RÉFORME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Luther

Luther
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Jean Calvin

Jean Calvin
Crédits : Imagno/ Getty Images

photographie


L'Église chrétienne d'Occident, qui a réussi à surmonter plusieurs hérésies au Moyen Âge, a vu au cours du xvie siècle, entre 1517 et 1570, de larges secteurs géographiques lui échapper définitivement, une opposition se créant ainsi entre l'Europe méditerranéenne, latine et romaine, et l'Europe protestante du Nord-Ouest et du Nord. Malgré le maintien de nombreux rapports entre les deux blocs, chacun élaborera après 1560 une culture originale qui a imprégné des générations de fidèles, en particulier dans les campagnes.

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Vidéo

Espagnols et Portugais en Amérique et en Asie. Charles Quint. Luther.Le XVIe siècle marque l'apogée ottomane. En 1517, l'Empire détruit le pouvoir mamelouk d'Égypte ; puis, Soliman le Magnifique étend ses conquêtes en Orient, et jusqu'aux terres de l'empereur Charles Quint.Pendant ce temps,... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La Réforme a fourni une réponse au problème religieux qui préoccupait de nombreux chrétiens déçus de l'Église institutionnelle. Quatre raisons peuvent expliquer son succès : une sensibilité religieuse très vive, frappée par les malheurs du temps, hantée par une présence obsédante de la mort et de la peur et qui éprouvait le besoin d'un refuge ; l'évolution vers le sacerdoce universel, qui a suscité un anticléricalisme dirigé contre les privilèges et les pratiques financières des clercs ; l'importance des abus et le développement de l'imprimerie qui assurait la diffusion de la Bible, laquelle connaissait un grand succès et apparaissait comme une autorité infaillible.

Cependant, la Réforme, partie de Wittenberg, n'a pas conservé son unité. Elle s'est en réalité morcelée en trois tendances – luthéranisme, zwinglo-calvinisme et anglicanisme –, qui se sont parfois affrontées durement entre 1550 et 1650. Mais, en dépit d'une organisation ecclésiale différente et de divergences théologiques, l'accord a été maintenu touchant les questions fondamentales : le recours à la personne du Christ rédempteur, l'insistance sur la toute-puissance de la grâce (sola gratia) et le sola fide (la justification est un don gratuit qui ne dépe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur d'histoire de l'Alsace à l'université de Strasbourg-II

Classification


Autres références

«  RÉFORME  » est également traité dans :

ALBERT DE BRANDEBOURG (1490-1568) premier duc de Prusse (1525-1568)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 573 mots

Troisième fils du margrave d'Ansbach en Franconie, Albert de Brandebourg est destiné à une brillante carrière ecclésiastique. Dès l'âge de seize ans, il devient chanoine à Cologne, ce qui ne l'empêche pas de participer en 1508 à une campagne militaire de l'empereur Maximilien en Italie. C'est en 1510 que se situe sa fortune, lorsque, grâce aux manœuvres de son frère aîné, il est élu grand maître d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-brandebourg/#i_6397

ALBERT DE HOHENZOLLERN (1490-1545) électeur de Mayence (1514-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 316 mots

Auteur indirect de la Réforme, le prince Albert de Hohenzollern est le type même de l'évêque humaniste et mondain, plus soucieux de politique que de pastorale. Frère de l'Électeur de Brandebourg, il devient, grâce à la politique dynastique qui vise à faire de Magdebourg un apanage des cadets, archevêque de ce siège, en 1513, et administrateur de Halberstadt. L'année suivante, il obtient en plus l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-hohenzollern/#i_6397

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 499 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le rôle historique de Luther »  : […] Toutes les recherches conduites sur le climat religieux et social du début du xvi e siècle laissent subsister l'importance historique du rôle de Luther. Élaborée à l'aide des traditions anciennes, des souvenirs des conciles de Bâle et de Constance, des vieilles hérésies, de la mystique des Pays-Bas, vivifiée et enrichie par l'humanisme d'Érasme, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-histoire-allemagne-du-xvie-et-du-xviie-s/#i_6397

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'humanisme en Alsace. Heurs et malheurs de la Réforme »  : […] Au début était l'imprimerie. Mise au point à Strasbourg par Gutenberg, elle assura la diffusion des ouvrages anciens et le cheminement des idées nouvelles. Déjà à la fin du xv e  siècle, Geiler de Kaysersberg, prédicateur à la cathédrale, ose s'attaquer aux vices de la société en général et du clergé en particulier. Quelque chose s'ébranle dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alsace/#i_6397

ANABAPTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 399 mots

Dans le chapitre « Le « royaume de Dieu à Münster » »  : […] L'affaire dite du « Royaume de Dieu à Münster » (Westphalie) se rattache aux conséquences de la prédication d'Hofmann, d'une part, et aux circonstances socio-religieuses propres à l'introduction de la Réforme dans cette ville, d'autre part. Bernard Rothmann, le prêtre catholique responsable du passage de la cité au luthéranisme (1532), se convertit en effet bientôt (1533-1534) à l'anabaptisme hof […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anabaptisme/#i_6397

ANGLICANISME

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Réforme en Angleterre »  : […] Pour expliquer l'irruption de la Réforme en Angleterre, on a invoqué des causes économiques (la volonté d'indépendance financière à l'égard de Rome), culturelles (le progrès de l'humanisme), ecclésiastiques (l'insuffisance et les tares du clergé). Aucun de ces motifs n'est suffisant. La Réforme ne prit jamais en Angleterre une tournure révolutionnaire et dogmatique comme là où l'ont propagée Luthe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglicanisme/#i_6397

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'antijudaïsme de la Renaissance au XVIIe siècle »  : […] Dans l'Espagne du xv e  siècle, la suspicion permanente et la jalousie entretenue à l'encontre des conversos et de leur descendance, aussi appelés « nouveaux chrétiens » ou marranes, fait naître l'idée chez certains « vieux chrétiens » d'exiger des « statuts de pureté du sang » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisemitisme/#i_6397

APOLOGIE DE LA CONFESSION D'AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 331 mots

L'une des confessions luthériennes qui servit à défendre et à élaborer la Confession d'Augsbourg , écrite par Melanchthon en 1531. La première version de l' Apologie fut rédigée à la hâte et présentée le 22 septembre 1530, à la diète d'Augsbourg, à Charles Quint, après que celui-ci eut déclaré que la Réfutation (3 août 1530) prépar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apologie-de-la-confession-d-augsbourg/#i_6397

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire et le mystère »  : […] Entre l'espoir d'une mémoire retrouvée et la crainte de s'oublier dans les séductions propres à l'image : c'est toute l'histoire de l'art religieux qui pourrait se raconter à partir de cette grande oscillation inquiète. Les peintres de la Renaissance faisaient-ils autre chose qu'enraciner un culte légitime à peindre de si beaux Saint Sébastien  ? ces corps impassibles et rayo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-theologie/#i_6397

AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Roger DUFRAISSE
  •  • 510 mots
  •  • 2 médias

Fondée en ~ 15 par Drusus, sous le nom de Colonia Augusta Vindelicorum, « la plus brillante colonie de la province de Rhétie » (Tacite), Augsbourg est un centre militaire et commercial important sur la via Claudia. Ville épiscopale, vers 500, peu avant l'installation des Francs, les ducs de Souabe en abandonnèrent peu à peu le patronage aux évêques. Lors de l'invasion hongroise (bataille du Lechfe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augsbourg/#i_6397

