Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMBIVALENCE, psychanalyse

C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent ; dans la sphère intellectuelle, affirmation d'une thèse et de son contraire dans un même discours ; dans la sphère affective, aimer et haïr simultanément la même personne. Un peu plus tard, cette distinction s'efface pour ne garder que la manifestation dans ce troisième cas, sphère affective de la vie psychique. Par conséquent, l'ambivalence désigne la coexistence d'attitudes affectives opposées vis-à-vis d'un objet, et le plus souvent la coexistence de l'amour et de la haine pour une même personne.

À la suite de Bleuler, Freud fait usage de ce terme. Il caractérise en particulier la névrose obsessionnelle par l'intensité de l'ambivalence qu'il rattache à une période précise de l'évolution libidinale, celle de la phase sadique-anale. En effet, la pensée freudienne est marquée par l'idée d'une continuité entre le normal et le pathologique. Aussi la psychanalyse rompt-elle avec la nosographie psychiatrique : devant tout phénomène morbide, le psychanalyste tente de repérer les avatars du développement libidinal du sujet à travers son histoire. Qu'en est-il donc de l'ambivalence au cours du développement et quels en sont l'origine et le destin ?

C'est au stade sadique-anal qu'apparaît, selon Freud, l'ambivalence qui se caractérise par la présence de pulsions antagonistes d'égale force, qui sont constitutives de la polarité actif-passif (à la différence des pulsions génitales qui sont postérieures et qui s'inscrivent dans la polarité masculin-féminin). Deux pulsions sexuelles sont principalement reconnues comme ambivalentes. En premier lieu, le sadisme/le masochisme (le masochisme étant l'envers du sadisme, en tant qu'il correspond à un retournement de l'agression contre la personne elle-même et à un renversement de l'activité en passivité). En second lieu, le plaisir de regarder/le plaisir de montrer. Au stade sadique-anal, par exemple, l'enfant tente de manipuler ses objets (et d'abord ses objets d'amour). Ce comportement résulte de la pulsion d'emprise qui est une modalité plus socialisée du sadisme. Dans Pulsions et destins des pulsions (1905), Freud intègre à ces deux polarités pulsionnelles le couple amour-haine. Il ne peut cependant le placer au rang de motions pulsionnelles (qui se traduisent — du moins en principe — par des comportements observables) qu'en distinguant trois sphères qui régissent la vie psychique : la sphère biologique à laquelle s'applique la polarité activité-passivité (aimer-être aimé), la sphère réelle qui se matérialise par l'opposition « moi-monde extérieur » (narcissisme-amour objectal) et, enfin, la sphère économique qui se traduit par la polarité plaisir-déplaisir. C'est dans les deux dernières sphères que la haine est véritablement opposée à l'amour. En effet, pour Freud, les débuts de la vie de l'être humain se déroulent dans un narcissisme complet. Le monde néonatal est à l'image d'un état nirvanique du fait de l'indifférenciation entre le moi et le monde extérieur. Aussi, tout ce qui est extérieur se découvre dans la haine en tant que source de déplaisir. La haine considérée comme relation d'objet est donc plus ancienne que l'amour. Pour Freud, l'objet naît donc dans la haine. Au stade sadique-anal, l'organisation libidinale étayée sur la fonction physiologique vitale de défécation est le prototype du couple activité-passivité : expulser-retenir ; ainsi conserver ou[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Melanie Klein par Feliks Topolski

Melanie Klein par Feliks Topolski

Autres références

  • ABRAHAM KARL (1877-1925)

    • Écrit par Catherine CLÉMENT
    • 562 mots
    • 1 média

    Psychanalyste allemand, un des plus fidèles et des plus orthodoxes disciples de Freud. Né à Brême dans une famille juive hanséatique, Karl Abraham reçoit d'abord une formation médicale classique. C'est à Zurich, dans la clinique du Burghölzli, fondée par C. G. Jung, qu'il s'initie à la ...

  • PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

    • Écrit par Émile JALLEY
    • 14 048 mots
    ...prégénitales paraît être pour Freud « d'une grande importance théorique », probablement en rapport, dans son esprit, avec les deux notions cardinales d' ambivalence et de bisexualité. Le but sexuel s'y manifeste sous une double forme, en l'occurrence selon « l'opposition fondamentale entre l'activité et...
  • TABOU

    • Écrit par Daniel de COPPET
    • 5 112 mots
    • 2 médias
    ...que le tabou résulte d'une renonciation incomplète et partielle. Le désir de transgression persiste là où s'applique l'interdit ; c'est le domaine de l' ambivalence affective vis-à-vis de l'autorité. Le tabou n'est autre qu'un symptôme de compromis entre deux tendances en conflit : l'obéissance à la Loi...

Voir aussi