MÉROVINGIENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Art

Urbanisme, architecture de pierre et décor monumental

Dans le domaine de l'urbanisme, de l'architecture de pierre ou du décor monumental, la période mérovingienne n'a guère innové par rapport à l'Antiquité tardive dont elle apparaît le prolongement direct. Cette situation est aisément explicable. D'une part, la substitution des royaumes barbares à l'Empire romain d'Occident n'apporta que peu de modifications au peuplement indigène qui, demeuré majoritaire, conserva ses modes de vie, notamment en milieu urbain. D'autre part, les nouveaux maîtres ne possédaient pas de traditions nationales propres en ce qui concerne l'urbanisme et l'architecture de pierre : lorsqu'ils furent des bâtisseurs, leur influence se limita donc à une stimulation de ces arts sous la forme qu'ils revêtaient auparavant. On comprend ainsi cette relative uniformité de l'architecture et du décor sculpté mérovingiens dans les limites du Regnum Francorum.

Les villes

La physionomie des villes mérovingiennes devait être peu différente de celle des villes de l'Antiquité tardive dont elles furent les héritières : elles en conservaient le plan, les murailles, la voirie, l'essentiel du patrimoine immobilier public et privé, ainsi que le réseau de nécropoles. S'il n'y a pas eu de réel urbanisme mérovingien, les villes ont néanmoins connu au début du haut Moyen Âge un certain nombre de transformations topographiques de détail, dont les mieux connues furent liées à la multiplication des églises (Paris en fut doté de plus d'une vingtaine entre le vie et le viiie s.). À la différence des sanctuaires extra muros, en général implantés sur des nécropoles, dont ils déterminèrent les centres de gravité, les églises intra muros occasionnèrent lors de leur construction des modifications plus ou moins importantes du tissu urbain : les fouilles de Lyon et de Genève, comme celles de Trèves et de Cologne, ont ainsi montré l'ampleur exceptionnelle des ensembles mon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Mérovingiens, la Gaule à l'avènement de Clovis

Mérovingiens, la Gaule à l'avènement de Clovis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

500 à 600. Reconquêtes

500 à 600. Reconquêtes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Mérovingiens, partage du royaume de Clovis

Mérovingiens, partage du royaume de Clovis
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  MÉROVINGIENS  » est également traité dans :

MÉROVINGIENS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 262 mots

481 Clovis, fils de Childéric Ier et petit-fils de Mérovée, devient roi des Francs Saliens.486 Annexion par Clovis du royaume de Syagrius, entre Somme et Loire.496 Victoire de Clovis à Tolbiac contre les Alamans. Date supp […] Lire la suite

DES FRANCS AUX MÉROVINGIENS (expositions)

  • Écrit par 
  • Claude SEILLIER
  •  • 1 301 mots

Après les querelles souvent dépassées qui ont marqué, en 1996, l'« année Clovis », deux expositions fondées sur les acquis de l'archéologie ont fait très opportunément le point des connaissances : Les Francs. Précurseurs de l'Europe, au musée du Petit Palais à Paris, pour le demi-mil […] Lire la suite

ABEILLES IMPÉRIALES

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 433 mots

Mouches et cigales font partie du mobilier funéraire mérovingien ; dans la civilisation de la steppe, la cigale est symbole de résurrection du fait de ses métamorphoses et, selon Édouard Salin : « La cigale mérovingienne évoque l'idée d'immortalité et elle est, plus ou moins indirectement, un héritage de traditions venues d'Extrême-Orient et apportées par le monde des steppes. » Lors de la découve […] Lire la suite

ARNOUL saint (582 env.-640)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 147 mots

D'une grande famille apparentée aux rois mérovingiens, Arnoul naquit à Lay-Saint-Christophe, près de Nancy. De sa femme Doda, fille du comte de Boulogne, il eut deux fils, Anségisel et Cloud. Le premier épousa une fille de Pépin de Landen, et de leur descendance naquit Charlemagne. Personnage en vue comme administrateur de domaines royaux, Arnoul fut, bien que laïc, élu en 614 évêque de Metz. Dod […] Lire la suite

AUSTRASIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 260 mots

Royaume des Francs orientaux à l'époque mérovingienne ( vi e - viii e  siècle), l'Austrasie est souvent opposée à la Neustrie, royaume franc occidental. Les maires du palais d'Austrasie, intendants de la maison du roi mérovingien, puis chefs de l'administration royale, furent les ancêtres de la dynastie carolingienne. Couvrant l'actuel nord-est de la France, entre la Meuse, le Rhin et la Moselle, […] Lire la suite

AUSTRASIE, LE ROYAUME MÉROVINGIEN OUBLIÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Longtemps, les débuts du Moyen Âge ont eu mauvaise presse. C’était la période des « invasions barbares », des « rois fainéants » et de leurs sanglantes querelles de famille : « le despotisme tempéré par l’assassinat », écrivait Fustel de Coulanges. Il est vrai qu’il s’agissait de dynasties germaniques, un fait difficile à enseigner dans une école républicaine née de la défaite de 1870 face à l’Al […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les Mérovingiens »  : […] Dans la nuit de la Saint-Sylvestre (406-407), Vandales, Suèves et Alains firent irruption sur le Rhin et le Danube et chassèrent les légions romaines. Les Francs Saliens défendirent leur territoire contre ces « barbares », mais ils en profitèrent pour remplir le vide laissé par les Romains. Ils s'emparèrent de Tournai, en firent leur capitale, et sous Clovis ils commencèrent, à partir de 481, la […] Lire la suite

BRUNEHAUT (543 env.-613) reine d'Austrasie

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 287 mots

Fille d'Athanagilde, roi des Wisigoths, Brunehaut épousa vers 566-568 un petit-fils de Clovis, Sigebert I er , qui régnait sur l'Austrasie. Vers le même moment sa sœur Galswinthe épousa le roi de Neustrie Chilpéric I er mais celui-ci ne tarda pas à l'assassiner à l'instigation de sa concubine Frédégonde. La vengeance que Brunehaut exigea de ce meurtre entraîna pendant près d'un demi-siècle un con […] Lire la suite

BURGONDES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 3 322 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Architecture et décor monumental »  : […] Dans l'état actuel des connaissances, on ne saurait parler d'une architecture ou d'un décor monumental spécifiquement burgondes (au sens strict, c'est-à-dire avant la conquête franque, et au sens géographique). En effet, c'est l'art provincial romain qui s'est prolongé dans le royaume burgonde, puis dans la province franque de Burgondie au cours des premiers siècles du Haut Moyen Âge. Les témoins […] Lire la suite

CARIBERT Ier (mort en 567) roi franc (561-567)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 129 mots

Fils aîné de Clotaire I er et d'Ingonde. Lors du partage du royaume de son père en 561, Caribert I er reçut les anciennes terres de Childebert I er , dont la capitale se trouvait à Paris. Ce souverain éloquent et érudit dans le domaine du droit n'en menait pas moins une vie dissolue et mourut excommunié, en 567, à Paris. Ses frères Gontran, Sigebert I er et Chilpéric I er se partagèrent alors […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain ERLANDE-BRANDENBURG, Patrick PÉRIN, « MÉROVINGIENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/merovingiens/