Antoine FAIVRE

directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

ARITHMOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 845 mots

Moyen de connaissance ésotérique ou suprarationnelle, l'arithmosophie, ou science symbolique des nombres , considère non les nombres arithmétiques mais les nombres symboles, jugeant que les premiers ne possèdent pas de lien intérieur avec l'essence des objets auxquels ils se rapportent, tandis que les seconds, doués de signification ou de force […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arithmosophie/#i_0

ARNOLD GOTTFRIED (1666-1714)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 399 mots

Historien allemand qui étudie d'abord la théologie luthérienne à Wittenberg et subit fortement l'influence de Spener, donc du piétisme. Mais la morale et la sensibilité piétistes ne devaient pas suffire à Arnold : nommé professeur à l'université de Giessen en 1697, il est marqué par la pensée de Christian Thomasius, mais surtout par celle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottfried-arnold/#i_0

BAADER FRANZ XAVER VON (1765-1841)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 855 mots

Théosophe allemand, qu'il serait malaisé de classer dans un système ; aussi bien aucun parti politique ou philosophique allemand ne s'est-il jamais réclamé de lui. Catholique, Franz von Baader a passé presque toute sa vie à prêcher le rapprochement avec l'Église orthodoxe, mais les théologiens officiels l'ont tenu à l'écart. Baader reste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-xaver-von-baader/#i_0

BALLANCHE PIERRE SIMON (1776-1847)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 504 mots

Théosophe lyonnais, dont il est difficile de saisir les idées directrices, qui ne semble d'ailleurs entretenir aucun rapport avec les martinistes et ne mentionne même pas Willermoz, son compatriote. Ce n'est pas par Willermoz que Ballanche s'initie aux doctrines illuministes du xviiie siècle, mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-simon-ballanche/#i_0

CAGLIOSTRO GIUSEPPE BALSAMO dit ALEXANDRE comte de (1743-1795)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 430 mots

Se produisant à Londres (1777), à Mitau et à Saint-Pétersbourg (1779), puis à Varsovie (1780), Joseph Balsamo, alias comte de Cagliostro, stupéfie l'Europe par ses cures merveilleuses, par ses connaissances alchimiques, par ses évocations d'esprits, par sa magie cérémonielle. On le voit surgir à Strasbourg (1780), un des hauts lieux du mysticisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cagliostro-giuseppe-balsamo-dit-alexandre-comte-de/#i_0

DUTOIT-MEMBRINI JEAN-PHILIPPE DUTOIT dit (1721-1793)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 118 mots

Successeur de Saint-Georges de Marsais et de Fleischbein, Dutoit-Membrini est né à Moudon (Suisse), dans une famille aux tendances piétistes. À part un voyage à Strasbourg, où il est précepteur en 1746, toute sa vie s'écoule entre Berne, Moudon et Lausanne. Une maladie, en 1752, décide de sa vocation mystique, suscitant une crise intérieure qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dutoit-membrini/#i_0

ECKARTSHAUSEN KARL VON (1752-1803)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 424 mots

Conseiller aulique en 1776, membre de l'Académie de Bavière en 1777, archiviste secret en 1784, Karl von Eckartshausen a peu voyagé. Le nombre de ses ouvrages et opuscules divers dépasse la centaine ; sa correspondance est aussi intéressante que volumineuse ; il a écrit plusieurs ouvrages de droit, de chimie, ainsi que des « feuilles » de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-von-eckartshausen/#i_0

ÉCOSSAIS RECTIFIÉ RITE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 108 mots

La franc-maçonnerie , dite « spéculative » depuis le début du xviiie siècle, comporte actuellement diverses obédiences, chacune comprenant à son tour un certain nombre de loges. Les loges d'une même obédience ne travaillent pas nécessairement toutes suivant le même rite (ou « rit », ou « régime ») : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rite-ecossais-rectifie/#i_0

FABRE D'OLIVET ANTOINE (1768-1825)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 995 mots

Il est le plus notable, sans doute, des ésotéristes non chrétiens du xviiie siècle français. Fabre d'Olivet découvre en 1795 la Philosophie de la Nature (1769) du déiste Delisle de Sasles, ouvrage à succès qui l'influence beaucoup. Peu après, ruiné, Fabre doit vivre surtout de sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-fabre-d-olivet/#i_0

FLAMEL NICOLAS (1330 env.-1418)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 483 mots

