SPORT (Disciplines)L'athlétisme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion de record et les champions

En athlétisme, la notion de record est essentielle. Avoir son nom couché sur la liste des recordmen ou recordwomen du monde apporte un prestige incontestable. En demi-fond, souvent, les courses des meetings ne sont plus des compétitions pour la victoire, mais des tentatives menées par un champion, aidé par des « lièvres », pour battre le record du monde. Certains records marquent plus les esprits que d'autres, si la progression par rapport au record précédent est importante, si une « barrière » est franchie, ou s'ils « tiennent » des années durant.

Les moyens les plus sophistiqués sont employés pour que l'homologation d'un record soit incontestable : le chronométrage électronique au centième de seconde pour les courses, des appareils optiques pour mesurer sauts et lancers...

Il n'en fut pas toujours ainsi. Rappelons que la première liste officielle des records du monde ne fut publiée qu'en 1914 pour les hommes et en 1936 pour les femmes. La lutte opposant Britanniques et Américains au xixe siècle avait engendré des « records » farfelus, destinés à marquer l'esprit des foules et à attirer le public. Parmi les plus « surprenants », citons un 100 yards couvert en 9 s 1/4 en 1844 par l'Américain George Seward, un 440 yards gagné par le Britannique Harold Reed en 48 s 1/2 en 1849, un 880 yards remporté par l'Anglais James Nutall en 1867 en 1 min 53 s 3/4, un saut en longueur de 9,02 mètres par l'Anglais John Howard en 1854 !

Le sprint

Pour ce qui est du sprint court, si l'on peut retenir les 10 s 2/5 de l'Américain Charles Paddock en 1921 sur 100 mètres, le nom de Jesse Owens se détache. En 1936, il établit le record du monde du 100 mètres à 10,2 s, performance qui ne sera améliorée qu'en 1956 ; toujours en 1936, il court le 200 mètres en 20,7 s, temps qui ne sera battu qu'en 1951. En 1960, l'Allemand Armin Hary est le premier à courir le 100 mètres en 10 secondes ; mais il a été avantagé par un départ suspect et un chronométrage manuel indulgent (le chronométrage électronique indiquait 10,24 s). Autrement impressionnante est la performance de l'Américain Bob Hayes lors des Jeux de Tōkyō : s'il réalise également 10 secondes, son exploit a été effectué sur une cendrée friable et gorgée d'eau, et le chronométrage électronique officieux indiquait 9,99 s. En 1968, lors des Jeux de Mexico, l'Américain Jim Hines est le premier homme à courir le 100 mètres en moins de 10 secondes au chronométrage électronique (9,95 s) ; il bénéficiait de l'avantage de l'altitude, qui permet une meilleure pénétration dans l'air, et courait sur une piste en Tartan, nettement plus efficace que la cendrée. Il faudra attendre 1983 pour que l'Américain Calvin Smith fasse mieux (9,93 s), lui aussi en altitude. Carl Lewis (9,86 s en 1991) détiendra lui aussi le record. En 1999, son compatriote Maurice Greene portera le record du monde du 100 mètres à 9,79 s. En 2008, le Jamaïquain Usain Bolt court la distance en 9,69 s aux Jeux de Pékin. En 2009, lors des Championnats du monde de Berlin, il porte le record du monde à 9,58 s.

Jesse Owens

Photographie : Jesse Owens

L'athlète américain Jesse Owens (1913-1980), quadruple médaillé d'or (100, 200, 4 fois 100 mètres et saut en longueur) aux jeux Olympiques de Berlin, en 1936. 

Crédits : Getty Images/ Getty Images

Afficher

Bob Hayes

Photographie : Bob Hayes

Le 15 octobre 1964, sur la piste en cendrée de Tokyo, l'athlète américain Bob Hayes (702, au premier plan) devient champion olympique du 100 mètres en 10 secondes. Il devance tous ses concurrents de plus de 2 mètres. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Jim Hines

Photographie : Jim Hines

Le 14 octobre 1968 à Mexico, lors de la finale du 100 mètres des jeux Olympiques, l'athlète américain Jim Hines (pleine piste), dans un style tout en puissance, déborde son compatriote Charles Greene (à la corde) et le Jamaïcain Lennox Miller (536). À l'arrivée, le chronométrage... 

Crédits : Tony Duffy/ Allsport/ Getty Images

Afficher

L'Américain Tommie Smith réalise 19,83 s sur 200 mètres à Mexico en 1968 ; l'Italien Pietro Mennea est chronométré en 19,72 s en 1979, toujours à Mexico. Son temps ne sera battu qu'en 1996 par l'Américain Michael Johnson (19,66 s, puis, lors des Jeux d'Atlanta, un incroyable 19,32 s). Ce record tombera en 2008, aux Jeux de Pékin : le Jamaïquain Usain Bolt réalise 19,30 s. En 2009, lors des Championnats du monde de Berlin, Bolt améliore encore sa performance (19,19 s).

