IDÉOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le problème de la définition des concepts occupe une place importante en science politique ou politologie. F. Bertier constate que « dans les sciences, on s'attache de plus en plus à la précision, et qu'on en arrive même à remplacer, en logique formelle, les mots, trop vagues, par des symboles mieux définis ; dans le langage politique, au contraire, continue de régner la plus néfaste confusion ». A. L. Kroeber et Clyde Kluckhohn ont pu réunir plusieurs centaines de définitions divergentes de la culture ; une entreprise analogue concernant l'idéologie donnerait sans doute le même résultat. De plus, le concept d'idéologie, infiniment plus politisé que celui de culture, est guetté par le dogmatisme ; on présente souvent une définition ni plus ni moins relative qu'une autre mais sacralisée par l'aval d'une autorité, ce qui permet de taxer ensuite d'ignorance ou de confusion les tenants des définitions déviantes. Aussi la meilleure – sinon l'unique – façon d'accéder à un début d'objectivité est-elle de rassembler les définitions divergentes pour en dégager un « type idéal », conçu en fonction de sa seule valeur instrumentale. À l'exigence chimérique d'une objectivité absolue, on oppose ainsi une subjectivité acceptée et « fonctionnalisée ».

Un moment arrive, certes, où les résultats d'un grand nombre de recherches confirmées aboutissent à des définitions acceptées par tout le monde. Ce stade est atteint en sciences naturelles et dans le secteur quantifié des sciences humaines, mais la politologie en est encore bien loin ; existe-t-il seulement une définition unanimement admise de concepts aussi importants que ceux de « fascisme », de « gauche » ou de « droite » ? Ignorer ce fait, c'est se donner une dangereuse illusion de « scientificité ». Dès lors, on s'étonnera moins de la place consacrée ici à la recherche d'une définition ; pour une étude de sociologie politique, cette recherche n'est pas à proprement parler le préalable du travail scientifique mais une dimension de ce dernier.

Distinctions fondamentales

Concept neutre et concept péjoratif

Il importe de prime abord de constater une ambiguïté foncière : le terme « idéologie » est utilisé dans un sens tantôt neutre, pour ne pas dire laudatif, tantôt critique (péjoratif). Raymond Aron signale une « oscillation, dans l'usage courant, entre l'acception péjorative, critique ou polémique – l'idéologie est l'idée fausse, la justification d'intérêts, de passions – et l'acception neutre, la mise en forme plus ou moins rigoureuse d'une attitude à l'égard de la réalité sociale ou politique, l'interprétation plus ou moins systématique de ce qui est et de ce qui est souhaitable. À la limite, n'importe quel discours philosophique est baptisé idéologie. À ce moment, l'idéologie devient un terme laudatif et non plus péjoratif » (Aron, Trois Essais sur l'âge industriel). Le marxisme orthodoxe eut peu à peu tendance à revenir à l'acception neutre (H. Chambre, voir aussi infra la définition d'Althusser), ce qui était symptomatique à la fois de son éloignement des conceptions personnelles de Marx et des progrès du processus d'idéologisation du marxisme à la faveur de ses succès politiques.

Idéologie et superstructure

Une seconde distinction, importante quant à ses incidences épistémologiques, est celle entre superstructure et idéologie. Elle peut être rattachée à celle qu'envisagent certains auteurs anglo-saxons entre origine et détermination sociale de la pensée : le concept d'origine désigne une simple relation de causalité sociale, alors que le terme de détermination exprimerait plutôt l'appartenance à une structure partielle « de combat » que l'on peut soupçonner de « distorsion ». D'après cette définition, les superstructures sont donc d'origine sociale ; quant aux idéologies, elles sont déterminées par l'appartenance à une sous-totalité : classe, génération, entité ethnique, ou sous-culture. (La fameuse « loi du milieu » offre, du point de vue sociologique, un assez bon exemple de l'idéologie, définie comme la codification des intérêts particuliers d'une totalité part [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en médecine, docteur ès lettres, professeur émérite de sociologie à l'université d'Amiens

Classification

Autres références

«  IDÉOLOGIE  » est également traité dans :

ALTHUSSER LOUIS (1918-1990)

  • Écrit par 
  • Saül KARSZ, 
  • François MATHERON
  •  • 4 564 mots

Dans le chapitre « Science, idéologie, pratique sociale »  : […] On attribue souvent à Althusser le principe d'une séparation tranchée entre « science » et « idéologie ». Dans Pour Marx et Lire « Le Capital » , « science » désigne à la fois le projet marxiste de produire des connaissances objectives et l'inscription de ce projet dans le camp des sciences effectives. D'où l'insistance sur la rigueur des concepts, des méthodes et des objets, et l'accent mis sur […] Lire la suite

ANTAL FREDERICK (1887-1954)

  • Écrit par 
  • Nicos HADJINICOLAOU
  •  • 763 mots

Fils de la bourgeoisie aisée de Budapest, Frederick Antal est à la fois le premier en date et le plus important historien d'art marxiste, et on peut le considérer comme le fondateur d'une histoire de l'art matérialiste libérée de tout esprit spéculatif. Cet homme, qui a participé activement, en 1919, à l'instauration de la République des soviets de Hongrie et qui a dû quitter successivement la Hon […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 948 mots
  •  • 3 médias

