MAIER MICHAEL (1566-1622)

Médecin et alchimiste, né à Rindsberg, près de Kiel, Michael Maier obtint le doctorat de médecine à Rostock, où il vécut avant de s'installer à Prague à la cour de Rodolphe II, dont il devint le médecin personnel et le secrétaire particulier. Maier fait donc partie de ces nombreux alchimistes et hermétistes qui trouvèrent en cet empereur un prince protecteur et un mécène partageant leur intérêt pour les sciences secrètes. À la mort de Rodolphe II (1612), il s'attacha comme médecin au landgrave Maurice de Hesse, lui aussi préoccupé d'alchimie ; ces fonctions ne l'empêchèrent pas de se rendre en Angleterre dès 1612, où il connut probablement Robert Fludd et se lia avec le disciple de Paracelse, Francis Anthony. Il semble que la venue de Maier en Angleterre ait eu pour but d'inciter le roi Jacques Ier à soutenir son gendre Frédéric, l'électeur palatin, dans ses prétentions à conserver le trône de Bohême ; en effet, Frédéric s'apprêtait à suivre les traces de Rodolphe II, aussi bien en politique qu'en « philosophie ».

Maier finit ses jours à Magdebourg, après avoir publié environ vingt ouvrages de caractère hermétique. Quelques-uns (Silentium post clamores, 1617 ; Themis aurea, 1617-1618) font partie de la littérature apologétique ou polémique suscitée par les manifestes rosicruciens de Tübingen ; mais Maier reste l'un des plus grands écrivains ésotérisants d'Occident grâce à des livres hautement symboliques, d'une grande poésie, agrémentés de superbes gravures hermétiques : ainsi, Atalanta fugiens (Oppenheim, 1618), Cantilenae intellectuales de Phoenice redivivo (Rome, 1622). L'Atalante fugitive surtout, plusieurs fois rééditée et traduite, apparaît comme l'une des plus sûres introductions à l'ésotérisme alchimique occidental.

—  Antoine FAIVRE

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification


Autres références

«  MAIER MICHAEL (1566-1622)  » est également traité dans :

ROSE-CROIX

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 3 045 mots

Dans le chapitre « Les premiers manifestes et le « cénacle de Tübingen » »  : […] Avant le début du xvii e siècle, on trouve des images de roses associées à des croix, mais c'est un symbole parmi tant d'autres, rien de plus. Tout commence en 1614, à Cassel, avec un manifeste en allemand intitulé : Commune et Générale Réformation de tout le vaste monde, suivi de la Fama Fraternitatis de l'ordre louable de la Croix de Rose, adressé à tous les savants et chefs de l'Europe. Ce te […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine FAIVRE, « MAIER MICHAEL - (1566-1622) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-maier/