LÉVI ALPHONSE LOUIS CONSTANT dit ÉLIPHAS (1810-1875)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un cordonnier parisien, Alphonse-Louis Constant entra au séminaire de Saint-Sulpice à Paris, qu'il quitta en 1836 après avoir été ordonné diacre. Les idées utopistes et humanitaires du temps l'absorbent alors tout entier : il se lie d'amitié en 1838 avec la socialiste Flora Tristan ; collabore avec Alphonse Esquiros à une revue qui révèle au public ses dons de dessinateur. Songeant encore parfois à accéder à la prêtrise, il y renonce définitivement à la suite d'un séjour, en 1839-1840, à l'abbaye de Solesmes où il a lu les gnostiques et Mme Guyon. Surveillant au collège de Juilly, où ses supérieurs le maltraitent, il compose, au grand scandale du clergé et des bien-pensants, La Bible de la liberté (1841), qui lui vaut d'être condamné la même année comme révolutionnaire et disciple de Lamennais (la prison dans laquelle il purge sa peine huit mois durant abrite aussi celui-ci) ; il y lit Swedenborg. En 1843, il illustre des livres d'Alexandre Dumas et raconte, dans La Mère de Dieu, les misères de sa jeunesse. Mais c'est dans Le Livre des larmes (1845) qu'il développe pour la première fois des notions ésotérisantes. On le condamne encore à six mois de prison pour La Voix de la famine (1847), dont il ne fut pourtant pas le véritable auteur ; puis, la révolution de 1848 lui donnant plus de liberté, il commence à diriger une revue et un club.

En 1851, il collabore au Dictionnaire de littérature chrétienne de l'abbé Migne, et rencontre sans doute Hoëné Wronski, dont l'œuvre fait sur lui une impression durable et l'oriente vers le messianisme napoléonien et la pensée mathématique. Il prend alors le nom d'Eliphas Lévi, se rend à Londres en 1854, y rencontre sir E. Bulwer-Lytton, évoque avec lui des esprits, dont celui d'Apollonius de Tyane, qui leur serait apparu tangiblement. Revenu en France, il achève son ouvrage intitulé Dogme et rituel de haute-magie qui paraît de 1854 à 1856, sous la signature d'E. Lévi. Alors commence le succès, mais non la fortune. En 1859, l'Histoire de la magie le consacre en attirant à lui la plupart des ésotérisants français (notamment He [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification

Autres références

«  LÉVI ALPHONSE LOUIS CONSTANT dit ÉLIPHAS (1810-1875)  » est également traité dans :

ÉSOTÉRISME

  • Écrit par 
  • Serge HUTIN
  •  • 7 491 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ésotérisme, occultisme, théosophie »  : […] C'est par un grave abus de langage que les mots « ésotérisme » et « occultisme » se trouvent si volontiers confondus de nos jours. Occultisme est un néologisme, forgé au début du xix e  siècle par Éliphas Lévi (de son vrai nom Alphonse-Louis Constant). Comment définir la différence majeure entre les deux termes ? Qui dit ésotérisme sous-entendrait ipso facto l'indissociable complémentarité des […] Lire la suite

OCCULTISME

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 1 325 mots

Dans le chapitre « L'origine du mouvement »  : […] Dérivé de l'adjectif « occulte » (du latin occultus , « caché »), le terme d'occultisme est apparu assez récemment dans les années qui ont suivi la mort de son inventeur Éliphas Lévi (A. L. Constant, 1810-1875). L'usage de ce substantif a consacré un sens inadéquat qu'un humaniste du xvi e  siècle, H. C. Agrippa, avait vulgarisé par le titre même de son traité célèbre : De occulta philosophia . Da […] Lire la suite

TAROT

  • Écrit par 
  • Thierry DEPAULIS
  •  • 3 195 mots

Dans le chapitre « Le tarot divinatoire et occultiste »  : […] Mais le xviii e  siècle voit une autre mutation se produire : c'est en France, pôle de rayonnement du jeu, exportant ses productions même en Italie que prend naissance une tradition ésotérique aujourd'hui largement diffusée, notamment à travers la cartomancie. La publication, en 1781, du huitième volume du Monde primitif d'Antoine Court de Gébelin (1725-1784) en donne le coup d'envoi : à la reche […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine FAIVRE, « LÉVI ALPHONSE LOUIS CONSTANT dit ÉLIPHAS - (1810-1875) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/levi-alphonse-louis-constant-dit-eliphas/