PSYCHANALYSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Être et pensée

En 1964, cependant, succède à l'élaboration d'un organon la restitution de la dialectique sous-jacente à la psychanalyse. Dans cette vue, l'analyse des opérations logiques dont se soutient le cogito porte au niveau d'une critique de l'ontologie la genèse précédemment développée du rapport du signifiant au sujet.

Le sujet se constitue, en effet, de l'éclipse d'un signifiant ; plus précisément et en vertu de la définition même du signifiant, il émerge, comme sujet désirant, du renvoi métonymique d'un signifiant éclipsé dans la représentation qui est donnée de lui par un autre signifiant.

Le cogito présenté dans la formule d'une disjonction non exclusive – « ou je ne pense pas, ou je ne suis pas » – en vue de l'application des lois de Morgan, se traduira, en tant que réunion de deux ensembles, comme l'expression d'une aliénation. En effet, un même élément pouvant appartenir à chacun des deux ensembles, la réunion ou ensemble formé des éléments appartenant au moins à l'un d'entre eux a pour conséquence un « ni l'un ni l'autre » : de part ou d'autre, un manque. En l'occurrence, et compte tenu de ce que le sens se constitue au lieu de l'Autre, si j'opte pour l'être, le sujet s'éclipse, tombe dans le non-sens ; si j'opte pour le sens, celui-ci est « écorné » de cette partie de sens que nous désignons comme inconscient (Les Quatre Concepts). Le processus est engendré par le développement originaire du signifiant, dont la fonction induit la disparition de l'être, laquelle éclipse une partie du champ de l'Autre.

Envisageons, par ailleurs, la partie commune aux deux ensembles S et A, c'est-à-dire leur intersection. Dans le registre où nous sommes situés, le manque ouvert par la carence de l'Autre (que me veut-il ?) recouvre le manque du sujet, fondant la dialectique du désir. Et par là se trouve tracée la voie de retour du vel de l'aliénation, le sujet revenant à ce point où il s'engendre d'un manque et se caractérise par son éclipse.

Nous aurions donc posé, sur un fondement logique, mais d'une logique prenant relief de ses impasses, les deux dimensions de l'aliénation et de la vérité. Un premier corollaire de la structure ainsi manifestée concerne le « je ». Dire (Logique du fantasme, 1967) que le « je ne pense pas » est écorné du « sens » fait porter l'accent de la négation sur le « je », lequel « n'est, d'être pas, pas sans être » : ce qui nous désigne le ça. Tandis que le « pense », complémentant le « je ne suis pas », désigne l'inconscient.

Formellement, on peut alors observer que la structure ainsi dégagée n'est pas sans analogie avec un groupe de Klein, groupe doté d'un coin quart, constitué d'opérations dont chacune représente son essence dans son résidu et qui tient sa valeur représentative de ce que « s'y close le cycle par quoi l'impasse du sujet se consomme de révéler sa vérité ».

Mais quelle est la portée de cette théorisation ? Aurait-elle à s'autoriser de normes et de critères qui lui soient extérieurs (y aurait-il une vérité de la vérité ?), alors qu'il appartient précisément à l'expérience psychanalytique d'exhumer dans la scission subjective la vérité du désir inconscient ? La démarche de Lacan consiste, au contraire, à faire émerger la problématique de la vérité des variations de la structure quaternaire dont on vient de suggérer l'esquisse.

L'impulsion est donnée par une interprétation critique de la dialectique hégélienne du maître et de l'esclave, rapportée à la topologie des quatre « lieux » – initialement qualifiés de « sites » – de la vérité, de l'agent (initialement repéré comme semblant – fonction primaire de la vérité –, comme exclu de l'adéquation représentative), de l'autre (ou lieu de la différenciation) et du produit. Seront donc, dans le registre du discours du maître, situés : au lieu de la vérité, le sujet barré ; au lieu de l'agent, coupé du sujet par la barre, le signifiant maître S1 (dans lequel a son origine l'imposition de la marque) ; au lieu de l'autre, le S2 (la batterie des signifiants, ou le savoir), substitué au S, dans un rapport métonymique ; au lieu du produit, le a, symbole du plus de jouir, tenant lieu ici de résidu, et renvoyant à son tour au sujet, en retour au lieu de la vérité. Sur ce modèle, pourront se déterminer les types de distribution respectivement caractéristiques des discours de l'hystérique et de l'universitaire, et enfin du discours psychanalytique – ce dernier faisant apparaître : au lieu de la vérité, le savoir inconscient (S2) ; au lieu de l'agent, le plus de jouir ; au lieu de l'autre, le sujet ; au lieu du produit, le signifiant maître (sceau du signifiant en tant que tel).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 26 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PSYCHANALYSE  » est également traité dans :

