Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOT

L'unité que le sens commun serait enclin à considérer comme fondamentale au niveau de la parole est pour la linguistique la source d'un certain nombre de critiques fécondes : le mot ne correspond, en effet, que très imparfaitement aux éléments mis en jeu dans le discours ; ce sont plutôt nos habitudes graphiques que des raisons vraiment de structure qui sont responsables de l'importance donnée au mot, par ailleurs unité lexicale commode à faire entrer dans un dictionnaire. Mais, même sur ce plan, il n'est pas exclu qu'on rencontre des difficultés à classer comme entités distinctes des homonymes (« air » dans « avoir l'air » est-il le même mot que dans « prendre l'air » ?) ou à regrouper sous une même rubrique des sens suffisamment éloignés pour justifier des clivages profonds (la « mousse végétale » et la « mousse du champagne »).

Ce n'est, d'ailleurs, pas seulement sur le plan du lexique que des précautions méthodologiques sont nécessaires : la morphologie aussi nous indique que les blancs graphiques n'épousent que très rarement les contours d'un signe unique ; et encore la segmentation dépend-elle pour une large part des critères qu'on adopte en synchronie, si bien qu'on aura intérêt la plupart du temps à considérer la séquence comme un syntagme d'éléments amalgamés. Ainsi, civium représente à la fois un lexème (« citoyen »), plus un génitif, plus un pluriel, soit trois signes en un seul mot et en deux morphes. Il en va de même pour « anticonstitutionnellement », à cette différence près toutefois que l'usager ressent avec plus ou moins de prégnance les diverses composantes de cette séquence : le préfixe anti- et le suffixe adverbial ont sans doute l'effet le plus important, de même que la base adjectivale sur laquelle est formé l'adverbe ; celle-ci renvoie à une base nominale, « constitution », qui est encore sensible, mais à l'intérieur de laquelle on ne décode pas vraiment de radical, même si on y perçoit une dérivation à partir de constitu-, sans qu'on puisse y trouver de trace du latin st-, pourtant également présent derrière « instituer », « stable » ou même « constater ». Il s'agit certes là d'un cas limite et toutes les séquences de la langue ne sont pas aussi riches et n'occultent pas toutes non plus à ce point leur structure. Néanmoins, la fréquence d'un phénomène tel que l'accord ou la conjugaison verbale implique que l'on considère comme inutile le recours au radical nu, qu'il faudrait alors, en tant que mot, classer dans une catégorie disparate comprenant aussi bien des noms propres et des prépositions.

— Robert SCTRICK

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • PRODUCTION DE MOTS (psycholinguistique)

    • Écrit par Patrick BONIN
    • 1 618 mots

    La psycholinguistique est une discipline qui étudie l'acquisition du langage et son utilisation. La production de mots est un thème important au sein de cette discipline.

    Afin d'étudier les mécanismes et les unités impliqués dans la production des mots, les chercheurs ont recours à différentes...

  • RECONNAISSANCE DES MOTS À L'ORAL

    • Écrit par Régine KOLINSKY
    • 1 070 mots

    Reconnaître les mots prononcés par un autre locuteur paraît naturel et aisé. Pourtant, reconnaître les mots parlés implique la résolution de problèmes complexes liés aux particularités de la parole. Lors d’une conversation ordinaire, l’auditeur doit traiter environ 200 mots par minute et ne dispose...

  • ACQUISITION DU LEXIQUE

    • Écrit par Dominique BASSANO
    • 1 015 mots

    L’acquisition lexicale s’amorce vers un an avec la production des premiers mots conventionnels. Comment l’enfant parviendra-t-il aux 50 000 mots en moyenne utilisés par l’adulte cultivé ? Ce processus implique l’apprentissage conjoint de la forme sonore des mots, de leur sens et conditions d’emploi...

  • ALEXIES

    • Écrit par Marie-Pierre de PARTZ
    • 1 658 mots
    ...est alors fonctionnelle mais se réalise de manière sérielle et non plus parallèle. Ce déficit a pour effet d’accroître le temps de lecture, et ce d’autant plus que lesmots à lire sont longs. Or, chez le lecteur habile, et jusqu’à six lettres, les temps de reconnaissance des mots sont constants.
  • CASSIN BARBARA (1947- )

    • Écrit par Jean-Baptiste GOURINAT
    • 995 mots
    • 1 média
    ...De même, elle travaille sur la traduction, comprise comme exploration et affranchissement des barrières culturelles, et crée en 2018 les Maisons de la sagesse qui sont des lieux dont la vocation est d’aider à surmonter les différences par un travail sur lesmots, et d’accompagner les immigrés.
  • CONNOTATION

    • Écrit par Philippe DUBOIS
    • 1 035 mots

    Si c'est en 1933 seulement que Bloomfield introduisit le terme de connotation parmi les concepts de la linguistique scientifique, l'idée même que véhicule ce mot (emprunté à la logique et à la philosophie, non sans modification de sens) était en fait perçue depuis longtemps. Dans...

  • Afficher les 24 références

Voir aussi