PULSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'opposition de l'animal et de l'homme était traditionnellement fondée sur celle de l'instinct et de l'intelligence, l'activité mécanique biologiquement déterminée servant de repoussoir à la valorisation de l'abstraction intellectuelle et de la liberté. À cette représentation de l'homme, Freud porte atteinte par le concept de pulsion comme fonds originaire du développement humain qu'il marque par son ancrage dans le corps et qu'il désigne comme source de tous les progrès ultérieurs. Un premier problème se pose : celui de la relation entre l'instinct et la pulsion. L'étude de cette relation s'éclairera par l'analyse du schéma conceptuel de la pulsion, laquelle apparaîtra alors comme montée à la manière d'un appareil, mais de telle sorte qu'on saisisse mieux comment ses pièces ou ses éléments constitutifs sont susceptibles d'une certaine indépendance de fonctionnement tout en demeurant interdépendants. La solidarité ne se fondera plus sur un acte à accomplir qui soumet le montage à un déroulement fixe, mais sur ce qui maintient le rapport des rouages entre eux à travers une exigence de travail qui présidera aux transformations de la pulsion. Cette diversité de fonctionnement, si elle témoigne à l'origine d'une fragmentation des activités pulsionnelles, appelle ultérieurement leur unification. Un tel rassemblement montre que ce qui se présente sous une forme semblant aller de soi, comme dans la sexualité adulte, est le fruit d'un développement capable d'arrêts, de déviations, ainsi que nous l'apprennent les perversions, qui éclairent en retour le parcours de la sexualité normale. Toutes ces formes déviées de leur cours habituel indiquent que les pulsions partielles peuvent se transformer, avant leur confluence dans la génitalité, les unes dans les autres.

Ces transformations ne doivent pas donner l'image d'un système de permutations infinies qui serait seulement borné par la notion d'une évolution plus ou moins idéale. Le regroupement ne s'opère que pour mieux faire ressortir une division fondamentale, un conflit de deux grands groupes pulsionnels : conflit qui est susceptible de moments d'alliance et de mixage, mais demeure fondé sur un antagonisme irréductible. Le principe de ces regroupements sera néanmoins difficile à cerner, qui amènera Freud à varier sur l'individualisation du facteur « antisexuel » : il sera conçu d'abord comme extérieur à la sexualité (l'autoconservation), ensuite comme concurrent à l'intérieur de la sexualité (opposition du moi et de l'objet), enfin comme radicalement opposé à l'émergence de la pulsion sexuelle, dans la tendance au retour au zéro de la pulsion de mort. Cette dernière formulation par Freud de la théorie des pulsions a mis les psychanalystes devant l'énigme d'une contradiction sur laquelle ils se posent encore beaucoup de questions : comment une poussée active peut-elle aspirer à son propre anéantissement ?

Instinct et pulsion

Les raisons qui conduisent à examiner la problématique des rapports entre instinct et pulsion sont doubles. Les unes sont dues à une ambiguïté terminologique, sans correspondance en français, de l'allemand qui admet deux termes : Instinkt, d'origine latine, et Trieb, d'origine germanique. Les autres tiennent au fait que le champ de la psychanalyse s'est constitué dans le domaine de la sexualité, qui avait été comprise avant Freud comme l'expression de l'« instinct sexuel » selon une conception restrictive qui liait celui-ci à la génitalité. Or Freud fait éclater ce cadre restreint de l'instinct et préfère, dans l'ordre des concepts directeurs, le terme qui privilégie un des aspects de l'Instinkt jugé par lui le plus essentiel dans l'organisation humaine : la force « poussante » du Trieb.

Au temps où Freud écrit, l'instinct est encore envisagé sous la forme d'actes obéissant à un schéma immuable, fixé une fois pour toutes, d'un déroulement implacable. S'il lui arrive exceptionnellement d'employer le terme Instinkt, Freud continue à réserver à celui-ci une telle acception, qui est étrangère à ce qu'il va désigner comme pulsion. Toutefois, les biologistes ont parfois employé le mot Trieb dans le même sens qu'instinct. L'évolution de la biologie et de l'éthologie tend de plus en plus à contester l'autonomie de l'instinct et à prendre en considération le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : psychanalyste, ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, membre de la Société psychanalytique de Paris

Classification

Autres références

«  PULSION  » est également traité dans :

