AMBIVALENCE, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est le psychiatre suisse Eugen Bleuler (1857-1939) qui a introduit ce terme et en a fait le symptôme dominant dans le tableau de la schizophrénie. Il distingue tout d'abord l'ambivalence dans trois secteurs de la vie psychique : dans les modalités de la volonté, deux volontés qui s'opposent ; dans la sphère intellectuelle, affirmation d'une thèse et de son contraire dans un même discours ; dans la sphère affective, aimer et haïr simultanément la même personne. Un peu plus tard, cette distinction s'efface pour ne garder que la manifestation dans ce troisième cas, sphère affective de la vie psychique. Par conséquent, l'ambivalence désigne la coexistence d'attitudes affectives opposées vis-à-vis d'un objet, et le plus souvent la coexistence de l'amour et de la haine pour une même personne.

À la suite de Bleuler, Freud fait usage de ce terme. Il caractérise en particulier la névrose obsessionnelle par l'intensité de l'ambivalence qu'il rattache à une période précise de l'évolution libidinale, celle de la phase sadique-anale. En effet, la pensée freudienne est marquée par l'idée d'une continuité entre le normal et le pathologique. Aussi la psychanalyse rompt-elle avec la nosographie psychiatrique : devant tout phénomène morbide, le psychanalyste tente de repérer les avatars du développement libidinal du sujet à travers son histoire. Qu'en est-il donc de l'ambivalence au cours du développement et quels en sont l'origine et le destin ?

C'est au stade sadique-anal qu'apparaît, selon Freud, l'ambivalence qui se caractérise par la présence de pulsions antagonistes d'égale force, qui sont constitutives de la polarité actif-passif (à la différence des pulsions génitales qui sont postérieures et qui s'inscrivent dans la polarité masculin-féminin). Deux pulsions sexuelles sont principalement reconnues comme ambivalentes. En premier lieu, le sadisme/le masochisme (le masochisme étant l'envers du sadisme, en tant qu'il correspond à un retournement de l'agression contre la personne elle-même et à un renversement de l'activité en passivité). En second lieu, le plaisir de regarder/le plaisir de montrer. Au stade sadique-anal, par exemple, l'enfant tente de manipuler ses objets (et d'abord ses objets d'amour). Ce comportement résulte de la pulsion d'emprise qui est une modalité plus socialisée du sadisme. Dans Pulsions et destins des pulsions (1905), Freud intègre à ces deux polarités pulsionnelles le couple amour-haine. Il ne peut cependant le placer au rang de motions pulsionnelles (qui se traduisent — du moins en principe — par des comportements observables) qu'en distinguant trois sphères qui régissent la vie psychique : la sphère biologique à laquelle s'applique la polarité activité-passivité (aimer-être aimé), la sphère réelle qui se matérialise par l'opposition « moi-monde extérieur » (narcissisme-amour objectal) et, enfin, la sphère économique qui se traduit par la polarité plaisir-déplaisir. C'est dans les deux dernières sphères que la haine est véritablement opposée à l'amour. En effet, pour Freud, les débuts de la vie de l'être humain se déroulent dans un narcissisme complet. Le monde néonatal est à l'image d'un état nirvanique du fait de l'indifférenciation entre le moi et le monde extérieur. Aussi, tout ce qui est extérieur se découvre dans la haine en tant que source de déplaisir. La haine considérée comme relation d'objet est donc plus ancienne que l'amour. Pour Freud, l'objet naît donc dans la haine. Au stade sadique-anal, l'organisation libidinale étayée sur la fonction physiologique vitale de défécation est le prototype du couple activité-passivité : expulser-retenir ; ainsi conserver ou offrir ses fèces esquisse la première forme de relation d'objet.

Melanie Klein, à la suite de Freud, approfondit la compréhension des premières relations d'objet et par conséquent des manifestations primitives de l'ambivalence désignée explicitement par le couple amour-haine. Elle réfute l'hypothèse freudienne selon laquelle le monde du nourrisson est anobjectal ; pour elle, dès le début de la vie, la libido se dirige vers l'extérieur et fait retour à l'intérieur. Ce [...]

Melanie Klein par Feliks Topolski

Photographie : Melanie Klein par Feliks Topolski

Melanie Klein âgée, par Feliks Topolski. Dessin à la plume et gouache, 1955. 

Crédits : Feliks Topolski/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AMBIVALENCE, psychanalyse  » est également traité dans :

ABRAHAM KARL (1877-1925)

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT
  •  • 561 mots
  •  • 1 média

Psychanalyste allemand, un des plus fidèles et des plus orthodoxes disciples de Freud . Né à Brême dans une famille juive hanséatique, Karl Abraham reçoit d'abord une formation médicale classique. C'est à Zurich, dans la clinique du Burghölzli, fondée par C. G. Jung, qu'il s'initie à la psychiatrie et à la psychanalyse, jusqu'en 1907. À cette date, Abraham, devenu freudien, s'installe à Berlin, où […] Lire la suite

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Les couples opposés de pulsions partielles »  : […] En fait, le terme de Gegensatzpaar est quasi exclusivement réservé par Freud à la description des couples de pulsions partielles ou perverses : le sadisme et le masochisme, le voyeurisme et l' exhibitionnisme. Une première analyse en est donnée dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905), qui comporte d'ailleurs des modifications datées de 1915. La structure de couple d'opposés, […] Lire la suite

TABOU

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 5 096 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les tabous et la Loi »  : […] Que les tabous s'organisent en systèmes et que ceux-ci renvoient à des classifications qui permettent de donner un sens à toutes choses, à tout événement, à toute pratique montre bien l'importance de l'action magique par rapport à l'action pratique. On a coutume de considérer la première comme subjective et la seconde comme objective. Pourtant, une des plus subtiles remarques de Lévi-Strauss jett […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie METAIS, « AMBIVALENCE, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ambivalence-psychanalyse/