CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contrairement à une opinion dominante, le texte constitutionnel de 1958 a en partie seulement été inspiré par les idées du général de Gaulle. Certes, rappelé au pouvoir à la suite des événements du 13 mai 1958 et apparaissant aux yeux de tous comme l'unique recours, il a été en mesure d'imposer une grande partie de ses conceptions. Mais il ne faut pas oublier que les circonstances (l'abandon par les parlementaires de leur pouvoir constituant à un militaire, qui plus est durant une période de troubles) pouvaient rappeler un précédent fâcheux : celui de juillet 1940. Tout a donc été fait, à l'époque, pour éviter l'amalgame : parmi d'autres mesures moins contraignantes, la loi du 3 juin 1958 prévoyait que le projet de Constitution élaboré par le gouvernement serait approuvé par référendum. De Gaulle tenait beaucoup à ce qu'il le soit à une forte majorité, afin que les vices qui avaient entaché la transition soient effacés à jamais par une onction démocratique incontestable. Pour cela, il lui fallait obtenir le soutien, au moins formel, de l'essentiel des forces politiques de l'époque (lesquelles étaient du reste représentées au sein du gouvernement d'union chargé d'élaborer le projet constitutionnel), ce qui impliquait d'accepter un certain nombre de compromis sur d'importants aspects du régime à venir. Ils furent conséquents, puisque de Gaulle dut transiger notamment sur la composition du Sénat, le domaine d'application du référendum, ou même les fonctions du chef de l'État. Toutefois, ces concessions furent fortement atténuées par la pratique institutionnelle que de Gaulle imposa dès son entrée en fonction comme président de la nouvelle Ve République ; or cette pratique initiale a laissé des traces profondes et durables sur le fonctionnement de nos institutions. On comprend dès lors que ce régime soit devenu difficile à caractériser : pour le décrire, on en est réduit à passer constamment de la lettre (ambiguë) du texte à l'esprit (insaisissable) des institutions – et vice versa.

Charles de Gaulle, place de la République, en 1958

Photographie : Charles de Gaulle, place de la République, en 1958

Le 4 septembre 1958, jour anniversaire de la proclamation de la IIIe République, le général de Gaulle présente la nouvelle Constitution sur la place de la République. Une Constitution conçue pour « qu’il existe au-dessus des querelles politiques, un arbitre national […], qu’il existe... 

Crédits : Daniele Darolle/ Sygma/ Getty Images

Afficher

Pour autant, il est incontestable que sa structure générale présente toutes les caractéristiques du régime parlementaire. Il s'agit cependant d'un parlementarisme si « rationalisé » (pour reprendre l'expression consacrée), qu'il en est devenu déséquilibré – au profit de l'exécutif. Ce régime se distingue également par l'existence – de plus en plus encombrante d'ailleurs – de deux institutions originales (aussi bien au regard de l'histoire constitutionnelle française que vis-à-vis de ses voisins européens) : le président de la République et le Conseil constitutionnel.

Ultra-rationalisation du parlementarisme sous la Ve République

La Ve République est peut-être, avant toute autre chose, une réaction contre les dérives « parlementaires » des régimes précédents. La « rationalisation du parlementarisme » à laquelle il a été procédé dans le texte de 1958 a cependant conduit à une pratique qui dépasse largement les espérances mêmes de ses rédacteurs : force est de constater que le Parlement est aujourd'hui non seulement encadré, mais étouffé.

Un parlementarisme rationalisé

Le système mis en place en 1958 présente a priori tous les traits d'un régime parlementaire classique. Le gouvernement, dirigé par un Premier ministre, « détermine et conduit » la politique de la nation (art. 20), sous le contrôle du Parlement – en réalité surtout de l'Assemblée nationale, qui est la seule (des deux chambres parlementaires) à être élue au suffrage universel direct. Comme dans tous les régimes de ce type, la majorité parlementaire vote donc les lois que le gouvernement qu'elle soutient lui présente. Si toutefois un désaccord durable voit le jour, elle dispose de la faculté de renverser le gouvernement (art. 50), tandis qu'en retour elle peut être dissoute (art. 12). Le Sénat, censé représenter les collectivités territoriales et qui n'est élu qu'au suffrage indirect, ne peut pas renverser le gouvernement ni être dissous – mais en retour, il ne peut pas non plus s'opposer durablement au vote des projets de loi gouvernementaux (art. 45).