Personnage dont s'empara très tôt la légende, faisant de lui un grand alchimiste. Né près de Pontoise, Flamel vint travailler à Paris, tout près de l'église Saint-Jacques-la-Boucherie, comme écrivain public, profession d'autant plus lucrative que l'imprimerie n'était pas encore inventée. Il aurait fait, dans sa jeunesse, un rêve étrange au cours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-flamel/#i_0

FULCANELLI

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 359 mots

On ne sait rien de l'auteur qui signait « Fulcanelli », mais Le Mystère des cathédrales (Paris, 1926) et Les Demeures philosophales et le symbolisme hermétique dans ses rapports avec l'art sacré et l'ésotérisme du grand œuvre (Paris, 1930), parus entre les deux guerres mondiales, s'imposèrent d'emblée à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fulcanelli/#i_0

GUAÏTA STANISLAS DE (1861-1897)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 297 mots

Né en Lorraine, ami de Maurice Barrès qu'il fit adhérer au martinisme, curieux de sciences secrètes et d' alchimie mais intoxiqué par les stupéfiants, Stanislas de Guaïta mourut prématurément. Initié à l' ésotérisme chrétien par Éliphas Lévi, et aux grands mystères en général par Fabre d'Olivet, il exaltait la « tradition chrétienne » et prôna une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislas-de-guaita/#i_0

HAHN MICHAEL (1758-1819)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 310 mots

Piétiste souabe, intéressant non seulement pour son influence sociologique mais aussi pour l'intérêt théosophique de ses écrits (voir Joachim Trautwein, Die Theosophie Michael Hahns und ihre Quellen, Stuttgart, 1969). Son action, distincte de celle des frères moraves, occupe une place originale dans l'histoire du sentiment […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-hahn/#i_0

HAMANN JOHANN GEORG (1730-1788)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 552 mots

Les écrits de Hamann, le « mage du Nord », restent difficilement accessibles à ceux que rebutent les aphorismes, les apophtegmes déclamatoires, le langage « hiéroglyphique ». C'est au cours d'un voyage en Angleterre que Hamann passa par une expérience de type piétiste, qu'il relata peu après dans Gedanken über meinen Lebenslauf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-georg-hamann/#i_0

JUNG-STILLING JOHANN FRIEDRICH (1740-1817)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 684 mots

Fils d'un tailleur du duché de Nassau-Siegen, Jung-Stilling reçoit dans son enfance une éducation piétiste. Instituteur jusqu'en 1762, il se met ensuite à voyager, éprouvant cette année-là une illumination en même temps qu'il se sent dirigé par la Providence. Jusqu'en 1768, il ne cesse d'étudier, acquérant une immense culture ; il fait ensuite des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-friedrich-jung-stilling/#i_0

KARDEC HIPPOLYTE LÉON RIVAIL dit ALLAN (1804-1869)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 431 mots

Instituteur lyonnais, Hippolyte Léon Rivail fut connu d'abord pour ses nombreux ouvrages scolaires. Il vint à Paris, où il dirigea quelque temps le théâtre des Folies-Marigny, et fonda, en 1830 environ, un institut dans lequel il essayait de réformer l'enseignement selon les méthodes de Pestalozzi. Bien que depuis longtemps il se fût intéressé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kardec-hippolyte-leon-rivail-dit-allan/#i_0

KIRCHBERGER NIKLAUS ANTON (1739-1799)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 189 mots

Praticien bernois, Niklaus Anton Kirchberger n'a pratiquement pas laissé d'ouvrages, mais sa correspondance avec un grand nombre d'« illuminés » témoigne de son influence et constitue l'un des documents les plus précieux sur la théosophie au xviiie siècle. Ami de Rousseau dès 1762, il rencontre Goethe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/niklaus-anton-kirchberger/#i_0

KRÜDENER BARBARA JULIANE DE VIETINGHOFF baronne de (1764-1824)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 192 mots

Mariée en 1782 à un homme beaucoup plus âgé qu'elle, Juliane de Vietinghoff, baronne de Krüdener, trouve dans sa Livonie natale une foi vivante en Jésus-Christ. Elle parcourt l'Europe sans vivre beaucoup avec son mari, qui meurt en 1802. En 1803, elle écrit un roman, Valérie, qui est bien loin de manquer de valeur littéraire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbara-juliane-de-krudener/#i_0