L'intervention de l' État dans le domaine de l' architecture ne constitue pas un phénomène nouveau. De tout temps et sous tous les régimes, l'État est intervenu dans la mesure où toute réalisation architecturale met en cause les intérêts de couches de population bien plus larges que celles qui sont directement concernées par la construction d'un édifice. C'est l'objet de cette intervention et les […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le poids des armes »  : […] Au commencement était le combat, pour lequel, qu'on le veuille ou non, l'armée est organisée. Sans doute n'est-ce pas sa seule mission, ni sa seule perspective, à l'heure notamment où tant de militaires sont voués au maintien de l'ordre, s'adonnent à des tâches scientifiques ou subalternes, gèrent des personnels sans vocation guerrière ou sont paralysés par la dissuasion. Mais le combat, in fine , […] Lire la suite

ARON RAYMOND (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 6 089 mots

Dans le chapitre « Pluralisme et libéralisme »  : […] Y a-t-il une rationalité historique ? Un sens de l'histoire, une ruse de la raison ne sauraient s'entendre que dans une perspective infinie et pour la totalité achevée de l'humanité. Ici et maintenant, les conduites individuelles ou celles des groupes déterminés ne se réfèrent qu'à une rationalité partielle (elles visent une fin) et ne définissent pas un plan universel. Au pluralisme des sujets, q […] Lire la suite

BAUDRILLARD JEAN (1929-2007)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BUSSIÈRE
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Sociologue et philosophe, Jean Baudrillard est né le 20 juillet 1929 à Reims dans une famille d'origine paysanne. Fils unique et studieux, il est remarqué par ses instituteurs, qui soutiennent son dossier de bourse. Il intègre le lycée Henri-IV, à Paris, où il prépare le concours d'entrée à l'École normale supérieure, qu'il interrompt pour devenir ouvrier. Cette expérience terminée, il achève ses […] Lire la suite

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Bonheur et fuite du temps »  : […] Conscience d’être situé à mi-chemin de l’animalité et de la divinité, conscience de la mort dont l’homme ressent qu’elle est à la fois un privilège qui le situe au-dessus des bêtes et la source de son malheur, tout nous ramène, quand il s’agit du bonheur, à la question de la fuite du temps. Situer le bonheur dans la chaîne du temps semble le principal défi qu’ont dû relever les philosophes. En dép […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « La lutte de classes : un credo politique »  : […] Postuler que le conflit est un élément constitutif de toute société n'est pas faire preuve d'une audace intellectuelle excessive. Comment, après tout, la machine sociale fonctionnerait-elle sans une « différence de potentiel », sans un déséquilibre interne producteur du mouvement et de l'ordre ? Et comment l'existence individuelle et collective des hommes serait-elle pensable sans la catégorie de […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 394 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La conception objectiviste »  : […] L'autre conception, dont notre analyse s'éloigne, peut être nommée, à l'inverse, objectiviste. Elle ne définit le conflit de classes que par le fonctionnement d'un système économique, ce qui est indispensable, en effet, pour comprendre les mécanismes de la domination d'une classe et pour analyser les rapports sociaux de travail, mais ce qui dissocie complètement les rapports de classes et l'action […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la théorie des idéologies à la sociologie de la connaissance »  : […] C'est le philosophe allemand Max Scheler qui propose les termes Wissensociologie et Soziologie des Wissens dans un ouvrage collectif paru en 1924, dont le programme inclut à la fois la détermination sociale de la vérité (ou de la connaissance du vrai) et de toutes les formes d'illusions sociologiquement conditionnées. Construisant à la fois sur les apports de la phénoménologie et sur ceux de la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 mars 2022 Inde. Polémique au sujet de l'interdiction du port du voile à l'école dans le Karnataka.

Ce jugement apparaît comme un soutien à l’idéologie suprémaciste de l’hindutva qui défend la supériorité du mode de vie hindou, largement majoritaire en Inde – l’Islam constituant la principale minorité. L’interdiction avait suscité de nombreuses manifestations de soutien ou de contestation au cours des semaines précédentes, alors que cinq États du pays s’apprêtaient à renouveler leur Parlement. […] Lire la suite

3 septembre 2021 Nouvelle-Zélande. Attaque djihadiste à Auckland.

La Première ministre Jacinda Ardern déclare que le drame est imputable à « un individu, pas une religion, pas une culture, pas une ethnie », tout en reconnaissant qu’il a été motivé par « une idéologie violente et inspirée du groupe État islamique ».  […] Lire la suite

14-6 juillet 2021 Union européenne – Hongrie – Pologne. Ouverture de procédures d'infraction à l'encontre de la Hongrie et de la Pologne.

Sont visées la loi hongroise interdisant la représentation ou la promotion, auprès des mineurs, de la sexualité, de l’homosexualité et du changement de sexe, votée en juin, ainsi que les résolutions contre l’idéologie LGBT et les chartes des droits des familles adoptées depuis 2019 par certaines collectivités locales polonaises. Budapest et Varsovie ont deux mois pour répondre à cette mise en demeure. […] Lire la suite

3 mars 2021 France. Dissolution du groupuscule d'extrême droite Génération identitaire.

Le Conseil des ministres adopte le décret de dissolution du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire, l’accusant de promouvoir « une idéologie incitant à la haine, à la violence ou à la discrimination des individus en raison de leur origine, de leur race et de leur religion », et notamment d’entretenir « un amalgame insidieux » entre les musulmans, les immigrés et « les assassins ou les terroristes ». […] Lire la suite

4 novembre 2020 France. Dissolution d'une organisation de jeunesse turque.

Le gouvernement estime que ce « mouvement paramilitaire et ultranationaliste » promeut « une idéologie tendant à discriminer, voire à provoquer à la violence contre les personnes d’origine kurde et arménienne ». Le MHP est allié au Parti de la justice et du développement du président turc Recep Tayyip Erdogan. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joseph GABEL, « IDÉOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ideologie/