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « La crise de la Réforme et le jansénisme »  : […] C'est essentiellement autour du problème de la justification que, au xvi e  siècle, se sont affrontés théologiens catholiques et réformés. Contre une Église qui leur paraît laxiste et corrompue, les réformateurs Luther, Calvin, Zwingli interprètent l'enseignement de l'apôtre Paul à la lumière des théories augustiniennes. Ils en adoptent la plus ex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_6397

BERNE DISPUTE DE (1528)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 737 mots

Assemblée qui, tenue dans l'église des Cordeliers, à Berne, du 6 au 27 janvier 1528, marque une étape importante dans l'histoire de l'établissement de la Réforme en Suisse. La dispute de Berne est convoquée par le Grand Conseil bernois, au sein duquel se retrouve, dès le printemps de 1527, une majorité favorable à la Réforme. C'est l'époque de l'affrontement entre Clément VII et François I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dispute-de-berne/#i_6397

BÈZE THÉODORE DE (1519-1605)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 504 mots

Successeur de Calvin et guide des huguenots lors des guerres de religion. Fils d'un bailli bourguignon, Théodore de Bèze mène d'abord, après des études juridiques à Orléans et à Paris, une vie de dilettante et de poète. Sa conversion et sa fuite à Genève (1548) lui permettent de jouer, pendant quinze ans, un rôle considérable dans le monde protestant français. Jusqu'en 1558, il enseigne le grec à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-de-beze/#i_6397

BRENZ JOHANN (1499-1570)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 410 mots

Le principal réformateur de la Souabe et de la Franconie, et l'un des plus grands théologiens luthériens. Après avoir suivi des études en lettres et en théologie à Heidelberg, Brenz adhère à la Réforme sous l'influence de Luther qui l'a profondément marqué. De 1522 à 1533, il introduit progressivement la Réforme dans la ville libre de Schwäbisch-Hall, où il se révèle un organisateur de talent. Pri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-brenz/#i_6397

BUCER ou BUTZER MARTIN KUHHORN dit (1491-1551)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 754 mots

Le principal réformateur et chef de l'Église strasbourgeoise a eu des débuts modestes. Né à Sélestat, Bucer y fait ses humanités avant d'entrer dans l'ordre des Dominicains, où il poursuit pendant dix ans des études de théologie scolastique. À l'université de Heidelberg, il apprend à connaître l'humanisme d'Érasme et rencontre Luther (1518), dont il devient un disciple ardent. Délié de ses vœux mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bucer-butzer/#i_6397

BULLINGER HEINRICH (1504-1575)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 385 mots

Successeur de Zwingli, Bullinger a dirigé comme antistes l'Église du canton de Zurich de 1531 à sa mort. Fils d'un prêtre, il fait des études chez les Frères de la vie commune aux Pays-Bas et à Cologne, où il entre en contact avec l'humanisme et Érasme. Maître d'école à Kappel, il adhère à la Réforme à la lecture des ouvrages de Luther. Il devient l'ami et le conseiller de Z […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-bullinger/#i_6397

CALVIN JEAN (1509-1564)

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 5 315 mots
  •  • 2 médias

On pourrait affirmer que le plus grand réformateur français fut un Réformateur malgré lui. De naturel timide, de santé fragile, porté avant tout à l'étude et vers la tranquillité, il a été conduit par des événements où il voyait la main de Dieu à entreprendre une tâche de conducteur d'hommes et de défenseur d'idées. De là une certaine dureté, une intransigeance qui ont créé autour de lui la légend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-calvin/#i_6397

CALVINISME

  • Écrit par 
  • Jean CADIER, 
  • André DUMAS
  •  • 4 227 mots
  •  • 1 média

Le calvinisme est une doctrine de la gloire de Dieu. « À Dieu seul la gloire », telle est sa devise. Avec une ferveur obstinée, Calvin rappelle sans cesse que Dieu est le Maître tout-puissant du monde et des personnes, et que nos destinées sont entièrement dans sa main. Dans la foi et dans l'obéissance, l'homme reçoit de Dieu, jour après jour, les vocations qui le conduisent. Par un étrange parado […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calvinisme/#i_6397

CAPPEL JACQUES (1570-1624)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 217 mots

Petit-fils d'un avocat au parlement de Paris (mort en 1541), fils du sieur du Tilloy en Brie (1529-1586) — qui fut conseiller au parlement de Rennes, avant d'être contraint, parce que protestant réformé, de se retirer sur ses terres puis de fuir à Sedan — et frère de l'exégète Louis Cappel, Jacques Cappel étudie la théologie à Sedan, où il devient pasteur. En 1593, il fonde une communauté au Tillo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-cappel/#i_6397

CAPPEL LOUIS (1585-1658)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 401 mots

Pasteur réformé et professeur d'hébreu, auteur d'importants ouvrages de critique biblique, frère de Jacques Cappel, lui-même exégète et hébraïsant, Louis Cappel fit ses études à Sedan, grâce à son frère, dont il avait été tenu éloigné par sa parenté catholique pendant plusieurs années. Il devint précepteur d'une fille, Louise, du duc de Bouillon. En 1609, il entreprit un voyage d'études en Anglete […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-cappel/#i_6397

CECIL WILLIAM, baron BURGHLEY (1520-1598)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 452 mots

Élevé à la pairie en 1571, Cecil réussit une extraordinaire carrière politique : protégé de Somerset au début du règne d'Édouard VI, il survécut à la disgrâce de son maître, parvint à demeurer en grâce sous Marie Tudor, qui l'obligea à se convertir au catholicisme. Dès l'accession au trône d'Élisabeth (1558), il devint son principal secrétaire ; jusqu'à sa mort il joua le rôle d'un véritable inspi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-cecil/#i_6397

CHARTIER ROGER (1945- )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 2 107 mots

Dans le chapitre « Texte et culture »  : […] Dans ses lignes de force, l'œuvre de Roger Chartier aide à s'interroger sur des notions aussi importantes que celles de texte, d'événement ou de culture. Les littéraires ont longtemps cru savoir ce qu'était un texte, appréhendé à partir de son auteur et de son sens (ou de son défaut de sens). La prise en compte de sa genèse (de ses avant-textes), de son devenir éditorial, de sa réception lui a déj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-chartier/#i_6397

COLIGNY GASPARD DE CHÂTILLON sire de (1519-1572) amiral français

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 515 mots

Fils de Gaspard de Coligny, seigneur de Châtillon, et de Louise de Montmorency, Gaspard de Coligny a pour frère aîné le cardinal Odet de Coligny (1517-1571) et pour frère cadet François, dit d'Andelot (1521-1569). C'est, vers 1560, avant sa conversion au protestantisme, un homme de guerre célèbre. Il participe en 1544 à la victoire de Cérisoles et se jette en 1557 dans Saint-Quentin assiégé. En 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaspard-de-coligny/#i_6397

COMENIUS ou JAN AMOS KOMENSKY (1592-1670)

