NEUSTRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Royaume des Francs occidentaux à l'époque mérovingienne (vie-viiie siècle), la Neustrie est souvent opposée à l'Austrasie, royaume franc oriental.

Formé par dérivation, le nom Neustrie (de l'allemand neu) désignait le nouveau territoire, c'est-à-dire la zone colonisée par les Francs après leur installation dans le nord de la Gaule. Cette région correspondait globalement à la partie de la France actuelle située à l'ouest de la Meuse et au nord de la Loire. Elle fut constituée en royaume en 561, à la mort de Clotaire ier, lors du partage du Regnum Francorum entre ses quatre fils. Au viie siècle, l'Austrasie et la Neustrie connurent une forte rivalité, mais la victoire de Pépin de Herstal, maire du palais d'Austrasie, sur les Neustriens à Tertry, en 687, assura la domination définitive de l'Austrasie. À la fin de l'époque mérovingienne, les auteurs neustriens utilisaient indifféremment les noms Neustrie et Francie, laissant entendre que la région était au cœur des terres franques. Par la suite, le nom Neustrie désignait un territoire beaucoup plus petit et, aux xie et xiie siècles, il était parfois employé comme synonyme de Normandie.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  NEUSTRIE  » est également traité dans :

AUSTRASIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 260 mots

Royaume des Francs orientaux à l'époque mérovingienne ( vi e - viii e  siècle), l'Austrasie est souvent opposée à la Neustrie, royaume franc occidental. Les maires du palais d'Austrasie, intendants de la maison du roi mérovingien, puis chefs de l'administration royale, furent les ancêtres de la d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/austrasie/#i_15402

AUSTRASIE, LE ROYAUME MÉROVINGIEN OUBLIÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un puissant royaume »  : […] Pourquoi à Saint-Dizier ? Parce qu’en 2002 trois tombes particulièrement riches, celles de deux hommes et d’une jeune femme appartenant à l’aristocratie franque, y furent découvertes (site de La Tuilerie) lors d’une fouille préventive de l’INRAP. Datées du milieu du vi e  siècle de notre ère, elles contenaient de nombreuses armes, des bijoux et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/austrasie-le-royaume-merovingien-oublie/#i_15402

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les Mérovingiens »  : […] Dans la nuit de la Saint-Sylvestre (406-407), Vandales, Suèves et Alains firent irruption sur le Rhin et le Danube et chassèrent les légions romaines. Les Francs Saliens défendirent leur territoire contre ces « barbares », mais ils en profitèrent pour remplir le vide laissé par les Romains. Ils s'emparèrent de Tournai, en firent leur capitale, et sous Clovis ils commencèrent, à partir de 481, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/belgique-histoire/#i_15402

BRUNEHAUT (543 env.-613) reine d'Austrasie

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 287 mots

Fille d'Athanagilde, roi des Wisigoths, Brunehaut épousa vers 566-568 un petit-fils de Clovis, Sigebert I er , qui régnait sur l'Austrasie. Vers le même moment sa sœur Galswinthe épousa le roi de Neustrie Chilpéric I er mais celui-ci ne tarda pas à l'assassiner à l'instigation de sa concubine Frédégonde. La vengeance que Brunehaut exigea de ce meu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brunehaut/#i_15402

CAROLINGIENS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 381 mots

Début du vii e  siècle Anségisel, fils d'Arnoul, évêque de Metz, épouse Begga, fille de Pépin I er de Landen dit l'Ancien. Leur couple constitue la souche de la future dynastie carolingienne. 687 Pépin II de Herstal, leur fils, vainc les Neustriens à Tertry. Il devie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens-reperes-chronologiques/#i_15402

CHARLEMAGNE (742-814)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 4 704 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le successeur de Pépin »  : […] Fils aîné de Pépin III et de Berthe dont le père, Caribert, comte de Laon, appartenait à la haute aristocratie mérovingienne, Charlemagne naquit en 742, peut-être le 2 avril, peut-être dans un des palais royaux de la vallée de l'Oise ou de l'Aisne. Si son instruction première fut certainement négligée, comme l'était à ce moment-là celle des laïcs, il semble cependant avoir été initié par Pépin à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlemagne/#i_15402