LAVATER JOHANN-CASPAR (1741-1801)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 802 mots

Pasteur à Zurich, Lavater ne quitte guère sa ville ni son ministère, sinon pour entreprendre quelques voyages auxquels le pousse un goût inextinguible de révélations ineffables. Il est une bien curieuse et bien attachante figure. Jeune homme, il s'intéresse aux problèmes politiques de son pays presque autant qu'aux questions religieuses ; il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-caspar-lavater/#i_0

LÉVI ALPHONSE LOUIS CONSTANT dit ÉLIPHAS (1810-1875)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 336 mots

Fils d'un cordonnier parisien, Alphonse-Louis Constant entra au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, qu'il quitta en 1836 après avoir été ordonné diacre. Les idées utopistes et humanitaires du temps l'absorbent alors tout entier : il se lie d'amitié en 1838 avec la socialiste Flora Tristan ; collabore avec Alphonse Esquiros à une revue qui révèle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/levi-alphonse-louis-constant-dit-eliphas/#i_0

MAIER MICHAEL (1566-1622)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 323 mots

Médecin et alchimiste, né à Rindsberg, près de Kiel, Michael Maier obtint le doctorat de médecine à Rostock, où il vécut avant de s'installer à Prague à la cour de Rodolphe II, dont il devint le médecin personnel et le secrétaire particulier. Maier fait donc partie de ces nombreux alchimistes et hermétistes qui trouvèrent en cet empereur un prince […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-maier/#i_0

MARTINES DE PASQUALLY (1710-1774)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 993 mots

D'origine incertaine, Martines de Pasqually, personnage dont l'évolution spirituelle reste encore mal connue faute de documents, apparaît tout à coup vers 1754 ; il commence alors une carrière de thaumaturge, surtout de théurge, et s'impose d'emblée comme un théosophe considérable, un mage nanti de pouvoirs prodigieux. Sa doctrine, dont le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martines-de-pasqually/#i_0

MORE HENRY (1614-1687)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 322 mots

Ce « platonicien de Cambridge » est un penseur qui intéresse à la fois l'historien des sciences religieuses et ceux de la théosophie, de la philosophie et même de la littérature anglaise. Henry More fut surtout un théosophe au sens le plus vrai et le plus pur de ce terme, en ce qu'il a cru obtenir une illumination métaphysique, une connaissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-more/#i_0

OBERLIN JEAN FRÉDÉRIC (1740-1826)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 423 mots

Pasteur du Ban de la Roche (Steinthal, près de Schirmeck), Oberlin exerce à partir de 1767, un peu comme son correspondant Lavater, une profonde influence en divers milieux au cours d'un apostolat de nature souvent fort théosophique. Son rayonnement ne se limite pas à sa paroisse : on voit Mme de Krüdener faire chez lui un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-frederic-oberlin/#i_0

ŒTINGER FRIEDRICH CHRISTOPH (1702-1782)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 755 mots

À son époque, Œtinger apparaît comme le père de la théosophie chrétienne en Souabe. Tempérament impressionnable (il a des contacts personnels dans le royaume des esprits), de très bonne heure pieux et mystique, il se nourrit d'abord de Malebranche, puis il découvre la Cabala denudata (1677) de Knorr de Rosenroth. À Tübingen, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-christoph-oetinger/#i_0

PELADAN JOSEPH dit JOSÉPHIN (1859-1918)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 444 mots

Partisan de l' ésotérisme et fondateur d'un ordre rosicrucien catholique, Joséphin Peladan, qui se donnait le titre de sâr, hérité, prétendait-il, d'un ancêtre roi babylonien, faisait grand cas de Fabre d'Olivet tout comme son contemporain Stanislas de Guaïta , le fondateur, en 1889, de l'Ordre kabbalistique de la Rose-Croix . Peladan entra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peladan-joseph-dit-josephin/#i_0

PERNETY ANTOINE JOSEPH (1716-1801)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 803 mots

Bénédictin de la congrégation de Saint-Maur, traducteur de Wolf et de Swedenborg, collaborateur de la Gallia christiana, auteur d'un Dictionnaire portatif de peinture, de sculpture et de gravure (1757), Antoine Pernety est un esprit presque universel. La lecture de l'Histoire de la philosophie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-joseph-pernety/#i_0