Tommie Smith et John Carlos

Photographie : Tommie Smith et John Carlos

Les athlètes américains Tommie Smith, vainqueur, et John Carlos, troisième, sur le podium du 200 mètres aux jeux Olympiques de Mexico, en 1968. Ils lèvent un poing ganté de noir, symbole du Black Power, pour protester contre la ségrégation raciale. 

Crédits : John Dominis/ The LIFE Picture Collection/ Getty Images

Afficher

Sur le sprint long, l'Américain Lon Myers était un redoutable compétiteur. En 1879, il fut le premier à réaliser moins de 50 secondes sur 400 mètres (49 s 1/5). En 1960, l'Américain Otis Davis et l'Allemand Carl Kauffmann descendent sous les 45 secondes (44,9 s) lors de la même course, la finale olympique à Rome. En 1968, aux Jeux de Mexico, l'Américain Lee Evans réalise 43,86 s, record qui tiendra vingt ans. Quant à Michael Johnson, il porte le record à 43,18 s en 1999.

Chez les femmes, oublions les performances de la Polonaise Stanislawa Walaciewicz (11,6 s au 100 m en 1937), puisqu'il s'avérera qu'elle était un homme, celles des Allemandes de l’Est, certainement établies avec des méthodes illicites, même si les 47,60 s de Marita Koch sur 400 mètres en 1985 mériteraient le respect. Les deux records du monde établis en 1988 par l'Américaine Florence Griffith-Joyner (10,49 s sur 100 m et 21,34 s sur 200 m) sont eux aussi entachés de suspicion. Retenons plutôt la grâce de l'Américaine Wilma Rudolph (11,2 s sur 100 m en 1961 et 22,9 s sur 200 m en 1960) ou les performances de la Française Marie-José Pérec, triple championne olympique et double championne du monde (48,25 s sur 400 m en 1996).

Florence Griffith-Joyner, gagnante du 100 mètres aux Jeux de Séoul, 1988

Photographie : Florence Griffith-Joyner, gagnante du 100 mètres aux Jeux de Séoul, 1988

Le 25 septembre 1988 à Séoul, l'athlète américaine Florence Griffith-Joyner (1959-1998) survole le 100 mètres olympique. Bien qu'elle n'ait jamais été convaincue de dopage, sa mort brutale, à 39 ans, laisse place à toutes les interrogations. 

Crédits : Allsport UK / Allsport/ Getty Images

Afficher

Les courses de haies

Sur 110 mètres haies, le premier record du monde est établi en 1900 par l'Américain Alvin Kraenzlein (15 s 3/5). En 1936, son compatriote Forrest Towns fait progresser le record de 14,1 s à 13,7 s. En 1981, l'Américain Renaldo Nehemiah est le premier à courir la distance en moins de 13 secondes (12,93 s). Le Chinois Liu Xiang (12,88 s, 2006), le Cubain Dayron Robles (12,87 s, 2008) détiennent eux aussi le record, que l’Américain Aries Merritt améliore très nettement en 2012 (12,80 s).

Sur 400 mètres haies, l'Américain Glenn Harding établit en 1934 un record du monde (50,6 s) qui tiendra dix-neuf ans. Mais la grande vedette de la spécialité est son compatriote Edwin Moses, invaincu durant cent vingt-deux courses du 26 août 1977 au 4 juin 1987, qui établit le record du monde en 47,02 s en 1983. Son compatriote Kevin Young améliore cette performance aux jeux Olympiques de Barcelone en 1992 (46,78 s). Felix Sanchez (république Dominicaine), médaillé d'or aux Jeux en 2004 puis en 2012, figure aussi parmi les grands noms du 400 mètres haies.

Le demi-fond

Lon Myers améliore sept fois le record du monde du 800 mètres de 1880 à 1885 (de 1 min 56 s 1/5 à 1 min 55 s 2/5). La performance de l'Allemand Rudolph Harbig en 1939 (1 min 46,6 s) mérite d'être mentionnée, car ce record du 800 mètres tiendra jusqu'en 1955. En 1962, le Néo-Zélandais Peter Snell réalise moins de 1 min 45 s (1 min 44,3 s). En couvrant la distance en 1 min 41,73 s en 1981, le Britannique Sebastian Coe établit un record qui résistera à tous les assauts jusqu'à 1997 (1 min 41,11 s par le Danois d'origine kenyane Wilson Kipketer). En 2012, aux jeux Olympiques de Londres, le Kenyan David Rudisha remporte la course en réalisant 1 min 40,91 s.

Sebastian Coe, 1984

Photographie : Sebastian Coe, 1984

En 1984 à Los Angeles, l'athlète britannique Sebastian Coe conserve le titre olympique du 1 500 mètres qu'il avait conquis quatre ans plus tôt à Moscou. C'est pourtant son record sur 800 mètres (1 min 41,72 s le 10 juin 1981) qui marque les esprits. 

