JOUISSANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En permettant que se rejoignent l'analyse de l'homme concret et l'analyse matérialiste du monde, le xxe siècle a réuni sous le terme de jouissance deux acceptions au premier abord très différentes : la satisfaction d'un désir sexuel et l'usage en propre d'un bien. La vogue d'une pensée issue de Freud et de Marx montre assez que les conditions s'accordaient pour prêter à la notion de jouissance une extension que l'histoire ne lui avait pas connue.

Transgression du péché

Il n'y a guère de témérité à conjecturer une coïncidence entre l'utilisation du mot marquée d'une connotation érotique et les époques ou milieux propices aux diverses formes d'hédonisme. Ce sens résonne dans le Gaudeamus igitur que propagent, au xiie et au xiiie siècle, les goliards et clercs vagants ou errants, contemporains des mouvements communalistes qui revendiquaient de fait (mais l'expression est du xve siècle) la « jouissance plénière des villes ». Dans la joie prise aux plaisirs temporels de l'amour et de la bonne chère transparaît moins l'usage légitime des privilèges de l'existence qu'une manière d'exorciser la mort et de se hâter dans une course contre le néant.

Bien que la mort ne conduise pas encore le bal avec la sinistre rigueur qu'elle témoignera lors des danses macabres du xve siècle, la jouissance en demeure comme grevée par ce péché mortel qui fait mourir au-delà de la mort. Elle se paie de repentir, de remords. L'Église en perçoit les droits de rachat et de pénitence. Il existe, il est vrai, une version officiellement désincarnée de la jouissance. Elle se rencontre dans les écrits mystiques. C'est la « fruition » de l'âme ou de Dieu, le service d'amour offert sans réserve par les moniales du xiiie siècle à la puissance divine ou au Christ. Sa volonté d'absolu semble répondre exactement aux insatisfactions que les interdits et le mépris du corps imposent aux amours terrestres. C'est là que s'exprime le mieux, mais en creux, la persuasion du discours amoureux dans l'exigence qu'il nourrit de ne pas se lai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  JOUISSANCE  » est également traité dans :

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « Ô Satan, prends pitié de ma longue misère... » »  : […] Nul n'a peut-être mieux exploré que Baudelaire le double abîme où sombrait l'amour : d'un côté, le coït simple et heureux ; de l'autre, l'amour pudibond, tendre et sensible. Désavouant sa propre sensualité, le poète couvre de sarcasmes la brute, qui « seule bande bien », parce qu'elle trouve dans la « foutrerie » l'unique « lyrisme » auquel elle ait accès. Mais il garde ses meilleures flèches con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_35253

L'ART DE JOUIR, Julien Offray de La Mettrie - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 058 mots

L'Art de jouir se veut le développement lyrique et raisonné d'une thèse partout présente dans l'œuvre et dans la vie du médecin et philosophe français Julien Offroy de La Mettrie (1709-1751). Elle apparaît sous une forme succincte et péremptoire dans L'Homme machine , son livre le plus célèbre : « La nature nous a tous créés pour être heureux : oui, tou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-art-de-jouir/#i_35253

BONHEUR

  • Écrit par 
  • André COMTE-SPONVILLE
  •  • 7 850 mots

Dans le chapitre « Du bonheur manqué au divertissement »  : […] Le bonheur est désirable, montrait Aristote, suprêmement désirable, et c'est ce qui le définit. Mais qu'est-ce que le désir ? Platon, dans Le Banquet , avait déjà répondu. Le désir est manque  : « Celui qui désire désire une chose qui lui manque et ne désire pas ce qui ne lui manque pas. » Comment désirer être grand ou fort quand on l'est déjà ? Tout au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur/#i_35253

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « La fiction d’un bonheur originel »  : […] Même si le monothéisme, comme nous le verrons plus loin, a joué un rôle décisif dans la conception que nous nous faisons de la conscience, les anciens Grecs avaient parfaitement saisi, dans un autre contexte, la situation intermédiaire de l’être humain. Ainsi que l’exprime le premier chœur de l’ Antigone du dramaturge Sophocle (495-406 av. J.-C.), l’homme est situé entre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur-notions-de-base/#i_35253

