FRANCS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Francs, qui étaient destinés à assumer durant tout le haut Moyen Âge un rôle dirigeant parmi les peuples germaniques, apparaissent aux historiens dans des conditions obscures, vers le milieu du iiie siècle après J.-C. Leur nom est cité pour la première fois à propos d'événements de 241 et, à partir des années 275-280, ils sont régulièrement mentionnés comme s'opposant aux Romains sur la rive droite du Rhin inférieur.

On conjecture que cette apparition est le résultat, non d'une migration, mais du regroupement de plusieurs peuplades qui avaient, depuis le ier siècle, pris part épisodiquement aux luttes contre Rome : Chamaves, Bructères, Chattes, Amsivariens, Chattuarii, Sicambres, et sans doute d'autres encore, parmi lesquels les survivants des Bataves. Le nom choisi semble signifier hardi, courageux (cf. vieux norrois : frekkr) ; il n'élimina pas complètement les anciens noms, dont certains furent portés jusqu'à l'époque carolingienne par des Francs qui n'avaient pas émigré vers l'ouest. Les causes et les modalités du regroupement du iiie siècle échappent aux historiens, mais il est certain qu'aussitôt constitué le nouveau peuple fit preuve d'une grande combativité, sur terre et sur mer.

Huit cents ans plus tard, le royaume des Francs devait prendre le nom de royaume de France, et la dénomination de Gaulois faire place à celle de Français.

Modalités de l'expansion franque

Sous le règne de Gallien, vers 257, des Francs prirent part à un raid qui, à travers la Gaule, les mena jusqu'en Espagne. D'autres, sous Probus, vers 280, déportés aux bouches du Danube, auraient réussi à regagner par mer leur pays d'origine. En 285, Dioclétien confia à Carausius le soin de défendre les côtes de Belgique et d'Armorique contre les Francs et les Saxons. Pendant plus de deux siècles, les Francs restèrent au premier plan de l'histoire militaire de la Gaule romaine.

Cependant, jusqu'au ive siècle, ils ne formèrent jamais une véritable unité politique. La documentation romaine fournit quelques noms de rois, suffisamment nombreux pour prouver qu'il n'y avait pas une royauté, mais plusieurs royautés tribales, qui coexistaient. Aucun des noms connus ne paraît avoir de lien direct avec la dynastie mérovingienne.

Au-dessus de ces royautés instables, l'existence de deux groupements est attestée assez clairement à partir du milieu du ive siècle. Celui des Saliens, contre lequel se battit Julien et qui paraît avoir dirigé auve siècle la progression à travers la Belgique actuelle, a laissé son nom à la « loi salique », qui s'appliquait aux Francs du nord de la Gaule à l'époque mérovingienne. L'autre groupe eut moins de cohérence et n'a pas de dénomination ancienne ; parce que ses membres habitaient dans la région de Cologne, les historiens modernes les appellent Francs du Rhin ; le nom traditionnel de Francs Ripuaires n'est pas attesté avant leviiie siècle.

Les Francs du iiie siècle apparaissent le plus souvent associés avec des Saxons ou des Frisons, peuples maritimes, et il est probable qu'ils prirent part, aux côtés de ceux-ci, aux raids contre les côtes de Gaule et de Bretagne. Une petite partie des Francs continua jusqu'au ve siècle à s'intéresser aux choses de la mer, et certains jouèrent vraisemblablement un rôle dans la colonisation germanique du sud-est de la Grande-Bretagne après l'effondrement du régime romain. Mais la majorité d'entre eux chercha à gagner, par voie de terre, le cœur de la Gaule septentrionale.