ROSE-CROIX

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 3 048 mots

Le mot « Rose-Croix » désigne certaines associations à caractère ésotérique ; les unes sont purement fictives, les autres ont réellement existé parce qu'elles se sont donné ce nom. L'adjectif correspondant est « rosicrucien », tandis que l'ensemble des doctrines se réclamant d'une société ou d'un enseignement dits « Rose-Croix » se dénomme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rose-croix/#i_0

SAINT-GEORGES DE MARSAIS CHARLES HECTOR DE (1688-1755)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 535 mots

Né à Paris, Charles Hector de Saint-Georges de Marsais (ou Marsay) se retire d'abord dans l'ermitage de Schwarzenau où il se livre à l'oraison et à la lecture des œuvres d'Antoinette Bourignon. Lieutenant à l'armée en Brabant, il résigne son engagement, puis se rend avec deux autres mystiques (le pasteur Baratin et le Suisse Cordier) dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-hector-de-saint-georges-de-marsais/#i_0

SAINT-MARTIN LOUIS CLAUDE DE (1743-1803)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 542 mots

Celui qui s'appelait lui-même le « philosophe inconnu » apparaît aujourd'hui comme un des penseurs français les plus profonds, un des meilleurs écrivains du xviiie siècle. Il reste en tout cas le plus grand théosophe de son époque. Il se présente aussi comme une des figures les plus attachantes du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-claude-de-saint-martin/#i_0

SPIRITISME

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 1 289 mots

Le mesmérisme, qui, à la fin du xviiie siècle, avait passionné l'opinion, populaire ou scientifique, demeura un sujet d'intérêt jusqu'au milieu du xixe siècle. À Notre-Dame de Paris, Lacordaire attribuait encore le magnétisme animal à « un rayon de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spiritisme/#i_0

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 368 mots

Au sens restreint, le mot «  ésotérisme » désigne une gnose procurant l'illumination et le salut individuels grâce à la connaissance des rapports qui unissent l'homme aux esprits intermédiaires ou divins. La théosophie, elle, concerne d'abord la connaissance des mystères cachés de la divinité et, par extension, celle de l'univers dans ses rapports […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_0

VAN HELMONT FRANCISCUS MERKURIUS (1618-1699)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 230 mots

Né à Vilvorde, Franciscus van Helmont fut le continuateur de son père Jan Baptist van Helmont, qui l'avait appelé Merkurius par amour de l'alchimie. On peut le regarder comme un des grands « hermétistes » de type rosicrucien au xviie siècle. Il fréquenta Leibniz et devint, avec le kabbaliste chrétien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franciscus-merkurius-van-helmont/#i_0

VAUGHAN THOMAS (1622-1665)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 317 mots

Théosophe et alchimiste, frère jumeau du célèbre poète Henry Vaughan (1622-1695), Thomas Vaughan est aussi un versificateur d'un certain talent. Parmi les ésotéristes qui sont si nombreux dans l'Angleterre du xviie siècle, il est l'un des plus souvent cités ; mais son œuvre (The Works […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-vaughan/#i_0

WERNER ZACHARIAS (1768-1823)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 569 mots

Enfant de Königsberg, Zacharias Werner se tourne de bonne heure vers la franc-maçonnerie , par calcul plus que par conviction. Mais, bien vite, il fait siennes les conceptions fondamentales de l' illuminisme de l'époque. Ernst Christian Friedrich Mayr (1755-1821), esprit inquiétant, rose-croix qu'enveloppe un halo de fantastique et de mystère, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zacharias-werner/#i_0

WILLERMOZ JEAN-BAPTISTE (1730-1824)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 709 mots

Disciple de Martines de Pasqually et lui-même personnage important dans l'histoire de la maçonnerie. Lyonnais, issu de famille franc-comtoise, Jean-Baptiste Willermoz exerce le métier de soyeux ; vite installé à son compte, il dirige une affaire prospère. Dès l'âge de vingt ans, il se passionne pour la franc-maçonnerie . En 1753, Willermoz fonde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-willermoz/#i_0

WRONSKI HOËNÉ (1776-1853)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 952 mots

Né à Poznań, Wroński lutte pour l'indépendance de la Pologne dans l'armée de Kościuszko, devient officier supérieur de l'armée russe et étudie en Allemagne le droit, la philosophie , les mathématiques avant de s'établir définitivement en France, où une illumination survenue le 15 août 1803 lui permet de concevoir l'« absolu ». Bien qu'inventeur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hoene-wronski/#i_0