CORPS - Le corps et la psychanalyse

  • Écrit par 
  • Monique DAVID-MÉNARD
  •  • 3 959 mots

Dans le chapitre « Le corps dans les troubles psychosomatiques, dans l'hypocondrie et dans la psychose »  : […] Parce que les symptômes hystériques se situent au plus près de cette articulation paradoxale du corps et du langage dans l'inconscient, on peut attendre que l'hystérie permette de penser, par différence, d'autres modes d'incidence du corps que la psychanalyse rencontre indirectement ou directement : les troubles psychosomatiques, l'hypocondrie, la désarticulation du corps dans la psychose. Si l'hy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-le-corps-et-la-psychanalyse/#i_35253

DROGUE

  • Écrit par 
  • Alain EHRENBERG, 
  • Olivier JUILLIARD, 
  • Alain LABROUSSE
  • , Universalis
  •  • 12 110 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La « bonne » perception de soi  »  : […] Que soit en cause l'évaluation sociale ou l'évaluation personnelle, l'usage des drogues est ainsi lié à la perception que chacun peut avoir de son corps et de sa vie. Les substances qui ne nourrissent pas ont cet étrange privilège d'avoir toujours quelque effet sur la pensée. Louis Lewin écrit : « Rien dans la nature n'est peut-être plus extraordinaire, plus miraculeux que l'existence même de nos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drogue/#i_35253

L'EMPIRE DES SENS, film de Nagisa Oshima

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 043 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Tristan et Isolde, version hard »  : […] D'un fait divers sanglant, Oshima fait un drame existentiel. Une femme tue et castre son amant : cela n'est intéressant que si cet assassinat n'est pas un coup de folie mais une issue logique, et si cette logique est celle du désir dans sa pureté. De ce point de vue, le film est d'une rigueur absolue, presque un théorème : il démontre que la jouissance n'est pas le comble du plaisir, mais son opp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-empire-des-sens/#i_35253

HÉDONISME

  • Écrit par 
  • Henri WETZEL
  •  • 3 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pratique du plaisir comme ascèse »  : […] L'hédonisme vise à la sagesse qui est maîtrise, et d'abord maîtrise de soi. À la différence d'Aristippe, Platon instaure un détour essentiel où la sagesse est à la fois recherche du bien et du vrai qui, s'ils sont coextensifs au cœur de l'Être, ne le sont plus lorsque leur mode d'apparaître est lié au devenir. Platon organise une chasse prudente et difficile à laquelle les cyrénaïques préfèrent la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hedonisme/#i_35253

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 123 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les trois interdits fondamentaux »  : […] « Pour fixer les termes, écrit Freud dans L'Avenir d'une illusion , nous appellerons refus le fait qu'une pulsion ne puisse être satisfaite, interdit la disposition qui établit ce refus, et privation l'état qui en découle. » Il faut distinguer, ajoute-t-il, entre les interdits culturellement variables, locaux ou particuliers, qui ne touchent qu'une catégorie sociale, et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interdit/#i_35253

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Du fantasme à la problématique »  : […] Au premier chef, Ovide. Sans que la libido y soit encore expressément désignée, L'Art d'aimer nous livrera la clé de la fantaisie développée à une date voisine par la fabulation plus libre des Amours  : « Hommes, célébrez votre poète, écrivait Ovide en conclusion du livre II [...]. Que tous ceux qui, grâce au glaive reçu de moi, triompheront d'une Amazo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_35253

ŒDIPE COMPLEXE D'

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 5 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Loi primordiale »  : […] Cette nécessité, qui apparaît comme le pivot même du complexe d'Œdipe, pose la question de la loi qui la prescrit : non plus seulement des forces dont le jeu fixe à l'œdipe ses destins, mais de ce qui impose à ce jeu sa règle ; non plus seulement des formes du complexe, mais de ce qui impose à la pulsion sexuelle une forme déterminée par la culture, de ce qui lui prescrit un cours qui n'a rien à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-d-oedipe/#i_35253

PERVERSIONS

  • Écrit par 
  • Jean CLAVREUL
  •  • 2 584 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La structure perverse »  : […] C'est à Lacan et à ses élèves qu'il revient d'avoir repris la notion de perversion en termes de structure. Cela signifie que, à la dimension génétique, donc diachronique, qu'on vient d'indiquer, il convient, pour décrire la perversion, d'ajouter une dimension synchronique, rendant compte de l'articulation entre elles des différentes instances psychiques. En effet, le pervers se caractérise moins p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perversions/#i_35253

PHALLUS

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Maurice OLENDER, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 5 741 mots

