DURÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cette notion indique l'idée de persistance d'un phénomène, de maintenance temporelle d'une réalité.

Pour saint Thomas, la durée est, suivant la formule d'E. Gilson, « de même nature que le mouvement même de l'être qui dure ». Descartes, au nom du mécanisme, rejette le principe de permanence fondé par les scolastiques sur les formes substantielles. Dans son œuvre, c'est un rabattement de la durée sur l'étendue qui fonde la mesure de la durée. Cette soumission de la durée à une règle géométrique d'extension temporelle permet la réduction des rythmes phénoménaux au temps uniforme des horloges — comme épure temporelle d'un mouvement régulier uniforme, idéalement monotone, linéaire, composé d'instants successifs. Le lien entre les instants est d'extériorité pure. Aucune chose ne porte en soi le principe de sa permanence.

À partir de la dynamique leibnizienne, la compréhension du substrat physique de la mécanique change profondément. La durée est à l'ordre temporel ce que l'étendue est à l'ordre spatial. Mais cela ne signifie nullement une réduction de l'expérience spatio-temporelle à la polarité cartésienne « étendue-durée ». Si l'étendue correspond aux variables extensives, la durée quant à elle renvoie à des variables intensives. Force, désir, vie, esprit sont autant d'expressions d'un même principe d'action par lequel toute individuation se réalise. Cette compréhension dynamique de la stabilité et de la permanence des formes revenait à reconnaître, sans renoncer à la physique mathématique, que la durée (comme l'étendue) est une réalité complexe, dotée d'une intériorité.

Pour sa part, Bergson a opposé une durée vivante, concrète, pure à une temporalité de type abstrait et mathématique, figée dans l'ordre géométrique. Bergson réduit le schématisme mathématique à l'étendue cartésienne, et la fonction mentale qui lui correspond à la seule « intelligence », entendue comme l'intelligence appliquée de l'ingénieur. Par conséquent, « nous ne pensons pas le temporel, mais nous le vivons, parce que la vie déborde l'intelligence » (L'Évolution créatrice). Pourtant il y a dans la durée bergsonienne un aspect qui annonce une nouvelle pensée du temps, celle d'un temps structurant, qui serait hiérarchie de rythmes et de tensions : « Il n'y a pas un rythme unique de la durée ; on peut imaginer bien des rythmes différents, qui, plus lents ou plus rapides, mesureraient le degré de tension ou de relâchement des consciences et, par là, fixeraient leurs places respectives dans la série des êtres » (Matière et mémoire).

Cette alternative entre un temps vécu et un temps spatialisé engendre un débat à l'intérieur d'une même postulation ontologique sur la réalité du temps : le temps passe, s'écoule, il n'a d'autre réalité que ce devenir incessant où le présent s'épuise. L'expérience humaine est bornée de néant : « Comment donc ces deux temps, le passé et l'avenir, sont-ils puisque le passé n'est plus et que l'avenir n'est pas encore ? Quant au présent, s'il était toujours présent, s'il n'allait pas rejoindre le passé, il ne serait pas du temps, il serait l'éternité » (saint Augustin, Confessions, XI, 14). Ainsi comprise, la temporalité est la dimension de notre finitude. Nous n'échappons ni au temps, ni à l'histoire. La durée des modernes est la conscience originaire de cette limite. Ainsi réduite, la temporalité renvoie nécessairement à la notion d'un temps linéaire, irréversible, uniforme, historique, profane ; la durée ne peut correspondre alors qu'aux aspects les plus pauvres de la conscience. La conscience du temps constitue une donnée première à partir de laquelle l'être humain se pense dans une finitude absolue. Que ce soit la durée-mesure ou la durée-vécue, nous sommes toujours prisonniers de l'intuition temporelle du « flux », menacés, en sursis, à l'intérieur du temps. Nous sommes bordés par deux néants : le néant de la naissance et le néant de la mort. Pour la pensée de la temporalité comme flux, la durée signifie l'écartèlement de la conscience ent [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DURÉE  » est également traité dans :