Cette expansion s'accomplit de deux manières. D'une part, dès la fin du iiie siècle, des soldats francs passèrent au service de Rome, dans les corps auxiliaires, puis dans l'armée de campagne elle-même. Leur valeur militaire leur permit vite d'occuper des postes importants. Dès le règne de Constantin, l'armée romaine comprend des officiers supérieurs d'ascendance princière franque ; vers 370-390, certains de ceux-ci accèdent au premier rang : Mérobaude obtient le consulat en 377, et, en 392, un autre Franc, Bauto, joue le faiseur d'empereurs. La fidélité de ces chefs aux idéaux romains semble indiscutable ; ils ne sont en rien les précurseurs de Clovis. Parallèlement, des Francs, surtout des prisonniers, sont embauchés par le gouvernement romain pour repeupler les campagnes gauloises dévastées ; ils ont dû constituer un élément notable de ces colonies de lètes que les derniers documents administratifs de l'Empire sig [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FRANCS  » est également traité dans :

DES FRANCS AUX MÉROVINGIENS (expositions)

  • Écrit par 
  • Claude SEILLIER
  •  • 1 301 mots

Après les querelles souvent dépassées qui ont marqué, en 1996, l'« année Clovis », deux expositions fondées sur les acquis de l'archéologie ont fait très opportunément le point des connaissances : Les Francs. Précurseurs de l'Europe, au musée du Petit Palais à Paris, pour le demi-mil […] Lire la suite

ARBOGAST (340 env.-394)

  • Écrit par 
  • Pierre RICHÉ
  •  • 217 mots

Soldat franc exilé par les siens, Arbogast est, comme son oncle Richomer, au service des empereurs romains. Bien que païen, il a la confiance de Gratien, empereur d'Occident qui meurt en 383 tué par un partisan de l'usurpateur Maxime. L'empereur d'Orient Théodose utilise Arbogast dans sa lutte contre ce dernier, puis le charge de veiller sur le jeune empereur d'Occident Valentinien II, fils de Gra […] Lire la suite

ARNOUL saint (582 env.-640)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 147 mots

D'une grande famille apparentée aux rois mérovingiens, Arnoul naquit à Lay-Saint-Christophe, près de Nancy. De sa femme Doda, fille du comte de Boulogne, il eut deux fils, Anségisel et Cloud. Le premier épousa une fille de Pépin de Landen, et de leur descendance naquit Charlemagne. Personnage en vue comme administrateur de domaines royaux, Arnoul fut, bien que laïc, élu en 614 évêque de Metz. Dod […] Lire la suite

AUSTRASIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 260 mots

Royaume des Francs orientaux à l'époque mérovingienne ( vi e - viii e  siècle), l'Austrasie est souvent opposée à la Neustrie, royaume franc occidental. Les maires du palais d'Austrasie, intendants de la maison du roi mérovingien, puis chefs de l'administration royale, furent les ancêtres de la dynastie carolingienne. Couvrant l'actuel nord-est de la France, entre la Meuse, le Rhin et la Moselle, […] Lire la suite

AUSTRASIE, LE ROYAUME MÉROVINGIEN OUBLIÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un puissant royaume »  : […] Pourquoi à Saint-Dizier ? Parce qu’en 2002 trois tombes particulièrement riches, celles de deux hommes et d’une jeune femme appartenant à l’aristocratie franque, y furent découvertes (site de La Tuilerie) lors d’une fouille préventive de l’INRAP. Datées du milieu du vi e  siècle de notre ère, elles contenaient de nombreuses armes, des bijoux et de la vaisselle en terre, en bronze et en verre. Une […] Lire la suite

BONIFACE saint (675 env.-754)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 547 mots

Archevêque de Mayence, apôtre de la Germanie et réformateur des Églises franques. Boniface est le nom pris par le moine anglo-saxon Winfrid, lors de son premier voyage à Rome (718-719). Il était né vers 675 près d'Exeter, où, très jeune, il devint moine, avant de passer à l'abbaye de Nursling près de Winchester. Il reçut une très bonne instruction qui le rendit capable d'enseigner ou d'écrire en p […] Lire la suite

BURGONDES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 3 324 mots
  •  • 5 médias

Sans doute originaires de Scandinavie, si l'on en croit les données linguistiques et toponymiques, les Burgondes (du latin Burgundiones ) apparaissent dans l'histoire au i er  siècle de notre ère. Ils sont alors établis sur les rives polonaises de la mer Baltique où ils séjourneront jusqu'au iii e  siècle, avant d'entreprendre une nouvelle migration vers le sud-ouest, qui les conduira aux frontièr […] Lire la suite

CARIBERT Ier (mort en 567) roi franc (561-567)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 129 mots