Dans le chapitre « Le phallus dans la théorie psychanalytique »  : […] Se distinguant du terme «  pénis », qui désigne l'organe sexuel mâle dans sa réalité anatomique, le terme de phallus s'est imposé dans la théorie psychanalytique pour connoter une fonction symbolique dont la mise en place est essentielle à la juste position du sujet humain quant au désir et dont les avatars sont du ressort des différents types de névroses et de perversions. La fonction phallique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phallus/#i_35253

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une logique de l'impossible »  : […] Mais quel statut conférer à cette écriture ? Et dans quelle mesure satisfait-elle aux exigences de théorisation portées par l'expérience analytique ? Les séminaires développés dans la dernière décennie de l'œuvre de Lacan donneront pour thème directeur à cette réflexion critique l'exclusion du rapport sexuel du champ de l'écriture logique. En d'autres termes : nous aurions à montrer, d'une part, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_35253

PSYCHANALYSE DES ŒUVRES

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 7 942 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Vie, destin, création »  : […] La divergence tient à la conception même de l'analyse. « Le but du travail thérapeutique », écrivait Freud en 1927 pour caractériser l'originalité de la psychanalyse par rapport à la méthode cathartique de Breuer, ce but « cessait d'être l' abréaction de l'affect engagé sur des voies erronées, il consistait à découvrir les refoulements et à les résoudre grâce à des activités de jugement, pouvant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-des-oeuvres/#i_35253

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Les couples opposés de pulsions partielles »  : […] En fait, le terme de Gegensatzpaar est quasi exclusivement réservé par Freud à la description des couples de pulsions partielles ou perverses : le sadisme et le masochisme, le voyeurisme et l' exhibitionnisme. Une première analyse en est donnée dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905), qui comporte d'ailleurs de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_35253

RÉALITÉ PRINCIPE DE

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 195 mots

Que la réalité doive constituer un « principe », telle est la conclusion nécessaire à laquelle nous conduit toute étude de la folie. Mais il s'agit moins ici d'un principe théorique établissant au sens kantien la possibilité a priori de l'intuition et de la liaison des phénomènes que d'un principe pratique, en vertu duquel le sujet se détermine à pénétrer consciemment la « réalité », mouvement dou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principe-de-realite/#i_35253

REFOULEMENT

  • Écrit par 
  • Pierre FISZLEWICZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « Le refoulement originaire »  : […] « L'oracle dit à Agamède et Trophonios : Le septième jour, votre désir le plus cher sera exaucé. Le septième jour, ils furent tous deux trouvés morts dans leur lit. » Jusqu'en 1915, Freud est entièrement occupé par sa découverte fondamentale sur les manifestations de l'inconscient. Il n'en pose pas moins dès le début de son œuvre la question de l'inné et de l'acquis d'une part, celle de la constit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/refoulement/#i_35253

RÉPÉTITION, philosophie et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 1 086 mots

« Si Dieu lui-même n'avait pas voulu la répétition, écrivait Kierkegaard, le monde n'aurait jamais existé. » Mais vouloir la répétition, n'est-ce pas aussi vouloir la mort ? La répétition est d'abord un vécu qu'il appartient à l'analyse phénoménologique de ressaisir dans les champs qui lui sont propres et, en particulier, sur les registres cosmique, sexuel et moral. Se découvre alors une catégorie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/repetition-philosophie-et-psychanalyse/#i_35253

SEXUALITÉ, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Claude CONTÉ, 
  • Moustapha SAFOUAN
  •  • 4 976 mots

Dans le chapitre « Sexualité et culture »  : […] En deçà du déploiement des médiations culturelles, la psychanalyse insiste sur l'impasse qui les motive et que l'on peut décrire comme place vide, comme manque absolu : le signifiant ne peut pas inscrire en lui-même la différence sexuelle, c'est-à-dire que l'être parlant, à y entrer, perd nécessairement tout accès direct à sa jouissance sexuelle et ne s'inscrit, en tant qu'il est sexué, que comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualite-psychanalyse/#i_35253

SUBLIMATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 5 962 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sublimation, vérité de l'expérience amoureuse »  : […] Dans son essai Le Moi et le Ça (1923), Freud décrit, en effet, la sublimation comme l'œuvre du moi soulageant le ça de ses premiers investissements d'objets. Rappelons que le ça représente ici le rôle de l'hérédité, et l'ensemble de ce que l'être apporte en naissant, tandis que le moi est déterminé par ce qu'il a lui-même vécu. L'objet des pulsions sex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublimation-psychanalyse/#i_35253

Voir aussi

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « JOUISSANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jouissance/