ANNALES ÉCOLE DES

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 3 319 mots

Dans le chapitre « Le temps des sciences sociales »  : […] Il faut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale et même la succession de Febvre, en 1956, à la direction de la revue pour que le mouvement prenne de l'ampleur autour et au-delà des Annales . Malgré l'assistance de Fernand Braudel, qui lui succède au Collège de France, et la formation d'une nouvelle équipe avec le sociologue Georges Friedmann et l'historien Charles Morazé, Febvre continue de […] Lire la suite

BERGSON HENRI (1859-1941)

  • Écrit par 
  • Camille PERNOT
  •  • 8 102 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La durée »  : […] Le changement est inséparable du temps, et la philosophie bergsonienne s'élabore en contrepoint d'une réflexion sur celui-ci. « Durée » est le nom donné par Bergson à la perception du temps réel, qu'il oppose à la notion commune (pragmatique et sociale) du temps, ainsi qu'à son concept scientifique. Le temps des horloges, comme celui de la mécanique, est d'abord, en effet, une notion abstraite, c […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU TEMPS, psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie DROIT-VOLET
  •  • 2 083 mots

Dans le chapitre « Un sens précoce du temps »  : […] Lorsqu’il s’agit de l’évaluation de la durée d’événements ou de l’intervalle temporel entre deux événements, de quelques millisecondes à plusieurs minutes, on parle de perception du temps. La perception du temps n’est pas une capacité spécifique à notre espèce. Les animaux comme les êtres humains sont capables d’estimations temporelles précises. De nombreux travaux expérimentaux ont par ailleurs […] Lire la suite

ÉPHÉMÈRE, arts

  • Écrit par 
  • Véronique GOUDINOUX
  •  • 2 182 mots

Dans le chapitre « La question de la durée »  : […] Deux siècles plus tard, Georg Wilhelm Friedrich Hegel, cherchant à montrer l'idéalité de l'art, écrit : « À ce qui est éphémère dans la nature, l'art donne la solide consistance de la durée ; un sourire fugace, une bouche qui se plisse malicieusement, un regard, une lueur fugitive [...], tout cela, l'art l'arrache à l'existence momentanée et, sous ce rapport aussi, surmonte la nature » ( Cours d'e […] Lire la suite

ESPACE-TEMPS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PROVOST, 
  • Marie-Antoinette TONNELAT
  • , Universalis
  •  • 6 020 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La dilatation des durées »  : […] Au contraire, une durée OC = 1 dans le système S (un tour de cadran) correspond par exemple dans l'observation de S′, à une durée plus grande (obtenue en projetant C sur O x ′ 0 ) : Réciproquement, une durée unité OC′ = 1 dans S′ correspond, dans S, à une durée supérieure : Chaque observateur juge donc que les horloges de l'autre observateur retardent. Cette illustration, dans l'espace-temps, d'un […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Chronos , le temps de la mesure, renvoie, selon la Logique du sens de Gilles Deleuze, à la succession incessante des instants. Une œuvre musicale peut être jouée ou écoutée comme un pur défilé de sonorités : quand le montage ne parvient pas à « prendre », ce qui advient demeure indifférent. Au temps « pulsé » de la simple chronologie, Deleuze oppose le temps « lisse » du devenir pur, l' Aiôn d'H […] Lire la suite

ÉTERNITÉ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 334 mots

Une durée indéfinie, un temps qui ne commence ni ne finit, n'est pas l'éternité. Selon les formules de Boèce, qui ont fait école, l'éternité est un présent qui se maintient stable, un permanent, un pur « maintenant » ; pour qu'il y ait éternité, il ne suffit pas, assure Boèce, de parcourir successivement les parties d'une existence sans terme (ce que Platon et Aristote attribuent au monde), il fau […] Lire la suite

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Nietzsche et Bergson »  : […] Toutefois la problématique qui vient d'être esquissée ne se développera dans toute son ampleur qu'assez avant dans le xx e siècle, à un moment où Nietzsche et même Bergson appartiennent déjà au passé. Il ne semble pas que le message du premier en vienne jamais à dépouiller toute ambiguïté. Nietzsche réclame de l'homme qu'il se montre enfin fidèle à lui-même, qu'il rejette tout arrière-monde en m […] Lire la suite

