Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BLEULER EUGEN (1857-1939)

Psychiatre suisse, né à Zurich, professeur de psychiatrie à l'université de sa ville natale et directeur du célèbre hôpital psychiatrique du Burghölzli. Marqué par les travaux de psycho-physiologie de Wundt et par les idées de Freud, qui lui furent transmises par Jung, alors son assistant, Eugen Bleuler est surtout connu par sa mise en question du concept nosologique de « démence précoce ».

Il crée à ce propos, dans son ouvrage sur la démence précoce (Dementia praecox oder Gruppe der Schizophrenien, 1911), la notion de « groupe des schizophrénies », qui recouvre le cadre monolithique établi par Kraepelin, et il insiste sur les troubles affectifs de la maladie et sur son aspect relationnel, caractérisé par le repli sur soi ou « autisme », la Spaltung (fissure) — fondamentale dans l'activité physique — et l'ambivalence. Mais peu à peu et sans doute par suite d'un éloignement progressif par rapport à l'entourage freudien, Bleuler cesse de privilégier cet aspect affectif et relationnel, ainsi qu'une certaine psychogenèse de la schizophrénie, pour en revenir à une organogenèse de plus en plus stricte, les signes « primaires » de l'affection se limitant alors à des troubles biologiques, qui sont pourtant mineurs sur le plan clinique.

Si l'on considère, outre son travail sur les schizophrénies, son Traité de psychiatrie (Lehrbuch der Psychiatrie, 1re éd. 1911, 12e éd. refondue par M. Bleuler, 1972), on doit reconnaître que ses études ont constitué pour la psychopathologie de la psychose un apport majeur. Sur le plan de l'assistance psychiatrique, Bleuler est aussi le promoteur de méthodes nouvelles qui mirent la Suisse en tête des nations européennes, dans ce domaine, avant la Seconde Guerre mondiale.

— Jacques POSTEL

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : médecin-chef au centre hospitalier Sainte-Anne, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AMBIVALENCE, psychanalyse

    • Écrit par Sylvie METAIS
    • 1 182 mots
    • 1 média

    C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent...

  • CLIVAGE DU SUJET (psychanalyse)

    • Écrit par Alexandre ABENSOUR
    • 1 322 mots
    Le psychiatre suisse Eugen Bleuler, créateur du terme de schizophrénie (du grec schizein, « fendre », et phrên, « esprit ») dans son ouvrage paru en 1911, Dementia Praecox ou groupe des schizophrénies, fait du clivage (ou Spaltung) un des phénomènes majeurs de cette affection psychique. Il...
  • MÉLANCOLIE

    • Écrit par Marie-Claude LAMBOTTE
    • 3 002 mots
    • 2 médias
    Un peu plus tard, en 1920, Bleuler admettait l'incapacité dans laquelle se trouvait la psychiatrie d'élaborer un véritable diagnostic de la psychose maniaco-dépressive, sinon négativement, par rapport aux autres maladies mentales : « Si le malade ne se souvient pas ou bien s'il s'agit d'une première...
  • PSYCHIATRIE

    • Écrit par Jean AYME, François CAROLI, Universalis, Chantal GUÉNIOT, Georges LANTERI-LAURA, Frédéric ROUILLON
    • 16 781 mots
    La période de la psychiatrie moderne commence de façon conventionnelle avec le congrès de Genève-Lausanne, en 1926, où Eugen Bleuler expose en français sa conception de la schizophrénie, pour s'achever à la mort d'Henri Ey (1900-1977). Elle est marquée par certaines influences importantes...

Voir aussi