  • Écrit par 
  • Vaclav CERNY
  •  • 1 615 mots

Dans le chapitre « Une existence traquée »  : […] Seule la première moitié de sa vie, celle de ses années de ministre réformé et de recteur dans les écoles latines de la communauté des Frères bohêmes de sa province natale – il est né à Brod en Moravie –, appartient à sa patrie ; banni, en 1621, à la suite du désastre des États insurgés de Bohême à la Montagne-Blanche, il quitte en 1627 son dernier refuge clandestin en Bohême et s'en va partager […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comenius-jan-amos-komensky/#i_6397

CONFESSION D'AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Confession fondamentale des Églises luthériennes présentée le 25 juin 1530 dans ses versions allemande et latine, au cours de la diète d'Augsbourg, à Charles Quint, par sept princes luthériens et deux villes impériales libres. L'auteur principal en était Melanchthon, qui se servit des premières considérations de Luther sur la foi. Le but poursuivi était de défendre les luthériens contre les mauvai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confession-d-augsbourg/#i_6397

CONFESSION HELVÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 832 mots

On connaît deux « confessions helvétiques », la Confessio helvitica de 1536 et la Confession helvétique postérieure de 1566. La première Confession helvétique , ou deuxième Confession bâloise , est rédigée en janvier 1536, en particulier par H. Bullinger, Myconius et Grynæus, théologiens protestants zurichois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confession-helvetique/#i_6397

CROMWELL THOMAS (1485 env.-1540)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 408 mots

L'un des plus grands hommes d'État anglais du xvi e siècle, doué de qualités qui ont peut-être fait de lui « le plus remarquable révolutionnaire de l'histoire d'Angleterre » (G. R. Elton), Thomas Cromwell a joué un rôle primordial dans les grandes réformes et dans la politique de Henri VIII. Ses origines sont obscures et son destin d'abord incert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-cromwell/#i_6397

DU SERF ARBITRE, Martin Luther - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Contre les pélagiens qui insistaient sur la volonté humaine pour l'obtention du salut, saint Augustin avait déjà rappelé au début du v e  siècle que la perfection de l'homme ne peut provenir que de la grâce de Dieu, reçue comme un don de sa miséricorde, et qu'elle ne saurait être obtenue « par le libre ou plutôt le serf arbitre de la volonté propr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/du-serf-arbitre/#i_6397

ECCLÉSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 742 mots

Dans le chapitre « L'ecclésiologie de la Réforme »  : […] L'ecclésiologie de la Réforme protestante est fondée avant tout sur l'idée de la communion des vrais fidèles, justifiés par la foi (Luther), ou sur celle de l'assemblée des prédestinés (Calvin). L'Église est donc surtout un don de grâce, effet de la prédication ; elle se reconnaît à ce signe que « la Parole de Dieu y est vraiment annoncée et les sacrements correctement administrés », mais elle doi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecclesiologie/#i_6397

ECK JOHANN MAIER dit JOHANN (1486-1543)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 395 mots

Théologien catholique, l'un des principaux contradicteurs des réformateurs, parfois appelé Mayr, ou Mai(e)r. Après des études de théologie et de droit à Heidelberg, à Tübingen, à Cologne et à Fribourg-en-Brisgau, Johann Eck fut ordonné prêtre à Strasbourg en 1508 ; reçu docteur en théologie, il alla enseigner à Ingolstadt (1510). D'abord connu pour un traité sur le droit à l'intérêt (1515), il int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eck-johann-maier-dit-johann/#i_6397

ÉCOSSE

  • Écrit par 
  • Edwige CAMP-PIETRAIN, 
  • Roland MARX
  •  • 6 824 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Réforme et conflits politiques »  : […] Les idées de John Wyclif et de Jan Hus sont relayées par celles de Luther. Patrick Hamilton est le premier martyr en 1528 ; il trouve un héritier spirituel en George Wishart qui, en 1544, revient d'un exil en Suisse et, des influences zurichoises, a retenu la nécessité de s'en tenir à la seule autorité des Écritures : il paye de sa vie, en 1546, ses « hérésies », mais lègue son message à son disc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosse/#i_6397

ÉLOGE DE LA FOLIE, Érasme - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean VIGNES
  •  • 816 mots
  •  • 1 média

Conçu en 1509 et rédigé en latin la même année par Érasme (1467 env.-1536) à son retour d'Italie, dédié en 1510 au juriste anglais Thomas More (futur auteur de l' Utopie , 1516), imprimé pour la première fois à Paris en 1511 sous le titre Encomium Moriae , puis enrichi dans plusieurs éditions bâloises jusqu'en 1532, l' Éloge de la folie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eloge-de-la-folie/#i_6397

ÉRASME (1467 env.-1536)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 6 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre les Pays-Bas et Bâle : la rançon de la gloire »  : […] Toujours en quête d'un lieu de résidence propice à la fois à ses recherches savantes, à sa tranquillité, à ses intérêts (politiques, éditoriaux et même matériels), Érasme rentre d'Angleterre en juillet 1514, emportant avec lui de nombreux manuscrits. Il rentre, si l'on peut dire, au bercail, c'est-à-dire les Pays-Bas du Sud, où il fait à nouveau connaissance avec l'université de Louvain. Mais, dés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erasme/#i_6397

EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JOSSUA
  •  • 7 101 mots

Dans le chapitre « Les questions de la Réforme »  : […] Dans les pages qui précèdent, les réclamations des réformateurs du xvi e  siècle ont été dans une certaine mesure entendues. Il est certain aussi que l'admirable tradition liturgique orthodoxe aurait à faire valoir plus d'un point de vue complémentaire, en particulier par sa doctrine de l'Esprit-Saint. Il faut cependant donner priorité au rappel d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eucharistie/#i_6397

FAREL GUILLAUME (1489-1565)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 264 mots

Réformateur de la Suisse romande. Gentilhomme dauphinois cultivé, courageux et impulsif, disciple de Lefèvre d'Étaples et membre du groupe de Meaux, professeur de grammaire et de philosophie au collège parisien du Cardinal-Lemoine, dont il devient ensuite régent, Guillaume Farel rompt avec le catholicisme dès 1521. Mais la violence de son langage et son impétuosité lui valent partout des ennemis. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-farel/#i_6397

GANSFORT WESSEL (1419 env.-1489)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 281 mots

Né à Groningue, en Frise, Wessel Gansfort fait ses études à Cologne. Doté d'une immense culture, il vient, peu après 1450, affronter les maîtres nominalistes à Paris, où il resta près de vingt ans, avant de retourner dans son pays natal. Il doit sa notoriété à la publication par Luther de quelques- unes de ses œuvres ; celui-ci reconnaissait une inspiration proche de la sienne. Il est exact que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wessel-gansfort/#i_6397

GARDINER STEPHEN (1483-1555)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 344 mots

Théologien et homme d'État anglais, évêque de Winchester à partir de 1531, chancelier de l'Université de Cambridge en 1540, Lord-Chancelier au début du règne de Marie Tudor. Gardiner, poussé en avant par Wolsey, demeuré en grâce sous Henri VIII après la chute du ministre, a été l'avocat ardent d'un divorce royal fondé sur des principes théologiques ; il a soutenu la politique de suprématie du souv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-gardiner/#i_6397

