LAVATER JOHANN-CASPAR (1741-1801)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pasteur à Zurich, Lavater ne quitte guère sa ville ni son ministère, sinon pour entreprendre quelques voyages auxquels le pousse un goût inextinguible de révélations ineffables. Il est une bien curieuse et bien attachante figure. Jeune homme, il s'intéresse aux problèmes politiques de son pays presque autant qu'aux questions religieuses ; il polémique, entretient des correspondances étendues, noue des relations dans tous les milieux avec des gens de toutes conditions. Dès 1763, il figure parmi les animateurs de plusieurs « sociétés » suisses (Société helvétique, Société morale, etc.) avec des hommes tels que Kirchberger et Isaac Iselin ; il s'intéresse à la pédagogie, notamment aux ouvrages de Basedow ; il tente de convertir au christianisme le philosophe juif Moses Mendelssohn. Dès l'enfance, une piété joyeuse, très vive, l'envahit tout entier. En même temps, son illuminisme le détourne très tôt de toute rigidité dogmatique : il vante la puissance magique du prêtre, compose des poèmes sur la Vierge, ne manque guère l'occasion de s'affirmer l'ami de l'Église romaine ou d'en souligner les mérites. Ses ennemis en profitent pour l'accuser de cryptocatholicisme ; mais ne partage-t-il pas, en ce domaine, le sort de quantité de théosophes protestants ? Lavater refuse d'appartenir à aucune secte. Avant tout, il se fait apôtre de l'Église intérieure, allant jusqu'à se réjouir de ce que des chrétiens puissent penser autrement que lui ; mais ni les esprits forts ni les tenants de la « religion naturelle » ne trouvent grâce à ses yeux. La piété de Lavater, peu empreinte de docétisme, se caractérise surtout par un attachement inconditionnel, passionné, à la personne du Christ, non pas à un Christ d'abstraction mais au Jésus historique, à son corps charnel et mystique.

C'est un analogiste, souvent attiré par la théosophie, toujours curieux de manifestations supranaturelles. Lavater n'admet guère l'éternité des peines infernales. Il envisage le millénaire comme une réalité théologique. Dans ses Aussichten in die Ewigkeit (1768-1778), il disserte à l'infini sur l'état de l'homme dans la vie future. Lavater croit en l'exaucement des prières, en leur vertu magique. Surtout, il a soif de miracles, s'efforce de trouver à cette nostalgie une justification chrétienne, la foi réelle devant nous rendre les pouvoirs surnaturels que possédaient les premiers chrétiens. Lavater, qui se méfie de Swedenborg, semble beaucoup plus proche de Saint-Martin. Déçu par Cagliostro, il compte pourtant beaucoup d'amis parmi les disciples du Grand Cophte. On le voit pratiquer le magnétisme, consacrer un examen attentif aux génies familiers du comte de Thun, aller jusqu'à Copenhague pour constater la réalité des visions théurgiques dont sont favorisés les disciples de Charles de Hessen-Kassel, manifester le désir de retrouver saint Jean l'Évangéliste afin de le garder auprès de lui. Ses travaux de physiognomonie (Physiognomische Fragmente, 1775-1778), qui l'ont rendu si célèbre, ne représentent qu'un des moindres aspects de son œuvre ; lui-même ne leur accorde pas une importance exagérée. Mais ils ont trouvé de nombreux continuateurs.

Physiognomonie, J. K. Lavater

Photographie : Physiognomonie, J. K. Lavater

Planche de bouches tirée du livre Physiognomonie, 1777, de Johann Kaspar Lavater (1741-1801). «.Celui qui, à la première impression que l'extérieur d'un homme fait sur lui, juge bien de son caractère ou d'une partie de son caractère, celui-là est naturellement physiognomoniste ; on l'est... 

