BACON chancelier FRANCIS (1560 ou 1561-1626)

La philosophie de Bacon représente une des grandes ruptures avec la scolastique. Après Thomas More et Montaigne, qu'il admire, avant Descartes qui le lira et reprendra plusieurs de ses idées, Bacon cherche à dégager la connaissance humaine de l'autorité accordée à Aristote par les universités : « Le savoir dérivé d'Aristote, s'il est soustrait au libre examen, ne montera pas plus haut que le savoir qu'Aristote avait. » Il reproche aux hommes de l'École de s'être enfermés à la fois dans des cellules de monastères et dans l'étude d'un tout petit nombre d'auteurs, en tout état de cause, dans un savoir livresque, au lieu d'explorer et étudier la nature.

Francis Bacon

Francis Bacon

photographie

Le chancelier Francis Bacon (1560 ou 1561-1626), philosophe, juriste et homme politique anglais. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Né à Londres dans une famille qui a déjà fourni à la Couronne anglaise quelques grands serviteurs mais qui n'appartient pas à la noblesse terrienne, Bacon fut élève de Trinity College (Cambridge) et étudia le droit à Gray's Inn (Londres). Il séjourna en France de 1576 à 1578 (ou 1579) auprès de l'ambassadeur de la reine Élisabeth à Paris.

Bacon a combiné une carrière politique et une vie de philosophe : membre du Parlement à partir de 1584, il publie en 1597 un premier petit volume contenant notamment des « Essais moraux et politiques ». Après la mort de la reine (1603), se croyant écarté des charges publiques, il entreprend de rédiger Du progrès et de la promotion des savoirs, mais le nouveau roi, Jacques Ier, lui aura confié des tâches importantes avant que le livre ne paraisse (1605). Dans les années qui suivent, malgré ses fonctions de juriste et d'homme politique, il trouve le loisir d'écrire des opuscules philosophiques qui circuleront en manuscrit et un traité d'interprétation des fables antiques, le De la sagesse des Anciens (1609). Il devient garde des Sceaux en 1617, puis lord Chancellor en 1618, avant de publier, en 1620, le Novum Organum. Fait chevalier en 1603 (sir Francis Bacon), il sera créé baron de Verulam en 1618 et vicomte de Saint-Alban en 1620 (ou 1621). Une accusation de corruption dans un contexte politique difficile me [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  BACON chancelier FRANCIS (1560 ou 1561-1626)  » est également traité dans :

COLLECTIONNISME

  • Écrit par 
  • Olivier BONFAIT
  •  • 11 965 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Des cabinets scientifiques ? »  : […] Ier de Saxe est universel : il englobe peintures, sculptures, curiosités et bibliothèque. Trente ans plus tard, Francis Bacon, dans son New Atlantis propose d'installer, dans le collège et le laboratoire du Salomon's House à Oxford, deux longues galeries, l'une regroupant les exemples des plus grandes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/collectionnisme/#i_8197

CULTURE - Culture et civilisation

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 14 333 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Civilité et relativité culturelle. Le pacte social »  : […] principe de sa constitution – la paix universelle chez Dante –, les moyens en sont développés par la culture. Bacon en pose précisément le concept, mais dans les limites et sur le modèle de cultura mentis individuelle, sans lui donner toute son extension dans le domaine de la collectivité. Hobbes, au contraire, partant de l'obstacle qu'oppose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culture-culture-et-civilisation/#i_8197

DÉRIVE DES CONTINENTS

  • Écrit par 
  • John Tuzo WILSON
  • , Universalis
  •  • 3 390 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Des débuts de la théorie aux critiques de la thèse de Wegener »  : […] L'idée de la dérive continentale semble avoir été formulée dès 1620 par Francis Bacon et, dans les siècles suivants, de nombreux savants émettent des hypothèses dans ce sens, certaines fantaisistes, d'autres plus vraisemblables, parmi lesquelles celles de Antonio Snider-Pellegrini (1859), de Frank Bursley Taylor (1910), de Howard Bigelow Baker ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derive-des-continents/#i_8197

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 316 mots
  •  • 1 média

pour grand rationaliste au siècle de Voltaire, devint ainsi le père de l'empirisme. Il faut être attentif à l'emploi des mots. Nous avons fait de Francis Bacon une des grandes figures empiristes illustrant la dialectique kantienne. Pourtant, il déclare lui-même : « Ceux qui ont traité des sciences furent ou des empiriques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_8197

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 701 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « De la Renaissance aux Lumières »  : […] Comment combler ce gouffre ? Par la réflexion sur la connaissance et sur sa transmission. À partir du chancelier Francis Bacon (1561-1626), l'« arbre » des connaissances venu de l'Antiquité (Porphyre) remplace un cercle qui ne cesse de s'ouvrir. À partir de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie/#i_8197

ESSAI, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 693 mots
  •  • 1 média

Le terme d'« essai » implique une part sans doute trop grande faite à la liberté, pour que puissent se soumettre à un même titre des écrits dont la caractéristique commune est l'hétérogénéité. Or, on désigne ainsi un certain nombre de textes en prose, aux formes diverses, mais comme soumis à une inspiration analogue et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essai-genre-litteraire/#i_8197

