SPIRITISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mesmérisme, qui, à la fin du xviiie siècle, avait passionné l'opinion, populaire ou scientifique, demeura un sujet d'intérêt jusqu'au milieu du xixe siècle. À Notre-Dame de Paris, Lacordaire attribuait encore le magnétisme animal à « un rayon de la puissance adamique destiné à confondre la raison humaine et à l'humilier devant Dieu ». Mais un renouvellement se manifeste, sous la forme de théories voisines : l'ouvrage de l'Allemand Justinus Kerner, La Voyante de Prevorst (1830), qui relate en détail les rapports innombrables de Frederique Hauffe avec les esprits des morts, marque assez bien la transition entre l'époque des magnétiseurs et celle des spirites.

C'est en 1847, à Hydesville aux États-Unis, qu'est conçu le spiritisme, le jour où les sœurs Fox prétendent avoir conversé avec un fantôme en utilisant des claquements de doigts en manière de code. Bien qu'elles aient été plus tard convaincues de supercherie, cette pratique connut aussitôt une vogue extraordinaire, le code des sœurs Fox étant remplacé généralement par la pratique des « tables tournantes ». En 1852, cet engouement gagne l'Europe : s'il fut conçu aux États-Unis, le spiritisme naquit en France lorsque H. L. Rivail, dit Allan Kardec, élabora un corps de doctrine à partir des faits observés. En 1857 paraît Le Livre des esprits, suivi, en 1858, par le premier numéro de la Revue spirite.

Selon Kardec, l'homme est formé de trois principes qui coexistent pendant la vie mais se dissocient à la mort : le corps matériel, qui périt ; l'âme (principe immortel participant de la nature divine), qui tente à la mort de se dégager de la matière, car cette âme reste pour un temps prisonnière d'un troisième principe, le périsprit. Celui-ci est une enveloppe fluidique qui peut devenir visible dans certains cas et même se manifester tangiblement en laissant des traces ou en déplaçant des objets. Le périsprit constitue le lien entre l'esprit et la matière pendant la vie du corps. Ainsi les fantômes, les esprits des morts, qui nous apparaissent fluidiquement ou par le truchement de certains phénomènes matériels, sont des âmes non encore dégagées du périsprit. Cette idée diffère notablement des théories occultistes, selon lesquelles l'esprit rendu tangible est une mémoire inconsciente et consciente formant un corps astral.

Le spiritisme, qui a tenu de grands congrès (notamment à Paris, 1889 et 1900 ; à Londres, 1922), compte de très nombreux adeptes déclarés et des millions de sympathisants. Il est à remarquer que les premiers de ces adeptes, en France, se recrutèrent parmi les socialistes de 1848 et que la plupart de leurs écrits sont de tendance démocratique. Plusieurs noms jalonnent l'histoire de cette nouvelle révélation : la médium Eusapia Palladino (1854-1918), qui étonna le médecin Lombroso (1835-1909) ; Victor Hugo lui-même, converti au spiritisme par Mme de Girardin, pendant son séjour à Jersey (les messages des morts qui s'adressaient au grand poète donnèrent lieu à une littérature abondante) ; sir Arthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes qui, en 1916, étonna ses compatriotes par un article dans Light (il se déclarait spirite convaincu et ne cessa, dès lors, de militer pour cette cause, où il retrouvait le goût du mystère et du problème à résoudre) ; Charles Henry, savant réputé, auteur de L'Homme après la mort, vie et survie (1926), qui développa, comme tant de philosophes de la nature, l'idée de polarité et voulut donner au spiritisme des fondements solides ; Katie King, fantôme délicieusement vaporeux, qui a promené dans les salons fin de siècle un parfum romantique par lequel fut séduit l'académicien britannique William Crookes (1832-1919) : ayant bénéficié des apparitions de la belle Katie, il développa sur le spiritisme et la télépathie des théories reprises de nos jours par Leonid Vassiliev (en Russie même, où il y a encore beaucoup de spirites).