GENÈVE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Patrick PIGEON
  • , Universalis
  •  • 4 564 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La cité épiscopale (1032-1533) »  : […] Un conflit de souveraineté naît entre les comtes de Genevois, qui possèdent le diocèse, étendu sur la plus grande partie de la Savoie septentrionale et sur les marches du Bugey et du Valromey, et l'évêque, chef spirituel, mais aussi souverain temporel et prince d'Empire. Par l'accord de Seyssel (1124), le prélat se fait reconnaître une prépondérance qui lui est bientôt contestée par la communauté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geneve/#i_6397

GENÈVE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 187 mots

C'est dans une ville où la vie intellectuelle était déjà fort active que fut fondée, en 1559, l'université souhaitée par Calvin. En 1365, à la demande du comte de Savoie, Amédée VI, l'empereur Charles IV avait décidé la création d'une université qui, en fait, ne vit pas le jour. Mais l'enseignement était dispensé dans des collèges dont certains, comme celui de Versonnex ou celui de Rive, jouèrent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-geneve/#i_6397

GRÂCE

  • Écrit par 
  • Georges CASALIS
  •  • 4 100 mots

Dans le chapitre « La Réforme »  : […] Au Moyen Âge, l'opposition se poursuit entre, d'une part, les semi-pélagiens, comme Vincent de Lérins, les néo-pélagiens, comme les nominalistes Occam et Biel, et, d'autre part, les représentants d'une tendance plus augustinienne comme Thomas d'Aquin, Bonaventure, Duns Scot ; mais à la Réforme le conflit rebondit avec une extrême rigueur, toute l'œuvre du moine augustinien, devenu le réformateur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grace/#i_6397

GUERRES DE RELIGION EN FRANCE, en bref

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 220 mots
  •  • 1 média

L'essor du calvinisme durant le règne de Henri II aboutit à une crise pour la monarchie, dès lors qu'une large part de la noblesse rejoint le camp réformé et que la politique d'apaisement et de compromis religieux menée par la reine mère Catherine de Médicis et le chancelier Michel de L'Hospital échoue, au concile national de Poissy (1561). Après le massacre de villageois protestants à Wassy en 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion-en-france-en-bref/#i_6397

HEIDELBERG CATÉCHISME DE

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 617 mots

Sous le titre complet de Catéchisme ou Instruction chrétienne, telle qu'elle est donnée dans les églises et les écoles du Palatinat électoral , ce document est intégré, en novembre 1563, dans la Constitution ecclésiastique que l'Électeur Frédéric III « le Pieux » fait adopter, dans un territoire où l'institutionnalisation de la Réforme n'a été entreprise que récemment et où l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catechisme-de-heidelberg/#i_6397

HENRI VIII (1491-1547) roi d'Angleterre (1509-1547)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 3 969 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La réforme religieuse »  : […] Henri VIII fait appel, sur l'avis de son nouveau conseiller, le théologien Thomas Cranmer, au jugement des principales universités d'Europe. Il en retire bien des satisfactions, mais l'intransigeance du pape leur donne une valeur surtout intellectuelle. Un jeu dangereux s'engage de part et d'autre : certains conseillers de Henri, dont Thomas Cromwell, estiment opportun d'associer leurs ambitions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-viii/#i_6397

HÉRÉSIE

  • Écrit par 
  • Alain LE BOULLUEC
  •  • 2 350 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hérésie et schisme »  : […] La distinction s'est faite très tôt entre hérésie et schisme, même si on ne la trouve juridiquement exprimée que dans le droit canon de la papauté médiévale. Ainsi Origène se demande-t-il, au iii e siècle, s'il faut considérer le montanisme, un mouvement prophétique, comme une hérésie ou un schisme. D'un côté, il s'agit de rompre avec la traditio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heresie/#i_6397

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 218 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La naissance d'une critique érudite (XVIe-XVIIIe siècles) »  : […] L'acte de naissance d'une critique des sources écrites, qui amorce l'ère des progrès, est indissociable de la critique de la Donation attribuée à Constantin ( De falso credita et ementita Constantini donatione ) que l'humaniste italien Lorenzo Valla rédige depuis la cour du roi de Sicile, Alphonse d'Aragon. Publié autour de 1440, ce texte analyse la source sur laquelle repos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-sources-et-methodes-de-l-histoire/#i_6397

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Renaissance et Réforme »  : […] Si la Renaissance n'eut, à tout prendre, qu'une signification philosophique assez réduite, elle modifie néanmoins complètement l'expérience que l'homme se fait de lui-même. Les perspectives de cette expérience s'élargissent dans des proportions qu'aucune époque, sans doute, ne connut avant elle. La découverte de la culture antique, présentée cette fois, au contraire de ce qui eut lieu pour la phil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homme-la-realite-humaine/#i_6397

HUS JAN (1370 env.-1415)

  • Écrit par 
  • Michel LARAN
  •  • 1 540 mots
  •  • 2 médias

Passionnément attaché à la réforme de l'Église catholique, Jan Hus a dépassé les enseignements de John Wyclif par la hardiesse et l'étendue de son action qu'il a menée jusqu'au sacrifice suprême. Il apparaît ainsi comme le précurseur, à plus d'un siècle de distance, des grands réformateurs du xvi e  siècle, de Luther en particulier, qui préfacera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-hus/#i_6397

HUTTEN ULRICH VON (1488-1523)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 458 mots

Né dans une famille de hobereaux franconiens, Ulrich von Hutten fut envoyé à l'abbaye de Fulda pour s'y préparer à la carrière ecclésiastique. Il s'en sauva, encourant la malédiction de son père, pour une vie errante à travers l'Allemagne et l'Italie. Dans ce pays (1512-1513), il conçut une vive antipathie pour la cour de Rome et un ardent désir de relever sa patrie. Le chevalier Ulrich von Hutten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ulrich-von-hutten/#i_6397

INSTITUTION DE LA RELIGION CHRÉTIENNE, Jean Calvin - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne CARBONNIER-BURKARD
  •  • 958 mots
  •  • 2 médias

Le nombre des éditions de l' Institution de la religion chrétienne témoigne du succès de l'ouvrage, dès sa sortie en 1536 : vingt éditions en latin et dix-sept en français, jusqu'à la fin du siècle, outre une bonne vingtaine d'éditions en d'autres langues. Ce manuel, devenu la somme de la théologie réformée, a pour auteur un autodidacte en théologie : le juriste Jean Calvin ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institution-de-la-religion-chretienne/#i_6397

ISLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Édouard KAMINSKI, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 16 476 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La tutelle danoise »  : […] Au début du xvi e  siècle, la monarchie dano-norvégienne, besogneuse, tenta d'hypothéquer ou de vendre l'Islande à l'Angleterre. Christian I er (1426-1481) avait accordé aux marchands allemands le droit de commercer directement avec l'île, à condition de n'y pas stationner au-delà de l'hiver ; les échanges ne cessèrent de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islande/#i_6397

JORIS DAVID (1501-1556)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 868 mots

Parmi les prédicateurs errants que la Réforme et la traduction des textes sacrés jetteront sur les routes d'Europe, David Joris se distingue par une destinée hors du commun plus que par l'originalité de sa pensée. Poursuivi par la haine conjointe des catholiques et des protestants, anabaptiste dissident, attaqué par les mennonites et par les munstérites, cet homme, dont la tête est partout mise à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-joris/#i_6397

JUD LEO (1482-1542)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 309 mots