INFINI, philosophie

  • Écrit par 
  • Emmanuel LÉVINAS
  •  • 6 339 mots

Dans le chapitre « Le fini sans infini »  : […] Le criticisme kantien, dans sa rigoureuse distinction entre, d'une part, l'intuition dont le temps est la forme pure et où la nature est donnée , et, d'autre part, la raison qui possède l'idée de l'infini sans pouvoir s'assurer de l'être, instaure d'une nouvelle façon le fini et l'infini. Contrairement à la tradition cartésienne, le fini, chez Kant, n'est plus compris à la lumière de l'infini. Int […] Lire la suite

INTÉRIORITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 258 mots

Dans le chapitre « Du positivisme à la pensée contemporaine »  : […] Sans se référer à l'hégélianisme, le positivisme d' Auguste Comte lui est cependant consonant par sa négation d'une expérience de l'intériorité et sa dénonciation de l'illusion réflexive (d'où il suit que la psychologie ne saurait être une science), par cette affirmation majeure que l'esprit humain n'existe pas en lui-même, mais dans la suite liée de ses manifestations culturelles, par la mise en […] Lire la suite

Les derniers événements

5 septembre - 6 octobre 2021 Guinée. Putsch contre le président Alpha Condé.

Selon les termes de la « charte » de la transition, celui-ci « détermine la politique de la Nation » et « peut prendre des ordonnances » pour la durée d’une période de transition qui sera fixée d’un « commun accord » entre la junte et les forces vives du pays. Mamady Doumbouya, qui a ordonné la réouverture des frontières, affirme que son pays honorera ses engagements internationaux. […] Lire la suite

8-31 août 2021 Suisse. Protestation contre la diminution de peine d'un violeur.

Le 8, des centaines de personnes se rassemblent devant la cour d’appel de Bâle, à l’initiative d’associations féministes, pour protester contre un arrêt rendu fin juillet, qui diminue de cinquante et un mois de prison ferme à trente-six mois dont dix-huit ferme la peine infligée à un homme reconnu coupable de viol, arguant de la responsabilité de la victime, qui aurait « joué avec le feu », et de la durée jugée courte de l’agression : onze minutes. […] Lire la suite

5-31 août 2021 France. Annonce de nouvelles mesures sanitaires et économiques.

Il annule également la possibilité de rompre un contrat de travail à durée déterminée (CDD) ou une mission d’intérim pour cause de non-présentation du passe sanitaire, cette mesure créant « une différence de traitement […] sans lien avec l’objectif poursuivi » entre les titulaires des différents types de contrats de travail. Le 7, deux cent trente-sept mille personnes – selon le ministère de l’Intérieur – manifestent dans le pays, pour le quatrième samedi consécutif, contre l’extension du passe sanitaire et l’obligation de vaccination de certains personnels. […] Lire la suite

11-20 juillet 2021 Espace. Premiers vols de tourisme spatial.

Ce vol, d’une durée d’une heure, ouvre la voie au tourisme spatial. Virgin Galactic a déjà vendu six cents billets pour des vols commerciaux qui doivent débuter en 2022. Le 20, date anniversaire du premier pas sur la Lune, le PDG américain d’Amazon Jeff Bezos effectue un vol identique, au départ d’un site texan, accompagné d’un passager payant. Il s’agit du premier vol habité du lanceur New Shepard de la société Blue Origin créée par Jeff Bezos. […] Lire la suite

20 juillet 2021 France. Adoption de la loi Climat et résilience.

Le texte prévoit notamment la suppression des liaisons aériennes intérieures en cas d’alternative par le train d’une durée inférieure à deux heures trente, l’interdiction de la mise en location des logements mal isolés, l’interdiction de la publicité pour les énergies fossiles, l’instauration dans les villes de zones à faible émission limitant la circulation de certains véhicules, la possibilité pour les régions d’instaurer une écotaxe sur le transport routier de marchandises et la généralisation d’un menu végétarien par semaine dans les cantines. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « DURÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/duree/