Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROSE-CROIX

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Le mot « Rose-Croix » désigne certaines associations à caractère ésotérique ; les unes sont purement fictives, les autres ont réellement existé parce qu'elles se sont donné ce nom. L'adjectif correspondant est « rosicrucien », tandis que l'ensemble des doctrines se réclamant d'une société ou d'un enseignement dits « Rose-Croix » se dénomme « rosicrucisme » ou « rosicrucianisme ». Faire l'histoire de la Rose-Croix revient à faire l'histoire du mot, car la plupart de ces associations n'ont entre elles aucun lien de filiation historique.

Il n'existe pas de spécificité rosicrucienne. Tout ce qui se réclame de ce titre aux avatars innombrables ne fait que puiser dans un vaste fonds commun, celui de l'ésotérisme au sens le plus large, c'est-à-dire dans les traditions alchimique, théosophique, analogique. Ce fonds commun a toujours été du domaine public, même si l'on considère l'éveil intérieur comme le résultat d'une ascèse et d'une quête personnelle.

Les premiers manifestes et le « cénacle de Tübingen »

Avant le début du xviie siècle, on trouve des images de roses associées à des croix, mais c'est un symbole parmi tant d'autres, rien de plus. Tout commence en 1614, à Cassel, avec un manifeste en allemand intitulé : Commune et Générale Réformation de tout le vaste monde, suivi de la Fama Fraternitatis de l'ordre louable de la Croix de Rose, adressé à tous les savants et chefs de l'Europe. Ce texte, aussi poétique par son style que peu original par les idées exprimées, fait de traductions et de compilations, se présente surtout comme une satire de la situation spirituelle, morale et sociale du luthéranisme. L'auteur, bien que protestant, proclame que la rédemption ne se fait pas du dehors, mais de l'intérieur, par la voie du cœur ou l'élan mystique. La Fama Fraternitatis, lettre ouverte aux sages, résume la vie d'un personnage mythique, Christian Rosenkreutz (Croix de Rose) ; ce magicien, grand voyageur, aurait séjourné à Damas, puis serait rentré en Allemagne pour y fonder un cloître. En 1604, cent vingt ans après sa mort, on retrouva sa tombe qui contenait des formules magiques et des conseils de règle de vie. Toute la biographie est écrite dans le style et avec les expressions des grands mystiques des siècles précédents. Ce manifeste prie les savants d'Europe de se faire connaître, mais ne révèle pas pour autant l'identité de ses auteurs. En 1615, la Fama est rééditée à Francfort avec une Confession de la Fraternité, c'est-à-dire une défense contre les accusations d'hérésie ou d'interventions politiques subversives. Cette Confession promet des secrets merveilleux : santé, jeunesse, commerce avec les esprits. Dieu va rendre aux hommes, avant même le Jugement dernier, la lumière et la splendeur d'Adam perdues par la chute. Un tel texte fait penser évidemment aux nombreuses fraternités alchimiques du xve siècle et à tous les thèmes répandus alors : règne de l'Esprit, régénération intérieure, apocalypse. À ces deux livres fait suite, en 1616, un fort beau texte en allemand, Les Noces chymiques de Christian Rosenkreutz, anno 1454, probablement influencé, comme l'a remarqué Paul Arnold, par le chant X de The Faerie Queene d'Edmund Spenser.

L'auteur des Noces est Johann Valentin Andreae (1586-1654), luthérien de Tübingen et diacre depuis 1614. Il a sans doute écrit cet ouvrage dès 1604, et il est certain qu'on peut lui attribuer un rôle essentiel dans l'invention de l'idée comme de la rédaction des fameux manifestes. On appelle «   cénacle de Tübingen » le cercle constitué par les personnages qui sont à l'origine de tout ce mouvement, c'est-à-dire Andreae, Christoph Besold et Tobias Hess. Le caractère de ludibrium[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification

Pour citer cet article

Antoine FAIVRE. ROSE-CROIX [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • FLUDD ROBERT (1574-1637)

    • Écrit par
    • 1 573 mots
    C'est pour défendre les manifestes rosicruciens contre les attaques d'A. Libavius que Fludd publia en 1616 son premier ouvrage, l'Apologia compendiaria, qui reparut en 1617, considérablement augmenté, sous le titre de Tractatus apologeticus. Tout en priant les Rose-Croix de le recevoir dans...
  • GUAÏTA STANISLAS DE (1861-1897)

    • Écrit par
    • 294 mots

    Né en Lorraine, ami de Maurice Barrès qu'il fit adhérer au martinisme, curieux de sciences secrètes et d'alchimie mais intoxiqué par les stupéfiants, Stanislas de Guaïta mourut prématurément. Initié à l'ésotérisme chrétien par Éliphas Lévi, et aux grands mystères en général...

  • KABBALE

    • Écrit par et
    • 7 223 mots
    ...Avec Paracelse s'engage un processus qui sera illustré par l'Amphitheatrum Sapientiae aeternae (1609) d'Henri Kunrath, comme par le mouvement de la Rose-Croix. Et, parce que Jean Trithème a été le maître de Paracelse, sa Steganographie en viendra à désigner l'alchimie pour Jacques Gohory, un des...
  • PELADAN JOSEPH dit JOSÉPHIN (1859-1918)

    • Écrit par
    • 441 mots

    Partisan de l'ésotérisme et fondateur d'un ordre rosicrucien catholique, Joséphin Peladan, qui se donnait le titre de sâr, hérité, prétendait-il, d'un ancêtre roi babylonien, faisait grand cas de Fabre d'Olivet tout comme son contemporain Stanislas de Guaïta, le fondateur,...

  • Afficher les 8 références