EUTHANASIE

  • Écrit par 
  • Véronique RACHET-DARFEUILLE
  •  • 2 946 mots

Dans le chapitre « Évolution de la notion »  : […] chez les Modernes dans L'Utopie (1516) de Thomas More. C'est Francis Bacon qui forge le terme en 1605 pour critiquer l'indifférence des médecins de son siècle pour le traitement de la douleur qui, selon le philosophe, devrait être appliqué « non seulement quand un tel adoucissement est propice à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euthanasie/#i_8197

FEIJÓO BENITO JERÓNIMO (1676-1764)

  • Écrit par 
  • Robert RICARD
  •  • 2 335 mots

Dans le chapitre « Le culte de la vérité : un disciple de Bacon »  : […] Grand esprit sans nul doute, Aristote ne peut prétendre à l'infaillibilité. Feijóo, lui, est un disciple de Francis Bacon : sa principale autorité, c'est l'expérience. Aussi ne se montre-t-il guère favorable à Descartes, dont le génie lui paraît trop systématique et trop spéculatif et dont la philosophie soulève de graves objections de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benito-jeronimo-feijoo/#i_8197

HEURISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN-GONI
  •  • 8 416 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Heuristique générale ou la logique de la découverte »  : […] dans l'heuristique mécanique des grands systèmes de traitement de l'information. F. Bacon, le prémoderne, n'a d'autre souci que « l'augmentation des sciences ». Loin des spéculations formalistes, il ne souhaite que le développement concret des connaissances : « La fin légitime et véritable des sciences consiste à doter la vie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heuristique/#i_8197

INDEXATION

  • Écrit par 
  • Douglas J. FOSKETT, 
  • Jacques MANIEZ
  •  • 10 257 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'indexation matières »  : […] mais le premier philosophe moderne qui ait exercé une influence considérable fut Francis Bacon, dont le système se fondait sur les trois fonctions intellectuelles : la mémoire, l'imagination et la raison. Ce système exerça une profonde influence sur la grande Encyclopédie, comme le reconnaît Diderot dans sa Préface. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indexation/#i_8197

LIBERTINS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Antoine ADAM
  •  • 5 708 mots

Dans le chapitre « Le libertinage critique »  : […] avaient trouvé dans les Essais de Montaigne. Ils le retrouvaient dans les Essais de Bacon. Le retentissement de ceux-ci, en France, fut énorme et l'on a relevé, pour ne prendre qu'un exemple, qu'une des pages les plus audacieuses de La Mothe Le Vayer était la pure et simple traduction d'une page de Bacon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/#i_8197

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 008 mots

Dans le chapitre « Considérations historiques »  : […] d'anarchie intellectuelle, où le besoin d'un ordre est d'autant plus ressenti, François Bacon et Descartes, inquiets d'éviter, pour le nouveau savoir, le sort de la scolastique, désirent le confier à une méthode. Ils sont aussi impressionnés par la masse d'inductions fausses, d'analogies fourvoyantes, d'explications verbales, qu'on trouve dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/methode/#i_8197

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le positivisme et l'évolution de la science positive »  : […] C'est à Descartes, auquel il associe Francis Bacon et Galilée, que Comte fait remonter les principes de la philosophie positive : « L'époque où [les sciences] ont commencé à devenir vraiment positives doit être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/positivisme/#i_8197

PRÉNOTION, sciences sociales

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 805 mots

prolêpsis, qui désigne chez les stoïciens et les épicuriens les notions communes tirées de l'expérience antérieurement à toute réflexion, le concept de prénotion est utilisé par sir Francis Bacon, au début du xviie siècle, pour signifier, « dans l'effort de mémoire, l'idée vague et latente de ce que nous cherchons, qui limite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prenotion-sciences-sociales/#i_8197

SUPERSTITION

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 5 391 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la Renaissance aux Lumières »  : […] xviiie siècle, toute religion constituée. Déjà F. Bacon l'associe à la théologie lorsqu'il en fait une des « trois sources d'erreurs et de fausse philosophie », en observant que : « La corruption de la philosophie par son mélange avec la superstition et la théologie apparaît de loin la plus étendue et la plus dommageable soit pour des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superstition/#i_8197

UNE LETTRE DE LORD CHANDOS, Hugo von Hofmannsthal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 967 mots

Dans le chapitre « Le langage à la question »  : […] La composition d'Une Lettre date d'août 1902 ; à l'époque, Hofmannsthal lisait ou relisait Francis Bacon (1560-1626), philosophe anglais qui, à l'égal de Montaigne, a élaboré une pensée à la hauteur des Temps modernes. Le texte fut publié dans le journal berlinois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-lettre-de-lord-chandos/#i_8197

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 031 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les utopies modernes »  : […] En France, Rabelais s'esclaffe et s'ébroue, éclabousse et éblouit avec son abbaye de Thélème. Un autre grand Anglais, Francis Bacon, prend congé de ses labeurs encyclopédiques avec l'espérance – ou la désespérance – de sa Nouvelle Atlantide (1627), précédée, dans un genre analogue, de la Reipublicae christianopolitanae descriptio (1619) de Jean […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/#i_8197

Pour citer l’article

Michèle LE DŒUFF, « BACON chancelier FRANCIS (1560 ou 1561-1626) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacon-chancelier-francis/