Fils aîné de Clotaire I er et d'Ingonde. Lors du partage du royaume de son père en 561, Caribert I er reçut les anciennes terres de Childebert I er , dont la capitale se trouvait à Paris. Ce souverain éloquent et érudit dans le domaine du droit n'en menait pas moins une vie dissolue et mourut excommunié, en 567, à Paris. Ses frères Gontran, Sigebert I er et Chilpéric I er se partagèrent alors […] Lire la suite

CHARLES MARTEL (688 env.-741)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 342 mots
  •  • 1 média

Fils de Pépin d'Herstal, Charles Martel apparaît dans l'histoire au lendemain de la mort de son père (déc. 714), qui déclencha des troubles violents dans le royaume franc : Neustriens et Aquitains alliés aux Frisons et aux Saxons tentèrent d'abattre la puissance austrasienne. Au bout de six ans, Charles Martel réussit à défaire ses adversaires et à s'imposer avec les titres de maire du palais, duc […] Lire la suite

CHILDEBERT Ier (495 env.-558) roi des Francs (511-558)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 255 mots

Troisième fils de Clovis, Childebert devint, après la mort de son père en 511, roi d'une part du royaume franc qui s'étendait au bord de la Manche depuis la Somme jusqu'à l'Armorique et englobait à l'est Paris et peut-être Meaux ; en Aquitaine il tenait les cités de Bordeaux et de Saintes. Aux Wisigoths qui se maintenaient encore au sud de la Garonne, il réussit à arracher la plus grande partie de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-28 février 2022 Suisse. Annonce de sanctions contre la Russie.

Selon la Banque nationale suisse, les avoirs russes représentaient près de 10,4 milliards de francs suisses (10,1 milliards d’euros) en 2020. Le pays est la principale place de négoce de matières premières (hydrocarbures, céréales) et une importante plaque tournante financière pour les grandes entreprises russes. Les jours suivants, tous les partis politiques, à l’exception de l’Union démocratique du centre (UDC) qui défend la neutralité du pays, se prononcent en faveur de sanctions plus dures. […] Lire la suite

20 février 2022 Suisse. Publication de l'enquête « Suisse Secrets » sur la banque Crédit Suisse.

Parmi les bénéficiaires des 100 milliards de francs suisses (97 milliards d’euros) déposés sur les quelque dix-huit mille comptes concernés figurent notamment des personnalités politiques, des hauts fonctionnaires, des chefs de service de renseignement et des membres de réseaux criminels originaires d’une multitude de pays. Crédit Suisse invoque un héritage du « passé », arguant que les contrôles antiblanchiment ont depuis lors été « massivement renforcés ». […] Lire la suite

13 décembre 2021 Suisse. Classement sans suite de l'enquête pour blanchiment contre l'ancien roi Juan Carlos.

La banque Mirabaud est condamnée à une amende de 50 000 francs suisses (48 000 euros) pour ne pas avoir saisi le Bureau de communication en matière de blanchiment […] Lire la suite

2 novembre 2021 Suisse. Inculpation de Sepp Blatter et Michel Platini.

Le Ministère public de la Confédération inculpe, principalement d’« escroquerie », l’ancien président suisse de la Fédération internationale de football association (FIFA) Sepp Blatter et l’ancien président français de l’Union des associations européennes de football (UEFA) Michel Platini, pour avoir « illicitement arrangé » le versement par la FIFA de 2 millions de francs suisses (1,9 million d’euros) à l’ancien capitaine des « Bleus ». […] Lire la suite

19 août 2021 Suisse. Estimation du coût de la neutralité carbone.

L’Association suisse des banquiers (ASB) estime à 387,2 milliards de francs suisses (357,8 milliards d’euros) le coût des investissements nécessaires pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050, soit 12,9 milliards par an. L’ASB affirme que « la place financière peut apporter une contribution importante dans le cadre de cette transition », mais qu’il « appartient à l’État de créer les conditions-cadres optimales » à cette transition, notamment en limitant « les entraves et les restrictions réglementaires ou fiscales aux activités de financement ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lucien MUSSET, « FRANCS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francs/