NOMBRES SYMBOLIQUE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De nombreuses études d'ethnologie comme de philosophie comparée, d'histoire des religions comme de psychologie des profondeurs ont montré que la pensée dite « sauvage » comme la connaissance symbolique présentent une compréhension qualitative du nombre. Cette compréhension expliquerait, semble-t-il, la préséance des nombres dits « naturels » sur toute autre structure arithmétique. Dans de telles modalités de pensée, l'aspect quantitatif n'est pas négligé, mais il a d'emblée une vocation au concret (par exemple, savoir dénombrer globalement une classe d'objets, telles les têtes de bétail composant un troupeau). Au contraire, c'est l'aspect qualitatif de la numération qui semble y jouer le rôle de vecteur d'une méditation abstraite. C'est probablement en ce sens qu'il faut comprendre les ensembles plus ou moins complexes de points ou de croix, de flèches, de chevrons, de quadrillages, etc., que présentent de nombreux tracés, entailles ou reliefs pariétaux. André Leroi-Gourhan a montré ainsi comment de telles figures s'inscrivaient dans une logique symbolique, articulée à partir de l'opposition masculin-féminin. Grande peut être la tentation de réduire l'attitude mentale correspondant à une telle compréhension symbolique du nombre, à un simple « primitivisme » de la pensée abstraite. Or, nous savons, depuis les travaux d'anthropologues, tel Claude Lévi-Strauss, que la « pensée sauvage » est bien articulée sur les mêmes principes d'organisation systémique (oppositions, catégories, schèmes algébriques et combinatoires, repères, classes, etc.) que toute pensée épistémiquement bien formée. Bien plus, depuis les travaux de Carl Gustav Jung sur la dimension de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOMBRES SYMBOLIQUE DES  » est également traité dans :

ARITHMOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 843 mots

Moyen de connaissance ésotérique ou suprarationnelle, l'arithmosophie, ou science symbolique des nombres, considère non les nombres arithmétiques mais les nombres symboles, jugeant que les premiers ne possèdent pas de lien intérieur avec l'essence des objets auxquels ils se rapportent, tandis que les seconds, doués de signification ou de force symbolique, expriment une union essentielle qu'ils ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arithmosophie/#i_86686

GUEMATRIA

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 217 mots

Procédé d'herméneutique qui consiste à utiliser la valeur numérique des lettres constitutives d'un mot, ou d'un groupe de consonnes, pour l'interpréter moyennant le rapprochement avec un autre mot ayant la même valeur numérique. Par exemple le passage de la Genèse xxxii , 5 : « J'ai séjourné chez Laban » est expliqué par Bereshit Rabbati 145 de la m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guematria/#i_86686

INDE (Arts et culture) - Les sciences

  • Écrit par 
  • Francis ZIMMERMANN
  •  • 14 263 mots
  •  • 2 médias

L' histoire des sciences, au sens où nous l'entendons en Occident, a bénéficié d'apports spécifiques de l'Inde, au moins dans trois domaines : l'astronomie, les mathématiques et les sciences médicales. D'autres disciplines scientifiques, la physique par exemple, n'ont pas été cultivées en Inde, sinon sous une forme purement spéculative. À bien des égards, la médecine, qui n'est pas sans parenté av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-sciences/#i_86686

JOACHIM DE FLORE (1132 env.-env. 1202)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  •  • 1 580 mots

Dans le chapitre « Une exégèse arithmologique »  : […] Multipliant les symboles numériques, Joachim combine les trois vertus théologales aux sept dons de l'Esprit pour obtenir le « dénaire » pythagoricien (somme des quatre premiers nombres) ; mais le chiffre 5 joue aussi son rôle et, s'ajoutant au 7, produit le 12. À titre d'exemple, on peut évoquer la théorie des douze « intelligences ». Les cinq premières (correspondant aux vertus de foi, de patien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joachim-de-flore/#i_86686

KABBALE

  • Écrit par 
  • François SECRET, 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 7 274 mots

Dans le chapitre « La mystique de la Merkaba (IIIe-VIIe siècle) »  : […] Le centre des enseignements ésotériques se déplace ensuite à Babylone, mais les thèmes en demeurent identiques : l'objet principal des visions reste le char divin ( merkaba  ; la référence scripturaire est Ézéchiel, chap. i ). Seule change la terminologie : le voyage céleste est désigné désormais comme la « descente » vers la Merkaba. En plus de l'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kabbale/#i_86686

KIRCHER ATHANASIUS (1602-1680)

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 3 543 mots

Dans le chapitre « Une œuvre monumentale »  : […] Si Kircher (dont les traités étaient impatiemment attendus et les lettres humblement sollicitées, entre autres par le jeune Leibniz) fut considéré par ses contemporains comme un des plus brillants esprits de son siècle, une tradition instaurée par A. Erman (cf. Allgemeine Deutsche Biographie , 1882, s.v.) ne voulut plus, au contraire, voir en lui qu'un compilateur sans génie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/athanasius-kircher/#i_86686

MÉTROLOGIE HISTORIQUE

  • Écrit par 
  • Jean Claude HOCQUET
  •  • 10 975 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mesurer, peser, compter »  : […] Mesurer et peser, c'est déjà compter et, par conséquent, introduire la logique de l'arithmétique (et l'harmonie des nombres) dans ce qui passait pour le chaos inorganisé. C'est le nombre qui introduit l'ordre, le rapport exact entre mesures et poids. Les poids et mesures en usage en un lieu sont issus de systèmes numériques stables, organisés sur des progressions géométriques simples procédant par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrologie-historique/#i_86686

PYTHAGORE (580 av. J.-C.?-? 500 av. J.-C.) ET PYTHAGORISME

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE, 
  • Daniel SAINTILLAN
  •  • 3 175 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La « science » de Pythagore »  : […] C'est dans cette perspective théologico-politique que doit être abordée la « science » de Pythagore, à laquelle la tradition veut qu'il ait donné, le premier, le nom de « philosophie ». Accueillant en elle les connaissances les plus diverses (si l'on en croit Héraclite, qui accusa Pythagore de « polymathie »), elle accordait vraisemblablement une place importante à ce qui recevra plus tard le nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pythagore-et-pythagorisme/#i_86686

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « NOMBRES SYMBOLIQUE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolique-des-nombres/