Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RELIGION Religion et psychanalyse

N'étant pas une vision du monde, la psychanalyse, pour Freud, est en principe neutre par rapport à la religion ; celui-ci affirme cependant aussi qu'« en tant que doctrine de l'inconscient psychique elle peut devenir indispensable à toutes les sciences traitant de la genèse de la civilisation humaine et de ses grandes institutions, telles que religion, ordre social » (Psychanalyse et médecine, 1926). Le point de vue de la psychanalyse sur la religion est donc celui de l'anthropogenèse ; elle entend comprendre la religion en même temps comme un destin collectif dans l'histoire de la culture et comme une fonction psychique dans le rapport individuel au monde.

De la projection à la toute-puissance du désir

Freud considère la religion comme le phénomène psychologique et culturel le plus complexe qui soit. Pour l'élucider, il met progressivement en œuvre tous les éléments de sa doctrine. Les analyses proprement cliniques du religieux sont cependant fort rares dans son œuvre. Ses deux études approfondies de cas, celle du délire religieux de Schreber et celle de la possession démoniaque de Haitzmann (xviie s.), sont des analyses faites sur documents écrits. Dans ses écrits sur la religion, Freud ne se réfère pas à ses expériences cliniques, mais il construit ses interprétations en appliquant ses concepts théoriques à plusieurs phénomènes religieux. Il part du principe que la religion est une production humaine et que la « psychologie des profondeurs » peut donner la clé pour déchiffrer l'énigme de son origine et de sa signification.

L'intérêt qu'il porte à la religion est double. Pénétré de l'esprit rationaliste des Lumières, il entend expliquer la religion et contribuer ainsi à la victoire sur elle de la raison. Cependant, envers la religion comme envers n'importe quelle expression humaine, il adopte aussi le principe psychologique selon lequel l'homme y manifeste une vérité, sous une forme déplacée. Il prend, dès lors, la religion comme un des témoignages importants sur la réalité psychique. Certes, le véritable sens de la religion n'est lisible que sous l'éclairage des théories analytiques. Aussi le souci constant de Freud est-il de comprendre la religion à la lumière des processus que lui a enseignés l'expérience de la psychopathologie et de marquer en même temps la différence d'avec la pathologie proprement dite. Dans sa psychomythologie et dans L'Avenir d'une illusion, il envisage la religion du point de vue de l'individu et il l'explique d'après le modèle des rêves comme une création des désirs. Dans ses autres études, il considère, plus justement, la religion comme un mouvement transindividuel de la culture et il la centre sur la constitution de la loi éthique sous l'enseigne du père. D'une remontée vers l'origine de la culture, par l'élucidation de la genèse de la religion, il attend l'ultime explication des vicissitudes psychiques auxquelles il se trouve confronté. On peut considérer successivement ces deux lignes d'interprétation, plutôt que de suivre l'ordre chronologique des écrits freudiens.

Au début, Freud assimile la religion aux mythes et aux légendes, qu'il explique par la «   projection », prise au sens large du terme. Ce sont des représentations de désirs pulsionnels, vaguement perçues de manière endopsychique, transposées dans l'extérieur et mettant ainsi en scène une réalisation de désirs interdits à l'homme tels que l'inceste, par exemple, ou contredits par la réalité telle l'immortalité (Naissance de la psychanalyse. Lettres à Fliess, 71 et 78). La théorie de la psychomythologie, interprétant les représentations religieuses comme des phantasmes de désirs, analogues aux rêves, inaugure un versant de la psychanalyse de la religion. Le concept de projection,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Louvain (Katholieke Universiteit Leuven et université catholique de Louvain-la-Neuve)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Jung

Jung

Autres références

  • PSYCHOLOGIE DE LA RELIGION

    • Écrit par Vassilis SAROGLOU
    • 4 087 mots

    Pourquoi la religion a-t-elle été présente dans probablement toutes les sociétés humaines et est-elle encore présente chez environ deux tiers de la population mondiale ? Pourquoi, à des degrés variables selon les différentes sociétés, y a-t-il toujours des croyants, des agnostiques et des athées, avec...

  • RELIGION (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 2 991 mots

    Deux hypothèses sont en concurrence à propos de l’étymologie du mot « religion ». Pour certains, comme Cicéron (106-43 av. J.-C.), il viendrait du latin religere, qui signifie « relire attentivement », « revoir avec soin ». Pour d’autres, le mot trouverait son origine dans un autre verbe latin,...

  • ÂME

    • Écrit par Pierre CLAIR, Henri Dominique SAFFREY
    • 6 020 mots

    Dans le monde occidental, la notion d'âme s'est constituée lentement et ne remonte pas à la nuit des temps. On peut suivre les étapes qui jalonnent l'émergence d'un principe spirituel du vivant et qui aboutissent à sa justification philosophique par Platon et Aristote. Souvent...

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

    • Écrit par Marc PIAULT
    • 9 619 mots
    • 1 média

    Considérer les religions négro-africaines comme un ensemble susceptible de définitions appropriées renvoyant à des principes et des règles lui donnant une unité serait accorder une spécificité définitive à leurs manifestations et, au-delà de leur diversité, reconnaître un lien commun entre...

  • AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

    • Écrit par Roger BASTIDE
    • 3 175 mots
    • 1 média

    Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en Argentine jusque vers...

  • ANCÊTRES CULTE DES

    • Écrit par Mircea ELIADE, Universalis
    • 3 198 mots
    • 1 média
    C'est Herbert Spencer (1820-1903) qui, le premier parmi les modernes, a fortement souligné l'importance des ancêtres dans l'histoire des religions. En effet, pour le philosophe anglais, le culte des ancêtres serait à l'origine même de la religion. Le « sauvage » considère comme surnaturel ou divin...
  • Afficher les 146 références

Voir aussi