

Algérie : carte administrative

carte

Carte administrative de l'Algérie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Ville de 30 000 à 40 000 habitants jusqu'alors, elle garda, même à demi détruite par la guerre et ramenée à 20 000 habitants, une vie urbaine dont ont témoigné en 1840 Warnier et I. Urbain, auteurs d'une notice officielle qui permet d'évaluer à environ 3 500 les personnes se consacrant au sein de corporations aux métiers d'artisanat du cuir, des textiles, des métaux, au grand négoce ou au commerce urbain et aux activités culturelles et cultuelles (habous, mosquées, medersas).

Durant toute cette période, elle a dû cette permanence au site exceptionnel de son rocher, barre calcaire truffée de cavités karstiques, incisée par le Rhummel antécédent qui l'isole, à l'est et au nord, des djebels Ouahch et Sidi Mcid par un profond canyon, dominant de 300 mètres, à l'ouest, le bassin d'El-Hamma. À la fois oppidum et lieu d'ensilage commandant la seule vallée ouverte des Hautes Plaines à la mer à travers le Tell entre le Bou-Sellam (Sétif) et la Seybouse (Guelma), elle avait pourtant déjà projeté, hors les murs, sur le fragile pédoncule séparant, au sud-ouest, du haut Rhummel et des Hautes Plaines le versant sud du bass [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONSTANTINE, anc. CIRTA  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 034 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Des densités différenciées avec une urbanisation renforcée »  : […] 2. La wilaya d'Alger, qui rassemble près de 9 p. 100 de la population du pays sur 0,03 p. 100 du territoire, se distingue nettement avec une densité de près de 3 700 hab./km2 par rapport aux wilayas des métropoles régionales dont les densités sont beaucoup moins élevées (685 à Oran, 429 à Constantine et 423 à Annaba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_30526

NUMIDES

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 232 mots

Le cœur du pays numide était l'actuel Constantinois, les hautes plaines qui s'étendent entre l'Aurès au sud, le Hodna et la Petite Kabylie au nord. Cependant, on considérait comme numides les tribus berbères de l'actuelle Tunisie. Les Numides peuplaient donc la partie orientale du Maghreb et se distinguaient des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/numides/#i_30526

Pour citer l’article

Bouziane SEMMOUD, « CONSTANTINE, anc. CIRTA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/constantine-cirta/