GUAÏTA STANISLAS DE (1861-1897)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Lorraine, ami de Maurice Barrès qu'il fit adhérer au martinisme, curieux de sciences secrètes et d'alchimie mais intoxiqué par les stupéfiants, Stanislas de Guaïta mourut prématurément. Initié à l'ésotérisme chrétien par Éliphas Lévi, et aux grands mystères en général par Fabre d'Olivet, il exaltait la « tradition chrétienne » et prôna une synarchie qui devait marquer l'avènement d'un spiritualisme aboutissant au royaume de Dieu.

C'est dans cet esprit qu'il fonda en 1889 l'ordre kabbalistique de la Rose-Croix, dont firent aussitôt partie Papus et Peladan. Celui-ci s'en sépara pour fonder un autre ordre (la Rose-Croix catholique) ; et, en 1893, l'ordre de Guaïta fut attaqué par Huysmans, qui l'accusa d'envoûter à distance l'abbé lyonnais Boullan. Des duels s'ensuivirent ; Huysmans et Jules Bois s'opposèrent à Papus et à Guaïta. Stanislas est alors « ce jeune poète dans le goût baudelairien et à qui Mendès venait de révéler Éliphas Lévi », écrit Alain Mercier dans Les Sources ésotériques et occultes de la poésie symboliste, 1870-1914 (1969). Mais Mercier ajoute que Guaïta poète (Les Oiseaux de passage, 1881 ; La Muse noire, 1883 ; Rosa mystica, 1885) « par son classicisme de forme et d'écriture, est plus proche des parnassiens que des symbolistes », si bien qu'il y eut en lui deux êtres distincts : « l'hermétiste aristocrate et généreux d'une part, le poète tourmenté et inquiet d'artifices d'autre part ».

Guaïta a laissé un nom, finalement, dans l'histoire des idées au sens large (Le Temple de Satan, 1891 ; Essais de science maudite, 1890-1897) plus que dans l'histoire littéraire.

—  Antoine FAIVRE

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification

Autres références

«  GUAÏTA STANISLAS DE (1861-1897)  » est également traité dans :

OCCULTISME

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 1 325 mots

Dans le chapitre « Les occultistes de la Belle Époque »  : […] Dans un ouvrage important pour l'histoire de l'occultisme dans les dernières années du xix e  siècle, Les Compagnons de la Hiérophanie , Victor-Émile Michelet a retracé avec beaucoup de talent les aventures chevaleresques et les conditions souvent pittoresques d'une quête juvénile et enthousiaste du « savoir perdu » grâce à laquelle devait apparaître le mouvement occultiste de la Belle Époque, ill […] Lire la suite

PELADAN JOSEPH dit JOSÉPHIN (1859-1918)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 442 mots

Partisan de l'ésotérisme et fondateur d'un ordre rosicrucien catholique, Joséphin Peladan, qui se donnait le titre de sâr, hérité, prétendait-il, d'un ancêtre roi babylonien, faisait grand cas de Fabre d'Olivet tout comme son contemporain Stanislas de Guaïta, le fondateur, en 1889, de l'Ordre kabbalistique de la Rose-Croix. Peladan entra immédiatement dans cet ordre, en même temps que Papus, mais […] Lire la suite

ROSE-CROIX

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 3 045 mots

Dans le chapitre « Les ordres contemporains »  : […] Aux xix e et xx e siècles, comme par le passé, on s'empare d'un nom sonore et fascinant sans se donner la peine de préciser la doctrine enseignée par ceux qui avaient été les premiers à se réclamer de lui. On se contentera de citer quelques noms d'ordres créés çà et là ; la liste est loin d'être exhaustive. En 1867 naît en Angleterre la Societas Rosicruciana in Anglia, qui est d'inspiration auth […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine FAIVRE, « GUAÏTA STANISLAS DE - (1861-1897) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stanislas-de-guaita/