Crédits : Steve Powell/ Allsport/ Getty Images

Afficher

Sur 1 500 mètres, le Français [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Carl Lewis, 1993

Carl Lewis, 1993
Crédits : Gray Mortimore/ Getty Images

photographie

Edwin Moses

Edwin Moses
Crédits : Bob Martin/ Allsport/ Getty Images

photographie

Marie-José Pérec et Merlene Ottey

Marie-José Pérec et Merlene Ottey
Crédits : Ross Kinnaird/ Allsport/Getty Images

photographie

Michael Johnson

Michael Johnson
Crédits : Mike Powell/ Allsport/ Getty

photographie

Afficher les 32 médias de l'article


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  SPORT  » est également traité dans :

SPORT (Histoire et société) - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PARIENTÉ
  •  • 12 538 mots
  •  • 5 médias

Entre la naissance de l'acte sportif, accompli par l'homme primitif et les épreuves que des centaines de millions de spectateurs suivent avec passion aujourd'hui, quand ils n'y participent pas, subsiste un fil conducteur que les aléas de l'évolution ne sont pas parvenus à rompre.« Le sport, a écrit Jean Giraudoux, est le seul moyen de conserver dans l'homme les qualités de l'homme primitif. Il ass […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Sociologie

  • Écrit par 
  • Christian POCIELLO
  • , Universalis
  •  • 9 877 mots
  •  • 3 médias

Terme polysémique, le sport a toutes les apparences d'un paradoxe. Alors qu'il est connu de tous et le sujet des conversations les plus quotidiennes, les meilleurs experts ne parviennent pas à le définir avec précision. Parce qu'il rassemble en lui la libre expression du corps exultant dans la consumation de ses énergies et le travail technique rigoureux v […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Économie

  • Écrit par 
  • Wladimir ANDREFF
  •  • 6 790 mots
  •  • 2 médias

L'expression française « économie du sport » confond ce que l'anglais distingue : un secteur de l'économie (the sports economy) et une analyse économique du sport (sports economics). Cette dernière cherche d'abord à estimer le poids économique du sport. Celui-ci dépend de la demande de sport, laquelle peut être étudiée par grandes catégories : pratiques spor […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Le dopage

  • Écrit par 
  • Jean-François BOURG
  •  • 10 038 mots
  •  • 5 médias

Le dopage est un phénomène social de grande échelle. L'homme n'a jamais pu accepter ses limites physiques ou mentales. Le recours à la cocaïne chez l'écrivain, aux amphétamines chez l'étudiant, aux stimulants chez le manager, aux antidépresseurs chez le tourmenté, aux dopants militaires les plus sophistiqués chez […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - La presse sportive

  • Écrit par 
  • Jacques MARCHAND
  •  • 6 149 mots
  •  • 1 média

La presse sportive se définit « presse comme les autres, sans être tout à fait comme les autres ». Elle est intégrée, aujourd'hui plus qu'hier, à la presse de grande information, aussi bien pour l'écrit, la radio, la télévision que maintenant sur Internet. Elle remplit les mêmes fonctions, elle a les mêmes exigences techniques et éthiques, les mêmes droits, […] Lire la suite

SPORT (Histoire et société) - Sport et argent

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 7 889 mots
  •  • 3 médias

Sport et argent constituent un couple des plus soudés que la crise financière et économique mondiale de la fin des années 2000 et du début des années 2010 semble, en surface du moins, ne pas avoir affecté – peuvent en témoigner les montants des transferts des joueurs de football (94 millions d'euros versés en juin 2009 par le Real Madrid à Manchester United pour recruter le Portugais […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DU SPORT

  • Écrit par 
  • Christophe GERNIGON
  •  • 1 571 mots

En 1887, un peu plus de dix ans avant l’Américain Norman Triplett pourtant considéré comme le fondateur de la psychologie sociale expérimentale, le médecin neurologue français Charles Féré est le premier à démontrer l’effet positif de la présence d’autrui sur la performance humaine, mesurée alors en termes de force exercée sur une poignée dynamom […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le cyclisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 189 mots
  •  • 19 médias

Affaires Festina (1998), Cofidis (2004), opération Puerto (2006), disqualification du « vainqueur » du Tour de France 2006, l’Américain Floyd Landis, mise hors course du maillot jaune de la Grande Boucle, le Danois Michael Rasmussen, en 2007, disqualification rétroactive d’Alberto Contador, premier du Tour en 2010, les sept victoires de […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le football

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 13 406 mots
  •  • 40 médias

« C'est beau un monde qui joue. » L'expression est de Michel Platini. Elle fut mise en exergue à l'occasion de la Coupe du monde 1998 en France. Sport-roi, sport-spectacle, sport populaire, sport universel : ainsi peut se définir le football.La Fédération internationale de football association (F.I.F.A.) ras […] Lire la suite

SPORT (Disciplines) - Le rugby

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 9 372 mots
  •  • 6 médias

Le 27 août 1995 à Paris, Bernard Lapasset, alors président en exercice de l'International Board, déclarait à la presse que l'instance dirigeante du rugby mondial avait décidé de renoncer aux règles relatives à l'amateurisme et d'autoriser « ... toutes les formes de paiement, à tous les niveaux du jeu ». Les primes de match comme les salaires, versés sous le ma […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SPORT (Disciplines) - L'athlétisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-disciplines-l-athletisme/