VAUGHAN THOMAS (1622-1665)

Théosophe et alchimiste, frère jumeau du célèbre poète Henry Vaughan (1622-1695), Thomas Vaughan est aussi un versificateur d'un certain talent. Parmi les ésotéristes qui sont si nombreux dans l'Angleterre du xviie siècle, il est l'un des plus souvent cités ; mais son œuvre (The Works of Thomas Vaughan, Mystic and Alchemist [Eugenius Philalethes], New York, 1968) est encore peu étudiée ; elle mériterait pourtant un examen approfondi, car l'alchimie de Vaughan, à la fois spirituelle et matérielle, intéresse autant la psychologie de l'imaginaire que l'histoire des courants de pensée de cette époque (S. Hutin, Les Disciples anglais de Jacob Böhme, Paris, 1960).

Thomas Vaughan, qui s'appelle aussi Eugenius Philalethes (ce qui l'a fait confondre avec Irénée Philalethes), étudie à Oxford, recueille l'enseignement d'Agrippa mais aussi de tout l'hermétisme traditionnel. Ses pages sur la lumière divine et le feu, d'une incontestable beauté (Lumen de lumine, or a New Magical Light, 1650 ; Aula lucis or the House of Light, 1651), peuvent être comparées à celles de Robert Fludd malgré leurs différences sur le plan théosophique. Vaughan contribue à faire connaître en Angleterre les « manifestes » rose-croix de Tübingen (1615-1616) en les publiant pour la première fois en anglais en 1652. Enfin, la controverse qui l'oppose à Henry More, le « platonicien de Cambridge », permet à chacun des deux penseurs de préciser ses idées sur ce que Vaughan appelle la nature ignée de l'âme. Cette polémique ne fait pas toujours honneur à More, qui, universitaire de Cambridge, semble quelque peu mépriser l'ancien étudiant d'Oxford, en qui il voit, à tort, un cryptomatérialiste ou, comme il l'appelle, un « psychopyriste ».

—  Antoine FAIVRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification

Pour citer l’article

Antoine FAIVRE, « VAUGHAN THOMAS - (1622-1665) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-vaughan/