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Spatialité de la pulsion »  : […] Cette plasticité du corps érogène, contigu au corps physiologique et presque homogène au dit du désir – à ceci près que le dit est du côté de l'interdit, alors que l'érogénéité vise la réalisation d'un plaisir inactualisable, mais figuré par pantomime –, se trouve redéfinie en 1915 par le concept de pulsion, qui lie des éléments hétérogènes : la poussée, le but, l' objet et la source. Tous ces ter […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Les formes classiques du dualisme freudien »  : […] Freud a toujours présenté les grandes dualités qui forment l'ossature de ses conceptions métapsychologiques sous le chef exclusif de la catégorie d'« opposition ». Celle-ci articule une grande variété de termes couplés, entretenant parfois, d'ailleurs, de complexes rapports d'interférence, en raison de la formulation progressive des vues freudiennes, situation qui pose notamment le problème de l' […] Lire la suite

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Des pulsions partielles au concept de castration »  : […] De fait, la théorie psychanalytique ne pouvait éviter d'interroger de plus près le rapport de difficile voisinage du sexuel et du psychique ; et c'est ce qu'aborde Freud avec la théorie des pulsions. Ce qu'il faut retenir de l'expérience sur ce point, c'est que la sexualité n'est représentée dans le psychisme, n'y a son accès et son efficacité que sous la forme de «  pulsions partielles », c'est-à […] Lire la suite

INCONSCIENT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 270 mots

Dans le chapitre « Freud, héritier de Schopenhauer »  : […] Dans l’élaboration de ses théories, Freud aurait pu se réclamer de Nietzsche dont il est souvent étonnamment proche. Mais il ne cessa d’affirmer qu’il « refusait de lire Nietzsche de peur d’être influencé par lui ». En revanche, il reconnut volontiers sa dette à l’égard de Schopenhauer. La « Volonté » schopenhauerienne devient « libido » chez Sigmund Freud. Tout comme l’auteur du Monde comme vo […] Lire la suite

INTÉRÊT, sciences humaines et sociales

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Apport critique de la psychose »  : […] Portée par le commentaire du cas Schreber au cœur de la réflexion freudienne, l'analyse de la psychose a renouvelé l'analyse de l'intérêt, en la situant dans une perspective nouvelle, qui est celle de l'analyse du moi. Renouvellement profond dans la mesure où il affecte plusieurs aspects de l'intérêt – que laisserait dans l'ombre le legs de l'analyse de la névrose. Le problème est de comprendre d […] Lire la suite

REFOULEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre FISZLEWICZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le mécanisme du refoulement »  : […] Le refoulement est l'un des destins possibles d'une motion pulsionnelle. Le concept de pulsion, déclare Freud, « est un concept limite entre le psychique et le somatique, comme le représentant psychique d'excitations issues de l'intérieur du corps et parvenant au psychisme, comme une mesure de l'exigence du travail qui est imposé au psychique en conséquence de la liaison au corporel ». La vie psy […] Lire la suite

INVESTISSEMENT, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LERICHE
  •  • 979 mots

La notion d'investissement, ainsi que celles qui lui sont liées (désinvestissement et contre-investissement), tient une place de première importance dans l'œuvre de Freud. Elle vient du mot allemand besetzen , qui peut désigner l'occupation militaire d'une place ou, dans le langage financier, le placement d'un capital dans une entreprise avec l'idée de profit. Si certains auteurs ont voulu voir da […] Lire la suite

NÉVROSE OBSESSIONNELLE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Octave MANNONI
  •  • 3 236 mots

Dans le chapitre « « L'Homme aux loups » »  : […] En 1912, Freud plaçait la différence qui sépare l'obsessionnel de l'hystérique, « non pas du côté des pulsions, mais dans le domaine de la psychologie ». Cette expression peu claire signifie à coup sûr : dans l'élaboration par l'obsessionnel du retour du refoulé. Cette remarque a deux issues. Il faut étudier cette élaboration pour elle-même, mais aussi il faut montrer que la névrose obsessionnell […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la philosophie allemande des XIXe et XXe siècles »  : […] Il ne saurait être question d'entrer ici dans une étude détaillée de l'idéalisme allemand (Fichte, Hegel, Schelling), qui, en tant que réinstitution de la métaphysique sur la base de ce que Kant n'avait réaménagé de la langue philosophique que dans un cadre architectonique, n'eut pas de postérité philosophique immédiate – exception faite de Hegel, mais dans le champ de la philosophie de l'histoire […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

L'importance qu'a prise le concept d'agressivité dans le dernier état de la pensée freudienne tient à la position privilégiée qu'il occupe au point d'articulation, d'une part, des processus régressifs auxquels préside la pulsion de mort, d'autre part, de l'organisation culturelle animée par l'expansion d' Éros. De là vient son intérêt théorique : s'il est vrai que l'avatar agressif de la pulsion […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André GREEN, « PULSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pulsion/