Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PSYCHODRAME

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

La représentation dramatique ne procure pas seulement une émotion esthétique. Elle mobilise souvenirs, sentiments et imagination. Aristote a, le premier, étudié ses effets psychologiques en soulignant la valeur cathartique de l'action théâtrale : le thème joué suscite chez le spectateur des émotions dont il peut ainsi se dégager. L'usage pédagogique du théâtre date de l'âge classique. Quant à son application thérapeutique, on se plaît à la faire remonter au début du xixe siècle, à l'époque où le directeur de la maison de Charenton fit jouer par des malades mentaux des petites pièces composées par l'un de ses pensionnaires, le marquis de Sade. Mais c'est à Moreno que l'on doit le terme de psychodrame et l'exploitation systématique de l' improvisation dramatique à des fins psychologiques, d'investigation, de traitement ou de formation.

Le théâtre de la spontanéité

Jacob Levy Moreno est né à Vienne en 1892. Tout en poursuivant des études de médecine, il s'intéresse au théâtre et aux recherches qui en renouvellent alors l'expression. Ses préoccupations rejoignent celles de Reinhardt, de Gémier, de Piscator et de Pirandello. En 1921, il crée le « théâtre impromptu » (Stegreiftheater), forme de théâtre en rond où les participants amateurs sont invités à improviser sur scène à partir des nouvelles du jour et de faits divers. L'expérience se poursuit durant trois ans avec un succès modéré, mais elle donne à Moreno l'occasion de découvrir que le jeu dramatique peut aider certains participants à prendre conscience de difficultés psychologiques personnelles et à s'en dégager. En 1925, Moreno émigre aux États-Unis et se fixe bientôt à Beacon, sur l'Hudson. Il y développera le psychodrame, montrant son utilité thérapeutique et, plus largement, son intérêt pour la résolution des conflits humains et l'amélioration des rapports sociaux.

L'inspiration dominante de la méthode est que l'homme, dans le cours naturel de son existence, est prisonnier des rôles qu'il s'est donnés sous la pression de l'entourage. Les jouer sur une scène fictive aide à en prendre conscience et à s'en libérer. En improviser d'autres, se laisser aller dans la représentation dramatique à l'« imagination radicale », c'est redécouvrir la spontanéité et la création originelles, celles de Dieu, mais aussi de l'enfant jeune, auxquelles l'individu, en fait, renonce peu à peu. Le théâtre de la spontanéité est donc libérateur pour tous, mais surtout pour ceux qui sont aliénés dans certains rôles, sources de malentendus et de conflits, ou dans des attitudes pathologiques. Moreno en vient à considérer que c'est dans la vie réelle que l'on doit redécouvrir la spontanéité créatrice. En recréant ses propres rôles sur les lieux mêmes où se vivent les conflits, on retrouve, à l'égard de sa propre vie, le point de vue du Créateur. Le théâtre de la spontanéité débouche ainsi sur le « théâtre permanent », qui, tournant le dos à tout histrionisme, rend au sujet sa liberté première.

À partir de ces intuitions fondamentales, la psychologie de Moreno fait un large usage de la théorie des rôles : les conduites humaines, normales ou déviantes, peuvent être interprétées comme des rôles, induits par les interactions entre le sujet et son entourage. Une telle perspective permettra d'étudier le développement de l'enfant, la formation du caractère, les conflits individuels et sociaux, certains aspects de la pathologie mentale. La thérapeutique psychodramatique s'appliquera donc aussi bien à des troubles du caractère qu'à un conflit conjugal ou à une situation de tension dans un groupe.

La technique du psychodrame a pour objectif principal d'assurer au jeu dramatique le maximum de spontanéité.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de psychiatrie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, chef de service de psychiatrie (adultes) au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière

Classification

Pour citer cet article

Daniel WIDLÖCHER. PSYCHODRAME [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • GROUPE SOCIAL

    • Écrit par et
    • 11 404 mots
    • 1 média
    ...sociogramme, des hypothèses précises en ce qui concerne la structure des groupes primaires. De la même façon, les expériences thérapeutiques non contrôlées ( psychodrame et sociodrame), auxquelles Moreno procéda plus tard, sont saisissantes par les changements qu'elles provoquent et par la soudaine lumière qu'elles...
  • JEUX DE RÔLE

    • Écrit par et
    • 2 425 mots
    • 1 média
    ...les jeux de rôle émergent parmi les loisirs, le principe existe depuis longtemps. En 1921, le médecin psychiatre viennois Jacob Levy Moreno invente le psychodrame, technique de psychothérapie de groupe, qui repose sur le fait que des comportements peuvent être modifiés simplement en rejouant les...
  • MORENO JACOB LEVY (1892-1974)

    • Écrit par
    • 564 mots

    Pionnier de la psychothérapie de groupe, de la sociométrie et du psychodrame, Jacob Levy Moreno, fils d'émigrés juifs, fit ses études de médecine et de philosophie à Vienne, où il se livra à ses premières expériences auprès de groupes d'enfants, de prostituées et de réfugiés. Il alla s'établir...

  • PSYCHOTHÉRAPIES

    • Écrit par
    • 7 358 mots
    • 1 média
    Parmi les psychothérapies de groupe, principalement les différents types de psychodrames, on distingue deux méthodes. Dans le cadre de la première, introduite par Jacob Levy Moreno, le sujet improvise, sur un thème choisi par lui, un jeu de rôle qui facilite l’expression de ses conflits personnels....