Théologien réformé, collaborateur de Ulrich Zwingli, né en Alsace, Leo Jud (ou Judea) fait ses études à Sélestat puis à Bâle, commençant par la médecine à laquelle il renonce pour se préparer à devenir théologien, sous l'influence de Thomas Wyttenbach. Après une brève période de ministère à Saint-Hippolyte, il rencontre Zwingli, qu'il suit à Einsiedeln puis à Zurich. En août 1523, il introduit la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-jud/#i_6397

JUSTIFICATION

  • Écrit par 
  • André DUMAS
  •  • 3 809 mots

Dans le chapitre « Réforme et Contre-Réforme »  : […] C'est en grande partie sur la compréhension théologique de la justification que le christianisme occidental se divisa au xvi e  siècle. D'Augustin à Luther, la justification qui donne le salut a été de plus en plus liée aux conditions de la pénitence. Elle est plus ou moins devenue un processus curatif, un perfectionnisme progressif. Le baptisé re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justification/#i_6397

KNOX JOHN (1513 env.-1572)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 805 mots

Réformateur écossais, un des fondateurs du presbytérianisme. La date de sa naissance, près de Haddington, sur la Tyne, est encore discutée : on la fixait anciennement à l'année 1505 et l'on penche aujourd'hui pour 1513 ou 1514. Après avoir étudié à Glasgow, à Saint Andrews (1529), puis, pour la théologie, à Saint Salvator's College (1531-1535), John Knox est ordonné en 1536. Il est pendant quelque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-knox/#i_6397

LETTONIE

  • Écrit par 
  • J. A. ANDRUPS, 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 8 200 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Réforme luthérienne et ses conséquences »  : […] Le début du xvi e  siècle fut marqué par la Réforme de Luther, qui connut un grand succès dans les pays baltiques. Les Germaniques virent dans cette réforme le moyen de contester l'autorité romaine, tout en préservant leur propre pouvoir sur les paysans locaux. La lutte pour la possession des églises et des biens ecclésiastiques fut violente entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lettonie/#i_6397

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La production imprimée »  : […] La production se développe rapidement. Pour les seuls livres imprimés avant 1500, les incunables, on possède de trente à trente-cinq mille impressions différentes ; soit, en admettant un tirage moyen de cinq cents, quelque vingt millions d'exemplaires offerts au public. Parmi eux, 70 p. 100 de livres sont en latin, environ 7 p. 100 en italien, 5 à 6 p. 100 en allemand, 4 à 5 p. 100 en français et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_6397

LUTHER MARTIN (1483-1546)

  • Écrit par 
  • Martin BRECHT, 
  • Pierre BÜHLER
  •  • 11 930 mots
  •  • 4 médias

Au lendemain de la mort de Luther, ses amis soulignèrent l'œuvre immense qu'il laissait derrière lui : un véritable renouveau de l'exégèse biblique, de la prédication, des sacrements et de la liturgie, ainsi que de la fonction ecclésiastique. L'école et la formation universitaire avaient subi des changements. On avait acquis une nouvelle compréhension de l'État, du mariage, de l'activité professio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/#i_6397

MAGNIFICAT

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 721 mots

Le magnificat est un cantique liturgique chanté quotidiennement à l'office des vêpres, sur le texte latin Magnificat anima mea Dominum ... ( Mon âme exalte le Seigneur ...) d'après l'évangile de saint Luc ( i , 46 à 55). Il s'agit du cantique de la Vierge Marie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnificat/#i_6397

MEGANDER GASPARD GROSSMANN dit (1495-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 222 mots

Théologien zurichois, partisan de Zwingli dès 1522, Megander participe aux débats qui, dans sa ville natale, opposent les zwingliens aux catholiques, puis aux anabaptistes. Après la dispute de Berne, en 1528, il reste dans cette ville avec ses compatriotes, Pellicanus et Hofmeier, pour y travailler à l'établissement de la Réforme. Aux côtés de Berthold Haller, il prend part au colloque de Zofingen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/megander/#i_6397

MELANCHTHON PHILIPP SCHWARZERD dit (1497-1560)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 707 mots

« Précepteur » de la Germanie et inspirateur de l'Église territoriale luthérienne, un des maîtres du protestantisme. Né à Bretten dans le Palatinat, Melanchthon subit l'influence de Reuchlin, avant d'entreprendre des études à Heidelberg et à Tübingen (1510-1514). Puis il travaille quelque temps dans une imprimerie, ce qui le met en contact avec Érasme. En 1518, il est nommé à la chaire de grec de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melanchthon/#i_6397

MONTPELLIER

  • Écrit par 
  • Jean-Paul VOLLE
  • , Universalis
  •  • 1 565 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une cité marchande »  : […] Montpellier, de naissance tardive, ne dispose pas de racines romaines et ne deviendra française qu'en 1349. Le nom apparaît en 985 dans une charte locale accordant un terroir agricole à Guilhem, fondateur de la cité. Sa croissance est rapide : un château, un marché, des églises, un prieuré et un village circulaire prennent place sur deux collines réunies par une enceinte protectrice. L'essor de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montpellier/#i_6397

MÜNZER, MÜNTZER ou MUNCERUS THOMAS (1489 env.-1525)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 679 mots

Dirigeant révolutionnaire, chef religieux de la guerre des Paysans et l'un des protagonistes les plus importants de la Réforme, Thomas Münzer (ou Müntzer, ou Muncerus), fils de bourgeois, est d'abord un prêtre itinérant qui a fait de solides études à Leipzig et qui possède une grande culture classique et patristique, ainsi qu'une connaissance étendue des écrits mystiques et de la littérature joach […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/munzer-muntzer-muncerus/#i_6397

MURNER THOMAS (1475-1537)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 223 mots

Franciscain alsacien, Murner s'est illustré dans le rôle difficile de défenseur, par la plume et par la prédication, de l'Église traditionnelle, au moment de la progression spectaculaire de la Réforme. Il fait de solides études qui lui permettent de devenir docteur en théologie (1516) et docteur en droit (1519). Dès l'apparition de Luther, il se pose en adversaire acharné et soutient le roi Henri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-murner/#i_6397

MYCONIUS OSWALD GEISHÜSLER dit (1488-1552)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 192 mots

Réformateur suisse, collaborateur de Zwingli. Né à Lucerne, Myconius fait des études à Bâle et rencontre, en 1516, Zwingli dont il restera un fidèle compagnon. Il quitte Lucerne pour se rendre à Einsiedeln, puis à Zurich, où il participe aux débats avec les catholiques et les anabaptistes. Après la mort de Zwingli (1531), il se trouve à Bâle ; il succédera à Œcolampade, en 1532, à la tête de l'Égl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myconius/#i_6397

NORMANDIE

  • Écrit par 
  • Armand FRÉMONT, 
  • Lucien MUSSET
  •  • 7 267 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Réforme, Contre-Réforme et misère populaire (1550-1685) »  : […] Au milieu de cet essor économique et artistique survint la Réforme. Elle ne se fit guère sentir en Normandie avant 1550, mais trouva ensuite un puissant écho, surtout à Caen et à Rouen. Bourgeoisie et moyenne noblesse passèrent en masse au calvinisme. En 1562-1563, une grande partie de la Basse-Normandie faillit basculer dans le protestantisme à l'appel de Gabriel de Lorges, comte de Montgomery, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/normandie/#i_6397