Affiches pendant la campagne référendaire de 1958

Photographie : Affiches pendant la campagne référendaire de 1958

Malgré l’opposition souvent virulente du Parti communiste et d’une partie de la gauche (François Mitterrand, Pierre Mendès-France), la Constitution de 1958 fut plébiscitée par les Français. Ce succès est inséparable du contexte politique de l’époque : guerre d’Algérie, crise... 

Crédits : AFP

Afficher

La spécificité de la Ve République tient évidemment à la place qu'elle ac [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Charles de Gaulle, place de la République, en 1958

Charles de Gaulle, place de la République, en 1958
Crédits : Daniele Darolle/ Sygma/ Getty Images

photographie

Affiches pendant la campagne référendaire de 1958

Affiches pendant la campagne référendaire de 1958
Crédits : AFP

photographie

Michel Debré

Michel Debré
Crédits : Keystone-France/ Gamma-Keystone/ Getty Images

photographie

Entrée solennelle du Congrès (Assemblée nationale et Sénat), à Versailles, en 2008

Entrée solennelle du Congrès (Assemblée nationale et Sénat), à Versailles, en 2008
Crédits : Thomas Coex/ AFP

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en droit public à l'université de Cergy-Pontoise

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

11-29 juin 2017 France. Victoire de La République en marche aux élections législatives.

Le 11, le premier tour des élections législatives est marqué par un taux d’abstention sans précédent sous la Ve République : 51,3 p. 100. La République en marche (LRM) alliée au MoDem arrive largement en tête avec 32,3 p. 100 des suffrages exprimés. Les Républicains (LR), l’Union des démocrates et indépendants (UDI) et les candidats divers droite obtiennent 21,6 p. […] Lire la suite

8-16 juin 2009 Gabon. Décès du président Omar Bongo

La mort du « doyen de l'Afrique », qui a régné sans partage depuis 1967 sur un pays riche en pétrole, placé au pouvoir par la France et soutenu inconditionnellement par tous les présidents de la Ve République, ouvre la bataille de sa succession, dans laquelle son fils aîné, Ali Ben Bongo, ministre de la Défense, fait figure de favori. Dans le respect de la Constitution, la présidente du Sénat Rose Francine Rogombé est nommée, le lendemain, présidente par intérim. […] Lire la suite

21-23 juillet 2008 France. Adoption de la loi constitutionnelle de modernisation des institutions

Le médiateur de la République sera remplacé par un défenseur des droits aux attributions élargies. La réforme inscrit dans la Constitution le principe de l'égalité entre hommes et femmes dans « les responsabilités professionnelles et sociales » et non plus seulement politiques. Le 23, la loi constitutionnelle de modernisation des institutions de la Ve République est promulguée par le chef de l'État. […] Lire la suite

2-28 avril 1993 France. Présentation du programme de gouvernement d'Édouard Balladur

publié par le Journal du dimanche indique que Édouard Balladur enregistre la cote de popularité la plus élevée pour un Premier ministre sous la Ve République, avec 56 p. 100 de « satisfaits » contre 12 p. 100 de « mécontents ». Les 27 et 28 se déroule le premier débat d'orientation de la nouvelle législature, consacré à la ville. Dans un climat très consensuel, Simone Veil, ministre d'État chargé des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville, prône une politique « plus simple et plus souple », tout en s'inscrivant dans la continuité des actions menées par les gouvernements socialistes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Arnaud LE PILLOUER, «  CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/constitution-de-la-ve-republique-france/