Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARITHMOSOPHIE

Moyen de connaissance ésotérique ou suprarationnelle, l'arithmosophie, ou science symbolique des nombres, considère non les nombres arithmétiques mais les nombres symboles, jugeant que les premiers ne possèdent pas de lien intérieur avec l'essence des objets auxquels ils se rapportent, tandis que les seconds, doués de signification ou de force symbolique, expriment une union essentielle qu'ils ont avec leurs objets. Par exemple, l'ensemble des neuf Muses n'aurait plus la même vertu synthétique si elles étaient huit ou dix, alors même que chacune garderait des caractéristiques semblables.

Ce qui fonde l'arithmosophie, c'est la croyance en une nature vivante, l'idée selon laquelle il n'y a pas de coupure entre le monde matériel et le monde spirituel. Aussi considère-t-elle les nombres comme des étapes dans la progression vers l'Unité, alors que l'arithmétique les définit comme un ensemble d'unités. En fait, l'arithmétique s'occupe plus des chiffres que des nombres, lesquels sont comme des instruments parfaits de connaissance, des intermédiaires entre le sensible et le suprasensible, des enveloppes invisibles ou encore des supports de médiations permettant de saisir la relation des choses au Tout. Substances, les nombres sont aussi substantiels entre eux : passer de l'un à l'autre revient à former de nouveaux rapports en partant de l'Unité. Tout étant lié comme les marches de l'échelle de Jacob, comme les maillons de la chaîne d'or d'Homère, tout étant relié à tout comme autour de l'anneau de Platon, il n'y a plus de coupure entre l'homme microcosme et le grand livre de la Nature, entre celui-ci et le divin.

On peut, à propos du pythagorisme, parler d'arithmosophie ; la tétraktys, ou quaternaire mystique, occupe une grande place dans l'enseignement de Pythagore. De même pour Platon, les nombres représentent le plus haut degré de connaissance ; son Timée, mais aussi les œuvres de Nicomaque de Gérase et celles de Jamblique distinguent le nombre-idée et le nombre scientifique. Après l'écroulement de l'Empire romain d'Occident et la conquête de l'Égypte par les Arabes, l'ésotérisme géométrique se transmet par les tracés des architectes, les « pentacles » de la magie ; il connaît un bel essor dans la symbolique romane, inspire les kabbalistes chrétiens sous la Renaissance, avant de trouver de nouveaux théoriciens au xviiie siècle, avec Louis Claude de Saint-Martin surtout. Les loges maçonniques, particulièrement à partir de cette époque, s'occupent activement de la science des nombres. Un rêveur tel que Senancour la popularise. Joseph de Maistre écrit dans Les Soirées de Saint-Pétersbourg : « Ôtez le nombre, vous ôtez les arts, les sciences et, par conséquent, l'intelligence. Ramenez-le : avec lui reparaissent ses deux filles célestes, l'harmonie et la beauté ; le cri devient chant, le bruit reçoit le rythme, le saut est danse, la force s'appelle dynamique, et les tracés sont des figures. » Il est remarquable que des théosophes (par exemple, Thomas Lechleitner ou Eckartshausen), peu après la publication de la Critique de la raison pure (1781), aient tenté de combler par les nombres le fossé kantien qui sépare le phénomène du noumène ; il n'y a peut-être pas très loin de leur entreprise à l'arbre séphirotique de la kabbale juive. D'autant que l'arithmosophie ne comprend pas seulement la science des nombres proprement dite mais évidemment aussi une géométrie mystique dont on retrouve les éléments essentiels sous la forme d'innombrables symboles sacrés, au sein des architectures religieuses comme dans les rituels maçonniques.

L'Ancien et le Nouveau Testament, par exemple, où les nombres ne semblent jamais arbitraires, renferment une arithmologie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification

Pour citer cet article

Antoine FAIVRE. ARITHMOSOPHIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • PYTHAGORE (580 av. J.-C.?-? 500 av. J.-C.) ET PYTHAGORISME

    • Écrit par et
    • 3 179 mots
    • 2 médias
    ...représenter par des agencements de points, délimitant des intervalles et dessinant des figures qui sont autant de modèles pour la compréhension des choses. Sur cette conception s'est développée toute une arithmologie mystique, assignant aux nombres des propriétés qualitatives. Ainsi la tétraktys...