PULSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'opposition de l'animal et de l'homme était traditionnellement fondée sur celle de l'instinct et de l'intelligence, l'activité mécanique biologiquement déterminée servant de repoussoir à la valorisation de l'abstraction intellectuelle et de la liberté. À cette représentation de l'homme, Freud porte atteinte par le concept de pulsion comme fonds originaire du développement humain qu'il marque par son ancrage dans le corps et qu'il désigne comme source de tous les progrès ultérieurs. Un premier problème se pose : celui de la relation entre l'instinct et la pulsion. L'étude de cette relation s'éclairera par l'analyse du schéma conceptuel de la pulsion, laquelle apparaîtra alors comme montée à la manière d'un appareil, mais de telle sorte qu'on saisisse mieux comment ses pièces ou ses éléments constitutifs sont susceptibles d'une certaine indépendance de fonctionnement tout en demeurant interdépendants. La solidarité ne se fondera plus sur un acte à accomplir qui soumet le montage à un déroulement fixe, mais sur ce qui maintient le rapport des rouages entre eux à travers une exigence de travail qui présidera aux transformations de la pulsion. Cette diversité de fonctionnement, si elle témoigne à l'origine d'une fragmentation des activités pulsionnelles, appelle ultérieurement leur unification. Un tel rassemblement montre que ce qui se présente sous une forme semblant aller de soi, comme dans la sexualité adulte, est le fruit d'un développement capable d'arrêts, de déviations, ainsi que nous l'apprennent les perversions, qui éclairent en retour le parcours de la sexualité normale. Toutes ces formes déviées de leur cours habituel indiquent que les pulsions partielles peuvent se transformer, avant leur confluence dans la génitalité, les unes dans les autres.

Ces transformations ne doivent pas donner l'image d'un système de permutations infinies qui serait seulement borné par la notion d'une évolution plus ou moins idéale. Le regroupement ne s'opère que pour mieux faire ressortir [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : psychanalyste, ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, membre de la Société psychanalytique de Paris

Classification

Autres références

«  PULSION  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la philosophie allemande des XIXe et XXe siècles »  : […] Il ne saurait être question d'entrer ici dans une étude détaillée de l'idéalisme allemand (Fichte, Hegel, Schelling), qui, en tant que réinstitution de la métaphysique sur la base de ce que Kant n'avait réaménagé de la langue philosophique que dans un cadre architectonique, n'eut pas de postérité philosophique immédiate – exception faite de Hegel, mais dans le champ de la philosophie de l'histoire […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 3 100 mots

L'importance qu'a prise le concept d'agressivité dans le dernier état de la pensée freudienne tient à la position privilégiée qu'il occupe au point d'articulation, d'une part, des processus régressifs auxquels préside la pulsion de mort, d'autre part, de l'organisation culturelle animée par l'expansion d' Éros. De là vient son intérêt théorique : s'il est vrai que l'avatar agressif de la pulsion […] Lire la suite

AMBIVALENCE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Sylvie METAIS
  •  • 1 177 mots
  •  • 1 média

C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent ; dans la sphère intellectuelle, affirmation d'une thèse et de son contraire dans un même discours ; dans […] Lire la suite

AUTOCONTRAINTE

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 1 191 mots

Dans le chapitre « Civilisation et contrôle des pulsions »  : […] Conçue de la sorte, l’autocontrainte permet à Elias de penser ensemble et d’articuler dans l’étude des conformations humaines analyse psychogénétique et sociogénétique, de donner à voir les développements de l’économie émotionnelle à partir d’une histoire longue de l’Europe occidentale, la redéfinition progressive de l’équilibre entre contraintes externes et autocontraintes dans la régulation des […] Lire la suite

CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Henri EY
  •  • 10 465 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ambiguïté de la thèse freudienne »  : […] La thèse freudienne tient l'inconscient pour une zone entièrement autonome, un système hermétique de détermination. La sphère de l'inconscient est, dans la théorie psychanalytique, incommensurablement plus importante que ne l'est celle de la conscience. Elle est régie, comme le sont les premiers stades du développement infantile, par le principe de plaisir, c'est-à-dire par l'exigence de satisfac […] Lire la suite

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Spatialité de la pulsion »  : […] Cette plasticité du corps érogène, contigu au corps physiologique et presque homogène au dit du désir – à ceci près que le dit est du côté de l'interdit, alors que l'érogénéité vise la réalisation d'un plaisir inactualisable, mais figuré par pantomime –, se trouve redéfinie en 1915 par le concept de pulsion, qui lie des éléments hétérogènes : la poussée, le but, l' objet et la source. Tous ces ter […] Lire la suite

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'interdit et l'ordre symbolique »  : […] La portée de l'interprétation œdipienne que Freud donne de la culpabilité apparaît de manière patente quand Lacan met celle-ci en rapport avec la loi et, plus précisément, avec le « point d'insémination d'un ordre symbolique qui préexiste au sujet infantile et selon lequel il va lui falloir se structurer ». Mais, avant d'en venir à cette explication lacanienne, il peut être instructif d'évoquer u […] Lire la suite

DÉFENSE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Odile BOMBARDE
  •  • 1 294 mots

Dans le chapitre « La protection du moi contre la pulsion »  : […] La défense témoigne donc de l'unité du psychisme. En effet, c'est bien lui qui est à l'origine de la tentative d'isolation que constitue la séparation entre la représentation perturbante et l'affect qui lui était originellement lié. Or l'oubli de l'événement traumatique avait été jusqu'alors compris comme un « clivage de conscience », primaire selon Pierre Janet, acquis selon Joseph Breuer. La dé […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories »  : […] De ce double processus, les théories de la socialisation soulignent tel ou tel aspect, en fonction des idéologies qui leur sont sous-jacentes, mais aussi en raison des méthodes qu'elles privilégient. Ainsi a-t-on relevé la tendance des Anglo-Saxons à souligner dans la socialisation les relations interpersonnelles, la recherche par les individus de l'utile et du plaisir, tandis que les sociologues […] Lire la suite

FRUSTRATION

  • Écrit par 
  • Jacques NASSIF
  •  • 7 788 mots

Dans le chapitre « La construction du concept »  : […] Le retour à Freud, en ce qui concerne l'occurrence et l'usage d'un concept de la frustration, est loin de décevoir. C'est principalement durant la décennie 1908-1918 qu'il est mis en chantier. On verra que son apparition est liée à deux mutations : d'une part celle qu'entraîne la production du concept de «  pulsion », à partir de 1905, et d'autre part celle qu'implique l'abandon de l'étiologie tra […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André GREEN, « PULSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pulsion/