ŒCOLAMPADE JOHANNES HAUSSCHEIN dit (1482-1531)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 342 mots

Réformateur de Bâle, humaniste érudit et pondéré, Œcolampade fait des études de droit et de théologie à Bologne et à Heidelberg, où il subit l'influence humaniste et mystique de Wimpfeling. Après 1510, il concilie son activité de prédicateur avec des études à Tübingen et auprès de Reuchlin. En 1515, il collabore avec Érasme à l'édition du Nouveau Testament. En 1518, il est nommé prédicateur à Bâle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oecolampade/#i_6397

ŒCUMÉNISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT, 
  • Georges CASALIS, 
  • Étienne FOUILLOUX
  •  • 6 378 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ruptures »  : […] Il est évident que l'unité, si elle n'implique pas l'uniformité, ne saurait être spirituelle et invisible, pas plus que n'est invisible l'« œcuménie » qui en est la raison d'être. C'est à partir du moment où l'on perd la perspective apostolique, missionnaire et universelle que les diversités deviennent divergences et les tensions fécondes ruptures stérilisantes : la confession de foi, résumé, à c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oecumenisme/#i_6397

PAPAUTÉ

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 5 492 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De la Réforme à l'époque contemporaine »  : […] Pourtant le pouvoir papal, alors détenu par des pontifes plus soucieux de politique et d'humanisme que d'apostolat, devait rencontrer une opposition, partielle de la part du gallicanisme des rois de France et de la Sorbonne, et radicale de la part des différentes réformes du xvi e siècle, allant jusqu'au rejet du pouvoir papal par Luther (1519). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/papaute/#i_6397

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 427 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Humanisme et religion »  : […] Si l'humanisme définit un mouvement de libération de l'homme par la redécouverte des valeurs morales et intellectuelles encloses dans la littérature gréco-latine et leur adaptation à des besoins nouveaux, ne se heurte-t-il pas à la conception de l'homme, du monde et de Dieu, telle que les grandes religions révélées, et notamment le christianisme, l'ont définie antérieurement, concurremment ou post […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/#i_6397

PAYSANS GUERRE DES

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 1 727 mots

Dans le chapitre « Une explosion de révoltes »  : […] La guerre présente une foule d'épisodes simultanés mais sans liens positifs ou apparents, dont l'analyse est rendue difficile par suite de l'indigence des sources non engagées, de la partialité des historiens, de l'attraction opérée par certains chefs, apôtres et martyrs, de la diversité régionale enfin. Multipliés après 1480, les signes précurseurs sont symbolisés par un nom, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-des-paysans/#i_6397

PETRI OLAUS (1493-1552) & LAURENTIUS (1499-1573)

  • Écrit par 
  • Jean Maurice BIZIÈRE
  •  • 300 mots

Les frères Olaus et Laurentius Petri (forme latine d'Olaf et de Laurent Petersson), d'origine modeste, firent leurs études de théologie à Wittenberg au contact direct de Luther et de Melanchton, et ils jouèrent un rôle important dans l'instauration de la Réforme en Suède. Olaf revint d'Allemagne en 1519 et se mit aussitôt à prêcher les idées nouvelles aux bourgeois de Stockholm, traduisant pour eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petri-olaus-et-laurentius/#i_6397

PHILIPPE Ier LE MAGNANIME (1504-1567) landgrave de Hesse (1509-1567)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 717 mots

Prince ambitieux et valeureux, le landgrave de Hesse a été pendant vingt ans le chef incontesté des protestants, au point de constituer un danger pour Charles Quint. Pourtant Philippe I er a eu une jeunesse difficile : ayant perdu son père à l'âge de cinq ans, il est proclamé majeur en 1518. Aussitôt humilié par le rusé chevalier de Sickingen, il prend l'habitude de gouve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philippe-ier-le-magnanime/#i_6397

POISSY COLLOQUE DE (1561)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 360 mots

Réuni à l'instigation de Catherine de Médicis et de Michel de L'Hospital, le Colloque de Poissy devait théoriquement rapprocher les points de vue catholiques et calvinistes et si possible rétablir l'unité religieuse du royaume, ce qui prouve que, pour nombre de contemporains, l'abîme entre les deux religions ne paraissait pas infranchissable. L'occasion immédiate est fournie par les limitations ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colloque-de-poissy/#i_6397

POITOU

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Ancienne province française dont l'essentiel a formé les départements de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Vienne. Riche comme tout l'Ouest en mégalithes et en gisements de l'âge du bronze, le Poitou entre dans l'histoire comme territoire des Pictones, d'où son nom. À l'époque romaine, il fut l'une des cités d'Aquitaine. D'importants vestiges témoignent d'une profonde romanisation. Celle-ci rayo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poitou/#i_6397

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 181 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'éclat de la Renaissance »  : […] Le développement économique que l'on constate, de la fin du xv e  siècle jusqu'au début du xvii e , s'est fait en faveur de la noblesse et de la bourgeoisie. La propriété foncière tend à devenir le monopole de la noblesse et du haut clergé ; la bourgeoisie en est écartée, et les tenures des paysan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pologne/#i_6397

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La construction de la modernité : le Portugal au xviiie siècle »  : […] Au début du xviii e  siècle, pour protéger son empire colonial, le Portugal prend part à la guerre de Succession d’Espagne (1702-1714) au côté de la coalition anglaise. Il ne retire aucun bénéfice de cette participation coûteuse. Négocié en 1703, le traité de Methuen, qui réserve le marché anglais aux vins portugais contre l'entrée privilégiée des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_6397

PRATIQUE ET PRAXIS

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « Vie active et vie contemplative »  : […] L'attitude « normale » est ainsi de l'ordre de la morale et de la politique. Avec la disparition de l'autonomie de la cité, conséquence de l'apparition des empires, elle changera ; l'individu ne pourra plus véritablement influer sur des décisions qui, dorénavant, dépendent d'autorités tout autres que celles de sa cité. Le résultat n'est cependant pas une évaluation positive de la technique et du t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pratique-et-praxis/#i_6397

PROSTITUTION À L'ÉPOQUE MODERNE (XVe-XVIIIe SIÈCLES)

  • Écrit par 
  • Amélie MAUGÈRE
  •  • 3 105 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L’intransigeance de l’Église : une morale sexuelle austère »  : […] En Angleterre, aux Pays-Bas et en Scandinavie, la prostitution n’a jamais donné naissance à l’instauration de bordels municipaux ; il est par conséquent difficile d’imputer une attitude répressive à la Réforme. Pour ces pays, terres de prédilection de ce mouvement, il n’y avait rien à fermer. Les autorités protestantes ont toutefois alimenté les controverses entourant les mœurs du clergé catholiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-a-l-epoque-moderne-xve-xviiie-siecles/#i_6397

PROTESTANTISME - Les Églises protestantes de la fin de la Réforme au début du XXe s.

