PSYCHANALYSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une logique de l'impossible

Mais quel statut conférer à cette écriture ? Et dans quelle mesure satisfait-elle aux exigences de théorisation portées par l'expérience analytique ? Les séminaires développés dans la dernière décennie de l'œuvre de Lacan donneront pour thème directeur à cette réflexion critique l'exclusion du rapport sexuel du champ de l'écriture logique. En d'autres termes : nous aurions à montrer, d'une part, à quel titre la logique et l'écriture symbolique se recouvrent (entendons bien que la logique est ici concernée en tant qu'elle est la logique de la psychanalyse, caractérisée sous les conditions critiques précédemment énoncées) ; d'autre part, que l'écriture est également concernée en tant qu'elle propose elle-même l'inscription originale que spécifie la fonction de la barre.

Il s'agit de comprendre que les conditions de l'apparition de l'écrit – du discours analytique – sont aussi celles qui excluent l'inscription du rapport sexuel, car, si un discours analytique est possible, c'est dans la mesure même où la sexualité n'est pas inscriptible.

La barre marque la séparation du signifiant et du signifié, par laquelle se définit la distance de l'écrit ; ce qui nous permet encore de poser que « l'écrit, ce n'est pas à comprendre ». Or cette loi de constitution émane précisément de l'impasse de la sexualité. Il n'y a pas d'Un de la relation « rapport sexuel ». En effet, le sexe de la femme ne dit rien à l'homme, si ce n'est par l'intermédiaire de la jouissance du corps ; et cette jouissance est marquée d'un trou qui ne lui laisse d'autre voie que d'être jouissance phallique. Mais les positions de l'homme et de la femme à cet égard ne sont pas réciproques, et c'est aux notations de Frege (fonction propositionnelle, quanteur) que Lacan recourt ici. En ce qui concerne l'homme, on peut écrire que tout homme relève de la fonction phallique, ∀xΦx. Considérons cependant le registre de l'existence ; il existe « au moins » un homme dont la jouissance n'est pas soumise à la limite qu'impose la fonction phallique : le Père. D'où la formulation : ∃x̄Φx. Elle exprime que Φx est, en l'occurrence, nié « intégralement », l'universalité du ∀x correspondant alors, selon le modèle de Peirce, à la négation de l'exception : il n'est pas d'homme qui ne soit phallique. Tout autre est la position de la femme. Elle est marquée du « pas tout », en ce sens qu'elle n'est pas, en sa totalité, concernée par la fonction phallique : ce que traduira la formulation ̄∀ ;xΦx, à laquelle correspondra dans le registre de l'existence, en vis-à-vis du ∃x̄Φx masculin, la formulation ̄∃x̄Φx, exprimant que « ce n'est pas une vérité » de dire qu'il existe une femme qui échappe à la servitude phallique. Si bien que l'homme ne rejoindra la femme que dans l'infinité, ou, encore, qu'à son égard elle est irréductiblement Autre.

En quoi cette carence de la sexualité apparaît-elle alors comme la condition d'émergence de l'écrit ? On remarquera d'abord que la question ne peut laisser d'affecter la définition de la « grande logique » de la psychanalyse. La logique, en effet, c'est l'exhibition du réel ; et le réel, selon la formule mainte fois répétée de Lacan, c'est l'impossible (reportons-nous, quant aux sources de ce thème, à l'élaboration de la modalité obsessionnelle de l'impossible, issue de « L'Homme aux rats »). Ainsi la dérivation de l'écrit, à partir de l'exclusion de la sexualité du champ de l'inscription, peut-elle se transposer en ces termes : que l'exclusion de la sexualité de ce champ commande la constitution de la logique de la psychanalyse, en tant qu'elle est, dirons-nous maintenant, logique de l'impossible.

Comment s'articulent, dès lors, le réel, le symbolique et l'imaginaire ? Nous aurons à nous former un type de représentation qui, loin d'insérer dans la trame d'un même univers de discours les déterminations respectives de ces trois domaines, prenne en compte la béance où chacun d'eux est intéressé. C'est à cela que pourvoira le recours aux nœuds borroméens. Depuis le séminaire « Ou pire... » (1971), Lacan leur reconnaît pour fonction essentielle d'instaurer ce mode original de liaison : de s'articuler entre eux par la représentation qu'ils nous donnent du vide.