Crédits : AKG

Afficher

On a pu dire que, depuis Luther, aucun penseur de langue allemande n'avait entretenu une correspondance aussi remarquable. La Bibliothèque centrale de Zurich conserve cette monumentale correspondance, qui témoigne des très nombreuses amitiés de Lavater avec les rois et les princes, mais aussi avec quantité de gens très simples. Certains écrivains, comme Goethe, pourtant très liés avec Lavater, finissent par le quitter, agacés par son désir de prosélytisme. Son influence, quoique énorme, s'exerce peu sur les grands penseurs. D'ailleurs, Lavater n'aura jamais de « système » bien défini ; si sa vie tout entière est celle d'un vrai chrétien, son rôle reste surtout celui d'un génial vulgarisateur. Les « illuminés » avec lesquels il correspond — Mme de Bourbon, Mme de Staël, les cagliostriens, Divonne, Jung-Stilling, Mme de Klettenberg, Kleuker, Kirchberger, Obereit, Passavant, Sailer, F. R. Salzmann, les Sarasin, J. A. Starck, Thun, Jean de Türckheim, Swedenborg et bien d'autres — répandent largement ses idées. Après la Révolution, de nombreux émigrés accourent chez lui, le supplient de leur accorder sa protection : ses amitiés avec les grands de ce monde lui permettant d'intervenir en faveur de prisonn [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification

Autres références

«  LAVATER JOHANN-CASPAR (1741-1801)  » est également traité dans :

BALZAC HONORÉ DE

  • Écrit par 
  • Maurice MÉNARD
  •  • 15 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Balzac penseur ? »  : […] Depuis le Balzac d'E.-R. Curtius (1923), toute une famille de la critique balzacienne accorde la première place, dans l'interprétation de l'œuvre, à la réflexion théorique, aux idées, voire au système de pensée de l'auteur. Pour M. Bardèche, cet aspect est essentiel et fondateur. Pour P. Nykrog, A. Allemand, H. Gauthier et Max Andréoli, la philosophie de Balzac fournit le meilleur principe d'expl […] Lire la suite

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 338 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Caricature, portrait et satire »  : […] L'art du portraitiste et celui du caricaturiste sont complémentaires. Le premier s'efforce d'atténuer les défauts de son modèle, le second cherche sa voie non dans l'approfondissement mais dans l'exagération des traits. Selon Filippo Baldinucci, l'art des caricaturistes « est une méthode pour faire des portraits par laquelle ils visent à la plus grande ressemblance de la personne représentée cepe […] Lire la suite

GRAPHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel HUTEAU
  •  • 2 392 mots

Dans le chapitre « Histoire de la graphologie »  : […] Dès l'Antiquité (et également dans la Chine ancienne), des auteurs ont établi une relation entre certains aspects de l'écriture et certains aspects de la personnalité. Leurs remarques, peu nombreuses, sont demeurées éparses. Une première tentative de systématisation est due à un médecin-philosophe de Bologne, Camillo Baldi (1550-1636), au début du xvii e  siècle. Mais l'œuvre de Baldi ne sera pas […] Lire la suite

GREUZE JEAN-BAPTISTE (1725-1805)

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 2 730 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Gestes et expression »  : […] Au temps de sa vogue, Greuze plut bien davantage par ses compositions dramatiques que par ses admirables têtes d'expression. De prime abord, il avait perverti sa peinture de prestiges littéraires conformes aux aspirations des classes dominantes. Il a projeté dans l'espace pictural l'organisation scénique des drames bourgeois. Aux conventions symboliques de la peinture de genre, marquées par le rôl […] Lire la suite

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 004 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] Beaucoup d'écrivains ont été des admirateurs et des partisans déclarés de Lavater. En Allemagne, il faut citer Goethe, qui fut un grand ami et collabora de près aux Fragments avant de se brouiller avec lui, mais aussi Jean-Paul Richter, Novalis, Schopenhauer... En France, Madame de Staël, Senancour, Chateaubriand, George Sand, Stendhal, Balzac, Baudelaire figurent parmi les lavatériens convaincu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine FAIVRE, « LAVATER JOHANN-CASPAR - (1741-1801) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-caspar-lavater/