L'influence des disciples directs d'Allan Kardec s'étendit dans les loges maçonniques, dont un grand nombre avaient perdu le sens du véritable symbolisme, ainsi que dans le grand public, notamment grâce à Léon Denis (1846-1927), Gabriel Delanne (1857-1926), Pierre-Gaëtan Leymarie (1827-1901). Celui-ci favorisa la diffusion des théories de son maître au Brésil, où le spiritisme socialiste qu'il inspira reste en honneur ; il était aussi un zélé propagateur de la Société théosophique. Malheureusement, les spirites sont souvent tombés dans [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification

Autres références

«  SPIRITISME  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 190 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dynamisme des religions afro-américaines »  : […] Les religions africaines sont non seulement toujours vivantes en Amérique, mais encore elles rayonnent. Les candomblés de Bahia ont des succursales à Rio et aujourd'hui à São Paulo ; la pagelance nègre, venue du Maranhão, s'étend en Amazonie. Les exilés de Cuba et de Haïti ont apporté leurs cultes aux États-Unis, et des Noirs nord-américains, mais aussi parfois des Blancs y adhèrent ; on compte de […] Lire la suite

AUTOMATISME, art et littérature

  • Écrit par 
  • José PIERRE
  •  • 975 mots

« Dans le monde organique, dans la mesure où se fait plus obscure ou plus faible la réflexion consciente, plus rayonnante et triomphante s'avance la grâce. » Cette affirmation de Kleist ( Sur le théâtre de marionnettes , 1810) pourrait être tenue pour la charte originelle de l'automatisme. Certes, la notion de « fureur poétique » telle qu'elle apparaît déjà chez Platon ( Ion ) et qu'elle refait su […] Lire la suite

CAODAÏSME

  • Écrit par 
  • Paul LÉVY
  •  • 1 288 mots

Le caodaïsme – ou bouddhisme rénové – apparaît d'emblée comme un amalgame assez étonnant. Il emprunte beaucoup au bouddhisme, particulièrement la doctrine de la réincarnation, mais doit aussi au taoïsme, au confucianisme, au christianisme. Il s'apparente d'autre part au spiritisme et à la théosophie. La religion caodaïste fut fondée en 1919 par Ngô Van Chiêu, délégué administratif pour l'île de P […] Lire la suite

ÉSOTÉRISME

  • Écrit par 
  • Serge HUTIN
  •  • 7 492 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ésotérisme, occultisme, théosophie »  : […] C'est par un grave abus de langage que les mots « ésotérisme » et « occultisme » se trouvent si volontiers confondus de nos jours. Occultisme est un néologisme, forgé au début du xix e  siècle par Éliphas Lévi (de son vrai nom Alphonse-Louis Constant). Comment définir la différence majeure entre les deux termes ? Qui dit ésotérisme sous-entendrait ipso facto l'indissociable complémentarité des […] Lire la suite

KARDEC HIPPOLYTE LÉON RIVAIL dit ALLAN (1804-1869)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 429 mots

Instituteur lyonnais, Hippolyte Léon Rivail fut connu d'abord pour ses nombreux ouvrages scolaires. Il vint à Paris, où il dirigea quelque temps le théâtre des Folies-Marigny, et fonda, en 1830 environ, un institut dans lequel il essayait de réformer l'enseignement selon les méthodes de Pestalozzi. Bien que depuis longtemps il se fût intéressé beaucoup au magnétisme animal, le brusque changement d […] Lire la suite

SURVIE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 547 mots

Le terme de survie appartient, dès son attestation la plus ancienne, au domaine du droit et de la jurisprudence. On appelle gain de survie une disposition prévoyant que les avantages de l'un des conjoints passeront à celui qui lui survivra. Les biens matériels que, de facto, le défunt perd avec la vie se trouvent ainsi conservés en d'autres mains et laissent une trace qui, au-delà de la mort, perp […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine FAIVRE, « SPIRITISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/spiritisme/