Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SAINT-MARTIN LOUIS CLAUDE DE (1743-1803)

Celui qui s'appelait lui-même le « philosophe inconnu » apparaît aujourd'hui comme un des penseurs français les plus profonds, un des meilleurs écrivains du xviiie siècle. Il reste en tout cas le plus grand théosophe de son époque. Il se présente aussi comme une des figures les plus attachantes du préromantisme, comme un des hommes dont la pensée va féconder profondément, de façon diffuse ou directe, les générations suivantes. Balzac lui doit beaucoup, et pas seulement dans Séraphita ; les romantiques allemands, en premier lieu le philosophe munichois Franz von Baader, lui doivent encore plus. En lui Joseph de Maistre voyait « le plus instruit, le plus sage et le plus élégant des théosophes ».

Le « philosophe inconnu »

Né à Amboise, issu de la petite noblesse, Louis Claude de Saint-Martin, d'abord étudiant en droit, obtint en 1765 un brevet de sous-lieutenant au régiment de Foix alors stationné à Bordeaux. Le théosophe thaumaturge Martines de Pasqually (vers 1710-1774), dont la doctrine se présentait comme la clef de toute théosophie judéo-chrétienne, s'était établi l'année précédente en cette ville. Il avait fondé vers 1754 un ordre des élus cohens (prêtres élus) au sein duquel il enseignait les opérations théurgiques, inséparables de cette doctrine même, destinées à faire apparaître les esprits angéliques. Saint-Martin fut admis dès 1765 dans cet ordre dont l'enseignement et les rites lui fournirent définitivement l'essentiel de sa philosophie et les thèmes principaux qu'il ne cessa de développer dans toutes ses œuvres. Il quitta l'armée en 1771 pour se consacrer à sa vocation et fut le secrétaire de Martines pendant plusieurs mois.

En 1773 et 1774, il demeura à Lyon chez Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824). Cet autre disciple de Martines fonda en 1778 la franc-maçonnerie « rectifiée », dans laquelle il allait faire passer l'essentiel de la théosophie martinésiste. Au cours de ce séjour chez Willermoz, Saint-Martin rédigea son premier ouvrage, Des erreurs et de la vérité, ou les Hommes rappelés aux principes de la science. Quand parut ce livre, en 1775, l'auteur se trouvait à Paris et devint déjà le « Philosophe inconnu » qu'il allait rester pour la postérité.

Le Tableau naturel des rapports qui unissent Dieu, l'homme et l'univers (1782) reprend et prolonge les enseignements des Erreurs... Dès cette époque, Saint-Martin se détache des voies actives de la magie pour s'orienter dans une direction de plus en plus « intérieure » ; il se défie même de la franc-maçonnerie, malgré une appartenance de courte durée au rite rectifié de Willermoz. Le séjour de Saint-Martin à Strasbourg (1788-1791) peut être considéré comme un événement historique : il y rencontre en effet Mme de Böcklin qui lui révèle la philosophie de Jakob Böhme (1575-1624).

Après L'Homme de désir (1790), un des plus beaux livres de la langue française, puis Le Nouvel Homme et Ecce homo (destiné à instruire la duchesse de Bourbon), parus en 1792, il écrit principalement sous l'influence de Böhme, dont il concilie l'enseignement avec celui de son « premier maître » Martines. En même temps débute sa correspondance théosophique avec le Bernois Niklaus Anton Kirchberger (1739-1799). De 1795 date la célèbre controverse de Saint-Martin avec Garat. Ses idées sur la Révolution française, exposées brillamment dans plusieurs opuscules, ressemblent beaucoup à celles de Joseph de Maistre qui exprime presque simultanément les siennes. Saint-Martin voit dans ce bouleversement un châtiment provisoire envoyé par la Providence, dû à la décadence des trônes et des autels ; c'est pourquoi il n'hésite pas à monter la garde devant le Temple où l'on a enfermé Louis XVII. Puis il écrit d'autres ouvrages, dont Le Ministère de l'homme-esprit[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section), professeur à l'université de Bordeaux-III

Classification

Pour citer cet article

Antoine FAIVRE. SAINT-MARTIN LOUIS CLAUDE DE (1743-1803) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • BAADER FRANZ XAVER VON (1765-1841)

    • Écrit par
    • 852 mots

    Théosophe allemand, qu'il serait malaisé de classer dans un système ; aussi bien aucun parti politique ou philosophique allemand ne s'est-il jamais réclamé de lui. Catholique, Franz von Baader a passé presque toute sa vie à prêcher le rapprochement avec l'Église orthodoxe, mais les théologiens officiels...

  • MARTINES DE PASQUALLY (1710-1774)

    • Écrit par
    • 990 mots

    D'origine incertaine, Martines de Pasqually, personnage dont l'évolution spirituelle reste encore mal connue faute de documents, apparaît tout à coup vers 1754 ; il commence alors une carrière de thaumaturge, surtout de théurge, et s'impose d'emblée comme un théosophe considérable, un mage nanti...

  • PAPUS GÉRARD ENCAUSSE dit (1865-1916)

    • Écrit par
    • 855 mots

    Défenseur de l'occultisme et cofondateur de l'Ordre martiniste, né en Espagne, d'un père français et d'une mère espagnole, Gérard Encausse passa toute sa jeunesse à Paris, où il fut reçu docteur en médecine. Avant même de terminer ses études, il s'était donné pour tâche de lutter contre...

  • WILLERMOZ JEAN-BAPTISTE (1730-1824)

    • Écrit par
    • 706 mots

    Disciple de Martines de Pasqually et lui-même personnage important dans l'histoire de la maçonnerie. Lyonnais, issu de famille franc-comtoise, Jean-Baptiste Willermoz exerce le métier de soyeux ; vite installé à son compte, il dirige une affaire prospère. Dès l'âge de vingt ans, il se passionne...