La notion freudienne de vérité historique trouve ici son accomplissement. Entre ses phases successives, Moïse et le monothéisme a marqué, en 1938, la coupure de la Verwerfung. Dès 1905, cependant, la Verwerfung désignait cette mise hors circuit par laquelle est exclue du développement individuel la jouissance tirée par l'enfant de la toute-puissance de pensée, libre jeu avec le signifiant. À travers ces anticipations, se laissent entrevoir les racines de l'investigation critique qui aboutira chez Lacan à la logique de la psychanalyse. Cette logique, visant à manifester les conditions d'inscription du signifiant, renvoie à sa constitution métonymique, l'impossibilité d'inscription de la jouissance sexuelle. Aussi bien le sujet qui entre dans l'analyse sur le motif d'une problématique sexuelle en sort-il par l'accession à la pulsion de mort. Qu'on ne puisse dire le vrai sur le vrai, qu'il n'y ait pas d'Autre de l'Autre (pas de métalangage), qu'il n'y ait pas de transfert du transfert, qu'il n'y ait pas d'univers du discours, ces axiomes fondateurs de la logique de l'impossible donneront forme à une expérience qui ne tient sa logique que d'être elle-même l'expérience d'une logique, déboutée de toute prétention à la normativité.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 26 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  PSYCHANALYSE  » est également traité dans :

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Le corps est, en psychanalyse, une réalité difficile à penser, car elle défie les approches physiologiques et philosophiques, et décisive pourtant, puisque la sexualité humaine – considérée dans la jouissance ou dans des activités sublimatoires – a pour terrain le corps érogène, le corps capable d'angoisse et d […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - Enfant et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Colette MISRAHI
  •  • 5 207 mots

Ce serait une erreur de considérer la psychanalyse comme un corpus scientifique constitué une fois pour toutes, comme un système clos du savoir. Non seulement elle est un système ouvert, mais elle est constitutivement ce qui, dans l'ordre de la connaissance, doit être perpétuellement repensé, relu, réinterpré […] Lire la suite

LACAN JACQUES (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Patrick GUYOMARD
  •  • 6 767 mots

Jacques Lacan a dominé pendant trente ans la psychanalyse en France. Il l'a marquée de son style ; il y laisse une trace ineffaçable. Aimé et haï, adoré et rejeté, il a suivi sa voie sans s'en écarter, ne laissant personne indifférent, s'imposant même à ceux qui ne voulaient pas de lui. Pour les psychanalystes, son œuvre et sa pensée sont incontournable […] Lire la suite

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

La question des rapports entre la psychanalyse et la linguistique est compliquée par deux facteurs. D'une part, ces rapports ont évolué ; ils ont en effet été si profondément transformés par l'œuvre de Jacques Lacan qu'on peut parler à cet égard de coupure. D'autre part, ces rapports ne sauraient se ramener à […] Lire la suite

LITTÉRATURE & PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean BELLEMIN-NOEL
  •  • 7 689 mots

Comment les apports de la psychanalyse peuvent-ils nous aider à apprécier les œuvres littéraires ? Quel bénéfice la critique, quel profit l'art de bien lire et d'aider les autres à mieux lire peuvent-ils retirer d'un savoir qui vise principalement la connaissance et la correction des troubles de la psyché ? I […] Lire la suite

PSYCHANALYSE (théories et pratiques)

  • Écrit par 
  • Jacques SÉDAT
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

La situation de la psychanalyse contemporaine n'est indépendante ni de ses origines, ni de son évolution – tant sur le plan pratique et technique que sur le plan théorique –, ni de la situation présente du politique et de la culture. En outre, le statut même de la psychanalyse, discipline hybride, « sang-mêlé », selon une formule dont Freud se sert pour […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

La découverte des processus inconscients, liée à celle du conflit intrapsychique, se formule fréquemment sous la plume de Freud par le vocable d'opposition (Gegensatz) et, à l'occasion, par l'un de ses dérivés, d'une importance théorique particulière, le concept de couples d'opposés ( […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & PEINTURE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 7 908 mots

On peut examiner le rapport de la psychanalyse avec l'art de bien des façons qui toutes peuvent se recommander de Freud. Plutôt que d'entreprendre à nouveau un recensement, mieux fait par d'autres (P. Kaufmann, 1971 ; J.-F. Lyotard, 1969 ; S. Kofman, 1970), de cet éventail, on préfère ici proposer une problématique un peu différente, en partant d'une re […] Lire la suite

RELIGION - Religion et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Antoine VERGOTE
  •  • 3 718 mots
  •  • 1 média

N'étant pas une vision du monde, la psychanalyse, pour Freud, est en principe neutre par rapport à la religion ; celui-ci affirme cependant aussi qu'« en tant que doctrine de l'inconscient psychique elle peut devenir indispensable à toutes les sciences traitant de la genèse de la […] Lire la suite

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Chacun sait aujourd'hui que la psychanalyse a inscrit le rapport à la sexualité au centre de l'expérience humaine et de sa problématique. Disons plus exactement : c'est en tant qu'elle est foncièrement conflictuelle que la sexualité s'inscrit au cœur de la vie psychique, laquelle se trouve elle-même reconnue co […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre KAUFMANN, « PSYCHANALYSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/