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Le corps est, en psychanalyse, une réalité difficile à penser, car elle défie les approches physiologiques et philosophiques, et décisive pourtant, puisque la sexualité humaine – considérée dans la jouissance ou dans des activités sublimatoires – a pour terrain le corps érogène, le corps capable d'angoisse et d […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Ce serait une erreur de considérer la psychanalyse comme un corpus scientifique constitué une fois pour toutes, comme un système clos du savoir. Non seulement elle est un système ouvert, mais elle est constitutivement ce qui, dans l'ordre de la connaissance, doit être perpétuellement repensé, relu, réinterpré […] Lire la suite

LACAN JACQUES (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Patrick GUYOMARD
  •  • 6 767 mots

Jacques Lacan a dominé pendant trente ans la psychanalyse en France. Il l'a marquée de son style ; il y laisse une trace ineffaçable. Aimé et haï, adoré et rejeté, il a suivi sa voie sans s'en écarter, ne laissant personne indifférent, s'imposant même à ceux qui ne voulaient pas de lui. Pour les psychanalystes, son œuvre et sa pensée sont incontournable […] Lire la suite

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

La question des rapports entre la psychanalyse et la linguistique est compliquée par deux facteurs. D'une part, ces rapports ont évolué ; ils ont en effet été si profondément transformés par l'œuvre de Jacques Lacan qu'on peut parler à cet égard de coupure. D'autre part, ces rapports ne sauraient se ramener à […] Lire la suite

LITTÉRATURE & PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean BELLEMIN-NOEL
  •  • 7 689 mots

Comment les apports de la psychanalyse peuvent-ils nous aider à apprécier les œuvres littéraires ? Quel bénéfice la critique, quel profit l'art de bien lire et d'aider les autres à mieux lire peuvent-ils retirer d'un savoir qui vise principalement la connaissance et la correction des troubles de la psyché ? I […] Lire la suite

PSYCHANALYSE (théories et pratiques)

  • Écrit par 
  • Jacques SÉDAT
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

La situation de la psychanalyse contemporaine n'est indépendante ni de ses origines, ni de son évolution – tant sur le plan pratique et technique que sur le plan théorique –, ni de la situation présente du politique et de la culture. En outre, le statut même de la psychanalyse, discipline hybride, « sang-mêlé », selon une formule dont Freud se sert pour […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

La découverte des processus inconscients, liée à celle du conflit intrapsychique, se formule fréquemment sous la plume de Freud par le vocable d'opposition (Gegensatz) et, à l'occasion, par l'un de ses dérivés, d'une importance théorique particulière, le concept de couples d'opposés ( […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 908 mots

On peut examiner le rapport de la psychanalyse avec l'art de bien des façons qui toutes peuvent se recommander de Freud. Plutôt que d'entreprendre à nouveau un recensement, mieux fait par d'autres (P. Kaufmann, 1971 ; J.-F. Lyotard, 1969 ; S. Kofman, 1970), de cet éventail, on préfère ici proposer une problématique un peu différente, en partant d'une re […] Lire la suite

RELIGION - Religion et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Antoine VERGOTE
  •  • 3 718 mots
  •  • 1 média

N'étant pas une vision du monde, la psychanalyse, pour Freud, est en principe neutre par rapport à la religion ; celui-ci affirme cependant aussi qu'« en tant que doctrine de l'inconscient psychique elle peut devenir indispensable à toutes les sciences traitant de la genèse de la […] Lire la suite

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Chacun sait aujourd'hui que la psychanalyse a inscrit le rapport à la sexualité au centre de l'expérience humaine et de sa problématique. Disons plus exactement : c'est en tant qu'elle est foncièrement conflictuelle que la sexualité s'inscrit au cœur de la vie psychique, laquelle se trouve elle-même reconnue co […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre KAUFMANN, « PSYCHANALYSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/