CHARLES III LE SIMPLE (879-929) roi de France (893-923)

  • Écrit par 
  • Michel SOT
  •  • 507 mots

Fils posthume de Louis II le Bègue, Charles III le Simple est écarté de la royauté par les grands de Francie occidentale après les brefs règnes de ses frères Louis III (mort en 882) et Carloman (mort en 884). Il n'a alors que cinq ans et on lui préfère d'abord l'empereur Charles le Gros, plus capable d'organiser la défense face aux Vikings qui ravagent le pays ; puis, après l'abdication et la mort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-iii-le-simple/#i_15402

CHILPÉRIC Ier (539-584) roi de Neustrie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 334 mots

Roi mérovingien de Neustrie, né en 539, mort en 584 à Chelles. Fils de Clotaire  I er et d'Arégonde, Chilpéric reçoit, lors du partage du royaume de son père (mort en 561) avec ses trois demi-frères (fils d'Ingonde, sœur d'Arégonde), la région la plus pauvre, celle de Soissons. Viennent toutefois s'y ajouter les meilleures terres de Caribert (roi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chilperic-ier/#i_15402

CHILPÉRIC II (entre 670 et 675-721) roi de Neustrie (715 ou 716-721) et roi des Francs (719-721)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 131 mots

Fils présumé de Childéric II. Chilpéric II fut sorti du monastère où il vivait sous le nom de Daniel afin d'être couronné roi de Neustrie en 715 ou 716. Complètement soumis au maire du palais Rainfroi, qui tentait de briser la domination austrasienne, Chilpéric fut vaincu par Charles Martel, le maire du palais d'Austrasie, à Amblève (dans les Ardennes) en 716, puis à Vinchy (près de Cambrai) en 7 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chilperic-ii/#i_15402

CLOTAIRE II, roi de Neustrie (584-629)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 291 mots

Roi mérovingien de Neustrie et roi des Francs, né en 584, mort en 629. Clotaire n'est qu'un nourrisson à la mort de son père Chilpéric  I er , assassiné en 584. Ce sont sa mère, Frédégonde, et son oncle, Gontran, roi de Bourgogne et d'Orléans, qui ont veillé sur sa succession. Après avoir repoussé une attaque de son cousin Childebert  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clotaire-ii/#i_15402

EBROÏN (mort entre 680 et 683)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 293 mots

Maire du palais de Neustrie pendant plus de vingt ans (657- entre 680 et 683). Après la mort du roi Clotaire III en 673, Ebroïn, qui exerçait la réalité du pouvoir avec la reine Bathilde, mère de Clotaire, décida de nommer à sa succession le frère du défunt, Théodoric III (ou Thierry III). Furieux de ne pas avoir été consultés, les grands du royaume, menés par Léger, l'évêque d'Autun qui prônait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ebroin/#i_15402

FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 949 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Début d'une renaissance »  : […] Le royaume de Clovis ayant été partagé selon les lois germaniques de succession entre ses fils puis entre leurs descendants, l'unité politique franque fut, après sa mort, rarement réalisée (sous Clotaire II de 613 à 629 et sous son fils Dagobert I er de 632 à 639). La puissance franque eut tendance à se concentrer au vii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-naissance-d-une-nation/#i_15402

FRÉDÉGONDE (545 env.-597) reine de Neustrie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 270 mots

Épouse de Chilpéric I er , roi de Neustrie, Frédégonde est née à Montdidier vers 545 et morte à Paris en 597. Simple suivante à l'origine, Frédégonde devient la maîtresse du roi mérovingien Chilpéric I er , qu'elle persuade d'assassiner sa femme, la reine Galswinthe (vers 568). Cette dernière était cependant la sœur de Brunehaut, l'épouse du demi- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fredegonde/#i_15402