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 1 942 mots

C'est entre 1550 et 1570 que la Réforme s'est trouvée définitivement installée après avoir mis en place des confessions de foi et des institutions (voir art. réforme ). Jusqu'au début du xx e  siècle, les Églises protestantes ont connu, en fait, trois grandes périodes (1570-1720, xviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-les-eglises-protestantes-de-la-fin-de-la-reforme-au-debut-du-xxe-s/#i_6397

QUATRE-VINGT-QUINZE THÈSES (1517)

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 177 mots
  •  • 1 média

Dans une brève biographie de Luther qu'il rédige en 1546, Mélanchthon note l'affichage par celui-ci de 95 thèses contre les indulgences, qui sont un plaidoyer pour la grâce, laquelle seule peut provoquer en l'homme une pénitence salutaire. L'événement aurait eu lieu le 31 octobre 1517. Les thèses auraient été affichées sur la porte de l'église du château de Wittenberg, afin d'appeler à une dispute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatre-vingt-quinze-theses/#i_6397

RELIGIEUSE CHRÉTIENNE MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Jacques PORTE, 
  • Edith WEBER
  •  • 6 047 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le choral protestant »  : […] Si Luther considère la musique comme « un don de Dieu tout proche de la théologie » alors que Calvin proclame la primauté du texte, tous deux réclament cependant l'usage du vernaculaire, « langage commun à l'apprenti au travail, au paysan, à la mère près de l'enfant qui pleure dans son berceau ». En Saxe, Luther, mêlant humanisme et protestantisme, instaure le choral populaire à une voix ou poly […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-religieuse-chretienne/#i_6397

RELIGION GUERRES DE

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 619 mots
  •  • 1 média

En France, on appelle d'ordinaire « guerres de religion » les conflits armés qui opposèrent, dans le royaume, catholiques et calvinistes entre 1562 et 1598. La perspective historique impliquée par cette géographie et par cette chronologie est à tous égards trop étroite. En effet la lutte armée entre chrétiens fidèles à Rome et réformés reprit en France après la mort d'Henri IV. C'est donc à la pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerres-de-religion/#i_6397

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Oppositions et tensions »  : […] L'augmentation de la densité de population, l'urbanisation accélérée, le renforcement, fût-il relatif, de la puissance étatique enserrent l'individu dans un filet de réglementations beaucoup plus strictes qu'au cours des époques précédentes. Or la Renaissance est l'époque des fortes individualités, de la virtù. Ces fortes personnalités profitent sans doute du « desserrement » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_6397

RIVET ANDRÉ (1572-1651)

  • Écrit par 
  • Paul DIBON
  •  • 981 mots

Théologien protestant français, né à Saint-Maixent, André Rivet joua un rôle important au sein des Églises réformées et dans la vie politique du xvii e  siècle. Au terme d'études philosophiques et théologiques à La Rochelle, puis à l'Académie d'Orthez, nouvellement fondée par Henri de Navarre, il avait été appelé à Thouars en 1595 comme pasteur et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-rivet/#i_6397

SAINT-BARTHÉLEMY (1572)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 871 mots
  •  • 2 médias

Par son retentissement européen, en particulier sur l'opinion protestante, que l'événement secoue plus encore que la nouvelle du massacre des garnisons françaises de Floride par les Espagnols (1565), par sa valeur de test sur la morale politique des siècles ultérieurs, le massacre de la Saint-Barthélemy , le 24 août 1572, constitue l'une des grandes dates de l'histoire européenne du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-barthelemy/#i_6397

SALUT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 4 781 mots

Dans le chapitre « Controverses chrétiennes autour du salut »  : […] Le début du christianisme a donné la prédominance au salut eschatologique, déjà manifesté dans la première venue cachée de Jésus-Christ, qui, par sa mort et sa résurrection, a brisé les barrières entre les hommes et réalisé la réconciliation, et qui, dans sa seconde venue glorieuse, ressuscitera les morts, métamorphosera les vivants, apportera le salut à la terre entière. On trouve des traces de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salut/#i_6397

SAXE

  • Écrit par 
  • Klaus STOCK
  •  • 2 660 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Saxe électorale (XVe-XVIIe s.) »  : […] Bien que le margraviat de Meissen ait beaucoup souffert des guerres contre les hussites au temps de Frédéric le Querelleur (1381-1428), ces guerres entraînèrent un changement décisif. En 1423, pour remercier Frédéric de l'avoir soutenu contre les hussites, l'empereur l'investit de la dignité électorale en lui inféodant le duché de Saxe-Wittenberg, détenteur de celle-ci. Ce duché était redevenu fi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saxe/#i_6397

SCHWENCKFELD VON OSSIG KASPAR (1489-1561)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 608 mots

« Spiritualiste évangélique », qui ne fonda pas d'Église, mais suivit un chemin original entre la réforme luthérienne et les divers courants de l'anabaptisme. Né en Silésie, Schwenckfeld fréquenta diverses universités, sans en ramener aucun diplôme ; chevalier de l'ordre Teutonique, il resta fidèle à son engagement au célibat. Ayant découvert, dès 1518, la pensée de Luther, il travailla pour la Ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaspar-schwenckfeld-von-ossig/#i_6397

SEYMOUR EDWARD, 1er duc de Somerset (1506 env.-1552)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 368 mots

Beau-frère d'Henri VIII d'Angleterre, oncle du prince héritier Édouard, Edward Seymour se trouve curieusement le beau-frère de la huitième femme d'Henri VIII, Catherine Parr, qui épouse son frère, Thomas Seymour, à la mort du roi. Protégé de Henri VIII, qui lui accorde en 1537 le titre de comte de Hertford, il se signale par un génie militaire certain en Écosse et en France (1544) ; il aura encore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-seymour/#i_6397

SICKINGEN FRANZ VON (1481-1523)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 441 mots

Gentilhomme allemand, chef de la révolte des chevaliers (1522), figure énigmatique des premières années de la Réforme, Franz von Sickingen est né au château d'Ebernburg, près de Worms. Chef de mercenaires, il mène des razzias contre de nombreux seigneurs, ce qui lui permet d'acquérir une solide position politique entre la Nahe et l'Alsace. Il passe au service de Charles Quint dans ses campagnes co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-von-sickingen/#i_6397

SMALKALDE LIGUE DE

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 469 mots

Alliance défensive conclue en 1531 par les princes allemands luthériens contre l'empereur Charles Quint. Après la diète d'Augsbourg (juin 1530), dont le recez menace les protestants d'une campagne militaire, les signataires de la Confession d'Augsbourg se réunissent à Smalkalde en décembre 1530 et se promettent aide mutuelle. Bien que les théologiens de Wittenberg aient autorisé la résistance armé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ligue-de-smalkalde/#i_6397

SPALATIN GEORG BURCKHARDT dit (1484-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 223 mots

À la fois juriste et théologien, Spalatin était le principal conseiller ecclésiastique de l'électeur de Saxe, dans la première moitié du xvi e  siècle. Fils de tanneur, il entreprend des études de droit à Erfurt et à Wittenberg. Ordonné prêtre et favorable à l'humanisme, il devient précepteur des princes saxons à Torgau (1508), où le nombre de ses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spalatin/#i_6397

STURM JOHANNES (1507-1589)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 360 mots

Un des principaux organisateurs de l'enseignement protestant au xvi e  siècle. Originaire de l'Eifel, Sturm passe trois ans à Liège dans une école des Frères de la vie commune, qui lui servira plus tard de modèle, avant d'entrer au Collège des trois langues à Louvain. En 1529, il se fixe à Paris, où bientôt il enseigne l'éloquence au Collège de Fr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johannes-sturm/#i_6397

SUÈDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Michel CABOURET, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Georges CHABOT, 
  • Jean-Claude MAITROT, 
  • Jean-Pierre MOUSSON-LESTANG, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN, 
  • Jean PARENT
  • , Universalis
  •  • 35 810 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Gustave Ier et la rupture de l'Union »  : […] Grâce à l'appui de Lübeck, adversaire de la collusion dano-hollandaise en Baltique, Gustave Vasa réussit à chasser les Dano-Norvégiens du territoire. Proclamé, en 1523, roi élu de Suède au Riksdag de Strängnäs, sous le nom de Gustave I er , par les quatre ordres, noblesse, clergé, bourgeois et paysans libres, il fut le bâtisseur du royaume, le fondateur d'une dynastie qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suede/#i_6397

SUISSE

  • Écrit par 
  • Bernard DEBARBIEUX, 
  • Frédéric ESPOSITO, 
  • Bertil GALLAND, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Adrien PASQUALI, 
  • Dusan SIDJANSKI
  • , Universalis
  •  • 24 362 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Enfants de Calvin et de Rousseau »  : […] Traçons encore quelques filières morales. Une singularité, chez ces francophones, est donc le calvinisme majoritaire. Comment son influence s'est-elle exercée en littérature depuis le xvi e  siècle ? Les intellectuels, plus souvent magisters et pasteurs que poètes aux mains nues, vont pratiquer jusqu'à l'obsession l'examen de conscience. Rien, ici […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suisse/#i_6397

SUPERSTITION

  • Écrit par 
  • Sylvain MATTON
  •  • 5 378 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la Renaissance aux Lumières »  : […] La définition thomiste de la superstition devint la définition courante de la scolastique. C'est elle que l'on rencontre chez Gerson ou Denys le Chartreux. En la commentant, Cajetan, comme ensuite Suarez, insistera sur la spécificité psychologique du superstitieux, qui se signale par une attitude cultuelle où il apparaît « tout occupé des cérémonies, sans y mettre de sainteté ». Surtout, cette déf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superstition/#i_6397

TRADITION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 6 370 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La Réforme et la Contre-Réforme »  : […] La tradition devait être ainsi exaltée jusqu'aux attaques que lui portèrent les réformateurs. De la conviction de la primauté absolue de l'Écriture sur toute autre autorité (qui est la thèse catholique) Luther passe à l'idée que cette primauté est exclusive ; toutes les traditions sont, pour lui, humaines, traditiones hominum , et le choix à faire entre l'Écriture et la tradi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tradition/#i_6397

TRENTE (CONCILE DE)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théologie tridentine »  : […] Dans l'œuvre du concile de Trente on peut distinguer trois niveaux : celui du dogme, celui de la discipline et, enfin, celui des décrets relatifs à la justice ecclésiastique et aux liens entre l'épiscopat et Rome. Ces décrets suscitèrent des réserves de la part des autorités politiques. Il ne plaisait pas aux rois de France et d'Espagne que le pape fût proclamé « évêque de l'Église universelle ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trente-concile-de/#i_6397

TYNDALE WILLIAM (1494-1536)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 468 mots

Réformateur anglais, mort martyr, traducteur de la première Bible imprimée en anglais, William Tyndale (Tindal, Tindale) appartenait à une famille du pays de Galles, marquée par l'influence de Wyclif. Il étudie à Oxford puis à Cambridge où il se consacre principalement à l'apprentissage des langues bibliques ; se promettant que désormais « en Angleterre le jeune garçon qui pousse la charrue connaî […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-tyndale/#i_6397

VAUD CANTON DE

  • Écrit par 
  • Laurent BRIDEL
  •  • 1 500 mots
  •  • 2 médias

Situé au cœur de la Suisse romande, le canton de Vaud est le plus grand des cantons suisses entièrement francophones (3 212 kilomètres carrés) . Il comptait 794 000 habitants en 2017 et son chef-lieu est Lausanne. Avec celui de Berne, il est le seul à s’étendre sur les trois régions principales du pays, le Jura, le Moyen Pays (ou Plateau suisse) et les Alpes. Géologiquement, le secteur alpin du c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canton-de-vaud/#i_6397

VAUDOIS

  • Écrit par 
  • Valdo VINAY
  •  • 1 635 mots

Dans le chapitre « L'adhésion à la Réforme et les vicissitudes ultérieures »  : […] Au début du xvi e  siècle, il y avait encore des vaudois dans les Pouilles et en Calabre, dans le Piémont, en Dauphiné et en Provence. À la suite d'entretiens avec G. Farel, Œcolampade et Bucer, ils adhérèrent alors à la Réforme au synode de Chanforan (val d'Angrogne, Piémont), en 1532, mais cela ne se fit pas sans opposition de la part des éléme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaudois/#i_6397

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Le vitrail religieux a très vite été adapté à la nouvelle esthétique italianisante ; en Italie même, des peintres tels que Domenico Ghirlandaio et Pérugin ont fait des cartons de vitraux vers 1500 ; mais le grand maître du vitrail italien au xvi e  siècle a été un Français, Guillaume de Marcillat, auteur des vitraux de la cathédrale d'Arezzo. Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_6397

WITTEMBERG

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 499 mots
  •  • 1 média

Wittemberg (aujourd'hui Lutherstadt Wittenberg) est citée pour la première fois en 1180, lorsque les Allemands, au cours du grand mouvement de colonisation vers l'Est, construisirent des châteaux pour consolider leur domination sur les peuples slaves. Le droit urbain fut conféré à la cité de Wittemberg en 1293. Sa situation géographique sur les bords de l'Elbe et les contreforts méridionaux du Flä […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wittemberg/#i_6397

WITTENBERG CONCORDE DE (1536)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 618 mots

Série d'entretiens qui se déroulèrent, du 22 au 29 mai 1536, entre les théologiens protestants à Wittenberg. Y sont présents, d'une part, des délégués d'Églises d'Allemagne du Sud — Ulm (M. Frecht), Augsbourg (W. Musculus, B. Lycosthenes), Esslingen, Memmingen, Fürfeld, Francfort — conduits par les Strasbourgeois W. Capiton et Bucer ; d'autre part, Luther, entouré notamment de Melanchthon, de J. J […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concorde-de-wittenberg/#i_6397

ZELL MATTHÄUS (1477-1548)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 280 mots

Fils d'un vigneron, Zell a fait de solides études de lettres et de théologie à Mayence, à Erfurt et à Fribourg-en-Brisgau, où il obtient le grade de magister . Nommé prêtre à la cathédrale de Strasbourg en 1518, il s'impose comme un prédicateur de talent. Séduit par les œuvres de Luther, il commence en 1521 à diffuser ses idées par le commentaire en chaire de l'Épître aux Rom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthaus-zell/#i_6397

ZWINGLI HULDRYCH (1484-1531)

  • Écrit par 
  • Jacques Vincent POLLET
  •  • 7 184 mots
  •  • 1 média

Zwingli est un personnage complexe et multidimensionnel. Humaniste et autodidacte, penseur religieux et réformateur, patriote et figure nationale suisse – certains ajoutent prophète biblique –, il est tout cela en une personne, dont la vie et l'action sont conditionnées par l'histoire suisse durant le premier tiers du xvi e  siècle. On ne saurait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huldrych-zwingli/#i_6397

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VOGLER, « RÉFORME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/reforme/