GALSWINTHE (540 env.-568) reine de Neustrie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 146 mots

Fille d'Athanagilde, roi des Wisigoths d'Espagne, et de Goswinthe, Galswinthe était aussi la sœur aînée de Brunehaut, reine d'Austrasie, ainsi que la femme de Chilpéric I er , roi de Neustrie. Chilpéric, qui a répudié sa première femme Audovère vers 565, épousa Galswinthe à Rouen en 567. Il lui constitua un douaire comprenant la Bigorre et le Béarn, ainsi que Limoges, Bord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/galswinthe/#i_15402

LAMBERT saint (635 env.-env. 705)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 235 mots

Vers 671, à la pire époque d'anarchie des royaumes francs, l'évêque de Tongres, Théodard, qui résidait habituellement à Maastricht, fut assassiné. Il eut pour successeur Lambert, né dans une grande famille française qui avait fourni plusieurs comtes. En 675, Childéric II, roi d'Austrasie, dont le pouvoir s'était étendu sur la Neustrie et la Bourgogne avec la chute d'Ebroïn, maire du palais de Neus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lambert/#i_15402

MÉROVINGIENS

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG, 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 15 048 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Le fait initial est le franchissement par les peuples barbares du limes et leur implantation d'une façon massive sur le sol de la Gaule. Poussés eux-mêmes vers l'ouest par d'autres peuples, les Barbares ont été attirés par une sorte d'appel d'air : la Gaule, très riche, pouvait nourrir une population supérieure à celle qui l'occupait alors. Néanmoins, le nombre des Barbares q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merovingiens/#i_15402

MÉROVINGIENS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 262 mots

481 Clovis, fils de Childéric I er et petit-fils de Mérovée, devient roi des Francs Saliens. 486 Annexion par Clovis du royaume de Syagrius, entre Somme et Loire. 496 Victoire de Clovis à Tolbiac contre les Alamans. Date supposée de son adhésion au christianisme romain, solennisée par son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merovingiens-reperes-chronologiques/#i_15402

NORMANDIE

  • Écrit par 
  • Armand FRÉMONT, 
  • Lucien MUSSET
  •  • 7 267 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La Seconde Lyonnaise et la christianisation »  : […] La conquête romaine regroupe tous ces peuples au sein d'une seule province, la Lyonnaise, donne à chacun d'entre eux une capitale souvent monumentale, couvre les campagnes de villae et de petits temples ( fana ) : c'est l'histoire commune de la Gaule. Au Bas-Empire se produisent deux faits essentiels pour l'avenir. Une province de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/normandie/#i_15402

PÉPIN DE HERSTAL dit LE JEUNE (mort en 714)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 278 mots

Maire du palais d'Austrasie (à partir de 680) ainsi que de Neustrie et de Bourgogne (dès 687), Pépin de Herstal fut le premier des grands maires du palais carolingiens. Fils de sainte Begga (fille de Pépin de Landen, parfois appelé Pépin I er ou Pépin l'Ancien) et d'Anségisel (ou Anségise, fils de l'évêque Arnoul de Metz), Pépin de Herstal (parfois dénommé Pépin II, Pépin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pepin-de-herstal/#i_15402

THÉODORIC III ou THIERRY III (entre 649 et 656-690 ou 691) roi de Neustrie et de Bourgogne (673-690 ou 691), roi d'Austrasie (679-690 ou 691)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 234 mots

Fils de Clovis II, qui était le second fils de Dagobert I er . Théodoric III (ou Thierry III) succéda à son frère Clotaire III à la tête des royaumes de Neustrie et de Bourgogne en 673, à l'instigation d'Ebroïn, le maire du palais de Neustrie. Aussitôt déposé par son autre frère, le roi d'Austrasie Childéric II, il fut restauré à la mort de ce dernier, en 675. De nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodoric-iii-thierry-iii/#i_15402

Pour citer l’article

« NEUSTRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neustrie/